Livres
442 749
Membres
377 429

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par x-Key 2017-10-19T18:36:16+02:00

Je pense que la beauté se trouve dans l'oeil de l'observateur. Quand mon mari me dit que je suis belle, je le crois, car je sais qu'à ses yeux je le suis.

Afficher en entier
Extrait ajouté par GabrielleViszs 2018-08-30T22:22:46+02:00

Elle ne peut pas lui avouer que ce n’est que la moitié de l’explication. Voici une vérité que personne ne vous dit quand vous perdez votre mari : de même que, épuisée, vous passerez votre temps à dormir, ou qu’un jour vous ne voudrez tout simplement pas ouvrir les yeux parce que survivre à une nouvelle journée vous paraîtra un effort herculéen, vous ne pourrez pas vous empêcher de haïr vos amis. Chaque fois qu’une connaissance se présentera à votre porte ou traversera la rue pour vous serrer dans ses bras et vous dire qu’elle est tellement, si affreusement désolée, vous la regarderez, ainsi que son époux et ses minuscules enfants, et la férocité de votre jalousie vous surprendra. Comment se fait-il qu’ils vivent et que David soit mort ? Pourquoi Richard, si ennuyeux et commun, avec ses amis de la City, ses week-ends de golf et son manque total d’intérêt pour quoi que ce soit d’extérieur à son univers étriqué et complaisant, a-t-il eu le droit de vivre quand David, brillant, aimant, généreux et passionné, a dû mourir ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par GabrielleViszs 2018-08-30T22:22:21+02:00

— Tu l’as pris avec toi ? Ils sont venus ici sous prétexte que nous cachions un cochon, et toi, tu le leur as mis sous le nez ? Pour ensuite leur reprocher leur intrusion ? assena-t-elle, effarée.

— Sous leur groin, rectifia Aurélien qui semblait avoir recouvré son aplomb. Ah, ah ! Il se trouvait juste sous leur groin !

Je m’assis sur les pavés et éclatai de rire. Je ris jusqu’à ce que ma peau soit complètement engourdie, et que je ne sache plus si je riais ou pleurais. Redoutant peut-être une crise de nerfs, mon frère me prit la main et se blottit contre moi. À quatorze ans, il pouvait se mettre en colère comme un homme, mais il avait aussi parfois besoin d’être rassuré comme un enfant.

Hélène était encore plongée dans ses pensées.

— Si j’avais su…, commença-t-elle. Comment es-tu devenue si courageuse, Sophie ? Ma petite sœur ! De qui tiens-tu cela ? Tu étais craintive comme une souris quand nous étions petites. Une vraie souris !

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2017-10-19T18:36:24+02:00

Ce qui est fait ne peut être défait.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2017-10-19T18:35:06+02:00

Voilà de quoi nos vies étaient faites désormais: des insurrections mineures, de minuscules victoires, une modeste occasion de ridiculiser nos oppresseurs... De petits navires d'espoir flottant sur un océan d'incertitude, de privations et de peur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2017-10-19T18:36:42+02:00

J’examinai le portrait, et, pendant un bref instant, je me souvins de ce que cela faisait d’être cette fille qui ne connaissait ni la faim ni la peur, habitée seulement par des pensées légères, comme de savoir à quel moment elle retrouverait son mari. Elle me rappelait que le monde était capable de beauté, et qu’avant la guerre mon univers ne se réduisait pas à la peur, la soupe d’orties et les couvre-feux : il débordait d’art, de joie, d’amour. Je le vis dans l’expression que j’arborais. Alors je compris ce que je venais de faire. Edouard m’avait rappelé ma force et mon courage, je pouvais m’en servir pour me battre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Joany13 2016-07-21T21:27:38+02:00

“Sometimes life is a series of obstacles, a matter of putting one foot in front of the other. Sometimes, she realizes suddenly, it is simply a matter of blind faith.”

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode