Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
<< Voir tous les extraits
Par ninie512 le 03-03-2012 Editer
Les Vampires de Chicago, Tome 3 : Mordre n'est pas jouer
Ethan tendit la main. Il tenait une boite bleue brillante sur laquelle était gravé un "C". Je la pris en fronçant les sourcils.
- Qu'est-ce que c'est?
- Des excuses, en quelque sorte.
Je fis la moue, mais soulevai le couvercle de la boite. J'en eus le souffle coupé.
La boite contenait une balle de baseball. Son cuir blanc usé était couvert des signatures de tous les joueurs des Cubs. Elle ressemblait à celle que j'avais eue, à celle dont je lui avais parlé la nuit où nous avions fait l'amour.
- Je clignais des yeux. Je savais reconnaître l'importance d'un cadeau.
- Comment tu t'es procuré ça?
Ethan plongea ses mains dans ses poches.
- J'ai mes sources.
- Tu n'aurais pas dû...
Il me coupa la parole en posant une main sur ma mâchoire, son pouce appuyé sur mon menton.
- Parfois, on doit s'adapter. L'immortalité ne rend pas les choses qu'on aime moins importantes. Nous devons apprendre à les garder précieusement. A les protéger.
Je déglutis avec difficulté et m'obligeai à lever les yeux vers lui, mon cœur débordant de peur et de joie- surtout de peur.
- Ce sont des excuses, dit-il, pour ne pas avoir cru en toi... ou en nous. Hier, j'ai cru que je t'avais perdue, puis nous avons combattu ensemble. Je t'ai repoussée parce que j'avais peur de ce que notre histoire pouvait avoir comme conséquences sur cette Maison. Et nous l'avons protégée ensemble. C'est la véritable mesure de ce dont nous sommes capables.
Il se tut, puis tapota la boite du doigt.
- C'est un souhait, dit-il tranquillement. Je fais le souhait que même après quatre cents années d'existence, un homme soit assez fort pour accepter le cadeau qui lui est fait.
- Ethan..., commençai-je, mais il secoua la tête.
- Je suis prêt à attendre une réponse positive de ta part.
- Cela risque de prendre du temps.
Ethan haussa un sourcil et esquissa un sourire.
- Sentinelle, je suis immortel.
Il tourna les talons et s'éloigna dans le couloir en me lançant pardessus l'épaule :
- Et il faudra qu'on parle du fait que tu as quitté la Maison pour te jeter dans les bras des métamorphes sans même passer un coup de fil.
Il était parfois tellement prévisible.
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.