Livres
461 592
Membres
418 112

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

« - Jack, non. Ne le tue pas! s'écria Theodora.

"Faisons en sorte qu'il n'y ait pas d'effusion de sang aujourd'hui."

-Écoute-la, bredouilla le tueur à gages.

Theodora posa un main légère sur le plumes des ailes d'Abbandon. Elle percevait une puissance majestueuse sous leur masse soyeuse. Elle avait eu peur une fois, à le voir sous ce jour, mais désormais, confrontée à son terrifiant visage véritable, elle le trouvait beau.

Il se tourna vers elle; transformé en Abbandon, il ne ressemblait plus du tout à Jack, et pourtant c'était lu, plus que jamais.

" Il allait te faire du mal. "

" Je t'en prie, mon amour."

Alors il fut de nouveau Jack, élégant, les joues rouges. Il hissa le chasseur de primes sur ses pieds.

- Va t'en. Va dire à ma soeur que son parasite a échoué. Dis-lui que rien ni personne me ramènera.

Le tueur à gages ne demanda pas son reste. Il prit ses jambes à son cou.

Theodora s'effondra dans les bras de Jack, et ils restèrent ainsi un moment.

" J'ai cru un moment que j'allais te perdre" lui dit-elle.

" Jamais. Jamais nous ne serons séparés."

Il inclina la tête vers son épaule,et elle s'appuya contre son torse pour entendre son coeur battre avec le sien sur un rythme stable et maîtrisé.

"Jamais"»

Afficher en entier

Parce qu'il n'y avait pas d'attraction, pas de tension, ils pouvaient rire, se taquiner, blaguer. Au milieu de toute cette folie, elle s'était fait un ami.

-Non, l'avertit Oliver.

-Non quoi?

Il sourit

-Ne deviens pas sentimentale. Je ne t'aime toujours pas beaucoup.

Afficher en entier

Il passa le doigt le long de son cou, et elle ferma les yeux.

Elle attendait.

Elle le senti embrasser sa mâchoire, puis sa gorge, plus bas, et elle l'attira contre elle.

Enfin il laissa ses dents glisser sur sa peau et, d'une poussée brusque, ses crocs entrèrent en elle.

Elle retint un cri étouffé.Il n'avait jamais osé y aller si fort, faire intrusion si loin dans son corps, et elle n'y était pas préparée, mais c'était merveilleux.Elle sentait sa force vitale se mêler à la sienne, sentait son coeur battre dans le sien: tous les deux ensemble, elle à sa merci.La tête lui tournait, elle se sentait comme droguée, et ses bras le serrait dans le dos pour l'attirer plus près, plus près.

Encore,pense theodora.Encore.

En réponse, jack la relâcha un instant, puis la mordit de nouveau.Cette fois, sous le baiser de ses crocs, la douceur perçante l'emplit d'une langueur à l fois douloureuse et délicieuse.

Elle était son amour et son familier.Ils étaient attachés l'un a l'autre de mille manières: de minuscules crochets invisibles les liaient, quoi que puissent en dire les cieux ou leurs anciens résidents.

Afficher en entier

''Les vampires existent. Ouvrez les yeux. Ils sont parmi nous. Ne croyez pas à leurs mensonges. [...]''

Afficher en entier

- Il faut qu'on y retourne, chuchota Theodora.

Ils n'avaient pas le temps. Pas le temps pour l'amour : pas de temps l'un pour l'autre.

- Pas encore, soupira Jack, les yeux toujours fermés, tandis que ses doigts tièdes traçaient une ligne le long de son ventre nu.

Theodora lui sourit avec indulgence et lui caressa la joue avec ses cheveux. Il attrapa une mèche et l'attira à lui de manière que leurs bouches se rencontrent de nouveau. Elle entrouvrit les lèvres sous la pression des siennes, et il glissa une main sous son soutien-gorge.

Elle se baissa vers lui tout en le chevauchant, puis il la retourna pour se retrouver couché sur elle. Sa gorge blanche était ouverte et exposée.

Il passa le doigt le long de son cou, et elle ferma les yeux. Elle attendait.

Enfin il laissa ses dents glisser sur sa peau et, d'une poussée brusque, ses crocs entrèrent en elle.

Elle retint un cri étouffé. Il n'avait jamais osé y aller si fort, faire intrusion si loin dans son corps, et elle n'y était pas préparée, mais c'était merveilleux. Elle sentait sa force vitale se mêler à la sienne, sentait son coeur battre dans le sien : tous les deux ensemble, elle à sa merci. La tête lui tournait, elle se sentait comme droguée, et ses bras le serraient dans le dos pour l'attirer plus près, plus près.

Encore, pensa-t-elle. [Encore. ]

En réponse, Jack la relâcha un instant, puis la mordit de nouveau. Cette fois, sous le baiser de ses crocs, la douceur perçante l'emplit d'une langueur à la fois douloureuse et délicieuse.

Elle était son amour et son familier. Ils étaient attachés l'un à l'autre de milles manières : de minuscules crochets invisibles les liaient, quoi que puissent en dirent les Cieux ou leurs anciens résidents.

Afficher en entier

-Viens par ici, chuchota-t-il en ouvrant les bras pour qu'elle puisse se blottir contre lui, le dos contre son torse.

Elle sentait qu'il commençait à se détendre, et elle serra les bras de garçon autour d'elle en lui massant les mains jusqu'à ce qu'elles soient réchauffées.

Afficher en entier

- Mais le lien ...

- Nous en fabriquerons un nouveau.

- Tu ne regrettes jamais d'avoir abandonné le premier ?

[...] - Pas le moindre doute. Ce lien-ci, c'est un lien que nous choisissons de créer, pas un qui a été décider pour nous. Je ne crois pas à un destin écrit d'avance. Je ne crois pas à l'amour prédéterminé.

Afficher en entier

-Pense à ton amour pour moi, l'implora-t-il.

Deming posa sur lui un regard implacable.

-C'est ce que je fais, répondit-elle.

Et de toutes ses forces, elle lui plongea son épée dans le coeur.

Afficher en entier

Elle était son amour et son familier. Ils étaient attachés l'un à l'autre de mille manières : de minuscules crochets invisibles les liaient, quoi que puisse en dire les Cieux ou leurs anciens résidents.

Afficher en entier

-Je ne peux pas aller avec toi en Egypte , dit Jack en lui pressant la main.

-Comment ça?

-D'autre chasseurs de primes viendront me chercher.

Nous avons eu de la chance pour cette fois, mais je ne peux pas te mettre encore en danger.Il faut que je retourne affronter mimi.

Theodora garda le silence, et serra sa main encore plus fort.

-C'est la seule chose à faire , mon amour, insista Jack. Si nous voulons êtres libres tous les deux, je dois me soumettre à l'épreuve du sang. Je ner pourrai plus jamais me regarder en face s'il t'arrivait malheur à cause de moi.

Theodora tremblait.

-Tu brûleras sur le bûcher, dit-elle tous bas.

-Tu as si peu de foi en moi?

-j'irai avec toi.

En prononçant ses mùots , elle savait qu'ils étaient faux. Elle devait achever la tâche de son grand-père. Elle devait perpétuer son héritage. Des femmes et des enfants innoncents se faisaient massacrer au nom des Bienheureux.

-Non. Tu sais qu'il ne faut pas, répondir Jack.

(Tu disais que nous ne serions plus jamais séparés, jamais.

Et nous ne le serons jamais. Jamais.Il existe un moyen d'être ensemble pour toujours.)

Jack se laissa tomber à genoux et leva la tête vers elle avec un amour infini.

-Tu veux bien?

Theodora le hissa sur ses pieds. Elle était à la fois en extase et dévastée.

-Oui.Oui. Bien sûr.Oui.

C'était décidé. Theodora chercherait Catherine de Sienne et la véritable porte de la Promese, pendant que Jack rentrerait à New York se battre pour sa liberté. Mais avant que chacun aille son chemin, ils selleraient leur lien.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode