Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de LesMotsPourRever : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Magisterium : Tome 1 : L’épreuve de fer Magisterium : Tome 1 : L’épreuve de fer
Holly Black    Cassandra Clare   
Cela faisait un moment que je cherchais un livre sur le thème de la magie qui me transporte comme mon cher petit Harry Potter a pu le faire. Et là c’est le pari gagnant pour moi. De l’émerveillement, une intrigue prenante et juste un grand OUAAAHHH a la fin !!!!
Les deux auteurs nous transportent dans un monde rempli de magie et d’action. Comme c’est le 1er tome d’une saga littéraire de 5 volumes, elles posent ici les jalons d’un univers clair et précis où on ne se sent jamais débordé par toutes les descriptions et informations. Même si le rythme est assez lent dans les débuts, il devient de plus en plus soutenu jusqu’au final où c’est l’APOTHEOSE, et on se sent un peu frustré quand on referme le livre car on ne veut qu’une seule chose LA SUITE !!!!! Heureusement pour nous, on l’aura en avril 2016.

Suite avis sur : http://lesmotspourrever.com/magisterium-lepreuve-de-fer-2/#more-189
Sherlock Holmes, La maison de soie Sherlock Holmes, La maison de soie
Anthony Horowitz   
Le docteur Watson, au crépuscule de sa vie, entreprend de raconter l’une des enquêtes les plus dérangeantes qu’il ait vécue aux côtés de Sherlock Holmes. Dérangeante tout d’abord pour le lecteur mais aussi pour toute la société anglaise de l’époque, donc à ne dévoiler au public que dans un siècle, lorsque les principaux protagonistes de cette sombre histoire ne seront plus de ce monde. Le ton est donné, nous savons d’ores et déjà que ce nouveau récit ne sera pas de toute gaieté.

Nous suivons donc la plume de ce bon docteur Watson et nous nous retrouvons une nouvelle fois en compagnie de Sherlock Holmes au 221B Baker Street, en 1890, lorsqu’un marchand d’art, Edmond Carstairs, vient solliciter leur aide. En effet, depuis quelques temps il est suivi par un homme qu’il identifie comme l’un des criminels qu’il a aidé à faire arrêter lors d’un voyage en Amérique et qu’il soupçonne de vouloir se venger. La nuit même, Carstairs se voit dérober une cinquantaine de livres ainsi qu’un collier. N’ayant que peu d’indices pour le moment, Holmes envoie ses Irréguliers (des orphelins travaillant ponctuellement pour lui) sur la piste du collier et du voleur, en leur intimant d’aller notamment fouiner du côté des prêteurs sur gage. Ross est le premier à revenir avec des informations sur le criminel, entraînant Holmes et Watson dans un quartier peu fréquentable. Malheureusement pour eux, le criminel est retrouvé poignardé dans sa chambre d’hôtel. L’affaire se complique encore plus lorsque, le lendemain, Ross est retrouvé mort, un ruban de soie attaché au poignet.

Pour tout vous dire, je suis ce que l’on appelle communément une holmésienne. Je n’en suis pas au point d’appliquer les méthodes de Holmes dans ma vie de tous les jours mais j’aime me perdre encore et encore dans ses aventures au point de connaître des détails dérisoires comme le nombre de marches menant au 221B ou les tableaux qui ornent les murs de l’appartement. Autant je vénère les écrits de Conan Doyle, autant j’ai cru m’ouvrir les veines plus d’une fois face à ce que certains écrivains ont osé faire à mon détective préféré (je ne parlerai même pas de la série tv Elementary … Sauf si vous avez deux-trois jours devant vous, que je puisse bien vous expliquer pourquoi elle ne devrait même pas exister). Et pourtant je ne remercierai jamais assez Anthony Horowitz de s’être intéressé à ce personnage ! Je ne connais pas le reste de son œuvre, ce livre fut l’occasion pour nous deux de faire connaissance.

L’auteur nous propose une histoire qui reprend les codes classiques du canon holmesien et fait revivre avec talent nos deux héros mais aussi tout leur univers, que ce soit l’appartement, les personnages secondaires ou les taquineries de Holmes envers Lestrade. De plus, il nous dépeint Londres à l’époque victorienne avec brio, je me suis tout de suite retrouver plongée au cœur de cette période. Pas de doute, la magie est bien là comme lorsque je lis un récit de ACD.

Ne vous attendez pas à lire un roman policier comme il s’en fait aujourd’hui, plein de technologie et de gadgets électroniques en tout genre, d’analyses scientifiques et autres. Ici tout se fera « à l’ancienne » donc oui parfois les déductions de Holmes ne sont pas toujours crédibles mais ça n’a aucune importance parce que malgré tout, on y croit.

Si le début peut sembler un peu lent, sachez que c’est ainsi que procédait ACD. Nous en apprenons énormément sur le nouveau client du jour afin que, une fois le mystère résolu, nous ne puissions que nous sentir idiot de ne pas avoir vu l’évidence avant puisque nous avions toutes les informations. La touche Horowitz commence à se montrer lorsque Ross est retrouvé mort mais surtout lorsque nous apprenons qu’il a été clairement torturé (c’est une limite que n’a jamais franchi ACD, lui qui n’a d’ailleurs jamais impliqué d’enfant). Le récit devient immédiatement plus sombre et plus pesant, mais surtout mon intérêt pour l’histoire a brusquement décuplé.

A force d’exploiter le moindre indice et de suivre la plus petite piste, Holmes et Watson finissent par tomber sur quelque chose de bien plus gros que tout ce qu’ils avaient pu imaginer. Le cambriolage, réel point de départ de cette enquête, se voit relégué au second plan au profit d’un autre mystère : mais qu’est-ce que la Maison de Soie ? Même Mycroft Holmes, occupant pourtant une haute fonction dans le gouvernement, ne peut obtenir de réponse et se voit donner l’ordre d’abandonner là toute tentative d’en apprendre plus sur le sujet. Quel que soit le secret de cette Maison, personne ne veut en parler, ce qui ne fait qu’attiser la curiosité de Sherlock Holmes mais aussi la nôtre. Ne tenant pas compte des avertissements, notre détective se retrouve en bien fâcheuse posture, laissant le Docteur Watson impuissant et en plein désarroi. Dans sa quête pour venir en aide à son grand ami, Watson va même se retrouver face à Moriarty, désireux lui aussi de voir Holmes se sortir vivant du pétrin dans lequel il s’est fourré. J’ai été sincèrement surprise de retrouver Moriarty à cet instant, et surtout avec de tels desseins. Je n’irais pas jusqu’à dire que Horowitz n’a pas respecté le caractère que ACD lui avait donné, mais j’admets que le fait de le voir proposer son aide m’a gêné. On peut adhérer à cette excuse du « il est mon ennemi personnel donc s’il doit mourir ce sera uniquement par ma main » mais je n’ai pu m’empêcher d’y voir une acrobatie sans grand équilibre permettant uniquement à Horowitz de faire apparaître Moriarty, comme s’il se devait absolument de le faire.

Les indices laissés à l’attention du lecteur sont minces, mais une réflexion de Holmes, le comportement étrange d’un personnage, tout un tas de petites choses font que finalement nous comprendront le fin mot de cette histoire avant Watson, notre narrateur, et chaque nouvelle page tournée se voit accompagner d’une angoisse monstrueuse parce que même si j’avais ma petite idée sur ce qu’était cette fameuse Maison de Soie, une partie de mon esprit ne voulait pas y croire. Ce n’est rien de pire que ce que l’on peut voir dans certains films ou certaines séries, mais c’est quelque chose qui n’a jamais eu sa place dans le canon holmesien et je pense que c’est précisément ce fait qui m’a tant dérangé, parce que je ne m’y attendais vraiment pas. L’auteur reste sobre, nous épargnant les détails scabreux (ce qui est une bonne chose, en dévoiler plus aurait nuit à l’histoire et se serait définitivement détaché du style Conan Doyle) mais le peu qu’il dit suffit largement pour nous dévoiler toute l’horreur que cache la Maison de Soie. Le pire est de savoir que bon nombre de personnes politiques y sont impliquées.

Ce mystère levé, restait à éclaircir le cambriolage, celui-là même qui nous avait conduis jusqu’ici. Je me demandais comment l’auteur parviendrait à relier les deux, et surtout à nous rendre ce dénouement intéressant après la bombe qu’il venait de nous lâcher. Pari réussi pour Horowitz, la pirouette était une belle trouvaille !

La Maison de Soie est l’une des rares (si ce n’est la seule) reprise de ce personnage mythique qui ne m’ait pas déçu. L’auteur a su y disséminer des tas de références au canon que j’ai eu plaisir à retrouver. J’ai éprouvé le même plaisir à suivre les déductions de Holmes qu’avec ACD. Mais Horowitz n’a pas seulement repris les techniques de Conan Doyle puisqu’il a quelque peu approfondi le personnage du Docteur Watson et surtout la tangibilité de son amitié avec Holmes. L’auteur s’est aventuré plus loin dans la noirceur humaine que n’avait osé le faire ADC et a, parallèlement, humanisé un peu plus notre brillant détective sans pour autant en faire trop. Son scénario a été véritablement pensé puisqu’une fois tous les mystères levés, tout s’imbrique parfaitement sans que je ne l’ai vu venir. Je me suis même laisser surprendre par quelques touches d’humour ici et là qui m’ont fait sourire. Ce fut vraiment avec regret que je suis arrivée à la fin de ce livre, attristée de devoir déjà laisser mon duo préféré.

Un livre approuvé par les descendants d’Arthur Conan Doyle, et on comprend pourquoi !

http://lesmotspourrever.com/
Harry Potter, Tome 4 : Harry Potter et la Coupe de feu Harry Potter, Tome 4 : Harry Potter et la Coupe de feu
Joanne Kathleen Rowling   
Le premier des HP qui prend le chemin de la noirceur, de la douleur. On est très loin de l'univers dit pour "enfants" du début. Une fin déchirante. C'est le livre qui marque le grand tournant de l'histoire vers l'âge adulte.

par saltanis
Harry Potter, Tome 2 : Harry Potter et la Chambre des secrets Harry Potter, Tome 2 : Harry Potter et la Chambre des secrets
Joanne Kathleen Rowling   
J.K contrairement a d'autres ecrivains n'a pas chute dans son 2e tome... au contraire il est meme voir meilleur. J'ai particulierement aime la fin du roman avec Tom Jedusor et Harry Potter.

par Roxye
Harry Potter, Tome 3 : Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban Harry Potter, Tome 3 : Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban
Joanne Kathleen Rowling   
J'ai adoré ce tome-ci tant émouvant par la rencontre de Harry et de Sirius. Et tant tragique aussi, lorsque celui-ci doit fuir à nouveau. On apprend aussi beaucoup de choses sur les parents de Harry - surtout sur son père. De plus,Harry progresse énormément en tant que sorcier durant cette troisième année à Poudlard (il parvient à créer un patronus, à faire fuir toute une horde de Détraqueurs et à faire face à sa plus grande peur) .

par marjolen7
Harry Potter, Tome 1 : Harry Potter à l'école des sorciers Harry Potter, Tome 1 : Harry Potter à l'école des sorciers
Joanne Kathleen Rowling   
Je le conseille à tout lecteur ! Quelque soit son âge, son niveau de lecture, Harry Potter est une perle ! Il se démarque par sa simplicité, son scénario révolutionnaire certes mais qui s'inscrit dans un monde que Rowling parvient à recréer parfaitement ! En tout cas à ne pas manquer.

par Romaiin
Il était une lettre Il était une lettre
Kathryn Hughes   
Il était une lettre est un livre bouleversant mêlant deux destins, il a état au-delà de tout ce que j’aurais pu attendre!!!!! Il m’a ému et je n’ai pas pu le lâcher jusqu’à la fin tellement l’histoire de ces deux femmes est juste forte et magnifique. Un résumé prometteur, une couverture toute en finesse et douceur, et une histoire magnifique voilà ce qu’est Il était une lettre.
Lire la suite ici: http://lesmotspourrever.com/il-etait-une-lettre/#more-932
Alice in Murderland, Tome 1 Alice in Murderland, Tome 1
Kaori Yuki   
C'est avec un véritable bonheur que de retrouver Kaori Yuki. Ici elle reprend le thème d'Alice au pays des merveilles pour l'adapter à sa sauce. Ici jeu de massacre, dédoublement de personnalité, univers sanglant et gothique sont les maîtres-mots de ce mangas. Oubliez tout ce que vous avez pu connaître sur l'univers d'Alice au pays des merveilles, ici on en est très loin. Toutefois, c'est un 1er tome fantastique et plein de promesse. J'attends de voir la suite, pour voir l'évolution des personnages mais je ne suis vraiment pas déçue. Les dessins sont fluides et plein de dynamisme, l'action est constante et tout s’accélère pour donner un rythme soutenu jusqu'à la fin de tome.

Lire la chronique ici: http://lesmotspourrever.com/alice-in-murderland/#more-1086
Le Protectorat de l'Ombrelle, une Aventure d'Alexia Tarabotti, Tome 2 : Sans Forme Le Protectorat de l'Ombrelle, une Aventure d'Alexia Tarabotti, Tome 2 : Sans Forme
Gail Carriger   
Quel plaisir que de retrouver notre duo de choc!!! L'intrigue est toujours aussi bien mené, les personnages sont toujours aussi attachants et haut en couleurs, avec de nouvelles personnes qui apparaissent comme Genevieve Lefoux!!!
Nous retrouvons avec plaisir, le style si particulier de Gail Carriger avec son sens de l'humour so british, le sens des convenances en toute occasion, et surtout une plume fluide et légère. le seul petit bémol serait que parfois l'intrigue passe au second plan par rapport aux personnages.
Toutefois, Sans Forme est une pure merveille avec une fin juste atroce!!!!

Lire la suite ici: http://lesmotspourrever.com/protectorat-de-lombrelle-tome-2/#more-1069
Magisterium, tome 2 : Le gant de cuivre Magisterium, tome 2 : Le gant de cuivre
Holly Black    Cassandra Clare   
Nous replongeons avec plaisir dans l'univers du Magisterium. Une intrigue palpitante avec des rebondissements à foison et des personnages aussi bien attachant que horripilants par certains côtés. Trahisons, secret, amitiés et complots jalonnent ce tome et cela nous donne un livre époustouflant avec une fin en apothéose. J'ai hâte d'avoir le tome 3 pour connaitre la suite des aventures de nos héros.
Lire la suite ici: http://lesmotspourrever.com/magisterium-2-gant-de-cuivre/#more-992
  • aller en page :
  • 1
  • 2