Livres
466 635
Membres
430 797

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Il l'attira contre lui, au point qu'elle sentit battre son coeur dans sa pointrine. Elle se sentait étonnamment calme et concentrée...comme si c'était le seul endroit endroit au monde où elle fut à sa place.

Il s'inclina, frottant doucement le nez contre le sien, et elle leva le menton pour se laisser embrasser.

Lorsque leurs lèvres se joingnirent et que leurs langues se touchèrent, ce fut comme s'ils s'embrassaient en cent endroits différents, et leurs sens furent envahis de perceptions nouvelles et de souvenirs anciens. Il l'embrassait, et leurs âmes se fondaient l'une dans l'autre comme une mélodie plus vieille que le temps.

-Charmant tableau.

Theodora et Jack s'éloingnèrent l'un de l'autre.

Debout devant eux, Mimi applaudissait lentement.

Afficher en entier

De l'autre côté de la rue, Theodora vit un taxi s'arrêter et un grand blond en sortir.Au moment où il prenair pied pied sur la chaussée, un second taxi surgit en trombe dans le sens inverse .

Il fit une embardée brutale et sembla tout d'abord en mesure de l'éviter, mais au dernier moment le garçon se jeta devant lui et disparut sous ses roues. Le taxi ne s'arrêta même pas et poursuivit sa course folle comme s'il ne s'était rien passé.

-Oh, mon dieu ! hurla Theodora.

Le garçon était touché , elle en était sûre. Il s'était fait renverser, il devait être mort.

-Tu as vu ça ? demanda-t-elle en cherchant frénétiquement des yeux Oliver, qui semblait s'être volatilisé.

Theodora traversa la rue en courant, certaine de trouver un cadavre, mais le garçon était debout face à elle. Sain et sauf.

-Tu devrais être mort, chuchota-t-elle.

-Pardon? demanda-t-il avec un sourire perplexe.

Afficher en entier

Theodora rougit

- Oh, j'aurais dû deviner

Il lui sourit gentiment

- Pourquoi ?

- Pourquoi quoi ?

- Pourquoi t'excuser ? Comment est-ce que tu aurais pu deviner? Tu lis dans les pensées, ou quoi ? demanda-t-il

- Mais peut-être bien.

Afficher en entier

Théodora était extrêmement jolie. Elle avait un visage doux, en forme de coeur, un parfait petit nez retroussé, la peau fine et laiteuse ; mais sa beauté avait quelque chose de presque surnaturel. On aurait dit une poupée de porcelaine dans des hardes de sorcière. Les élèves du lycée Duchesne trouvaient qu'elle s'habillait comme une clocharde. Sa timidité maladive et sa réserve n'arrangeaient rien car on la croyait bêcheuse, alors que ce n'était nullement le cas. Elle était calme, tout simplement.

Afficher en entier

Mimi repéra Jack qui rattrapait Theodora en courant pour lui parler, et tous les deux qui se lançaient dans une conversation intense à mots couverts. Mimi n'aimait pas cela du tout. Elle ne savait vraiment pas pour qui se prenait cette Theodora, qu'elle soit appelée à faire partie du Comité ou pas. Elle n'aimait pas la manière dont Jack la regardait. La seule autre personne qu'il regardât ainsi, c'était elle. Et Mimi était bien décidée à ce que cela ne change pas...

Afficher en entier

Toujours sous l'édredon, Bliss se retourna pour voir ce qui l'avait fait sursauter. Son père était dans le couloir. D'où sortait-il? Pourquoi ses parents étaient-ils déjà rentrés? Bliss remit sa robe à toute vitesse.

-Que se passe-t-il, là-dedans? demanda le sénateur. Bliss, tout va bien? Et vous, qui êtes-vous?

Dylan sautillait à travers la chambre en remontant son jean et en tirant sur son tee-shirt. Il attrapas son blouson de cuir et glissa les pieds dans ses baskets.

-Euh, enchanté, moi aussi.

-Qu'est-ce que ça veut dire? demanda Forsyth Llewellyn avec autorité. Bliss, qui est ce garçon?

Le coeur en cendres, elle entendit les pas de Dylan dévaler l'escalier quatre à quatre.

Maintenant, il ne serait plus jamais à elle.

Afficher en entier

P 154-155

-Tu ne m'as pas appellée de tout le week-end. Je croyais qu'on devait aller voir un film.

Olivier fronça les sourcils.

- Tu crois ? Aucun souvenir de tels projets. Mais, tu sais il y a des gens qui changent d'avis sans prévenir.

- De quoi tu parles ?

- De rien.

Il haussa les épaules.

- Tu m'en veux à cause de Jack Force ? demanda t-elle, véhémente. Parce que si c'est ça, c'est vraiment complètement naze.

- Tu, euh... tu l'aime ou quelques chose comme ça ? fit Olivier d'un air affligé. Ce loser de sportif à deux balles ?

- Ce n'est pas un loser ! s'écria Théodora.

******

*****

****

***

**

*

- Tu es jaloux, c'est tout, l'accusa-t-elle.

- De quoi ?

Les yeux d'Olivier s'agrandirent et son visage pâlit.

- Aucune idée, mais tu es jaloux.

Afficher en entier

- Jack ?

- Oui ?

- Je ...

Elle hésita. Elle savait ce qu'elle voulait lui dire, mais ne pouvait pas se résoudre à prononcer les mots.

Finalement, elle n'eut pas à le faire. Il mit la main sur son coeur et hocha la tête.

- Je ressens la même choses pour toi.

Puis il se retourna et disparut dans la berline Town Car où l'attendait sa soeur.

Afficher en entier

Il rendait coup pour coup au sang-d'argent, mais ce dernier finit par le jeter à terre, frappant le corps de Jack contre le béton.

- Jack ! hurla Theodora.

Elle leva les yeux et, alors que le monstre tendait les crocs pour trouver sa gorge, Theodora se souvint des paroles de sa grand-mère. Selon les lois célestes, toute créature était esclave de la langue sacrée.

Elle le repoussa d'un puissant commandement : "Aperio oris!" "Révèle-toi!"

Le sang-d'argent ricana et d'une voix terrible, rendue rauque par l'agonie de mille âmes hurlantes, il siffla :

- Tu ne peux me commander, fille de la Terre !

Afficher en entier

P 144

Théodora regarda Jack une dernière fois. Il se disputait encore avec sa soeur. Il ne remarqua même pas qu'elle s'en allait.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode