Livres
528 423
Membres
548 492

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de LesFacesLitteraires : Je suis en train de lire

Et puis soudain, Tome 1 : Succomber Et puis soudain, Tome 1 : Succomber
Laura S. Wild   
J'ai trouvé cette histoire tellement peu probable, en plus elle ne va nulle part... On part d'un point A et on fait du surplace. Rien n'avance vraiment en fait, parce que on part d'une situation super bizarre et à la fin la situation est encore plus bizarre. A aucun moment je ne crois à cette histoire, Lia est super naïve, pire ses potes aussi. Evidemment que si tu vie au croché de ton meilleur ami, dépense son argent, apparaît sur chaque photo qu'il fait, est tatoué sur sa peau et qu'en plus tu vies avec lui alors forcément, sa copine ne va pas apprécier!! Franchement, il n'y a que ses 3 là que ça étonne.
Même le "secret" de Lia est en carton... Ont-ils entendu parler de prescription? Ils étaient plus ou moins mineurs lors des faits...
Même la fin... cliché, et comment n'a-t-elle rien pu voir venir avant?
Je n'ai rien ressenti en lisant ce livre, à peine refermé, déjà oublié.

par ninon64
Là où tu iras j'irai Là où tu iras j'irai
Marie Vareille   
Là où tu iras j’irai c’est le genre de roman feel good que je chéris. L’histoire est rafraichissante avec une intrigue bien sentie et juste ce qu’il faut de mystère et de glamour. Elle vous donne le sourire et la pêche.

Alors que sa carrière d’actrice n’a jamais décollé et qu’elle vient de rompre avec son petit ami, Isabelle se retrouve dans une situation précaire. Son job au McDo ne lui permet pas de payer un loyer seule. Désespérée, elle est contrainte d’accepter le seul travail qu’on lui propose : mettre ses talents d’actrice en œuvre pour s’immiscer et faire capoter la nouvelle relation amoureuse d’un jeune veuf, Jan Kozlowski. Et accessoirement, elle devra jouer les nounous des enfants de ce dernier. Mais gros problème : Isabelle déteste les enfants. C’est d’ailleurs ce point de discorde qui a été à l’origine de sa récente rupture.
Au pied du mur, Isabelle s’envole donc pour l’Italie, pour un séjour de 15 jours dans la maison familiale des Kozlowski. Une fois sur place, les choses pourraient bien changer pour Isabelle, notamment grâce à sa rencontre avec Nicolas, un petit garçon blessé par la vie.

Marie Vareille est une auteure que j’aime beaucoup. Déjà conquise par ses précédents livres, j’avais hâte de me replonger dans son univers et de découvrir celui d’Isabelle, son héroïne. Une fois n’est pas coutume, j’ai lu le résumé de ce nouveau roman avant de le commencer. Contrairement à ce que ce dernier peut laisser présager, ce roman n’est pas triste. Certes, il aborde la difficulté de surmonter un deuil et de reprendre sa vie en main mais le sujet est traité de manière subtile et non larmoyante. Si cela tient en grande partie à l’humour de l’héroïne et à ses déboires, la plume de Marie Vareille y joue beaucoup. Son écriture tout en finesse et légèreté lui permet d’aborder les sujets les plus sensibles. Ce nouveau roman est aussi frais que délicat. Il m’a un peu rappelé les publications de Virginie Grimaldi ou de Gilles Legardinier, deux autres auteurs que j’affectionne.
Deux personnages m’ont tout particulièrement marqué dans ce livre : Isabelle et Nicolas.
Isabelle est à la fois drôle et touchante. Elle est idéaliste et vit dans un monde de rêves. Bien que sa carrière d’actrice soit au point mort depuis près de quinze ans, elle ne désespère pas de réussir à percer un jour même si elle a conscience que cela va devenir de plus en plus difficile. J’ai aimé ce côté romantique et rêveur chez Isabelle. Il lui confère une certaine innocence. Elle est comme une grande enfant. Mais une grande enfant qui sait aussi regarder les choses en face et affronter la réalité aussi difficile soit elle, notamment quand il s’agit de sa relation de couple.
Nicolas, lui, m’a touché par son désarroi. Renfermé sur lui-même depuis le décès de sa maman, il est devenu mutique. Lui aussi vit dans son propre monde peuplé de jeu d’échec et de visions rassurantes de sa maman. Par la seule présence d’Isabelle, il va progressivement s’ouvrir. J’ai été touchée de voir que la sincérité et la franchise d’Isabelle permettaient à Nicolas de sortir de sa léthargie.
Les personnages secondaires valent aussi leur pesant d’or et vous feront rire ou trembler : Valentina, la mama italienne, Amina, la meilleure amie gynécologue d’Isabelle, Tony, le majordome aux allures de mafieux ou encore Colombe, la jeune fiancée de Jan Kozlowski.
Ce livre est aussi un concentré d’humour et de situations rocambolesques. Du choix du seul chien de la SPA non adoptable à la course poursuite en Vespa en passant par la scène catastrophique de demande en mariage au restaurant, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Les chapitres défilent à vive allure. Par ailleurs, l’exploitation de différents points de vue apporte une dimension supplémentaire à cette œuvre. On y découvre aussi bien les pensées d’isabelle que les craintes de Nicolas ou de ses sœurs.
Bref, Là où tu iras j’irai est un bon roman. Sa lecture vous procurera à coup sûr beaucoup de plaisir et de joie.
La Délicatesse du homard La Délicatesse du homard
Laure Manel   
Une belle romance melodramatique avec une écriture délicate qui fait alterner les 2 narrateurs principaux. Ainsi on assiste à une analyse fine des ressentis et des profils psychologiques des personnages. Une chose est sûre, les hommes et les femmes ne voient pas les choses de la même manière, les ressentent différemment et c'est finalement cette différence qui fait l'attirance l'un de l'autre, l'enrichissement dans le couple...
Un joli moment de lecture.

par Edith972
Entre mes doigts coule le sable Entre mes doigts coule le sable
Sophie Tal Men   
J'ai moins aimé que le premier. Pas de rebondissement dans les premiers 3/4 du livre. L'histoire est assez plate. On découvre un peu plus le milieu médical, ça c'est bien !

par KIWI05
Meg Corbyn, Tome 1 : Lettres écarlates Meg Corbyn, Tome 1 : Lettres écarlates
Anne Bishop   
It’ s a trap ! J’ai tout laissé en plan et je l’ai dévoré ce tome 1 ! J’ai été sous le charme dès la première page. C’est un projet assez atypique, j’ai du mal à le relier à d’autres livres dans le même genre, c’est bien un urban fantasy mais il arrive à aller au-delà. Je pensais avoir affaire à un habituel ‘bit-lit’ avec une héroïne pour narratrice et ce n’est absolument pas le cas, divers protagonistes prennent part à l’histoire. On sent la patte d’une auteure de fantasy, ce qu’Anne Bishop est sans aucun doute, nul besoin de rappeler qu’elle est connue pour la Trilogie des Joyaux Noirs.

Humains et terra indigene se côtoient, se supportent sans réellement se comprendre, soit par peur, soit par intérêt. Les humains ne sont que des proies dans ce monde pour ces êtres mystiques, ils étaient là avant eux et s’adaptent à chaque génération de prédateurs, ils seront encore là bien après. Namid contient plusieurs continents (Thaisia, Brittanie…), une géographie bien spécifique avec une histoire propre, des jours de la semaine rappelant les éléments et des noms de villes très reconnaissables (Strassville, Bouseville…), des cartes et un prologue permettent de s’immerger dans ce nouveau lieu assez rapidement. De ce fait, il est tout public, il plaira au plus jeune comme au plus vieux, fille ou garçon y trouveront leur compte.

Si Anne Bishop ne revisite pas l’aspect des vampires, loups-garous & cie… elle apporte quelque chose de plus avec le personnage de Meg Corbyn (la quatrième de couverture en dit déjà trop). Elle m’a au départ fait penser à Alice Royale par son côté innocent, ingénu, soit totalement pur, et qui découvre autant les humains, que les terra indigene avec ses pauvres ‘images’ pour seul bagage. Son côté ‘chaton fragile’ aurait dû me faire fuir, ce n’est pas un personnage auquel je m’identifie, mais j’ai su l’apprécier pour sa particularité (en mettant de côté mon agacement que j’avais, de voir chaque Autre s’attacher à elle aussi facilement).

