Livres
461 490
Membres
417 904

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Nash jeta l'emballage du hamburger dans le sac en papier et fit pivoter le fauteuil de son bureau face au lit. Quand il vit la tête que je faisais, il se pencha l'air concerné vers moi, et me dégagea le visage.

-Kaylee... Il n'y avait rien que tu puisses faire.

Mes pensées étaient-elles donc si évidentes ? En tout cas, malgré la sollicitude de Nash, ses adorables fossettes et le côté sexy que lui donnait sa barbe de fin de journée, je ne réussis même pas à esquisser un sourire.

-Ça, tu n'en sais rien, lui répondis-je.

L'espace d'un instant, je crus qu''il allait riposter, mais il sourit d'un air entendu en plantant son regard dans le mien.

-Ce que je sais, par contre, c'est que tu as besoin de te détendre. De penser à autre chose qu'à la mort.

Sa voix sonnait conne un doux murmure à mon oreille. Il quitta son fauteuil pour venir s'asseoir à côté de moi sur le lit. Le matelas s'enfonça sous son poids.

Sous le coup de l'excitation, ma respiration devint saccadée, mon pouls s'accéléra.

-Et à quoi devrais-je penser, d'après toi ?

D'instinct, j'avais tellement baissé la voix que j'entendis à peine mes propres paroles.

-A moi, chuchota-t-il à son tour.

Il se pencha encore un peu pour effleurer mon oreille de ses lèvres. son odeur m'enveloppa, je sentis sa peau râpeuse contre ma joue.

-Tu devrais penser à moi.

Il entrecroisa ses doigts avec les miens. Puis, avec lenteur, il s'écarta de mon oreille, ses lèvres frôlèrent ma joue, le long de laquelle il fit couler une cascade de petits baisers. Mon cœur se mit à battre de plus en plus fort.

Les baisers se succédèrent jusqu'à ce que sa bouche rencontre la mienne, mordille doucement ma lèvre inférieur, l'agace sans jamais se fixer tout à fait. Ma poitrine se soulevait et s'abaissait à intervalles précipités, ma respiration devenait heurtée, mon pouls s'emballait.

Encore...

Il m'entendit. C'était forcé. Il s'écarta juste le temps de croiser mon regard, une lueur flamboyante dans les yeux. Je me rendis alors compte que lui aussi respirait plus vite. Ses doigts se serrèrent autour des miens et il glissa un main dans mes cheveux, juste au-dessus de ma nuque.

Puis il m'embrassa pour de bon.

Afficher en entier

- Pourquoi tu traines toujours avec lui ?

- Nous faisons partie de la même équipe.

Ahhh ! Evidemment, si les liens du sang sont les plus forts, les liens du football, eux, sont imbattables.

(Kaylee & Nash)

Afficher en entier

_ C'est une longue histoire, Kaylee. Et je préférerais te la raconter en privé.

_ Non! protestai-je vigoureusement tout en continuant à cuisiner. Tu as traversé l'Atlantique parce que tu me dois une explication. Alors je veux l'entendre tout de suite!

Interdit par la vivacité de ma réaction, mon père exprima sa surprise, et aussi une légère irritation.

_ On dirait ta mère.

Sans blague? Il fallait pourtant bien que j'aie hérité mon courage de quelqu'un!

_ Tu ne crois pas qu'elle préférerait que tu lèves enfin le voile sur tout ce que je devrais savoir?

Il n'aurait pas eu l'air plus choqué si je l'avais giflé.

_ Franchement, je ne sais pas. Mais tu as raison. Tu as le droit de connaître tous les faits.

Sur ce, il ferma les yeux, comme pour réunir ses pensées. Puis:

_ Tout a commencé la nuit où tu es morte.

Afficher en entier

Je l'entraînai à reprendre notre marche, rassemblant tout mon courage pour l'interroger sur un sujet auquel je n'étais pas certaine de vouloir vraiment qu'il réponde. Mais je devais savoir à quoi m'en tenir avant que les choses n'aillent plus loin.

-Qu'es-tu en train de faire ? demandai-je en désignant nos deux mains jointes, histoire de souligner l'importance du geste. Qu'as-tu à gagner dans cette aventure ?

-Ta confiance, avec un peu de chance.

A cette réponse, la tête me tourna un peu, et je réprimai une moue étonnée.

-C'est tout ?

Même à supposer qu'il me dise la vérité, il devait y avoir autre chose. Je fis mine de me renfrogner.

-Tu es sûr que tu ne cherches pas plutôt à coucher avec moi ?

Cette fois, il eut un franc sourire. Puis il m'attira contre lui et me pressa doucement contre la rambarde de bois. Je sentais son souffle sur mes lèvres.

-C'est une proposition ?

Afficher en entier

« … Il me serra dans ses bras et, à l’intensité de sa voix, je devinai le mouvement désormais familier de ses prunelles.

- Nous avons une éternité devant nous. Le temps de faire tout ce que nous désirons. D’être qui nous désirons être.

Le temps. Pour Nash, c’était là l’essentiel. Comme pour mon père. Alors, enfin, j’ai compris. Ma vie ne m’appartenait pas à moi seule. Ma mère était morte pour m’en faire le don. Et peu m’importait ce qu’il pouvait arriver : à présent, j’étais résolue à mériter son sacrifice… »

Afficher en entier

- Kaylee Cavanaugh!

On m'appelait? Je sursautai et me tournai vers le tabouret situé à ma gauche. Mon regard rencontra alors les yeux les plus fascinants que j'aie jamais vus. Comme hypnotisée, je demeurai perdue malgré moi dans la spirale de leur iris, dont les couleurs pulsaient au rythme de mon propre cœur. Et j'eus le plus grand mal à reprendre mes esprits, et à envisager, rationnellement, que le regard de mon voisin me renvoyait simplement des éclats de lumière tourbillonnante jetés par les spots du plafond.

Alors seulement je vis qui j'étais en train de dévisager.

Nash Hudson. Oh, mon Dieu! Je faillis vérifier que l'enfer n'avait pas gelé sous mes pieds, figée comme j'étais. C'était à croire que j'avais quitté à mon insu les limites de la discothèque et basculé dans la quatrième dimension, celle où Nash Hudson me souriait, et à moi seule.

Afficher en entier

Spoiler(cliquez pour révéler)- Mes deux garçons sont tous les deux très doués.

- Les deux ? ai-je répété, certaine d’avoir mal compris.

Nash soupira et se glissa sur une chaise. Puis il balança :

- Kaylee, je te présente mon frère, Tod.

Afficher en entier

Il passa la main dans ses cheveux, puis me considéra avec une intensité presque effrayante.

-tu n'es pas humaine.

Pas humaine...

Gros blanc. La confusion s'installa dans ma tête avec une espèce de tranquillité blanche, alors que je m'étais attendue à un déchaînement de terreur ou même de fureur. Je m'étais préparée à entendre quelque chose d'abracadabrant-je m'y connaissais en dinguerie-, mais ces mots-là, "pas humaine", je dois dire qu'ils me laissèrent hébétée. (p.194)

Afficher en entier

- Une seconde..., dit-il, comme une bourrasque de vent sifflait sur la ligne. Si je comprends bien tu crois que tu est atteinte d'un cancer parce que tu ne présentes pas de symptômes?

Afficher en entier

-Bon, ça va te paraître bête, mais je ne sais plus quoi penser. J'ai entendu mon oncle et ma tante se disputer, et ensuite ma tante a appelé mon père en Irlande.

Je ravalai un sanglot, séchais encore quelques larmes sur mes joues avant de poursuivre:

-Nash...je crois que je suis en train de mourir.

Il y eut un silence à l'autre bout du fil, puis un bruit de moteur au moment où une voiture passa à proximité. Il devait se tenir dans le jardin de Scott.

-Attend, je ne comprends pas. Pourquoi penses-tu que tu vas mourir?

Je pliai en deux mon oreiller de plume tout avachi et m'allongeai en y posant la joue, savourant sa fraîcheur contre mon visage brûlant de pleurs.

-Mon oncle a dit qu'il croyait que j'avais encore du temps devant moi, puis ma tante a expliqué à mon père qu'il devait me dire la vérité pour que je ne m'imagine pas j'étais folle.Je crois que j'ai une tumeur au cerveau.

-Kaylee, tu as sûrement mal compris.Ne tire pas de conclusion hâtives de ce que tu as entendu.Il doit y avoir quelque chose que tu as loupé.

Il s'interrompit et le bruit de ses pas résonna sur du béton, comme s'il s'était avancé sur le trottoir.

-Qu'est-ce qu'ils ont dit exactement?

Je me redressai sur mon lit et m'obligeai à inspirer lentement pour tâcher de me calmer. Les mots ne me venaient pas comme il fallait. p as étonnant que Nash n'ait aucune idée de ce que je voulais dire.

-Hum.. Tante Val a dit que j'étais une morte en sursis et que je ne devais pas passer le temps qui me restait à me persuader que j'étais folle. Elle dit à mon père qu'il était temps de m'apprendre la vérité.

Je me levai et me mis à faire les cent pas sur mon tapis.

-Ca veut bien dire que je suis en train de mourir, non? Et elle veut qu'il me mette au courant!

-En tout cas, il est évident qu'ils ont quelque chose d'important à t'appendre.Mais je doute sérieusement que tu aies une tumeur au cerveau. Tu ne devrais pas avoir des symptômes ou des trucs comme ça, si tu étais malade?

Je m'écroulai de nouveau sur la chaise de mon bureau et caressai le pavé tactile de mon ordinateur pour réveiller son écran.

-J'ai regardé sur internet et...

-Tu as cherché des infos sur les tumeurs au cerveau? Cet après-midi?

Nash marqua un temps d'arrêts, les pas cessèrent.

-Kaylee, est-ce que c'est à cause de Meredith ?

-Non!

Je repoussais mon bureau d'un geste si violent que ma chaise à roulettes alla cogner contre le lit.

-Je ne suis pas hypocandriaque! J'essaie juste de comprendre pourquoi ça m'arrive à moi, et aucune autre explication ne tient debout.

Frustrée, je me frottai le visage d'une main et pris une nouvelle inspiration.

-Ils ne pensent pas que je sois cinglée, donc ce n'est pas un problème psychologique.

Et je devais avouer que j'avais accueilli cette nouvelle avec soulagement aussi immense que l'océan Pacifique.

-Ca ne peut-être que physique.

-Et tu es persuadée qu'il s'agissait d'un cancer du cerveau...

-Je ne vois pas ce que ça pourrait être d'autre. Il existe une sorte de tumeur au cerveau qui, dans certains cas, ne provoque aucun symptôme.Si ça se trouve, c'est celle-là que j'ai.

-Une seconde...,dit-il comme un bourrasque de vent sifflait sur la ligne. Si je comprends bien tu crois que tu es atteinte d'un cancer parce que tu ne présentes pas de symptômes?

Bon, admettons, je reconnais que mes propos étaient plutôt incohérents. Je fermai les yeux et renversai ma tête contre le dossier de la chaise.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode