Livres
392 235
Comms
1 375 064
Membres
283 533

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Yeux



Description ajoutée par Gkone 2017-05-17T19:41:37+02:00

Résumé

Tout en haut du Plateau, le vent pouvait rendre fou.

On avait choisi d’y construire un asile. L’Orme : une grande bâtisse lugubre, battue par les vents et la neige. Même les bombardements de 44 n'avaient pu en venir à bout. À croire qu’il échappait à toute influence humaine.

Et des morts étranges, violentes, il y en avait toujours eu et il y en aurait encore, là-haut. D’ordinaire, personne ne venait s’en mêler. Ni la gendarmerie du Village, ni les réducteurs de tête de Paris.

Si on avait écouté les fous enfermés derrière les murs de l’Orme, on y aurait peut-être vu l’oeuvre d’un monstre. Mais les fous, ça ne s’écoute pas, ça se traite. Ce que le psycho-chirurgien à la tête des affaires médicales de l’établissement sait faire d’une main de fer. À l’abri des regards. À condition de parvenir à se débarrasser définitivement de cette trop curieuse disciple de Lacan venue fouiner dans les dossiers de ses malades.

Scénariste et réalisateur de séries digitales cumulant plusieurs millions de vues sur Internet (Les Opérateurs, La Théorie des Balls, Le Secret des Balls, Epic Fitness), Slimane-Baptiste Berhoun est également l’auteur du roman Le Visiteur du Futur – La Meute, suite officielle de la série dans laquelle il interprète le Docteur Henry Castafolte.

Comédien et lecteur de livre audio (Les Chants de la Terre Lointaine, d’Arthur C. Clarke), il nourrit son écriture de l’efficacité et de l’humour propres aux contenus digitaux.

Les Yeux est son second roman chez Bragelonne.

Afficher en entier

Classement en biblio - 11 lecteurs

PAL
3 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par medusali 2017-08-22T13:15:42+02:00

— Eh bien… rien de spécial à signaler, si ce n’est que Michel est un peu agité ces temps-ci, parvint tout de même à formuler l’infirmier en chef.

— C’est-à-dire ?

— Toujours la même chose, il viendrait du futur.

— Des signes d’agressivité ?

— Non, rien d’inhabituel.

— Bien, on le garde à l’œil. Autre chose ?

Le chirurgien releva la tête de son carnet et interrogea l’assistance du regard. Sa haute silhouette dominait le groupe.

— Rien à signaler non plus côté gardiens, annonça Pasquier. Le type de la 212 chie toujours un cake pour qu’on lui serve du poisson pané à la crème anglaise, mais je pense pas qu’il rejoigne le Bestiaire pour autant.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Evonya 2017-11-08T17:19:13+01:00
Pas apprécié

Au départ, j'ai cru à une enquête policière puisque le roman s'ouvre sur un cadavre et qu'il y avait un flic. Mais celui-ci s'en va et à la place on voit arriver une jeune femme, élève de Lacan, qui vient dans l'institut psychiatrique où on a trouvé le cadavre, pour interroger une malade qui souffre de prosopagnosie c'est-à-dire d'une forme d'amnésie. Lucie Klein est persuadée qu'elle sait quelque chose à propos d'un meurtre horrible qui a eu lieu à Paris rue des Martyrs. Je me suis dit alors le roman va parler de ce meurtre! Pas vraiment puisque, ensuite, l'intrigue se tourne vers l'horreur car Lucie s'aperçoit que certains malades de l'institut auraient peur d'un monstre qui leur apparaît régulièrement. Dans ces cas-là ils ne doivent pas regarder directement le dit monstre, sinon il s'incarne sous la forme de leurs pires cauchemars. Lucie d'écide donc de traquer ce monstre.A partir de là, j'ai commencé à décrocher. Je me suis forcée à aller jusqu'au bout car je n'aime pas laisser un roman inachevé et puis, sait-on jamais, la fin peut s'avérer surprenante. Autant dire qu'elle est gore mais elle n'a rien d'originale. Non vraiment ce roman m'a vraiment déçu.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par leslecturesdEsmeralda 2017-10-31T17:14:43+01:00
Diamant

L'avis d'Esméralda :

Une lecture qui se prête merveilleusement bien en cette période ! L’esprit Halloween es-tu là ?? Vous ne le voyez pas, ne vous inquiétez pas Slimane-Baptiste Berhoun vous l’apporte sur un joli plateau d’argent !!

« Les yeux » est le premier thriller fantastique de Slimane-Baptiste Berhoun et je vous assure il s’en sort très bien ! Imaginez un univers à la Stephen King et un huis clos à la Franck Thilliez et vous rajoutez le génie de l’auteur et ça donne quelque chose de sensationnel !!

Le lieu : le Berry, terre propice à toute sorte de légendes. Un asile hors norme qui vous file les frissons aux premiers regards. S’éloigner de ce lieux est primordial. Des immenses couloirs aux portes n’invitant guère la présence de visiteurs, de longues fenêtres peinant à éclairer ce sinistre et glauque immeuble. Un corps, un enfant déchiqueté. Il n’en fallait pas plus pour donner le ton au roman. Des pièces sombres. Un bloc opératoire suspicieux. Un troisième étage aux lourds secrets. Des souterrains lugubres. Des murs déshumanisés. Une atmosphére pesante et des yeux..des yeux jaunes qui invitent la mort à son passage ! Vous pensez vous enfuir ? Détrompez vous !! Ces murs vous retiendront indéfiniment !

Les personnages : rajoutez à tout cela des personnages aux caractéristiques à la fois énigmatiques et chaleureuses. Dès le départ vous ne savez pas à qui accordez votre confiance. Même Lucie, notre héroïne principale m’a apparu suspecte. Lucie, la vingtaine, se retrouve dans cet asile afin de comprendre la régression partielle d’une patiente atteinte d’une maladie qui porte un nom barbare : la prosopagnosie ( le fait de ne pas pouvoir associer un visage à une personne suite, en autre, à un choc psychologique). Cette quête sera la clé de son passé. Mais plus les réponses se dévoilent plus elles entrainent de nouvelles questions, et plus elle s’enlise dans une situation qui mettra sa vie en péril et également celle des habitants étranges des lieux. Lucie est une femme extraordinaire, hypermnésique, elle donne de sa personne pour détruire les liens qui la retiennent à son passé. Femme surprenante, elle a extrêmement du mal à interpréter le langage des autres. Elle se remet souvent en question. L’auteur associe à l’image d’une locomotive à pleine vapeur lorsqu’elle se met a réfléchir intensément et qu’elle relie tous les éléments en sa possession. L’auteur joue finement avec plein d’autres associations image/émotion. Lucie est très attachante car au fil des page on découvre ce qui la définie. Sa capacité d’adaptation et de raisonnement est hallucinante ! C’est un personnage aux multiples facettes qui n’arrête jamais de vous émouvoir. Gaultier est le personnage benêt du roman. Pharmacien par défaut, il vivote à sa guise au milieu de ces déments. Mais l’arrivée de Lucie va le bouleverser. Découverte des sentiments, amitié, protection, un trop plein d’émotions qui va le déstabiliser. L’amour le sauvera t-il de l’ombre qui hante ces murs ? Le professeur Valmont : haaa le personnage de l’archétype même du psychologue fou furieux. Psychopathe à la recherche ultime du traitement qui les sauvera, il met tous les moyens à sa disposition pour avancer dans ses recherches et c’est pas du tout beau ce qu’il fait ce cher Monsieur. Par ce que dans le sanguinolent, le pic à glace enfoncé dans l’orbite, la « lobotomisation in vivo » et j’en passe, Monsieur ne fait pas du tout dans la dentelle. Le directeur David : homme bien sympathique mais entraver dans une situation où le dû est de rigueur. Dépassé par des situations de plus en plus étranges et sordides, son asile va connaître les pires moments. Le commissaire Durrieux : tient le rôle essentiel et de liaison entre la réalité du dehors et celui déraisonnée de l’asile. Mais il mettra le doigt sur plusieurs preuves loin d’être nettes. « La team fofolle de l’Orme » : composée de Léo, le petit garçon au bras rachitique, l’oiseau Capgras (comprendre un homme qui se prend pour un volatil), Calzac (celui qui se prend pour un résident d’un hôtel de luxe), La Mo (Maurice qui se prend pour sa femme décédée). Cette team est la clef de toute cette intrigue. Ils apportent chacun à leur tour un soutien sans faille à Lucie et vont jusqu’à imaginer un scénario digne de Shuster Island ! Ben évidemment d’autres personnages viennent agrémenter l’histoire. Je dois bien avouer que le panel des personnages et notamment de leurs caractères est vaste et donne une sacré force au récit. A la fois attachants, détestables, troublants, repoussants et suspicieux !

Ce qu’en j’en pense : Et bien j’ai adoré du début à la fin ! Une atmosphére qui se prête à merveille au scénario. Des personnages qui font flipper ! Et une intrigue qui donne du fil à retordre ! Les éléments sont égrenés au fils des pages. L’auteur vous mène par le bout du nez jusqu’au point final. Un final d’ailleurs qui prête à confusion et invite à une suite ! (Que j’espère de tout cœur). C’est sanguinolent, c’est visqueux : des tripes à l’air, des organes broyés, des yeux explosés, des viscères, des corps meurtris et torturés, des phénomènes surnaturels ! Ça fout la pétoche. D’ailleurs la fin m’en empêcher de dormir la nuit dernière. Le tout n’est absolument pas rassurant. L’histoire est magnifiquement orchestrée. Le travail fournit par l’auteur a du être colossal !

Si vous êtes fan du genre, je vous invite à découvrir « LES YEUX » ! Préparez vous à rendre visite aux enfers !

PS : A lire les yeux bien ouverts en présence de votre objet fétiche porte-bonheur afin de repousser ce qui se tapis dans l’ombre ! N’ayez crainte vous survivrez à l’expérience !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par juliesuitsonfil 2017-10-22T13:15:24+02:00
Argent

C’est en lisant l’avis de Les critiques de Yuyine​ que j’ai eu envie de découvrir ce livre et grâce à NetGalley France​ et aux éditions Bragelonne​ j’ai pu plonger dans ce thriller qui nous transporte dans univers atypique et rarement exploité.

Grâce à une écriture maitrisée et un talent de conteur on est immergé dans une lecture de grande qualité et addictive. On ne peut lâcher ce livre tellement il est de qualité, tellement les descriptions sont imagées, comme une série que l’on suit avec intérêt.

Plonger dans cette lecture atypique c’est gage de sensations fortes, avec pour seule règle « ne pas oublier que l’on se trouve dans un asile de fous et qu’il ne faut pas croire les fous »… Sauf lorsque l’on pense être fou soi-même…

Les descriptions sont tellement précises que l’asile de l’Orme en devient réel et un personnage à part entière… Un personnage qui fera fémir d’horreur n’importe quel lecteur… Un hôpital psychiatrique isolé, délabré, trois bâtiments… Dont chacun sera le spectacle de l’horreur : « Il y a toujours eu des morts à l’Orme. C’est normal il parait dans un asile. »

Une ambiance sombre et glaciale que le lecteur suit au rythme de ces pages qui deviennent un vrai page-turner tellement l’auteur réussi à nous embarquer dans la folie…

Les personnages sont nombreux et pourtant à aucun moment l’auteur ne perd son lecteur, car chacun a sa propre personnalité : celui qui mange tout ce qui lui tombe sous la main, celui qui se prend pour un poulet, j’ai adoré La Mo, un homme qui se prend pour sa femme… Léo, qui fait flipper mais qui est très attachant… Cazal, complètement déjanté mais qui m’a fait rire… J’ai adoré Lucie, un personnage troublant… Attachant… Qui peu à peu fait basculer la lecture dans ce qu’elle a d’horrifique et surtout donne corps au récit avec sa construction psychologique de grande qualité.

Mais il n’y a pas que les « fous » au royaume de cet asile, qui sont fous… La folie est en chacun des personnages…. Le gardien mauvais comme une teigne qui aime le pouvoir sur plus faible que lui… Ce directeur avide d’argent… Ce chirurgien qui cherche à comprendre… Mais à quel prix… Le seul dont la normalité est troublante est ce pharmacien qui veut juste faire son boulot tranquillement et peut être attirer l’attention de la belle Lucie.

L’auteur fourni une belle palette de personnage, ce qui pourrait faire peur, mais loin de là. Chacun a son rôle et sa place dans cette histoire addictive.

Un meurtre, des malades dont la peur du noir va être le point d’ancrage. Un monstre sévit dans les murs de cet asile… Mais parfois le monstre n’est pas celui que l’on croit… L’auteur nous balade pour nous attirer dans ses filets avec plusieurs rebondissements qui ne sont là que pour attirer le lecteur vers la toute fin du récit, pour comprendre où l’auteur a voulu amener son lecteur, qui va se prendre un grande claque tellement cela se termine en apothéose.

Un final que l’on ne voit pas venir ou que l’on refuse de voir… Un final qui fait frissonner…

Un roman qui se lit rapidement malgré ses 444 pages, qui nous balade entre folie, fiction et réalité sans laisser de répit à son lecteur qui referme sa lecture essoufflé tellement il en pris plein les yeux…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Liliaza 2017-09-27T11:38:16+02:00
Diamant

Tout d'abord je remercie Netgalley et les éditions Bragelonne pour la découverte de ce livre.

Les yeux nous plonge dans un huis clos au sein d'un asile psychiatrique perdu en pleine campagne. Claustrophobe s’abstenir ! L’auteur nous met directement dans le vif du sujet avec le meurtre brutal d’un patient. L’arrivée de la jeune Lucie Klein, étudiante de Lacan, vient chambouler la vie « tranquille » de l’Orme. Slimane-Baptiste a créé une véritable institution et nous met le doute sur tout. Une seule règle : ne rien prendre pour acquis dans un asile. Les personnages sont tout ce qu’on pourrait s’attendre à trouver dans un établissement pareil. Entre le patient qui mange tout ce qui lui tombe sous la main, celui qui se prend pour un poulet, le gardien avide de pouvoir, le directeur avide d’argent et le chirurgien avide de savoir nous nous plaçons du côté du pharmacien qui demande juste à faire son boulot tranquillement et peut être à susciter l’intérêt de la belle Lucie. Bref il y en a pour tous les goûts. Cette profusion de personnage peut sembler compliquer tant il y a de pathologie et de noms à retenir mais cela ne gâte en rien l’histoire. L’histoire est d’ailleurs très prenante. Un meurtre, des malades qui voient leur peur dans le noir et qui refuse de regarder les gens dans les yeux. Il n’en faut pas plus pour créer un véritable page-turner. Thriller psychologique ou histoire fantastique ? A vous d’en juger.

Read more at http://l-entre-deux-mondes.e-monsite.com/pages/fantastique/les-yeux.html#kiugs5wyvUyuvYp4.99

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Codan 2017-09-10T10:15:07+02:00
Diamant

Un thriller à la limite entre policier et fantastique qui perd le lecteur pour mieux le cueillir au fur et à mesure des révélations dans un rythme haletant. A ne pas lire dans le noir !

http://lesmondesdeco.blogspot.fr/2017/09/les-yeux-slimane-baptiste-behroun.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maks 2017-09-07T11:31:45+02:00
Argent

Le roman débute tranquillement afin de planter le décor et les personnages puis se présente comme un thriller se déroulant dans un Asile de fous comme le nomme certains personnages ou plutôt dans un Hôpital Psychiatrique comme il convient de le dire. Le récit se déroule quelques années après la seconde guerre mondiale.

Cet HP est situé au fin fond des hauteurs du Berry et est difficile d'accès, de plus il se déroule dans le froid hivernal, ce qui augmente la sensation d'isolement.

Morts suspectes, disparitions, manipulations psychologiques, personnel soignant et chirurgiens troublants, maltraitance morale et physique des patients sont les maîtres mots de la première partie du livre, j'ai beaucoup aimé ces moments très angoissants.

La seconde partie du récit va basculer et fur et à mesure dans le fantastique (en gardant tout de même le côté thriller), mais là, pour ma part c'est un petit peu moins bien passé, pourquoi ? Parce que le côté thriller était plus angoissant, plus réel, plus crédible, et je pense que cela n'aurait été que plus positif de continuer dans cette dynamique de peur panique.

Après c'est tout de même agréable à lire, le style est bon, pas d'ennui, du suspense et des personnages bien construits, en particulier celui de Lucie, une jeune femme venant enquêter sur une maladie psychique spécifique.

Les rebondissements s'enchaînent, beaucoup, trop ? Je ne peux pas dire cela car un roman à suspense en a besoin mais j'ai tout de même ressenti parfois une frustration sur la tournure des choses.

Voir la chronique sur mon blog :

https://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/2017/09/les-yeux-l-integrale-slimane-baptiste.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Joyeux-Drille 2017-08-01T23:02:43+02:00

Cela commence comme un thriller psychologique, un huis clos oppressant dans un asile complètement perdu. Et puis, au fil des chapitres, la tonalité change. Faut-il croire à une présence maléfique entre ces murs, à un roman fantastique pouvant basculer dans l'horreur, ou est-on influencé par la folie imprégnant les lieux ? Un cauchemar très efficace porté par la lumineuse mais mystérieuse Lucie.

http://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.fr/2017/08/il-ne-faut-pas-regarder-parce-que-si.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par S-A-William 2017-07-23T15:01:10+02:00
Diamant

Et c'est un coup de coeur pour cette histoire plus qu'addictive !

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Les Yeux" est sorti 2017-11-15T00:00:00+01:00
background Layer 1 15 Novembre

Date de sortie

Les Yeux

  • France : 2017-11-15 (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 11
Commentaires 8
Extraits 3
Evaluations 7
Note globale 9 / 10

Évaluations