Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de LesLecturesDeMelanie : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le Secret de Lomé, Tome 2 Le Secret de Lomé, Tome 2
Alexiane De Lys   
Mon avis :

J’ai mis un peu de temps à lire ce livre, non pas par soucis avec l’histoire en elle-même, mais plutôt parce que je disposais de très peu de plage horaire pour lire dernièrement. Je dois avouer que j’ai beaucoup plus aimé ce second tome que le premier qui était déjà top! La différence qui a joué dans ce sens est le comportement ainsi que le caractère de l’héroïne. Dans le premier livre je m’étais fortement attachée aux décors et à l’histoire dans lesquels nous avait plongé l’écrivaine, sans pour autant réussir à complètement apprécier Lomé hormis dans les dernières pages ! Dans cette suite nous pouvons dire que je me suis réconciliée avec elle. Elle a pris du plomb dans la tête comme on dit et son évolution est stupéfiante à tous les points de vue. Ses sentiments ressentis au cours de ses nouveaux périples sont décrits avec beaucoup d’intensité à tel point que nous sommes subjugués par ses aventures. J’ai hâte de connaître ce qui va suivre et l’accomplissement de sa destinée.

par CelineDH
La Fille des deux mondes, Tome 1 : Un pied dans la tombe La Fille des deux mondes, Tome 1 : Un pied dans la tombe
C.C. Hunter   
J'avoue avoir eu un peu de mal à accrocher à l'histoire durant les premiers chapitres mais je me suis rapidement attachée aux personnages et je dois admettre que le rebondissement final était... très surprenant. Je crois que les dernières pages sont celles que j'ai préféré de tout ce roman. Maintenant, j'ai vraiment très envie de lire le prochain tome !
Seul bémol, le niveau de langue dans ce roman qui me paraît plus bas que dans la série Nés à Minuit avec plus de jurons et de registre familier. Cela peut aussi être dû à la traductrice qui a changé entre les deux séries... un peu dommage.

par louana31
Sorcery of Thorns Sorcery of Thorns
Margaret Rogerson   
All sorcerers are evil. Elisabeth has known that as long as she has known anything. Raised as a foundling in one of Austermeer’s Great Libraries, Elisabeth has grown up among the tools of sorcery—magical grimoires that whisper on shelves and rattle beneath iron chains. If provoked, they transform into grotesque monsters of ink and leather. She hopes to become a warden, charged with protecting the kingdom from their power.

Then an act of sabotage releases the library’s most dangerous grimoire. Elisabeth’s desperate intervention implicates her in the crime, and she is torn from her home to face justice in the capital. With no one to turn to but her sworn enemy, the sorcerer Nathaniel Thorn, and his mysterious demonic servant, she finds herself entangled in a centuries-old conspiracy. Not only could the Great Libraries go up in flames, but the world along with them.

As her alliance with Nathaniel grows stronger, Elisabeth starts to question everything she’s been taught—about sorcerers, about the libraries she loves, even about herself. For Elisabeth has a power she has never guessed, and a future she could never have imagined.
Evil, Tome 1 : Vicious Evil, Tome 1 : Vicious
Victoria Schwab   
Ma note: 6/5 (gros coup de cœur)
Chronique disponible sur mon blog: https://callmeeluh.wordpress.com/2017/09/13/villains-tome-1-vicious-de-v-e-schwab/

“Plenty of humans were monstrous, and plenty of monsters knew how to play at being human.”

Il y a certains livres que vous adorez et vous savez malgré tout former des pensées cohérentes pour en parler, et il y en a d’autres qui vous laissent sans voix. Vicious fait partie de cette catégorie. Après mon coup de cœur pour la trilogie Shades of Magic en début d’année, j’étais sûre d’une chose: que j’allais relire du Victoria Schwab. De tous ses romans, Vicious était celui dont j’entendais le plus l’éloge, donc j’ai décidé de me lancer. Je me doutais que j’allais aimer ce livre, j’ignorais juste que ce serait à ce point !

Eli et Victor sont en dernière année de fac. Bien que travaillant sur des thèses différentes, les deux amis se retrouvent rapidement à travailler ensemble sur celle d’Eli, qui recherche les conditions qui mènent à la création d’un ExtraOrdinaire ou EO. Rapidement, les simples recherches vont laisser place à l’expérimentation qui, entre expérience de quasi-mort et conséquences imprévisibles, va vite tourner au vinaigre. Dix ans plus tard, Victor s’évade de prison aux côtés de Mitch, un détenu rencontrer pendant sa décennie passée derrière les barreaux. Durant ces dix années, Victor a eu le temps de se préparer pour la seule chose qui le motive à aller de l’avant: se venger de Eli. Accompagné de Mitch et de Sydney, qu’il a rencontré après son évasion et qui est elle aussi une EO, il compte bien faire payer son vieil ami. Pendant ce même temps, Eli s’est employé à traquer et tuer des EO, à l’exception de Serena, qu’il garde en vie malgré lui.

Par où commencer ? Après avoir lu Shades of Magic, je savais déjà que Victoria Schwab est une auteure de génie, mais pour le coup ce livre repousse les limites du génie. Vicious est différent de tout ce que j’ai pu lire jusqu’à maintenant. Comme beaucoup, je suis habituée à lire des livres qui opposent gentils contre méchants. Or ce livre ne suis pas du tout cette trame: ici c’est l’affrontement entre le mauvais et le pire. Et c’est génial ! C’est original, et c’est tellement plus intéressant que les trames classiques !

“ExtraOrdinary. The word that started—ruined, changed—everything.”

Les personnages sont hauts en couleur et attachants. Qu’on aime les détester ou qu’on les aime tout court, le résultat est le même: ils sont tous incroyables. Chacun d’eux est développé avec intelligence, leur évolution est cohérente, et même si j’ai été surprise plus d’une fois lors de ma lecture par rapport à leurs actions, en prenant du recul on se rend compte que c’est toujours logique.

Durant la première moitié du livre, Victoria alterne les chapitres entre le ‘présent’ et dix ans auparavant, nous permettant de comprendre comment Eli et Victor en sont arrivés là. Au début j’ai eu un peu peur que cette façon de faire casse un peu trop le rythme du livre, mais au final je pense que c’est ce qui m’a rendu encore plus accro à ma lecture.
Dans la deuxième partie les flashbacks sont toujours présents mais moins nombreux, et ne se concentrent plus uniquement sur Victor et Eli mais également sur Sydney, Serena et Mitch. J’ai adoré en découvrir plus sur eux et leur passé, d’autant plus que je ne m’y attendais pas du tout. Il n’est pas rare que des auteurs négligent certains de leurs personnages, mais ce n’est pas le cas de Victoria Schwab qui prend bien le temps de poser les bases de chacun d’eux à travers le livre.

Vicious a un rythme particulier qui, je m’en doute, ne va pas forcément plaire à tout le monde. La première partie est un peu plus lente, mais honnêtement ça ne m’a pas du tout dérangé ! Entre la plume toujours aussi excise de Victoria et l’histoire complètement prenante, j’ai été très rapidement happée par ce livre. Les passages plus lents permettent de construire la tension toujours plus pesante qui nous maintient accroché à notre lecture.

“The paper called Eli a hero.
The word made Victor laugh. Not just because it was absurd, but because it posed a question. If Eli really was a hero, and Victor meant to stop him, did that make him a villain?”

Ce livre a été une vraie claque. Je ne m’attendais pas à une telle lecture. Victoria Schwab nous maintient en haleine du début à la fin et réussi avec brio à créer une histoire aussi complexe qu’incroyable. Je sais que ce n’est que mon quatrième livre de cette auteure que je lis, mais oserai-je m’avancer et dire qu’il s’agit de son meilleur ? En tout cas une chose est sûre: ce livre a été un énorme coup de cœur comme j’en ai rarement.

par Callmeluh
49 jours, je compterai pour toi 49 jours, je compterai pour toi
C. S. Quill   
http://www.lmedml.fr/2019/03/22/49-jours-je-compterai-pour-toi-c-s-quill/

WAHOU… CETTE CLAQUE…
Le premier ou la première qui vient me dire que la romance ce n’est pas de la littérature et que ce n’est pas digne d’intérêt, je lui met mon poing dans la figure… Vous avez vu comme je suis menaçante, là ? En terminant ce roman, j’ai pensé à toutes ces personnes qui m’ont un jour dit que la romance ce n’était pas un genre littéraire, punaise ce que cela peut m’énerver !

[49 jours, je compterai pour toi] est classé en new romance, et cette histoire a totalement sa place dans les étals des plus grandes librairies au rayon romance, mais ce livre, c’est bien plus qu’une histoire d’amour à proprement parlé, c’est une ode à la vie, à l’amour avec tout ce que cela implique.

Je suis encore un peu sous le choc de cette lecture, c’est pour cette raison que j’ai décidé d’écrire mon avis à chaud, pendant que mes émotions bouillonnent encore sous ma peau.

UNE HISTOIRE INDESCRIPTIBLE…
Je suis là devant mon écran à me demander comment vous parler de cette histoire… Et tout ça c’est ta faute Cami ! A cause de ce qui se passe dans ta tête quand tu décides de te lancer à corps perdus dans une histoire qui te hante.

Peut importe ce que je pourrais dire sur ce livre, rien ne sera jamais suffisamment à la hauteur de Breen et Sawyer ! Le résumé est une perfection, tellement intriguant que l’on se lance dans l’histoire sans vraiment savoir où on va, aussitôt reçu, aussitôt lu ! Je le savais qu’il allait me bouleverser, j’ai lu les précédents récit de Cami, et ils avaient tous réussi à me faire rêver, à me faire comprendre la complexité des personnages et de leurs histoires respectives. Mais rien ne me préparait au contenu de [49 jours, je compterai pour toi].

« QUAND L’AMOUR SE VIT EN 49 JOURS… »
C.S. Quill est une autrice que j’admire pour son audace, son culot et sa façon de voir la vie. Avec ce roman, elle nous offre une oeuvre plus personnelle, plus délicate et en même temps qui ravage tout sur son passage. Elle a ancré son histoire en France, dans un cadre qui incite au voyage. Je me suis téléporté à Camaret, cette petite ville pleine de charme qui abrite cette histoire au contexte si particulier. Dès les premières pages, j’étais conquise, sous l’emprise de ce décompte inéluctable… Ai-je angoissé ? Oui, à mort. Ai-je spéculé sur les tenants et les aboutissants de l’histoire ? Bien sûr, quelle question. Me suis-je planté sur toute la ligne ? J’étais à des kilomètres de découvrir ce que cette histoire dissimule. La chute a été violente, l’effet absolument magistral. Je ne m’en suis toujours pas remise.

DES PERSONNAGES TRAVAILLES, PARTICULIÈREMENT VIVANTS ET TOUCHANTS !
Breen, notre héroïne est une énigme. On la découvre entre passé et présent, un aspect totalement envoûtant qui nous permet de faire la lumière sur ce qui l’empêche d’aimer plus que 49 jours… Ça vous intrigue, hein ? Breen est une jeune femme saisissante, je l’ai aimé dès les premières pages, m’attachant à elle au-delà du possible. En évoluant à ses côtés, j’ai compris de nombreuses choses, j’ai éprouvé une foule d’émotions qui m’ont dévastées autant qu’elle ont fait battre mon cœur à la chamade. Breen est exceptionnelle, son histoire est indescriptible, elle se vit, je me suis sentie si proche d’elle et en même temps tenue à distance par cette histoire de jours qui passent. Cette héroïne a une personnalité très bien travaillée, à tel point que vous ne pourrez que l’accompagner vers cette rédemption qu’elle mérite tant. Sawyer, c’est Sawyer ! Vous voyez je n’ai pas vraiment envie de parler de lui, parce que vous allez forcément craquer pour lui… Je peux vous dire que Cami vous l’a bichonné, elle a donné vie à un BBF proche de la perfection. Un homme qui a de nombreuses qualités autre que celle d’humidifier vos sous-vêtements, même si ce sera peut-être tout de même le cas . #coquine

« CETTE FILLE ME REND DINGUE DEPUIS QUE JE L’AI APERÇUE LÀ-BAS… J’AI SAUTÉ SUR L’OCCASION DE ME RAPPROCHER D’ELLE, SURPRIS DE RÉUSSIR SI VITE À ENTRER DANS SA VIE. MAIS LE PROBLÈME AVEC BREEN, C’EST QUE J’EN VEUX PLUS. ELLE EST EXACTEMENT TELLE QUE JE L’AVAIS IMAGINÉE. LA SEULE CHOSE QUE JE N’AVAIS PAS ANTICIPÉE, C’EST CETTE URGENCE QUI CRÉPITE ENTRE NOUS, COMME SI LE TEMPS QUI DÉFILE ÉTAIT COMPTÉ. »
Il y a pas mal de protagonistes dans ce roman et franchement je reste admirative du fait que l’autrice ait réussi à leur donner une personnalité propre à chacun, ils ont tous un rôle déterminant dans le dénouement de l’histoire et là encore c’est vraiment un festival de révélations de taille les concernant.

UN SCÉNARIO HORS NORME. UNE HISTOIRE BOULEVERSANTE, HUMAINE, PLEINE DE NUANCES ET DE VIE !
Vous allez vivre une aventure hors du commun avec ce roman. C.S. Quill s’est surpassé et pourtant on sent que rien n’est forcé ! Le récit est fluide, entre passé et présent avec une alternance de point de vue absolument fantastique…

Oubliez tout ce que vous connaissez de la plume de l’autrice, ici son talent augmente d’un cran, plus encore. Sa plume se veut plus mâture par rapport aux thèmes abordés, malgré cela son style conserve un côté léger qui se marie à merveille avec toutes les émotions plus brutes engendrées par le récit.

La psychologie est sans doute le plus gros atout de l’autrice car elle en fait ce qu’elle veut. Elle connaît les relations humaines et elle aime explorer la psyché de ses personnages en les décortiquant avec brio. Ce roman c’est une foule de questions qui bouleverse le lecteur. Je n’ai pas été stimulée de la sorte depuis un moment, les sujets que l’on découvre sont percutants, vous ne ressortirez pas indemnes de cette fiction réalité.

La plume de l’autrice se veut poétique, mélancolique et pleine d’émotion. La modernité et l’addictivité sont évidemment au rendez-vous pour scotcher le lecteur.

L’AMOUR…
Je ne souhaite pas que l’on s’arrête uniquement sur le côté romance de cette histoire, romance qui est magnifique, qui a fait battre mon cœur à un rythme effréné… Plus j’avançais dans l’histoire, et plus j’avais l’impression de savoir ce que j’allais découvrir, grosse erreur et c’est là que l’on prend la pleine mesure de l’originalité et du caractère unique de l’histoire.

C.S. Quill joue avec les nerfs de ses lecteurs, elle explore la notion d’amour de plusieurs façons. Elle met en lumière son héroïne qui ne cesse de se retrouver à la croisée des chemins, à la recherche de cette rédemption… On suit un véritable cheminement dont on ne connait absolument pas la destination.

Je suis une grande fan de romance, mais j’ai de plus en plus de mal à y trouver mon compte, j’essaye de sélectionner mes lectures avec soin et CE roman c’est la perle rare, le graal de toutes les grandes romantiques… C’est une merveille pour les lecteurs qui aiment vivre au cœur d’un récit qui ne cessera de les épater et de les surprendre.

« RETIENS-MOI, SAWYER. RETIENS-MOI QUOI QU’IL ARRIVE. JE NE VEUX PLUS M’ÉCHOUER, J’AI TELLEMENT BESOIN D’UN PORT OÙ M’ANCRER. »
EN BREF :
[49 jours, je compterai pour toi], c’est plus qu’un coup de cœur. L’histoire de Breen et Swayer a profondément marqué mon âme de lectrice, au-delà de leur histoire d’amour… C.S. Quill nous offre une histoire indescriptible, poétique, un peu mélancolique avec un fond profondément touchant équilibrée par des touches de légèreté et d’humour. Vous allez vibrer aux côtés des personnages, être submergé par les émotions et vivre une aventure humaine hors norme. Le récit se déroule en France et l’autrice a réussi à sublimer les lieux qu’elle nous décrit avec passion. Le voyage se vit de la première à la dernière page.

[49 jours, je compterai pour toi] c’est LE ROMAN à se procurer de toute urgence ! Disponible dès le 28 mars <3
Romanov Romanov
Nadine Brandes   
From the author of "Fawkes" comes a magical take on the story of Anastasia Romanov.

The history books say I died.

They don’t know the half of it.

Anastasia “Nastya” Romanov was given a single mission: to smuggle an ancient spell into her suitcase on her way to exile in Siberia. It might be her family’s only salvation. But the leader of the Bolshevik army is after them . . . and he’s hunted Romanov before.

Nastya’s only chances of survival are to either release the spell, and deal with the consequences, or enlist help from Zash, the handsome soldier who doesn’t act like the average Bolshevik. Nastya’s never dabbled in magic before, but it doesn’t frighten her as much as her growing attraction for Zash. She likes him. She thinks he might even like her . . .

That is, until she’s on one side of a firing squad . . . and he’s on the other.

par Lau97
Lord John, Tome 1 : Une affaire privée Lord John, Tome 1 : Une affaire privée
Diana Gabaldon   
Premier Tome des aventures du Lord anglais.
Ici nous avons deux enquêtes au départ, une personnelle pour Lord John Grey et une officielle.
Lord John Grey est un très bon personnage, les autres sont tout aussi intéressants. De plus l'humour est présent, parfois bien anglais.
Un roman très bien écrit et prenant, le style de Diana Gabaldon est toujours aussi bon que dans la saga "Le Chardon et le Tartan", les descriptions qu'elle nous fournie nous permettent de découvrir une Angleterre du XVIIIè siècle haut en couleur, en saveur et ... en odeur :)
Par contre, attention aux fans, car nous retrouvons que très rarement ce cher Jamie Fraser... le personnage principal ici c'est Grey ;)

par Rohan
Chrysanthe, Tome 1 : La Princesse perdue Chrysanthe, Tome 1 : La Princesse perdue
Yves Meynard   
De son enfance, Christine a presque tout oublié. Elle n'en sait que ce qu'on lui a raconté : sa mère est morte dans des circonstances troubles et son père, violent, ne pouvait s'occuper d'elle. Elle a donc été secourue et élevée par Tonton, un homme bienveillant mais froid et avare de son amour. Il est donc tout naturel pour Christine de prendre l'affection là où elle la trouve, dans la gentillesse et la bienveillance de Tap PleineLune, un lapin qui parle. Mais en vieillissant, Christine est de plus en plus consciente qu'il n'est pas normal, à son âge, d'avoir un ami imaginaire. Elle renvoie donc Tap Pleine-Lune, qui clame son authenticité. Le choc de la séparation est brutal, au point où Christine est victime d'un malaise. À l'hôpital, elle avoue tout au médecin qui, inquiet de sa santé mentale, l'envoie consulter un psychiatre. Commencent alors de longs mois de séances tout aussi longues et pénibles avec le docteur Armand qui lui fait revivre, sous hypnose, les événements difficiles de son enfance, et c'est avec douleur et impuissance qu'elle assiste aux viols à répétition auxquels son père et ses amis la soumettaient. Mais, alors que l'enfance a fait place à l'ado - lescence, une rencontre changera à tout jamais le destin de Christine. Et si tous les souvenirs inspirés par les séances avec le docteur Armand étaient fabriqués? Et si, en réalité, elle était non pas rescapée mais... prisonnière? Et si elle était, comme l'affirme le jeune homme qui souhaite l'y emmener, originaire d'un monde merveilleux où elle serait une véritable princesse ?
The Lost Queen The Lost Queen
Signe Pike   
“Outlander meets The Mists of Avalon” in the first book of an exciting historical trilogy that reveals the untold story of Languoreth—a powerful and, until now, tragically forgotten queen of sixth-century Scotland—twin sister of the man who inspired the legendary character of Merlin.

Intelligent, passionate, rebellious, and brave, Languoreth is the unforgettable heroine of The Lost Queen, a tale of conflicted loves and survival set against the cinematic backdrop of ancient Scotland, a magical land of myths and superstition inspired by the beauty of the natural world. One of the most powerful early medieval queens in British history, Languoreth ruled at a time of enormous disruption and bloodshed, when the burgeoning forces of Christianity threatened to obliterate the ancient pagan beliefs and change her way of life forever.

Together with her twin brother Lailoken, a warrior and druid known to history as Merlin, Languoreth is catapulted into a world of danger and violence. When a war brings the hero Emrys Pendragon, to their door, Languoreth collides with the handsome warrior Maelgwn. Their passionate connection is forged by enchantment, but Languoreth is promised in marriage to Rhydderch, son of the High King who is sympathetic to the followers of Christianity. As Rhydderch's wife, Languoreth must assume her duty to fight for the preservation of the Old Way, her kingdom, and all she holds dear.


Les bras de Morphée Les bras de Morphée
Yann Becu   
Découvrez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

--- Un synopsis accrocheur ---

Lors de La Foire du Livre de 2019, je n’ai pas manqué de faire un arrêt au stand des éditions L’homme sans nom. C’est en effet devenu une habitude, au fil des années. J’ai eu la chance d’y découvrir en avant-première Les bras de Morphée, un one-shot anticipatif dont le synopsis m’a séduite au premier coup d’oeil. Je l’ai donc acheté… et lu, aussitôt rentrée !

Pour résumer mon avis, je dirai que ce livre est complètement barré. C’est d’ailleurs ce qui fait son charme !

--- Un concentré d’idées ---

Lire Les bras de Morphée, c’est comme plonger dans un maelström d’idées toutes plus saugrenues les unes que les autres. Le rythme est soutenu, presque chaotique à certains moments. Yann Bécu amorce de nouvelles réflexion à chaque page, à chaque paragraphe. En conséquence, ce roman exige beaucoup, beaucoup de concentration.

J’avoue que j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire, mais de nombreuses répliques me faisaient sourire et le concept même du syndrome Morphée me plaisait. Dès lors, après un temps d’adaptation, ce fut une superbe lecture !

J’ai néanmoins eu l’impression de passer à côté de nombreuses références littéraires – reprises dans un glossaire en fin de livre, heureusement -, ce qui m’a légèrement frustrée. Mais d’autres lecteurs y dénicheront au contraire de véritables trésors !

--- L’humour à son apogée ---

C’est, pour moi, le plus grand point fort de ce one-shot ! Il s’agit d’un humour que je qualifierais de fin, car les blagues sont assez recherchées. Pour preuve, en voici un extrait :

« -Sois pas triste, Frimousse…
-Ça se contrôle pas vraiment, la tristesse.
-Bien sûr que ça se contrôle… Écoute, dès que tu convoques un souvenir, ton cerveau y apporte une minuscule transformation, tu savais pas ça ? À peine un détail, chaque fois, l’ombre d’un sourire, une nuance poivrée, un bémol, vraiment pas grand-chose. Mais après vingt années de retouches cosmétiques, c’est tout le tableau qui a changé.
-Et ?
-Et tes souvenirs les plus forts, je parle de ceux qui te tirent encore des rires ou des larmes vingt ans plus tard, eh bien ce sont aussi les plus faux.
-C’est censé me remonter le moral ?
-C’est censé te rendre la vue, Frimousse. Rien de tel que le présent.
-Je m’en souviendrai.
-T’as vraiment rien compris, toi… »

Et c’est comme ça à chaque page. Autant vous dire que je me suis régalée !

--- De folles aventures pour des personnages atypiques ---

Yann Bécu a doté ses héros d’une forte personnalité, cela ne fait aucun doute. Obligés de tuer le temps, ces derniers aiment se risquer dans des affaires louches. C’est d’ailleurs leur soif d’aventures qui les poussera à mettre le doigt sur un secret un peu trop bien gardé, qui ne serait pas sans rapport avec le syndrome Morphée…

En bref, l’intrigue emporte le lecteur dans une série d’événements improbables et s’achève sur une pirouette, certes tirée par les cheveux, mais en parfait accord avec l’esprit déluré de ce roman.