Les personnages sont intrigants (Simon, Tess plus particulièrement), bien développés et ont tous leur place. Même les flics ou les quelques longueurs ne m’ont pas freinée dans cette lecture. J’ai succombé à l’univers présenté par Anne Bishop, à son ambiance à huit-clos qui ne ressemble à aucune autre et plus particulièrement aux émotions distillées au long du livre, qui sont, son plus gros atout dans cette histoire. Grâce notamment à l’autre visage des êtres surnaturels qu’elle nous montre, une partie plus psychologique et animale qu’on n’a pas l’habitude de voir. Ils n’ont rien de séduisant et c’est ce qui fait leur charme, vraiment, ça leur donne du mordant (roh ce jeu de mots). Ce qui donne des occasions de glousser quand il y a ces petites remarques à la limite de l’humour noir et parfois même grimacer, tout n’y est pas édulcoré. La nature est belle, merveilleuse, mais tout aussi cruelle, à Lakeside c’est pareil.

Pendant que nous découvrons le dernier d’Anne Bishop, le tome 2 sort aux USA, et que de frustration, maintenant que j’ai terminé ce premier opus de ne pouvoir enchaîner. Certes, l’intrigue est simple, mais efficace ; il n’y a pas de romance comme dans toute bit-lit actuelle ; l’action est surtout en fin de tome et l’essentiel du roman se concentre sur les relations familiales, amicales — sur les émotions… mais quel premier tome, tellement addictif et différent !

{avis pour Fantasy-Gate.fr}

par LLyza
Les sales gosses Les sales gosses
Charlye Menetrier Mcgrath   
http://saginlibrio.over-blog.com/2019/09/les-sales-gosses-charlye-menetrier-mcgrath.html
Oh que je me suis éclatée avec cette histoire qui est à la fois toute en finesse, drôle, émouvante et sarcastique. Je découvre cette auteure et je pense que ce ne sera pas le dernier roman que je lirai.

Jeanne, cette grand-mère octogénaire, est placée dans un EHPAD, mais dans une chambre-studio, par ses enfants. Elle va ruminer sa rancune pendant plusieurs mois, leur en faire voir de toutes les couleurs. J'ai eu le sourire aux lèvres à chaque scènes cocasses, me disant que c'était une filoute!!

Et puis un jour, elle va commencer à s'intéresser à ses congénères, eux aussi installés dans des studettes, mais dont certains réussissent à voir le bon côté des choses, comme une seconde vie pleine de charme et de camaraderie, ou voir éclore un amour différent.

J'ai adoré tous les personnages qui vont graviter autour de Jeanne, tous sont touchants, émouvants et plein de caractère. Une bande de copains comme on aimerait partager la vie alors la sienne décline.

La plume est très juste, sachant plonger le lecteur dans des tressaillements inopinés, dans un amusement comblé.

Enjoy!

par sagweste
Ensemble. Maintenant. Pour toujours. Ensemble. Maintenant. Pour toujours.
Emily Blaine   
L'avis de #Lilie :
Grande fan de la plume d’Emily Blaine, c’est avec joie que j’ai découvert la suite de « toi, moi, maintenant ou jamais ». Enfin, une suite, pas vraiment si on considère qu’elle est centrée sur Théo et Summer. Néanmoins, on retrouve, avec joie, nos deux amoureux et on en apprend davantage sur la relation du frère de Jérémiah avec la meilleure amie de Charlotte. En effet, ils m’intriguaient depuis un moment et je suis ravie d’avoir, enfin, percé tous leurs secrets !!

Nous retrouvons donc Théo, le frère de Jérémiah, et Summer, la meilleure amie de Charlotte. L’intrigue se passe quelques semaines après « toi, moi, maintenant ou jamais » et comme toujours, Summer et Théo ne sont pas au clair avec leurs sentiments. Entre amour et amitié, la frontière est souvent mince…. Quel lien unit réellement Théo et Summer ? Une relation amoureuse ne risquerait-elle pas de mettre en péril leur complicité ?

On sait depuis longtemps que Summer est une jeune femme qui s’est construite dans l’adversité, devant fuir face à un père violent. Avec l’aide de Théo, Jérémiah, Charlotte et son frère David, elle a fini par quitter la maison familiale pour faire ses études et trouver un super boulot à New-York. Craintive, elle cloisonne tous les pans de sa vie et se refuse de ressentir des sentiments forts. Néanmoins, face à Théo, toutes ses certitudes vacillent. Summer ne sait pas trop comment gérer l’afflux émotionnel qu’elle ressent en sa compagnie. Complices depuis de nombreuses années, ils ont construit une relation ambiguë, faite de non-dits et de rendez-vous manqués. De son côté, le jeune homme ne veut plus perdre de temps. Suite à son accident qui l’a défiguré et qui lui a laissé de nombreuses cicatrices sur tout le corps, il n’a plus qu’une obsession : faire succomber Summer ! Pour cela, il va mettre en application les conseils de son frère et surtout ne rien lâcher pour essayer de faire tomber les murailles qu’elle a construites pour protéger son cœur et son âme.

Cette suite était attendue par tous les fans du premier tome. C’est avec plaisir que j’ai retrouvé Jérémiah et Charlotte et je suis ravie d’avoir enfin pu en apprendre plus sur Théo et Summer qui, je dois bien l’avouer, avaient piqué ma curiosité. L’écriture à deux voix permet une vision complète de leur relation et les flashbacks dans le passé nous montre à quel point ils ont évolué. Comme toujours, la plume d’Emily Blaine est efficace. Elle arrive parfaitement à doser les rebondissements, les scènes d’amour et les transitions. Aucun temps mort n’est à noter dans ce roman un peu court mais qui apporte toutes les réponses à nos questions. Il reste une possibilité de spin-off avec le couple Gemma-David mais cela ne semble pas à l’ordre du jour… dommage car ils cachent eux aussi une part de mystère qu’on aimerait lever.

Pour conclure, j’ai passé un excellent moment de lecture en compagnie de Théo et Summer. Tous les deux blessés par la vie, ce roman est une ode aux secondes chances. Il permet également de retrouver la fougue de Jérémiah et une Charlotte complètement transformée. Cette romance contemporaine comblera tous ceux qui ont lu « toi, moi, maintenant ou jamais ». En revanche, si vous n’avez toujours pas lu cette saga, foncez-vous la procurer et laissez l’adrénaline vous emporter maintenant et pour toujours.
The Boy Next Door The Boy Next Door
Penelope Ward   
Je me sens en totale dépression livresque, trois des grosses sorties attendu depuis des mois m'ont totalement laissé insensible. J'étais tellement excité après Room Hate que ça ne m’est pas venu à l'idée que je serais déçue du récit. Il y a quelques points qui ont fait que ce récit, n'était pas très convaincant, des scènes pas toujours connectées et des dialogues dérangeants. Pour tout vous dire, c'est l'impression dominante qui avait animé ma lecture de Step Brother, le fond de l'histoire est plaisant, mais sans jamais vraiment décoller.

Pour ceux qui n'auraient pas lu Step Brother, il faut savoir que Chelsea est connectée à l'histoire puisqu'il s'agissait de la petite amie de Elec et bien évidemment si ce tome compagnon existe, c'est qu'ils ne vivent pas d'amour et d'eau fraîche. A vrai dire, leur rupture a été assez brutale et la jeune femme se remet difficilement de la perte de cette relation. Le changement semble être la clé d'un nouveau départ, alors un déménagement c'est la solution rêvée, si seulement son mystérieux voisin ne la rendait pas dingue avec ses deux chiens bruyants. On dit souvent que le premier contact est déterminant et on peut dire que ces deux-là vont partir sur une relation explosive.

On est tous passé par une rupture difficile et ce tome aborde un angle intéressant de l'amour. On se questionne notamment sur les degrés d'amour que peuvent éprouver les personnes et bien que cette histoire ait parfois raisonné comme un boomrang sur ma vie personnelle, j'ai apprécié cette manière d'évoquer les sentiments amoureux et on réalise qu'il n'y a pas de recette miracle pour se remettre d'une rupture. Seul le temps guérit les blessures et la tristesse de Chelsea va progressivement se transformer en autre chose au contact de Damien. La jeune femme va passer par une palette d'émotions, oubliant ses tracas à force d'être poussé à bout par son voisin, mais c'est bel et bien le trouble qui va définitivement l'aider à passer à autre chose, il faut dire qu'une relation amicale va rapidement naître entre eux et elle va réapprendre à aimer d'une manière totalement différente. La limite entre l'amitié et l'amour est fragile et Chelsea et Damien vont en faire l'expérience.

Mon gros problème à la lecture de cette histoire, c'est que le sujet est fort et j'ai l'impression d'être resté de marbre, le récit manque parfois de naturel et ça enlève une part de crédibilité. Damien est un personnage haut en couleur et son caractère est le parfait reflet du bad-boy, mais en creusant un peu son histoire va s'avérer surprenante. Beaucoup de mystère demeure et on comprend difficilement ses réactions, il est parfois très contradictoire dans ses actions et il est évident qu'on n'a pas toutes les cartes en mains, mais ce côté passif ça ne m'a pas séduite. Il y a un contraste entre son caractère désinvolte et sa manière de se comporter avec Chelsea.

On retrouve l'humour de Penelope Ward et c'est l'une des choses que je préfère dans ses romans, ce sentiment de liberté et cette part de légèreté, alors qu'on aborde plusieurs thèmes difficiles. La romance se construit d'une belle manière et l'amour/amitié qui naît montre une connexion d'abord physique, puis sentimentale. Je ne nie pas que le couple ait de beaux moments ensemble, mais ça n'aura pas suffi à faire éclater un millier de papillons dans mon cœur. Peut-être est-ce les prémices d'une panne, ou est-ce lié à la traduction, toujours est-il que je suis passé complètement à côté de cette histoire. J'ai tendance à monter mes exigences quand j'apprécie une auteure et c'est peut-être ce qui n'a contribué à rendre cette lecture agréable, mais pas inoubliable.

Ma chronique : https://wp.me/p4u7Dl-3Wu

par Luxnbooks
Ce qui ne te tue pas... Ce qui ne te tue pas...
Georgia Caldera   
Lorsque j'ai commencé ma lecture, je pensais m'attaquer à un one shot un peu niais où tout terminait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Et je me retrouve plongée dans un univers où l'espoir n'a pas l'air d'avoir sa place. Deux personnages torturés au possible, blessés par une violence inimaginable. C'est donc dans un quotidien très sombre que l'histoire se déroule.
Evidemment, il a été pour moi impossible de ne pas faire de liens avec le premier volet de la trilogie DIMILY ; il y a quelques similitudes entre les deux histoires. Mais cela n'est absolument pas dérangeant, puisque les protagonistes sont très différents. J'avoue que parfois, enfin au début surtout, Violette m'a un petit peu tapé sur les nerfs avec sa manière d'en faire des tonnes sur certaines choses. Mais dès sa rencontre avec Adam, ça s'arrange, et en mieux. En parlant de lui... Adam ! La garçon le plus torturé et le plus intéressant qu'il m'ait été donné de rencontrer. Il a une psychologie hors du commun. Plusieurs fois, pendant ma lecture, j'aurais aimé plonger dans le livre pour lui faire un gros câlin. Je me suis énormément attachée à lui et ses démons.
Et puis bah maintenant, il n'y a plus qu'à attendre, malheureusement, attendre encore et toujours, la suite !

par armel86
Baby random, Tome 1 Baby random, Tome 1
Gaïa Alexia   
Très emballée par la couverture de ce roman que je trouve absolument magnifique et très mignonne, je n'ai pas tardé à commander ce roman dès sa sortie et à le lire directement après réception. Je dois admettre que je ressors assez déçue de ce roman.

Tout d'abord, il y a un triangle amoureux dans cette histoire et c'est quelque chose dont je suis loin de raffoler dans les romans. J'ai un peu peur que l'histoire tourne un peu trop en rond à ce niveau-là dans les prochains tomes puisque je ne vois pas ce qu'il y a de plus à raconter pour faire deux tomes supplémentaires à part nous faire tourner en bourrique à savoir si Célia va finir avec Roman ou avec Max. Ceux qui apprécient les triangles amoureux n'y verront pas de problème, par contre si vous êtes assez réticents comme moi ce n'est pas une histoire que je vous recommande.

Concernant les personnages, j'ai trouvé l'héroïne un peu trop naïve. Je veux dire, elle a vingt ans passés mais elle savait à peine ce qu'était la "perte des eaux". De plus, à un moment dans l'histoire elle se retrouve en difficulté toute seule et au lieu de commencer par appeler les secours, elle appelle les deux mecs qui ne répondent pas évidemment et elle dit : "Je suis seule". Euh, à quel moment c'est plus intelligent d'essayer d'appeler deux gars dont un se fout un peu de toi au lieu d'appeler les secours ? Non, madame n'appelle les secours qu'après, je n'ai absolument pas compris la logique mais passons.

Pour ce qui est des deux garçons, je dois admettre que ni l'un ni l'autre ne m'a fait réellement de l'effet. Ils m'ont laissé totalement indifférente et avaient plus le comportement de deux gamins que de deux adultes responsables.

La fin de ce tome n'est pas exceptionnelle mais j'ai tout de même noté la date de sortie du tome 2 dans mon agenda même si je n'en ferais clairement pas une priorité.

J'ai souligné beaucoup de points négatifs mais globalement c'est quand même un roman que j'ai lu très rapidement, qui reste addictif et qui m'a fait passer un bon moment de lecture après les cours. Il a rempli son job : me faire décompresser après une journée de cours et je ne lui en demandais pas davantage. Je lirais probablement la suite.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode