Livres
466 573
Membres
430 622

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

-Viens par ici, gronda-t-il.

Et là , enfin, elle courut , bondit dans ses bras , et tous deux heurtèrent le mur dans une étreinte serrée. Il la souleva avec une aisance gracieuse , couvrant son corps de baisers.

Elle ressera les jambes autour de son torse et se baissa , lui effleurant les joues avec les vrilles de ses cheveux.

Jack.

Elle se liquéfiait dans ses bras.Blotttie contre lui , elle sentait son coeur battre sauvagement , au même rythme que le sien.

Lorsqu'ils s'embrassaient , elle fermait les yeux et voyait éclater un million de couleurs , splendides et pleines de vie.Il avait une senteur terreuse et luxuriante, chaude et brutale . Cela l'avait surprise: elle se serait attendue à ce qu'il à ce qu'il sente la glace , à ce qu'il ne sente rien, et elle appréciait qu'i; ait une odeur crue et réelle.Il n'était pas un rêve.

Afficher en entier

Je ne veux pas refaire les mêmes erreurs que par le passé.

Je veux être libre. Je veux être avec toi. Nous serons ensemble.

Je pense sincèrement que j'aurais moins de raisons de vivre si je ne suis pas avec toi.

Theodora secoua vigureusement la tête.

-Mais je ne peux pas te laisser faire ça? Je ne peux pas te laisser prendre ce risque. Je t'aime trop pour cela.

-Alors tu préférerais me voir uni à une femme que je n'aime pas?

-Non, dit-elle dans un souffle. Jamais.

Jack la serra et l'embrassa.

-Il y a un moyen. Fais moi confiance.

Théodora lui rendit son baiser, et chaque instant fut plus doux que le dernier. Elle lui faisait entierrement confiance.

Quoi qu'il fasse pour briser le lien, ils resteraient ensemble.

Pour toujours.

Afficher en entier

Jack Force. Le garçon qu’elle avait attendu de voir toute la soirée. Le garçon qu’elle avait attendu toute sa vie.

Elle eut envie de courir à lui, de sauter en riant dans ses bras, mais elle savoura sa manière de la regarder. Elle aurait pu se noyer dans l’intensité de son regard. Et elle avait fait quelques progrès en séduction depuis ces quelques semaines où ils se voyaient.

Elle avait appris que c’était meilleur quand elle le faisait attendre.

Elle prit donc son temps, retira ses chaussures, frotta ses pieds nus contre le tapis, et se laissa contempler.

En dehors de cet endroit, ils ne pouvaient rien être l’un pour l’autre. Il ne s’autorisait même pas à la regarder. Il ne pouvait pas se le permettre. Alors elle voulait qu’il prenne tout le plaisir possible, qu’il la contemple autant qu’il le voulait.

- Viens par ici, gronda-t-il.

Et là, enfin, elle courut, bondit dans ses bras, et tous deux heurtèrent le mur dans une étreinte serrée. Il la souleva avec une aisance gracieuse, couvrant son corps de baisers.

Elle resserra les jambes autour de son torse et se baissa, lui effleurant les joues avec les vrilles de ses cheveux.

Jack.

Elle se liquéfiait dans ses bras. Blottie contre lui, elle sentait son cœur battre sauvagement, au même rythme que le sien. Lorsqu’ils s’embrassaient, elle fermait les yeux et voyait éclater un million de couleurs, splendides et pleines de vie. Il avait une senteur terreuse et luxuriante, chaude et brutale. Cela l’avait surprise : elle se serait attendue à ce qu’il sente la glace, à ce qu’il ne sente rien, et elle appréciait qu’il ait une odeur crue et réelle. Il n’était pas un rêve.

Afficher en entier

- C’était toi … ce soir-là, au bal masqué … c’était toi qui … chuchota Theodora, et en guise de réponse il l’embrassa. Ce baiser était le troisième qu’ils échangeaient (elle avait compté), et tandis qu’il lui transmettait son souffle et prenait son visage entre ses grandes mains, tout ce qu’elle avait vécu jusqu’alors lui parut secondaire et ordinaire. Rien ne valait la peine d’être vécu en dehors de cette sensation pure, céleste. La première fois qu'ils s'étaient embrassés, elle avait entraperçu dans les souvenirs de Jack une fille qui lui ressemblait mais qui n’était pas elle. La deuxième fois, elle ne savait pas du tout qui était derrière le masque. Mais cette fois, il n’y avait plus qu’eux deux. Jack n’embrassait pas une personne qu’il croyait avoir connue autrefois, et Theodora n’embrassait pas une personne qu’elle neconnaissait pas. Ils s’embrassaient l’un l’autre, et c’était tout.

- Jaaaack ! Jaaaack !

- Mimi, dit Jack. Il disparut si vite que ce fut comme s’il était devenu invisible.

Afficher en entier

Theodora vous dira que je n'ai pas choisi. Elle croit que je l'aime parce que j'y suis obligé, ou parce que je n'ai pas eu le choix, mais elle se trompe. Elle s'accorde parfois trop d'importance. [...]

Elle croit que je l'aime depuis que nous sommes enfants, ou depuis la première fois que je l'ai vue, ou je ne sais quelles conneries romantiques. Mais ça ne s'est pas passé comme ça. Nous étions amis. On s'entendait bien. J'aimais bien sa manière de penser. J'aimais bien son rire. J'aimais bien sa manière de s'habiller, sous toutes ces épaisseurs de noir. De quoi se cachait-elle ?

Si je la trouvais belle ? Je ne suis pas aveugle, quand même ! Bien sûr que je la trouvais belle. Mais c'était plus que cela... J'aimais bien la voir porter son ombre à paupière d'un bleu affreux - les filles croient que les garçons ne remarquent pas le maquillage et ce genre de choses, mais si -, à la fin de la journée il était tout croûteux et baveux. Ça lui faisait de gros yeux de raton laveur, et elle ne s'en rendait même pas compte... Je ne sais pas. J'étais sous le charme.

Afficher en entier

[ Au revoir, Jack. ]

Même si c'était dur, même si cela devait détruire jusqu'à son goût à la vie. Theodora savait ce qu'elle avait à faire.

Il lui faudrait dire encore un mensonge.

Un mensonge pour le libérer.

Afficher en entier

Parfois, Jack lui manquait tellement qu'elle ressentait dans son ventre un vide douloureux qui semblait ne jamais pouvoir être comblé. Elle se lamentait qu'il soit obligé de cacher ses sentiments pour elle. Elle devait sans cesse se répéter que tout cela était du cinéma, mais parfois son indifférence semblait si réelle qu'elle avait du mal à se consoler avec les souvenirs de leurs tête-à-tête. Elle avait de temps en temps l'impression que ses souvenirs n'étaient que des fantasmes, surtout quand elle le croisait dans les couloirs du lycée, ou lorsqu'il remarquait à peine sa présence sous son propre toit ...

Afficher en entier

- Theodora, regarde-moi, dit-il. Non, regarde-moi vraiment.

Ce qu'elle fit.

- Je suis en vie depuis très longtemps. Quand la transformation survient ... quand on commence à prendre conscience de ses souvenirs ... c'est un processus écrasant. C'est presque comme s'il fallait revivre toutes ses erreurs une à une, dit-il doucement.

>> Je ne veux pas refaire les mêmes erreurs que par le passé. Je veux être libre. Je veux être avec toi. Nous serons ensemble. Je pense sincèrement que j'aurai moins de raisons de vivre si je ne suis pas avec toi.

Theodora secoua vigoureusement la tête.

- Mais je ne peux pas te laisser faire ça. Je ne peux pas te laisser prendre ce risque. Je t'aime trop pour cela.

- Alors tu préférerais me voir uni à une femme que je n'aime pas ?

- Non, dit-elle dans un souffle. Jamais.

Jack la serra et l'embrassa.

Afficher en entier

Il devait bien y avoir une solution, pensa-t-elle avec désespoir. Il devait y avoir un moyen de briser le lien et d'être libre d'aimer qui on voulait.

[ Il y en a un. ]

Elle sursauta. Pendant un instant elle crut avoir entendu la voix de Jack dans sa tête. Mais cela ne se reproduisit pas. Néanmoins, elle savait que c'était arrivé. Elle ne l'avait pas imaginé. Elle se sentit plus légère, et plus optimiste.

Il y avait forcément encore de l'espoir pour eux deux.

Afficher en entier

Depuis l'attaque du Sanctuaire, ils avaient bien dû reconnaîtrez que Lawrence, l'ancien exclu, avait toujours eu raison. Que les Sentinelles avaient délibérément ignoré les signes, Qu'elles s'étaient enfoncé la tête dans le sable comme autant d'autruche, trop craintive pour accepter la vérité: les sang-d'argent, les démons du mythe, leur anciens adversaires, étaient de retour.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode