Livres
515 455
Membres
529 010

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Chrichrilecture 2018-05-08T05:06:45+02:00

1 — Dis-moi, chou, tu me trouves sexy ? minauda-t-elle.

— Tu sais bien que je n’ai d’yeux que pour toi.

— Toi, tu sais parler aux femmes. Il éclata de rire.

— Et ça marche vraiment, ces phrases toutes faites ? se moqua-t-il.

— Chez les voyants, peut-être. Chez les aveugles, j’ai comme un doute…

Afficher en entier
Extrait ajouté par Chrichrilecture 2018-05-13T06:08:03+02:00

— Je vais te dire une chose, fit-il avec sérieux. Elle se tendit aussitôt.

— Je suis aveugle, dit-il. C’est un fait acquis, on ne peut pas le changer. Alors j’ai deux solutions : soit je me morfonds dans mon coin parce que le monde est cruel, soit je continue d’avancer et je contourne les obstacles. Devine ce que j’ai choisi.

— De sauter en parachute ? Il s’esclaffa.

— Ça en fait partie, oui. Si je fais une blague à propos de ma cécité, tu as le droit de rire. Sauf si ce n’est vraiment pas drôle, là, tu as le droit de me faire taire.

— Je pourrais pas faire ça !

— Quoi ? Me dire que je suis nul ? Ce sont juste mes yeux qui ne fonctionnent pas. Je suis un homme comme les autres, alors dis-moi d’arrêter quand je vais trop loin. Océane le fait tout le temps.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2017-02-22T10:35:23+01:00

Chapitre 4 :

" Léon s'arrêta de siffloter lorsqu'il entendit quelqu'un pleurer, juste à sa gauche. Il serra ses doigts autour de sa canne et se tourna vers le son.

- Ça va ? s'inquiéta-t-il.

- Parce... Parce qu'on pleure... Comme ça, quand... ça va bien ?

Il sentit la chaleur lui monter au visage, embarrassé.

- Pardon, je suis désolé, c'était idiot, s'excusa-t-il. Est-ce que je peux vous aider ?

- Non. Vous pouvez pas m'aider. Personne peut m'aider !."

Afficher en entier
Extrait ajouté par bellajessica 2014-12-24T15:19:10+01:00

« Comment allez-vous, monsieur Antoine ?

— Les vieilleries, il n’y a plus rien qu’on puisse y faire. »

Léon tint les doigts du vieil homme entre les siens.

« Vous êtes encore loin des vieilleries, monsieur Antoine. Vous avez les mains d’un jeune homme.

— Si cela te fait plaisir de le croire. »

Léon rit et le lâcha, puis continua vers l’accueil.

« Bonjour, Léon, le salua Fleurine.

— Bonjour, bonjour. J’ai apporté des provisions, dit-il en lui passant son sac.

— Super. Ta première patiente arrive dans une quinzaine de minutes. »

Léon appuya sur le bouton de sa montre parlante pour vérifier l’heure.

« Je serai prêt. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode