Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par LesTentatrices

Extraits de livres par LesTentatrices

Commentaires de livres appréciés par LesTentatrices

Extraits de livres appréciés par LesTentatrices

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
(JENNI) : https://wp.me/p6618l-fHQ
Sans grande surprise, une fois de plus les auteures derrière le nom d’Emma Green viennent taper fort pour faire un carnage dans nos cœurs !

On y retrouve dans cet écrit les caractéristiques de ces auteures que l’on adore tant. À savoir une plume unique et sensible ainsi qu’un travail affiné et recherché pour l’exploiter à bon escient !

Contrainte et forcée de fuir la France car sa mère est à bout de force, Céleste débarque sur le tarmac de L’Australie pour y rejoindre son père, du moins son géniteur puisqu’il a été absent dans sa vie. Sur place elle fait face à sa nouvelle famille, constituée de parents dépassés et qui vont se montrer intransigeants et méticuleux sur certaines règles de vie, et aussi faire connaissance avec 4 garçons, qui sont en fait ses demi-frères...

Aller vivre chez son père c’est une chose. Mais c’est autre chose que de débarquer chez son père que l’on connaît à peine et qui vit de l’autre côté de la planète au beau milieu d’une réserve animalière.

Et puis s’il n’y avait que ça à gérer ça irait mais il se trouve que dans sa nouvelle fratrie bien soudée, l’un d’eux est peu commode avec elle, du moins au premier abord… mais il fait son effet par son charme naturel sans artifice. Désarmée et déboussolée, River va la troubler et l’attirer... entre eux c’est bien plus que de l’affection… malheureusement un quelconque rapprochement est interdit puisqu’ils appartiennent à la même famille...

L’histoire de Céleste nous touche lorsque l’on connaît les raisons qui la font se réfugier en Australie. Tant de douleur et d’injustice qui nous fait vriller ! J’ai eu mal par ce qu’on lui a fait subir, et je dois dire que le thème traité est ma plus grande crainte et peur en tant que mère. Un enfant ne devrait pas subir ce genre de chose. Les jeunes entre eux peuvent tellement être ignobles et les dégâts causés sont irréversibles... laissant la personne visée impuissante et totalement démunie. Céleste en a fait les frais et est une victime sur qui on s’est acharné pour lui pourrir son existence. Quoi de mieux que de la laisser se confier au fil des chapitres pour la découvrir et la connaître sous toutes les coutures, à travers son unique point de vue pour nous faire part de ses confidences mais aussi pour rentrer dans sa vie afin d’en savoir davantage sur son quotidien et sur son immersion dans une famille où chaque membre apporte un cachet particulier au récit, et qui en plus nous entraîne dans un paysage aux couleurs chaudes, aux côtés d’animaux sauvages, qui pourrait même vous donner envie d’en apprivoiser certains...

Une lecture exaltante, qui vous peinera autant qu’elle consolera vos maux ! Des passages hilarants contrebalancés par des parties profondes et criants de vérités nous rendant accro au récit mêlant romance, amour, maltraitance, méchanceté et problèmes familiaux. L’histoire aborde différents sujets, mais tous bien sensibles et d’actualités. Si j’ai été emballée sur une bonne partie du livre, je dois néanmoins admettre que sur le 3/4 j’ai commencé à perdre patience et à trouver le temps long. Certaines choses se résolvent trop facilement et simplement alors qu’elles ont entraîné un lourd impact... Mais dans l’ensemble, c’est vif et addictif !

Cet endroit devait la sauver sauf que ce garçon sera sa perte ! Cette fuite en avant en Australie avait principalement pour but de lui permettre de voir autre chose, pour laisser durant un petit temps son passé et ses douleurs derrière elle… malheureusement son quotidien ne sera pas un long fleuve tranquille. Elle ne veut en aucun cas créer le moindre problème puisqu’elle a (déjà eu et a toujours) son lot de complications dans la vie en attirant divers problèmes… mais quand le cœur s’en mêle, il sera difficile d’entendre la voix de la raison… River et Céleste vont vivre de nombreux tourments… et vont nous démontrer qu’ils ont un mental d’acier pour gérer leurs démons tout en continuant de rester debout ! Ce duo a du répondant et est vraiment charmant ! Tantôt méfiant qu’intense, à fleur de peau qu’impulsif, farouche et hostile à tout ce qui les entoure... S’ils ne parviennent pas à contrôler ce qui les aimante l’un à l’autre, beaucoup de personnes autour d’eux pourront être blessés et affectés par leurs choix et décisions. À eux deux ils vont faire de lourds dommages collatéraux maïs parviendront-ils malgré cela à mener leur propre combat pour protéger ce qu’ils ont de plus précieux ? Lisez pour le savoir…
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
(JENNI) : https://wp.me/p6618l-fHn
Déçue par le précédent opus, ici, avec ‘Make me so bad’ l’auteure m’a réconciliée avec la série ! La plume de Jay Crawnover reste toujours aussi incroyable et époustouflante car elle a le don pour nous entraîner dans des histoires de cœur impossibles aux premiers abords !


Son diplôme en poche, après s’être réfugiée dans le Colorado pour échapper à Booker qui lui a brisé le cœur, Karsen n’a pas d’autre choix que de revenir à The Point pour le mariage de sa sœur avec Race.

Mais remettre les pieds ici pour Karsen c’est trop dur... Elle est incapable d’affronter les souvenirs qu’elle avait laissés là-bas. Le temps est censé guérir les blessures, mais les siennes restent encore béantes et sanguinolentes. Mais quand son passé vient à elle car il la sait en danger, cela change la donne... Noah Booker sera prêt à tout cette fois pour être présent pour elle et pour la protéger de la menace. Il a fait des erreurs, mais celle de se tenir à l’écart… il ne la refera pas ! Et ce même s’il doit en subir des représailles... Déboussolée, Elle va l’affronter sans se démonter et jouer la reine des glaces avec lui pour bien le déstabiliser.


Et si cette fois le timing était le bon entre eux ? Et si cette fois a deux ils se révélaient invincibles et indestructibles, et donc plus fort que tout pour assumer leurs choix et gouverner leur château qui leur revient de droit... ? C’est beau vu comme ça, mais bien évidemment c’est mal connaître Jay Crownover... car elle va se délecter à les torturer pour qu’ils y mettent leurs tripes pour défendre ce qu’ils ont de plus précieux, à savoir leur amour.

J’aime ce duo ! Pour elle, Booker est son plus grand interdit puisqu’il la désarme et fait naître en elle des sentiments bien plus forts qu’un simple béguin... Quant à lui, Karsen a trop d’importance pour qu’il reste loin d’elle...

La trame avance crescendo en intensité au niveau des rebondissements pour nous rendre accro à cette histoire. Plus on avance plus on prend conscience que The point n’est plus comme avant, cette ville se métamorphose lentement et ne nous glace plus le sang comme nous l’avons découverte lors du premier opus avec l’histoire de Bax.

Cette auteure est douée et lire cette série fut un véritable plaisir ! Sa plume est exaltante et féroce, et rend beau ce qui est moche, et bon ce qui est mauvais !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
(JENNI) : https://wp.me/p6618l-fEm

‘Méchante, moi ? Sûrement pas !’, c’est une histoire légère qui nous permet de décompresser le temps de la lecture aux côtés d’une héroïne très autocentrée... si dès le départ on ne la supporte pas, progressivement, on finit par s’attacher à elle, et ce malgré ses nombreux défauts...



Hautaine, snobinarde, narcissique, imbue de sa personne, et j’en passe... elle est le stéréotype de la véritable peste ! Oui le ton est donné dès le départ car vous allez faire connaissance avec une jeune femme aigrie et méchante ! On grince des dents avec elle, à tel point qu’on a envie de lui en coller une pour lui fermer son clapet tellement elle nous fait fulminer !!! (Zen... on reste calme et on apprend à la connaître... ?)

Coralie est en permanence sur la défensive, elle est exécrable et se comporte comme une garce avec ses proches et les personnes qu’elle peut côtoyer. Elle ne vit que pour son travail et ça même jusqu’à s’oublier puisque sa vie perso est mise au second plan. Sa famille s’inquiète mais Coralie ne supporte rien ni personne... Lui parler pour la raisonner ? Impossible, puisqu’elle ne veut rien entendre et puis le problème ne vient pas d’elle mais toujours des autres...

De toute façon son job c’est sa vie et elle l’assume pleinement. Comme elle aime le dire, c’est en travaillant qu’elle se sent bien. D’ailleurs elle attend d’être promue responsable et va même jusqu’à saboter le travail de sa rivale pour la mettre hors course...malheureusement tout ne se passera pas comme prévu et Coralie va tomber bien bas...

Complètement à cran et à bout de nerfs, elle frôle le burn-out et plonge dans une déprime latente à petit pas. Elle ne réalise pas qu’elle se voile la face et qu’elle fuit justement sa propre réalité car sa vie est monotone et solitaire... Coralie va mal mais refuse de l’admettre. On peut l’aider dans cette épreuve, mais encore faut-il accepter d’être aidé... !

Un imprévu de taille va s’imposer à elle : Une immobilité complète durant quelques semaines où elle sera forcée de rester chez elle. Comment va-t-elle vivre sans aller au bureau ? Là elle n’aura pas d’autre choix que d’ouvrir les yeux… Frustration, agacement et sentiment de rejet car c’est en prenant un peu de recul qu’elle réalisera l’ampleur des dégâts... Ses paroles cinglantes et son manque de tact ont tendance à nous énerver mais ce sont aussi ces traits-là qui la rendent unique en son genre car sous ses airs ronchon et méchant elle reste oui égocentrique, mais surtout fermée au reste du monde... Elle nous fait de la peine, et même pitié, et personnellement j’ai eu envie, plus d’une fois, de la bousculer et de lui venir en aide pour provoquer un électrochoc et la faire réagir…

Les auteures veillent à la faire grandir et changer progressivement avec un risque accru de la faire retomber dans ses travers. Saura-t-elle adopter la bonne ligne de conduite ? Saura-t-elle maîtriser ses réactions et émotions ? S’en suit alors une reconstruction de soi pour lui permettre d’élargir sa vision pour voir ce qui se passe autour d’elle... Une guérison qui va lui permettre d’une façon ou d’une autre de penser à elle et de lâcher prise pour apprécier les moments simples de la vie, et rendre sa vie plus excitante en se montrant plus détendue et agréable avec les gens.

En parallèle de la vie de l’héroïne, une histoire profonde va resurgir et nous attendrir. D’ailleurs j’aurais bien aimé en avoir un peu plus sur le « après » …

L’ensemble est agréable et plaisant à lire car c’est léger et assez drôle. En bref, j’ai passé un bon moment, mais cette lecture ne restera pas gravée dans ma mémoire pour autant.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 21-05
(JENNI) : -Coup de coeur !- https://wp.me/p6618l-fFN

‘Take me away’ c’est une histoire de fou qui ne vous laissera pas indemne...

Dès que j’ai commencé ce livre mon cœur s’est arrêté... et je n’ai plus été en mesure de le relâcher tellement j’ai été captivée par le récit ! Le ton y est douloureux, prenant et m’a retenue en otage...tant l’histoire de Angelia m’a meurtrie et bouleversée.


Battue durant des années par son père, le juge vient seulement de lui retirer la garde. Elle a dix-sept ans et n’a rien connu d’autre que la maltraitance et la peur dans sa vie. Personne ne sait, hormis son père ce qui s’est passé et ce qu’elle a subi... Prise en charge par les services sociaux, elle intègre sa nouvelle famille d’accueil, constituée de parents aimants Quentin et Rachel, et de leurs deux enfants Lily et... Zachary.

Zachary va devoir garder son self-control car il est un jeune homme au tempérament excessif et colérique. Un tourbillon d’émotions submergé par la rage l’englouti par moment le rendant incontrôlable... Face à elle il devra se maîtriser pour ne pas lui faire peur, puisque Angelia est introvertie, mutique même. Chaque contact avec les autres est une épreuve pour elle... Son traumatisme l’a complètement renfermée dans son monde... Il va lui falloir beaucoup de temps et de patience mais aussi de forces pour s’adapter à une vie normale...


Lorsque Zachary et Angelia se rencontrent... un contact visuel profond, magnétique et déroutant se fait. Elle le transperce avec une telle intensité qu’il en perd ses moyens... Dans son regard elle dit des millions de choses... tout en restant neutre et impassible. Tellement particulière et complexe, il sait qu’il doit se tenir à l’écart d’elle mais elle le touche autant qu’elle l’effraie...

Tout un tas de rebondissements et de bouleversements vont venir frapper nos personnages. Ce qu’elle a subi est ignoble et inimaginable pour un parent. Étant maman je n’ai pas pu m’empêcher de serrer fort mon fils. J’avoue avoir été tétanisée en découvrant les sévices et violences physiques et psychologiques faits sur cet enfant… Quelle horreur ! Elle a appris à camoufler ses émotions pour sa sécurité, sa survie en étant seule et sans défense… Zachary ne cherche pas à jouer au justicier avec elle, mais il la protège à sa manière et va réchauffer son cœur meurtri.

Tous les personnages que l’on va côtoyer dans ce roman ont un rôle très important dans l’équilibre de nos chouchous, puisqu’ils s’apprêtent à évoluer à grands pas. La petite Charley est adorable et met du baume au cœur au récit par sa spontanéité et son intelligence, et va aussi nous attrister et nous toucher par son combat.

Une histoire de dingue avec une héroïne écorchée vive qui m’a bouleversée, et un héros qui, a malheureusement lui aussi son lot d’épreuves, de mésaventures et de drames lourds de conséquences. Certaines scènes ne sont pas novatrices pour autant mais elles sont prenantes… La trame est poignante et va vous tordre l’estomac à plusieurs reprises tant les mots sont durs et douloureux. Ce livre nous donne envie de sauver tous les personnages et de tuer tous leurs démons !!! C’est une histoire de souffrances, de solitude, de courage avec un duo fragile faisant preuve d’une force incroyable !

Cette histoire est vraiment très bien écrite. Lorraine Joy parvient avec brio à nous émouvoir et à nous ébranler. Elle nous transporte dans la douleur pour (heureusement) réconforter nos cœurs sensibles avec des moments intenses, magiques et revigorants pour que l’amour ressorte vainqueur... Ici ce sentiment est étudié et amené à différents niveaux et prend tout son sens !

L’auteure m’a conquise. Il me tarde de retrouver sa plume dans un prochain roman…
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 09-05
(JENNI) : https://wp.me/p6618l-fCQ
Un véritable régal livresque ! Une histoire à laquelle on accroche sans se rendre compte qu’on dévore les pages à vive allure tellement le récit est prenant et tant la plume de Lil Evans nous tord l’estomac par toutes les émotions qui s’en dégage !

Une lecture fougueuse, sauvage et dramatique...avec des personnages attractifs. Une histoire d’amour compliquée mais passionnée... tout ce que j’adore !

La description sur Ax m’a fait forte impression. Je suis littéralement tombée sous le charme de ce mec qui a un arrière-goût de douceur qui fait défaut à l’homme qu’il est. Son histoire m’a émue et j’ai été écrasée par sa tristesse… Sa rencontre avec Ebony va le marquer à jamais ! Elle va être la lumière dans son obscurité… Le prenant à chaque fois au dépourvu, à tel point qu’il n’a qu’elle en tête depuis qu’il l’a rencontrée. La voir flirter avec Indy réveille un sentiment de jalousie et de la gêne en lui. Elle est une distraction qu’il veut garder pour lui tout seul…

Et puis il y’a Indiana… Indy est en tout point différent des autres membres. Il n’est pas né dans cette fange qui fait d’eux des gens foncièrement mauvais. Et il n’est pas de ceux qui tuent sans se poser de questions. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est le seul qu’Ax craint de ne pas voir revenir après chaque mission. Indy n’est l’ami de Ax que parce qu’il est membre du gang contre sa volonté, et n’a donc aucune envie de lui planter un couteau dans le dos, ce qui va le rendre important et indispensable dans sa vie car il est quelqu’un sur qui il peut compter les yeux fermés…

Ebony est une bouffée d’air frais, d’oxygène dont ils ont tous les deux besoin et dont ils crèvent d’envie de s’en emparer... Une compétition va se mettre en place, et en tant que président, Ax n’hésitera pas une seconde à éloigner son rival et ami de la belle voisine. A la fois douce, lumineuse, altruiste, généreuse et passionnée, cette jeune femme m’a bouleversée par son tempérament et son côté effronté mais aussi par la tendresse et la compassion dont elle fait preuve face aux gros durs de la maison d’à côté.

Ax et Indy ne la quittent pas des yeux, et ont un besoin viscéral et irrépressible de s’approcher d’elle. Elle n’a pas peur, pourtant elle devrait les fuir... Son meilleur ami la met d’ailleurs en garde car elle leur est trop sensible, mais elle n’en a que faire. Elle fonctionne au coup de cœur dans ses relations et ces deux-là ne lui font pas peur. Bien au contraire !

 ‘Savage rider’, c’est :
- Un désir foudroyant !
- Un danger macabre et tonitruant !
- Une lecture douloureuse tant les chapitres se révèlent poignant lorsque l’on avance dans le récit.
- Une trame bouleversante qui m’a fait atrocement mal ! Je ne peux pas en dévoiler davantage... Mais quelle horreur !!! J’ai eu mal pour elle !
- Un véritable Coup de cœur pour ma part tant cette histoire m’a touchée ! Lorsque l’on veut quelque chose qui nous tient à cœur, on est prêt à tout, et peut importe ce que cela nous coûte… Se méfier des apparences qui peuvent être trompeuses… car le danger ne se trouve pas forcément dans ce qui nous semble le plus probable…
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 07-05
UN avis + détaillé sur -> https://wp.me/p6618l-fCc
[JULIE]
Mais sinon tout va bien est un roman de tranche de vie, une chick lit masculine, car nous suivons bien les pérégrinations de Georges, papa solo trentenaire, artiste en recherche d’amour.
[...]
C’est une histoire qui se lit avec facilité car on plonge dans le quotidien, les problèmes de cette famille monoparentale un peu différente et attachante. Le lecteur est immergé dans la réalité de cette petite communauté, grâce à des situations les plus rocambolesques et improbables qui soient, qui pourraient arriver à n’importe qui, raconté avec humour par Georges. Le personnage le plus troublant est celui de Margot, car il est intrigant, tout en apportant du « peps, », un côté loufoque, intelligent, et impertinent.

Même si j’ai pris du plaisir à lire cette histoire, il m’a manqué un peu de dynamisme et de sentiments amoureux pour être pleinement conquise par cette lecture, je m’attendais à plus de romance.

Donc, si vous souhaitez ce genre de lecture, il faudra passer votre chemin, si par contre vous vous voulez lire les aventures d’un papa en détresse avec humour et réalité, je vous conseille cette lecture différente, fraîche avec cette touche décalée, sur des situations tellement concrètes. J’ai vraiment apprécié le style et la plume de cette auteur, qui sait très bien allier la légèreté et la sensibilité.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 06-05
(JENNI) : https://wp.me/p6618l-fBv

Une lecture détente qui nous offre un bon moment de répit après une histoire sombre et profonde. ‘Working love’ c’est deux personnes qui ne cessent de pousser l’autre à bout sans comprendre que leurs ressentis sont identiques puisque l’attirance y est mutuelle… Malheureusement, le point de vue de chacun laisse supposer un sens caché entrainant une mauvaise interprétation des choses, ainsi que de mauvaises réactions et de nombreuses maladresses accumulées à cause de non-dits.


Jessica est statisticienne. Son patron et ami vient d’embaucher un responsable qualité pour la seconder. Etant donné qu’elle a le plus grand bureau, il sera installé à ses côtés…  Chose qui va lui déplaire étant donné qu’elle déteste travailler avec quelqu’un d’autre puisque c’est une femme qui aime avoir sa liberté et son espace dans la vie…

Forcés de travailler ensemble, Martin va devoir s’acclimater aux humeurs de sa collègue peu avenante et qui ne fera rien pour lui faciliter la tâche. Il faut dire qu’elle est vraiment insupportable quand elle s’y met ! Elle est normalement le genre de femme qu’il fuit aussitôt, malheureusement, elle lui fait un sacré effet ! Si sa raison lui dit de ne pas s’amouracher, son cœur, lui, en a décidé autrement… et va s’affoler dans les moindres actions exécutées tant elle est belle et troublante à ses yeux…

N’ayant pas confiance en lui et étant nul en séduction, il décide de se tourner vers son ami Lisandro qui semble en connaitre un rayon sur les femmes, pour qu’il lui inculque des méthodes infaillibles pour la faire flancher et l’attirer dans ses filets… mais tout va se compliquer, virer à la catastrophe, si ce n’est au désastre… tellement les échanges vont être électrisants, durs et méprisants.


Le passage de L’intervention de Charline rend la trame complètement déjantée !!! Jessica va, avec l’aide de sa cousine, attaquer Martin puissance 1000 ! Il l’a tellement poussée à bout qu’elle ne le supporte plus. De là une guerre à pourrir l’autre va prendre forme. Les deux auront les nerfs à vif !

L’histoire de Jessica et Martin c’est une accumulation de mauvaises interprétations causée par de nombreux blocages qui les empêche de se révéler vraiment pour se confier leurs véritables pensées. L’auteure les plonge l’un et l’autre dans un passage à vide entraînant des mauvais choix et des maladresses par peur de ne pas être à la hauteur, par crainte de décevoir et où le regard extérieur va primer sur leurs propres envies... Deux personnes aux identités quelque part similaires finalement, qui n’ont pas suffisamment confiance en eux puisqu’au fil des pages on apprend à les connaitre en profondeur. Ils manquent d’assurance pour faire preuve de spontanéité et surtout ne savent pas lâcher prise. Ils préfèrent se murer dans le silence et maintenir une barrière pour ne pas craquer afin de se protéger. Mais à ne pas ouvrir le dialogue pour éviter les malentendus, ils vont avoir tendance à mal penser car la perception prête à confusion, ce qui va derrière entraîner des déceptions et donc les pousser à se renfermer et à rejeter l’autre... Oui ça ve être un sacré bordel dans leurs têtes !!!

Pourtant dans leur vie respective ces deux là sont charismatiques mais ils ont érigé des barrières pour ne rien laisser paraître car à l’intérieur ils sont hypersensibles. Très exigeante dans son apparence elle cache ses fragilités et faiblesses aux regards extérieurs et en particulier auprès des hommes. Ce qui la rend superficielle, snobinarde et même infecte par moment. Or en creusant un peu on découvre une femme au cœur artichaut, naïve (car sensible au jugement des gens) et sympathique lorsqu’elle se laisse aller… Martin, quant à lui, est un homme droit qui se laisse porter par la vie. Entier, il est prêt à donner beaucoup de sa personne pour prendre soin des autres. Malheureusement, il peut être une proie facile pour les profiteurs et manipulateurs…

Continuellement sur une corde raide, on avance dans une atmosphère tendue entre les protagonistes qui ne cessent de se repousser par de mauvais agissements sans s’en rendre compte. L’un comme l’autre a du mal à gérer ses émotions. Olivia Sunway torture ses personnages sur le plan émotionnel… -Et nous aussi par la même occasion, car on est agacé du fait qu’ils ne voient pas ce que nous on voit de l’extérieur. Leurs attitudes sont autant agaçantes, frustrantes qu’étourdissantes je dois dire !

Concernant les autres personnages qui gravitent autour de nos personnages principaux, je suis ravie d’apprendre que l’auteure complétera cette histoire avec des spin-pff consacrés aux autres... ce qui nous permettra d’être dans une démarche évolutive en poursuivant l’histoire de certains tout en en découvrant des nouvelles…
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
(JENNI) : https://wp.me/p6618l-fBf

Une histoire fougueuse, pimentée… ainsi que risquée !

‘Aspiration’ fait suite à la saga ‘Le club’ dans laquelle se construisait la relation Jonas/Sarah... et où l’on découvrait les mérites du club... Ce titre-là peut se lire indépendamment des précédents opus car l’histoire est principalement consacrée à Kat et Josh, même si dans le fond la trame suit son cours.

Ici, on retrouve les frères Faraday avec leurs fêlures qu’ils cherchent à laisser derrière eux, mais Sarah, la compagne de Jonas est en danger... Pour la protéger, Josh et Kat se joignent à eux pour unir leurs forces afin d’écarter la menace et faire tomber le club pour pouvoir vivre et se construire loin de tout ça...

Un suspense qui s’installe de fil en aiguille et qui nous intrigue… Des réparties piquantes aussi bien étonnantes que farfelues, à pouffer de rire ! Josh n’avait pas prévu d’avoir face à lui une femme aussi joueuse et aventureuse que lui, et qui en plus va prendre un malin plaisir à lui faire tourner la tête... Dès qu’il rencontre Kat il tombe aussitôt sous son charme. Elle explose les critères de son idéal féminin et le rend fou !!! Une chose est sûre, Il la veut... et l’aura, quoi que cela lui coûte !

Je ne suis pas complètement emballée par cette histoire… Des longueurs par moment qui me font perdre de l’entrain dans ma lecture et quelques répétitions, en particulier au sujet du formulaire de Josh qui se fait attendre... La trame est pourtant intéressante car l’auteure nous fait accrocher par le suspense et par le tempérament de ses personnages… Ils sont au nombre de 5 à se creuser les méninges et à s’entraider en travaillant d’arrache-pied pour éloigner la menace, et ainsi faire le nécessaire pour faire tomber le sex-club…. En parallèle de cette histoire de fond, une quête de séduction mêlant bras de fer et complicité entre Josh et Kat évolue page après page. L’un comme l’autre ne cesse de se provoquer, de se tenir tête afin de faire flancher l’autre puisque chacun aura ses propres attentes. Une petite compétition par fierté à se résister s’installe alors que l’attraction ne cesse de prendre en intensité... Si au départ j’aimais ce petit jeu et leur caractère bien trempé à envoyer l’autre sur les roses, j’ai fini néanmoins par trouver le temps long et à me lasser de leurs entêtements...

Néanmoins, le duo Kate/Josh est fougueux… Ils se cherchent et se poussent à bout, rendant l’attraction palpable mais aussi frustrante... car ils se chauffent en permanence pour ensuite nous refroidir ! Malgré tout on se laisse séduire par l’effet volcanique de leurs échanges, aussi bien à se tenir tête pour ne pas baisser la garde qu’en expérimentant le désir et la soif qu’ils ont l’un de l’autre... Ils sont drôles et effrontés, on les affectionne d’emblée ! L’un comme l’autre n’est pas prêt à céder à la tentation car l’envie de gagner prime… Alors, lequel des deux finira par avoir gain de cause ? La belles Kat et ses atouts féminins à mettre tout le monde à ses pieds ? ou bien le sexy Josh qui incarne le mâle dominant avec son plein de testostérone qui fait rougir toutes les minettes qu’il peut rencontrer sur sa route... ?

Pour finir, ce livre ce n’est pas que la relation de nos personnages principaux, puisque l’auteure prend la peine également d’intensifier la relation amicale entre les deux copines pour la rendre puissante, et fait de même pour la relation fraternelle avec nos deux mouilleurs de culottes ! Autrement, tous les personnages qui viennent constituer cet écrit sont sympathiques et attachants. Le geek Henn est intriguant et troublant… Peut-être que l’auteure nous en révélera plus sur lui par la suite... !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un avis + détaillé sur -> https://wp.me/p6618l-fzT
[JULIE]
49 jours de quoi ? À quoi correspondent-ils Breen ? Et pourquoi?
Voilà mes premières questions…[...]
Intrigant n’est-ce pas ? C’est le mot qui m’est venu à l’esprit, dès le début de ma lecture. Eh bien vous avez la même sensation que j’ai eue tout au long de cette très belle romance New Adult atypique qui vous emporte en Bretagne et qu’il ne faut absolument pas spoiler !

J’aime cette façon de découvrir la trame de cette histoire petit à petit attisant ma curiosité, me tenant en haleine. J’ai fait des suppositions tout le long, à mesure que les indices sont tombés, essayent d’assembler les pièces d’un puzzle.
[...]

Cette romance est toute en émotions, en finesse, en pudeur, captant votre attention par ses zones d’ombre et ses secrets.

Camille a su rendre cette histoire profondément addictive et bouleversante, un joli bijou. On embarque dans ces 49 jours de Breen sans trop savoir où on va, comme Sawyer. On est subjugué par cette personne à la fois secrète, lumineuse, espiègle et fragile qui se bat on ne sait pas trop contre quoi, l’amour, peut-être… Sawyer met la barre super haut, il me fait un peu penser à l’outsider, celui sur lequel tu ne mises pas, mais qui rafle tout. Et bien sous ces airs nonchalants, il va réussir sûrement l’impossible, en ravissant un peu de notre cœur au passage.

C’est un magnifique livre, empli d’amour, sous toutes ses formes, qu’il fasse mal, qu’il élève qu’il bouscule, qu’il soit passionné … L’auteure nous change des registres habituels et que ça fait du bien, merci C.S Quill !!!!
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 23-04
(JENNI) : -Coup de coeur !- https://wp.me/p6618l-fyZ

« Ce qui ne te tue pas... » est un très beau coup de cœur qui nous donne envie de voir les personnages heureux... tant l’histoire est douloureuse, sombre et incontestablement poignante !


Le dessin c’est tout ce qu’elle a. Tout ce qu’il lui reste, en fait. Plus rien d’autre ne compte désormais pour Violette. Alors quand sa mère lui soumet l’idée de rejoindre la prestigieuse école Arte-Sup, une école supérieure de graphisme, tout en prenant en charge les frais de scolarité, sa décision d’aller s’installer chez sa mère ne s’est pas fait attendre… Repartir de zéro implique de laisser derrière soi tout ce qui a à fait sa vie d’avant... ainsi que son père et son frère. Pourquoi ? Que cherche-t-elle à enterrer et à laisser derrière elle ? Que lui a t’on fait ? Qu’a-t-elle vécu pour vouloir effacer cette partie de sa vie ?

La voilà dans une nouvelle vie, forcée de cohabiter avec le fils du nouveau mari de sa mère, présenté comme un jeune homme pouvant être instable avec des excès de violence... Il est sombre, froid, morose, taciturne, solitaire, mutique... Limite avec elle et donc peu commode par son indifférence à son égard voire ses regards noirs...

Il la déteste au plus haut point. Ils se sont connus il y’a quelques années de ça et elle avait fait de sa vie un enfer. Aujourd’hui la voir réapparaître dans sa vie fait resurgir d’anciens mauvais souvenirs... et amplifie ses cauchemars et angoisses nocturnes.


Se méfier des apparences qui peuvent être trompeuses... Voilà ce que je retiens des livres de Georgia Caldera, car elle a un talent inné pour ne rien laisser paraître dans les résumés. Découvrir ses livres c’est à chaque fois plonger littéralement dans l’inconnu où l’on se sent démuni. C’est aussi être dans une situation inconfortable tellement ses mots nous touchent et nous emprisonnent faisant décupler nos émotions...

Ce qui ne te tue pas... normalement te rend plus fort mais si cela te tue à petit pas... à quoi s’accrocher lorsque plus rien ne va ?

Si Violette se montre grande gueule, méprisante et effrontée, au fond elle n’a pas cette assurance qu’elle cherche à montrer. Elle est blessée et demeure dans sa coquille pour ne rien laisser paraître. Quant à lui ses blessures, ils les extériorisent par des comportements destructeurs et incontrôlables pour lui rappeler qu’il est vivant... Introverti et solitaire il se contient en permanence jusqu’à étouffer par ses démons. Adam est pour elle la personne la plus bizarre et insaisissable qu’elle ait jamais rencontrée. Plus le temps passe, plus ils se côtoient - par la force des choses... et plus il lui apparaît comme une espèce d’énigme insoluble, une équation de maths à plusieurs inconnues qui file la migraine au premier coup d’œil. L’obstination d’Adam à se murer dans le silence et à l’ignorer l’exaspère autant que ça la déconcerte... À l’époque elle était tout, il n’était rien... force est de constater que les choses n’ont guère évolué au fil des ans. Selon Adam, Violette ignore encore qu’elle vient de commettre la pire erreur de sa vie en acceptant d’emménager ici... il se pourrait bien qu’il tienne à présent sa pire vengeance à mettre à exécution pour lui faire payer ce qu’elle lui a fait subir au collège... Pourtant ce qui n’était pas commandité va se passer... Une douceur et une infinie tendresse va se tisser au fil du temps passé ensemble...

Une histoire qui résonne en nous et nous ébranle... tant elle est cruelle et bouleversante. Un mal être qui nous prend aux tripes. Troublée par Adam, nous sommes inexorablement attirés par ce jeune homme. L’auteure partage le point de vue de ses deux héros mais le récit est plus centré sur l’histoire d’Adam.

Son histoire fait chaud au cœur et nous brise de l’intérieur. Ressentir toute cette souffrance, cette autodestruction punitive nous met hors de nous. On ressent beaucoup de tristesse, une envie de secourir cet être brisé et malmené qui n’a pas demandé à souffrir de la sorte et qui pourtant se contient pour souffrir en silence. Il se ferme, s’isole, se réfugiant dans sa bulle. Au fil des pages il va s’ouvrir face à Violette. Elle lui donne le courage dont il a besoin pour tenir debout.   Tellement fragile mais aussi tellement fort. C’est tout un paradoxe. Son désarroi fait peine à voir et nous déchire le cœur. J’ai mal pour lui. On souffre à ses côtés. La plume de Georgia Caldera est tellement profonde qu’elle nous fait ressentir les scènes comme si on les vivait. C’est terrible. On se sent impuissant et on est terrifié par certains passages.

On affectionne le tempérament de Violette pour se faire une place aux côtés de ce jeune homme. Elle est présente et le soutient d’une façon protectrice en s’adaptant à lui en finesse pour ne pas le brusquer et pour ne pas le faire fuir. Imprévisible, on ne peut prédire ses réactions. Tous les deux s’estiment et s’apprivoisent apportant à l’autre le réconfort dont ils ont besoin mais cela reste imparfait et fragile. Il y’a beaucoup de sensibilité dans cet écrit. Les personnages se mettent à nu et se livrent d’une façon qui nous échappe et nous bouleverse littéralement ou inexorablement.

Cette histoire me fait mal. J’ai un énorme coup de cœur non pas pour l’histoire car elle est déchirante au plus haut point mais pour la finesse et la précision de l’auteure pour nous faire ressentir les émotions de ses héros. En fermant ce livre je ressens un véritable manque et je n’ai qu’une envie c’est de les retrouver dans « Ce qui nous consume... ». On appréhende la suite parce qu’on se doute qu’il y’aura encore des secrets, des non-dits, des douleurs et donc de nombreuses épreuves... on sait que quelque chose de grave est arrivé à Violette et qu’elle fuit. On sait aussi que Adam est loin d’être guéri. On voudrait se venger et leur offrir des instants magiques qui n’appartiennent qu’à eux, être dans leur bulle où on y est bien. Malheureusement on sait que l’auteure va nous torturer aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur... surtout qu’elle le fait divinement bien.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 23-04
(JENNI) : -Coup de coeur !- https://wp.me/p6618l-fyk

‘Darkest – La dernière heure’, c’est une histoire cauchemardesque qui tourne à un désir enivrant et incontrôlable... ! Cette plume est particulièrement dingue et vaut sacrément le détour !


Ryder est l’homme de main de son père, à savoir une machine de guerre. Son père lui voue une confiance aveugle et sait que son fils ne se retournera jamais contre lui. C’est un homme affluant, dès qu’il appelle derrière on exécute la mission qu’il donne à ses gars.

Ryder se voit confier pour mission d’enlever une jeune femme au nom de Evy qui détiendrait quelque chose qu’il doit récupérer. Il a pour but de la faire parler en lui faisant cracher le morceau sur l’endroit où elle cache l’objet. Si elle ne divulgue rien, il devra la torturer... et une fois qu’elle aura parlé, il pourra alors la tuer !

Tuer est la seule manière de survivre dans ce monde. Lui et ses proches sont invincibles...

Evy est charismatique et ne montre pas ses peurs. Si on veut lui chercher des ennuis, elle sait très bien où frapper.

Intéressée et passionnée de la vie humaine. Elle adore savoir le pourquoi du comment et cherche à comprendre le mécanisme de certaines personnes atteintes de trouble quelconque. Ryder va être un bon sujet d’étude pour l’aider à pousser et mener sa réflexion… Un peu tordu, non ?


Des scènes d’une extrême violence écrites par une plume sensible aux détails. On frissonne d’impatience mais aussi d’inquiétude de découvrir ce qui va se passer.

Chapeau à Silvia Reed pour cet écrit aussi bien sombre que prenant, pour nous rendre accro à son récit et à ses personnages. Une héroïne déboussolée mais faisant preuve d’une force mentale incroyable ! La voir démunie, sans défense, prisonnière de ce sbire mais aussi rebelle à s’obstiner à ne rien lâcher pour ne pas craquer la rend forte et impressionnante. Elle a du cran ! Un bras de fer redoutable se joue entre la victime et son ravisseur...

Plus elle passe de temps avec lui plus il l’intrigue. Ryder est énigmatique. Elle devrait le haïr, pour tout ce qu’il lui fait endurer, surtout les tortures qu’il lui fait subir. Mais c’est tout le contraire, étrangement. Elle est convaincue qu’il n’agit pas par plaisir parce qu’il aime ça mais parce qu’il se sent obligé de le faire... Il lui fait vivre les pires horreurs et douleurs physiques et psychologiques, pourtant, Evy n’en démord pas...

Quant à lui, il fait tout pour la mépriser mais elle l’obsède... Elle est prête à encaisser les douleurs jusqu’à ce qu’il la laisse venir jusqu’à lui. Elle veut creuser dans son esprit... le manipuler et lui faire apparaître sa vision des choses. Est-il un cœur tendre sous un masque de fer ? Et s’ils étaient finalement tous les deux à être en mission ? Peuvent-ils se sauver l’un et l’autre ?

Le compte à rebours est lancé. On a peur... On se demande quelle autre finalité il pourrait y avoir les concernant. Y’a-t-il quelque chose à sauver ? Peuvent-ils se sortir l’un et l’autre de cette situation ? C’est déroutant. C’est surréaliste même... Tout ne tient qu’à un fil, une tempête fait rage dans la tête de Ryder et on ressent ce dilemme. Ce choix cornélien qu’il n’est pas en mesure de faire... Quelque part ils sont tous les deux pris au piège où l’issue n’est que fatale... ils souffrent malheureusement, chacun a sa façon.

Mais bordel cette histoire me laisse sans voix !!! J’ai adoré frissonner. J’ai détesté trouver la relation attractive. Tout est construit d’une manière finement étudiée et retranscrite pour nous permettre de bien cerner la psychologie des protagonistes et donc bien comprendre à qui on a affaire dans cet écrit.

Les rebondissements ne cessent de s’entrechoquer sur les moments de détente où Evy et Ryder sont dans une bulle de bien-être. Des moments brefs car le danger continue de rôder. Il n’y a pas d’échappatoire. Une seule fin inévitable... et voilà que l’auteure vient frapper d’une main de maître toutes ces angoisses qui nous compriment le cœur pour nous offrir une fin qu’on était loin de voir venir… !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
(JENNI) : https://wp.me/p6618l-fsT

Un écrit axé sur les mauvais choix, les mauvaises décisions qui nous permettent de tirer des leçons et de mener une réflexion. Le pardon, si ce n’est l’absolution est mis en avant. April n’a pas bien agi dans le passé, mais à présent elle a évolué et grandit en apprenant de ses erreurs du passé.

« Toujours April », c’est quelque part l’histoire de la seconde chance... Découvrez son histoire…


April cherche à se réconforter tant elle en a désespérément besoin, mais elle n’y trouve aucun réconfort. Il n’y a que des regrets et les rêves inassouvis d’une vie. Une vie qui ne va jamais exister. C’est pourquoi, elle s’en mord les doigts. April était censée devenir une Reed sauf que ça n’a pas marché. Aujourd’hui elle vient rencontrer Matt au salon pour lui demander pardon ...


Tammy Falkner alterne moments présent et passé pour nous raconter l’histoire d’April. Le passé nous révèle ses mauvais comportements et erreurs faites. Quant au présent, il va la faire briller par sa sincérité et sa profondeur au niveau de sa communication où l’on ressent ce poids de culpabilité qu’elle porte sur ses épaules pour avoir blessé quelques personnes...

Un écrit beaucoup trop court et très rapide à mon sens pour pouvoir apprécier pleinement cette histoire dans son ensemble, du moins pour ma part.

On ressent de la fragilité et de la sensibilité du côté d’April. Mais c’est trop bref pour s’attacher à elle et trop succinct pour visualiser son vécu et ses expériences dans la vie.

George apparaît furtivement, à travers les points de vue d’April et de la grand-mère, autrement on ne sait pas grand-chose de lui.

Quant aux Reed, ici, ils interviennent qu’en petit comité, en se montrant plutôt protecteurs et intransigeants pour éloigner les parasites... et les mauvaises ondes dans leur famille.

Pour ce qui est de Matt, l’auteure révèle qu’il a un rôle important dans ce roman, certes. Mais il sera surtout un élément déclencheur puisqu’il reste avant tout silencieux et fort. Matt a toujours été protecteur et prévenant avec ceux qui lui sont chers.

On apprécie la plume pleine de douceur de Tammy Falkner car elle nous captive à coup sûr mais on n’adhère pas pour autant à l’histoire car elle est brève et la relation trop fortuite à mon gout pour s’y attacher vraiment… Néanmoins, les passages en compagnie de la grand-mère nous font rire sans soucis !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
(JENNI) : https://wp.me/p6618l-fwF

Ah la suite de ‘The Ivy Chronicles’... je l’ai attendue avec impatience ! Malheureusement, à trop attendre on finit par oublier. ☹

Pourtant je sais que le précédent opus avait été pour moi un coup de cœur et que dedans le personnage d’Emerson m’avait fait bonne impression. ‘Supplices’, c’est son histoire... J’espère que ce second tome de la saga sera aussi fougueux et intense que le premier !



Aimer, c’est perdre le contrôle... Et il faut savoir que Emerson ne perd jamais le contrôle ! Elle en donne seulement l’impression -en sortant avec des types différents chaque semaine - mais elle reste toujours parfaitement consciente de ses actes et parfaitement lucide. Toujours dans l’analyse... elle observe et évalue. Il le faut ! C’est sa façon de s’assurer de ne pas être en danger pour ne jamais finir dans une situation à laquelle elle ne pourrait pas échapper. Comme c’est déjà arrivé autrefois... donc à présent elle prend ses précautions.

Jusqu’à ce qu’elle rencontre Shaw… Il est sexy. Il est costaud et est tatoué… et a tout l’air d’un biker… Dès lors qu’elle pose les yeux sur lui, elle comprend qu’il représente une menace pour le contrôle qu’elle avait jusqu’à présent soigneusement établi dans sa vie…



A travers l’unique point de vue d’Emmerson, Sophie Jordan nous présente sa rencontre et son rapprochement avec Shaw. Shaw c’est quelque part l’homme de la situation. C’est un homme droit, courageux, honnête, protecteur. Avec aussi une détresse en lui qu’il se refuse d’écouter préférant donner aux autres plutôt que de recevoir.

J’ai ressenti beaucoup d’affection pour ces protagonistes !

Emmerson est une emmerdeuse très touchante dans ses réactions. On ressent la douleur qu’elle cherche à taire au fond d’elle. Pourtant ses réflexions ne cessent de la pousser à se défier, en adoptant des comportements rebelles. Elle va loin. Elle pense tout gérer, tout supporter mais elle se détruit pensant écarter ce qui est mauvais pour elle... Shaw va ébranler ses barrières, faire preuve de patience et persévérer car il a ciblé sa personnalité complexe et sait que ses agissements ne coïncident pas forcément avec ce qu’elle veut. Du moins ce dont elle a besoin... Elle a beau jouer les dures, dans le fond, elle cache une sensibilité qui la rend plus touchante qu’elle ne l’est déjà.

Avec ‘Supplices’ l’auteure fait un travail remarquable pour discerner les traits de personnalité de son personnage féminin. C’est un véritable supplice de découvrir cette jeune femme qui cherche tant bien que mal à lutter contre ses démons pour se forcer à être ce qu’elle n’est pas. Sa souffrance est présente en elle et elle lutte en permanence pour ne pas lâcher prise, pour ne pas perdre le contrôle. Dans sa lutte contre son for intérieur elle se détruit pour refuser ce qui lui revient de droit... l’estime de soi. Mais aussi l’amour qu’elle ne se pense pas en mesure de recevoir. J’ai un profond attachement pour cette héroïne qui va chercher à chaque fois de ne pas se laisser submerger par ses émotions pour avancer sans se retourner.

Dans l’ensemble cette suite de la série ‘The Ivy Chronicles’ est superbe. A la fois tendre et sensuelle, la plume de l’auteure est maîtrisée méticuleusement pour nous faire ressentir toute sorte de sensation. On entre dans la tête de l’héroïne pour mieux la comprendre et la cerner et finalement, son personnage devient un indispensable puisqu’au fil des chapitres, l’auteure va faire naître quelque chose de fort et de doux. La relation entre elle et Shaw va évoluer crescendo devenant intense, douce et partagée.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
(JENNI) : -Coup De Coeur !- https://wp.me/p6618l-fwy
J’aime les écrits d’Alessia Jourdain car on peut sans grand mal s’identifier à ses personnages tant ils nous parlent…

Dans « Rappelle-moi cette douce mélodie’, ses mots ne pourraient pas être plus justes qu’ils ne le sont. L’histoire de Philippine et Greg, pourrait être celle de n’importe qui parmi nous... car personne n’est à l’abris de vivre une telle situation tant il est facile de se laisser embourber par le train-train quotidien !

Greg et Phili c’était une relation invincible, passionnelle, voire même fusionnelle tellement c’était intense entre eux. Une complicité unique et profonde les unissait l’un a l’autre et renforçait leur couple. Ils avaient mis en place un bon équilibre entre vie privée, professionnelle, sociale et familiale. L’attraction entre eux restait dévorante... Je vous parle de cette relation aussi unique soit-elle au passé car ce qu’ils avaient n’existe plus…. Leur quotidien respectif les rattrape, et les entraînent à petits pas dans une routine qui va faire des ravages.

Ils voient les choses mais n’interviennent pas forcément se disant que ça ira mieux demain puis le surlendemain. Finalement, cela fait dix années que la situation n’évolue plus et qu’elle a même tendance à se dégrader. Greg et Philippine sont ensemble depuis très longtemps. L’un comme l’autre représente pour chacun son repère, son pilier. Ils ont surmonté de nombreuses épreuves et leur amour à toujours résisté. Leur relation vend du rêve et est enviée par d’autres, malheureusement les apparences peuvent être trompeuses car ce que l’on montre n’est pas forcément représentatif de ce que l’on pense…. A l’aube de la quarantaine, leur couple va se fissurer de jour en jour… Ils se sont perdus en cours de route et n’ont plus de temps à s’accorder, ne se regardent plus et ne partagent plus rien. Au bord de la rupture, tant leur crise perdure depuis bien trop longtemps, ces deux personnes ne font que se croiser et ne sont plus des amants mais une sorte de colocs…

La faute à quoi ? Des mauvaises habitudes qui prennent places. Des sentiments qui s’essoufflent. La perte de la spontanéité dans leur couple. La routine qui va casser l’attraction… Pourquoi ne pas avoir pris les choses en main dès que la relation se dégradait ? Pourquoi reporter le plus important à plus tard ? Comment faire lorsqu’on se sent démuni et qu’on a peur d’agir par peur de mal faire et de perdre ce qu’on a de plus précieux. Peut-on relancer la passion lorsque le point de non-retour est atteint ?

Tout un ensemble de questions prend place dans notre tête afin de nous permettre d’analyser et de comprendre ce qui leur a échappé…. Un véritable gâchis en soi puisque leur rencontre c’était une évidence. Presque l’amour au premier regard. Un coup de foudre par excellence. Intrigués l’un par l’autre ils ont été inévitablement attirés l’un par l’autre.

L’auteure nous fait part du point de vue de personnes indispensables à cette histoire pour la rendre authentique. A travers les pensées de chacun on en apprend davantage sur le hier et le aujourd’hui. On apprend en toute intimité les souvenirs des moments partagés, le début de relation entre Phili et Greg ainsi que l’évolution de leur couple pour finalement aujourd’hui, arriver à un véritable désastre... Des promesses faites mais non tenues, un changement appliqué mais temporaire et non durable, une priorité qui passe au second plan...

 Un maelström de sentiments douloureux va venir nous bouleverser tellement leur relation va nous toucher. Peine, colère, abandon déception, peur... Phili se sent seule, délaissée et ignorée. Elle est devenue transparente et inutile aux yeux de Greg. Ils se sont embourbés dans une routine qui les tue à petit feu. Mais il ne voit rien... Comment faire ? Comment se battre ? Il faut être deux pour sauver un couple... s’il y’a encore quelque chose à sauver... mais agir seule ce ne serait pas être dans la désillusion ?!? Sa détresse m’a bouleversée. Elle va alors devenir sensible, fragile mais aussi vulnérable… Un homme va se montrer prévenant et avenant avec elle. Il est l’opposé de Greg mais il est tout aussi charmant, sa carrure lui confère une allure protectrice et elle se sent rassurée en sa présence. De fil en aiguille, il va rentrer dans sa vie, prendre soin d’elle, l’écouter, l’apaiser, la réconforter. Il sera le pansement de ses blessures…

C’est des chapitres très prometteurs qui nous touchent et qui nous permettent de mener, sans aucune retenue, la réflexion sur la nécessité de prendre soin de son couple pour entretenir les fondations de ce que l’on a pris soin de consolider au fil des années…

On en veut à Greg de ne pas être réceptif, de ne pas ouvrir les yeux pour se battre pour sa femme. Clairement on a du mal à supporter cet élan d’égocentricité à n’être concentré que sur sa petite personne. Et puis l’auteure vient perturber notre vision en lui donnant sa voix dans le récit... et on ne peut pas lui reprocher d’être égoïste. Oui il était concentré sur son rôle d’homme dans sa vie professionnelle mais il n’est pas quelqu’un de mauvais. Cet homme n’a pas un mauvais fond. Son ignorance et sa non disponibilité causée par son rythme prenant et éreintant ne le rendent qu’humain. Dans la vie on fait tous des erreurs. Par moment une piqûre de rappel est nécessaire pour prendre conscience de ce qu’on a et que rien nous est acquis… Comme dit l’adage c’est lorsque l’on perd ce auquel on tient le plus au monde que l’on se rend compte de son importance dans notre vie.

Je pourrais en dire davantage sur ce livre tant le récit est parlant et criant de vérité. J’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteure à construite sa trame. Alessia Jourdain nous porte dans son histoire où l’on ressent l’amour, le besoin de l’autre, le désespoir, la confusion, l’indécision à prendre certaines décisions, mais surtout nous fait ressentir les tensions qui animent les personnages... qu’elles soient sensuelles et/ou colériques.

Encore une fois, n’importe qui peut rencontrer cette situation. Si certains l’acceptent, d’autres la combattent. Reprendre le dessus peut parfois être long et difficile mais qui a dit que le chemin ne serait pas semé d’embûches ? Il suffit de s’accrocher et de se battre pour ce qu’on veut après tout... mais à quel prix ?
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 23-04
Un avis + détaillé -> https://wp.me/p6618l-fz7
[JULIE]
[...]
Alfreda nous livre une histoire bouleversante, de sentiments à fleur de peau, de tension perpétuelle. Ses deux héros nous embarquent dans leur bulle pour nous faire vibrer d’intenses émotions qui les animent. C’est bien là qu’est le réel talent de cette auteure, c’est de nous plonger au cœur des sentiments de Mao et Automn, qui sont si puissants qui les entraîneront pas toujours du bon côté ou ne leur feront pas faire les bons choix. Mais une chose les guidera toujours : l’amour, le bien-être de l’autre. Et cette sensation est sublime, tout comme ce qu’ils partagent, c’est unique et tellement précieux.
[...]
Automn m’aura tirée plus d’une fois les larmes yeux par tout ce qu’elle endure, supporte et maîtrise, entreprend, responsable depuis son plus jeune âge de son frère et sa sœur, une véritable abnégation pour ceux qu’elle aime. C’est un personnage qui force le respect avec un courage, une détermination, un orgueil qui lui vaut d’avancer mais également une fragilité qui émeut.
[...]
J’ai plongé dans cette romance intense en émotions diverses et variées, qu’elles soient belles, magiques, sensuelles, cruelles ou révoltantes, Alfreda nous épargne peu de choses.

C’est une histoire dense mais qui laisse au lecteur le temps d’apprécier chaque événement, parfois un peu trop pour moi, tout en faisant monter la tension, le suspense par des secrets, des réactions extrêmes, des rebondissements.

C’est un beau livre qui fait la part belle aux sentiments profonds, à l’amour qui peut rendre la vie plus belle, et une allégorie à l’automne japonais.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un avis + détaillé sur -> https://wp.me/p6618l-exO
[JULIE]
Vous connaissez le gros balaise au cœur tendre et bien c’est Julian Cooper. (Je suis sûre que ce surnom ne lui plairait pas d’ailleurs !)
[...]
L’auteure nous fait passer un agréable moment où la sueur et l’effort deviennent sexy, où les patrons arrogants et musclés tentent de soudoyer leur employé à coups de pari !

Les personnes sont plus complexes qu’on ne le pense, la tension entre eux est perpétuelle !

[...]
L’auteur s’attaque aux préjugés du culturisme, au harcèlement sexuel au travers de ces personnages touchants, parfois maladroits, mais tenaces.

Même si je suis plutôt en mode farniente pour mes vacances ils m’auraient presque donné envie d’aller me dépenser et faire du sport ! Les beaux mâles Cooper sont séduisants et nous promettent d’avantage d’aventures avec Calvin et Harry hummm ça promet !

Alors n’hésitez pas à faire connaissances avec ces beaux spécimens sexy et tatoués, vous culpabiliserez qu’un court instant, sur votre serviette de plage, car vous serez trop plongés dans cette lecture passionnante et légère !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 12-04
Un avis + détaillé -> https://wp.me/p6618l-fy8
[JULIE]
My dominant boss est une romance New Adult qui traite de sujets déjà vus et pourtant elle a réussi à me captiver, me prendre dans ses filets. Et NON, ce n’est pas du tout une redite d’un certain Monsieur Grey !!!!!
[...]
L’auteur arrive à créer une relation tendue, passionnante et passionnée entre Lake et Jarden. Il est vrai que le milliardaire torturé, control-freak et adepte du BDSM n’est plus une nouveauté pourtant, le combo marche car l’histoire est bien écrite avec un style dynamique, très axée sur les émotions et la passion.

Le personnage de Lake est novice et mais pas naïve, avec des principes et des idéaux qu’elle défend avec conviction, elle ne s’oubliera pas en chemin, tout en emportant Jarden dans sa lumière et ses couleurs.
[...]
Toute la passion, la tension sexuelle, la contradiction des sentiments qui les animent, transparaîtra dans chaque phrase, c’est le talent de Chloé Wilkox. Certaines scènes sont bouleversantes de vérité que j’ai eu l’impression de les vivre.
[...]

En tout cas j’ai vraiment passé un agréable moment chargé d’émotions, de sensualité, d’érotisme, de tensions en tous genres. Cette histoire aurait pu être du déjà vu, mais pas du tout car Chloé Wilkox, dont j’adore la plume, a réussi à rendre cette romance attractive et grâce à des personnages profonds, complexes et passionnés. N’hésitez pas à vous lancer dans cette lecture !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 12-04
Un avis + détaillé sur -> https://wp.me/p6618l-fye
[JULIE]
Ma première pensée à peine ai-je terminé ce livre c’est : Mais c’est quoi cette fin ???
Rien n’est indiqué sur la couverture que c’est un tome 1 … Je reste perplexe certes, You make me lose control est une romantic suspense mais quand même !
[...]
Cette histoire est bourrée de rebondissements, presque trop pour que cela soit crédible.
C’est d’ailleurs ce qui m’a gêné car l’histoire est dynamique, le style est direct et efficace, mais le fond est un peu exagéré. La naïveté dont faire preuve Emy sur la vie, les activités familiales et un peu gros tout comme la prison dorée dans laquelle elle vit depuis cinq ans à l’heure où les jeunes filles s’épanouissent, sortent.
[...]
À chaque fois, toutes les situations sont résolues assez rapidement sans trop de mal, rien ne résiste au Jackson. C’est un peu too much à mon goût pourtant ça fonctionne mais ça peut lasser aussi !

C’est quand même un livre bien dense, avec pas mal de personnages, tous les frères, les hommes du père, le personnel de maison, les amis d’université, et puis différents lieux.
[...]
Je me suis prise au jeu de l’histoire avec cependant quelques réserves dues à l’accumulation de rebondissements qui sont toujours trop bien vite résolus, et qui auraient rendu fou n’importe qui surtout avec une fille qui a autant été surprotégée.

J’espère vraiment qu’il y aura une suite car j’aimerai connaître la fin de cette histoire, qui sinon finirait vraiment en queue de poisson, Lana M rassure-nous stp !
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 03-04
Un avis + détaillé -> https://wp.me/p6618l-fwc
[JULIE]
[...]Cet amour qui naît, se développe, et s’encre entre ces deux êtres, est juste de tout beauté.

L’auteure rend leur relation profondément attachante, à tel point qu’elle m’a complètement séduite. Pourtant les débuts sont difficiles, ils auraient pu passer à côté de quelque chose d’une rare intensité.
[...]
C’est le genre de romance un peu conte de fées qui est un vrai plaisir à lire. Elle vous redonne foi en l’amour, vous fait sourire.

Élie ne ménage pas ses héros, soutenus sans failles, par les amis et la famille, nous entraînant également dans un tourbillon d’émotions. Les rebondissements vont bon train alimentant et redonnant un souffle à l’histoire. Même si certains sont parfois un peu rocambolesques, je n’en ai pas tenu compte car cet amour démesuré qui anime Ben, Selena et son fils Sam nous porte, nous faisant oublier cet aspect « chevaleresque ». Néanmoins, j’ai ressenti toute la tension qui imprègne le couple lorsque le danger survient !

Vous passerez un bon moment de lecture, piquant, drôle, rempli d’amour aux côtés de ces deux êtres que rien ne destinait à se rencontrer. Ils ont créé une famille élargie avec leurs amis, qui je l’espère, feront l’objet d’histoires aussi ! Je suis curieuse de connaître l’histoire d’Aaron ou Luke, par exemple.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
(JENNI) : -A lire !- https://wp.me/p6618l-eAz

« Rider in the dark » met en scène une bande de bikers. C’est une agréable surprise en soi puisque la trame présage une jolie romance à venir, mais on apprécie la tournure que va prendre le récit car Sara June innove son univers en y incluant des passages sombres et durs à lire, pour finalement contrebalancer ces moments avec des instants revigorants…

Hush et ses frères Path et Kill inspirent le respect et la peur. Ils sont grands, musclés et bad boys. Ils sont des Dark Soldiers... Un gang de motards estimé et craint dans tout Hedonas et ses environs.

Fasciné par la belle serveuse, elle ne cesse de l’impressionner par son tempérament et il ne peut s’empêcher de se sentir protecteur envers elle. C’est plus fort que lui. Pourtant elle semble capable de prendre ses propres décisions…

Attirés l’un par l’autre, Hush et Lily c’est un binôme complexe... qui présage de nombreuses difficultés à venir ! Pour Lily, il est à la fois sa plus grande peur mais aussi sa plus grande attente. Elle se sent à l’abris avec lui... pourtant le danger rôde autour d’elle. Quant à lui, il la juge trop bien pour lui, mais aussi pour sa vie. Malgré tout, de par son naturel et sa simplicité, elle a su par son sourire et sa fragilité briser un des murs qu’il avait bâti autour de son cœur. Elle ébranle ses fondations au fur et à mesure de leurs rencontres....

Alors qu’Il agit impulsivement, elle, elle fuit quelque chose de dangereux. Trahie, blessée et salie par les hommes, parviendra-t-elle à lui laisser une place dans sa vie et à lui faire confiance ? Que cache-t-elle de si sombre ? De quoi a-t-elle peur ? Saura-t-il la protéger à temps du danger ?

Un récit plein d’angoisse qui nous fait dévorer les pages à vive allure. Alors qu’on pourrait profiter d’un moment de calme pour apprécier la relation sensuelle et passionnée qui se joue sous nos yeux, voilà que l’auteure décide de nous tenir en haleine en venant frapper par des rebondissements qui nous tiennent captifs de son histoire.

Sa plume est prenante, passionnante ainsi qu’obscure et aimante. On apprécie chacun des personnages du gang des Dark Soldiers nous donnant l’envie d’en savoir plus sur eux. Il y’a une histoire qui se tisse autour d’eux nous permettant de les apprivoiser en douceur.

J’ai beaucoup apprécié ma lecture. On s’attache aux personnages, à chacun des membres finalement, que lorsqu’on arrive à la fin on en veut plus. Néanmoins, la fin m’a contrariée malgré tout car je l’ai trouvé trop précipitée, needy, mais aussi rapidement résolue... Ce qui malheureusement, casse l’ampleur et les répercussions des rebondissements.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 29-03
(JENNI) : -COUP DE COEUR- https://wp.me/p6618l-ft9

« Will you play ? » vous fera succomber aux charmes des personnages qui ont le cœur sur la main et qui sont hauts en couleur, sans aucune réticence puisque la plume de Alicia Garnier est pleine de peps. On s’amuse aux côtés de Dawn et de Garrett, et on prend énormément de plaisir à les suivre dans leurs échanges, que ce soit dans leurs jeux ou dans leurs discussions. Entre eux se joue une forme améliorée du Fuis moi je te suis. On se doute de la finalité, mais l’ensemble est tellement plaisant et agréable à lire qu’on accroche au récit et c’est tout naturellement qu’on se laisse porter par cette sympathique histoire…


Dawn et Garrett c’est une amitié de longue date… Ils se sont connus à l’âge de trois ans et ne se sont plus quittés. Au quotidien, ils sont comme chien et chat, impossible de se séparer et de rester fâchés longtemps. Leur lien aussi fort soit-il a surmonté de nombreuses épreuves et est toujours ressorti vainqueur… Leur complicité est indestructible. Mais quand cela fait vingt-deux ans qu’on côtoie presque quotidiennement la même personne, il n’y a plus de secrets ou de limites avec elle. C’est pourquoi, ils aiment se chamailler pour tout et n’importe quoi. À tel point qu’ils se lancent dans des Da-Re où la répartie est de mise !

Elle et Garrett se sont construits ensemble et ont tout vécus ensemble. Ils sont le repère de l’un et de l’autre et ne font quasiment rien l’un sans l’autre. Puis un homme est entré dans la vie de Dawn et a tout changé entre eux...


Cette histoire témoigne d’une superbe amitié entre deux personnes qui ont tout pour être heureux tant qu’ils sont ensemble. Ils sont amis, confidents, binômes, bref, meilleurs amis. Ils fonctionnent en duo et sont fusionnels…. Alors, à quoi bon risquer ce que l’on a déjà pour quelque chose qui ne sera certainement pas aussi bien ? Eh oui grand dilemme…

Leur amour a toujours été unique et authentique entre eux et aux yeux de tous… Dawn et Garrett c’est une évidence et c’est passionnel ! Malheureusement, à la suite de certaines décisions et de leurs évolutions, ils vont se perdre en cours de route et leur relation va devenir bancale, voire même en dents de scie… Ils se pensaient forts et invincibles, mais leur cœur va être mis à rude épreuve…

L’évolution n’est qu’un gâchis qui nous met hors de nous. On a envie de les rejoindre dans leur vie et de les secouer un bon coup pour qu’ils arrêtent leurs bêtises. Il va y’avoir beaucoup d’occasions ratées qui vont nous épuiser et nous agacer alors que tout est devant leurs yeux... C’est une torture de lire les lettres de Garrett tellement on ressent sa souffrance et que cela nous déchire le cœur !

Dans cette histoire, l’auteure fait ressortir le lien d’amitié s’apparentant à de l’amour qui existe entre ce duo. Une union tellement forte mais aussi terriblement impactante dans la vie de chacun. Il suffit d’un rien pour que tout vole en éclat, pour qu’on perde sa moitié, sa/son partenaire de route. Difficile dans ces conditions de gérer ses émotions tant ils se complètent à la perfection et tant ils sont connectés. Quelque part, ils vivent à travers l’autre. C’en est déroutant et même incroyable de vivre et de partager une telle relation tellement ils sont semblables.

En bref, ce livre, on en fait qu’une bouchée. La plume de l’auteure est pleinement convaincante. À la fois chaleureuse, douce, taquine, joueuse, profonde... Alicia Garnier nous fait vivre un cocktail d’émotions à sa façon ! Plus rien n’existe autour de nous hormis les personnages de cette histoire. On s’évade dans chacune des pages avec l’envie de profiter de ces deux zigotos sans que ça s’arrête.

Merci pour cette histoire ! Je n’ai qu’une réclamation à faire :

Alicia, Da-Re de nous concocter une suite avec ce beau duo ? Je suis amoureuse de ce couple Garrett / Dawn, et j’en veux encore !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Un avis + détaillé -> https://wp.me/p6618l-fu8
[JULIE]
L’auteure distille des indices sur ce qui est arrivé à Harper, mais on comprend assez rapidement ce qui la tourmente depuis des années. Au départ, elle m’a émue avec son histoire, pourtant au fil de l’histoire, elle continue de s’enliser ne sortant pas de sa spirale, de ses démons, s’entêtant à ne pas vouloir combattre ses peurs.

Du coup, même si on sent venir les choses, on les lit avec plaisir au début, jusqu’au moment où le personnage d’Harper commence un peu à tirer sur la corde.

Je m’explique, le personnage de Levy tente par tous les moyens de la séduire, il sait parfaitement y faire, augmentant la tension sexuelle à chaque rencontre, et ça marche ! [...]
Or, elle est fuyante, il l’accepte assez facilement, mais je trouve que l’auteure à un peu trop utilisé cet argument. Certes, ce n’est pas évident de sortir du drame qu’elle a vécu, avec toujours la peur de souffrir à nouveau, mais j’aurais aimé une fille plus combative, assumant ses sentiments qui m’auraient peut-être évité cette impression de longueurs sur la fin.

Vous l’aurez compris qu’Harper ne m’a pas complètement convaincu, en revanche Levy est assez étonnant, séduisant, et charmeur, drôle, passionné par son métier. Il porte l’histoire et la fait avancer.

C’est donc en demi-teinte que j’ai fini ma lecture, car si j’ai apprécié le style de l’auteure, son héroïne m’a légèrement agacée et empêchée d’apprécier pleinement cette histoire.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 26-03
Un avis + détaillé -> https://wp.me/p6618l-ftv
[JULIE]
I’ll protect you est une romantique suspens à cent à l’heure, à l’image du premier tome. Si celui-ci est moins explosif, il n’en est pas moins dense et intrigant.

Le suspense est mené d’une main de maître une nouvelle fois par Anne Cantore. J’ai replongé dans ce clan et ses histoires avec un grand plaisir. Les personnages sont nombreux, les liens sont étroits entre tous, mais on s’y retrouve petit à petit. Par contre, je vous conseille de lire le premier tome ou vous risqueriez d’être un peu perdu.

L’auteure sait faire monter la pression comme personne, arrivant à une tension telle entre Sacha et Mélanie qu’on a l’impression d’y être. On ressent toute l’ambivalence de ces personnages qui doivent faire des choix pas toujours légaux, mais avec un code d’honneur, un instinct de protection.
[...]
On aime ce clan qui trempe dans des affaires illégales, car il n’a qu’une parole, une fidélité envers ses codes, et les personnes qu’il considère.
[•••]
La plume de cette auteure a du relief, avec un style dynamique qui crée une histoire accrocheuse, des personnages toute en contradiction, dont des mafieux méditerranéens, aux origines lointaines pour certains, presque honorables ?. Et puis, j’ai trouvé que les quelques expressions en russe, disséminées à travers le texte, ajoutent un côté sexy aux cousins Azarov !

L’histoire avance grâce aux trois points de vue de, Mélanie, Sacha et Delphine, la commissaire de police en charge de l’affaire de menaces, de vols… Du coup, le lecteur assemble les pièces du puzzle par différentes entrées, sans se lasser, en étant tenue en haleine jusqu’au bout.

Faire la rencontre avec les hommes du clan Gardani, c’est adopter ces hommes dangereux, sombres, avec un cœur sensible, sur le papier bien sûr ! Qui sera le prochain à se faire surprendre par les sentiments, et un fort caractère ?
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Rouge écrit par Julie Huleux
date : 19-03
Un avis + détaillé sur -> https://wp.me/p6618l-frx
[JULIE]
Rouge est une romance New Adult qui sera vous donner chaud, vous faire apprécier un peu plus l’uniforme des pompiers…
[...]
L’auteure nous immerge complètement dans la vie d’une caserne d’une ville du sud en plein été. C’est très réaliste, l’humilité, le respect, et l’engagement de ces hommes est mis en avant.

Le personnage d’Alex est tout en discrétion, mais un modèle de droiture et de dévouement dans son métier, avec un côté « polisson » avec ses potes.

Quant à Ophélie au début, j’ai eu un peu de mal avec son côté petite fille gâtée, presque insouciante et superficielle, à qui tout réussit. Pourtant, elle va se révéler au fil de l’histoire, grâce à son tournage, au contact avec Alex et le quotidien de ses hommes. Elle se démène, tout en ayant un œil respectueux, bienveillant et affuté pour son objectif.

Leur relation se tisse doucement tout en couvant sous la braise… et augmente la tension sexuelle à chaque instant. Confrontés à la dure égalité du terrain, l’adrénaline jouant son rôle, certaines scènes seront empressées.

J’ai eu l’impression d’une fin un peu trop rapide ou trop facilement résolue. J’aurais aimé en savoir un peu plus sur la suite ou alors, que l’épilogue ne soit pas aussi proche de la fin dans le temps, peut-être pour plus de crédibilité, et puis un an après aurait pu nous donner, par exemple plus d’informations.

J’ai passé un agréable moment de lecture, dans une région agréable où il fait bon vivre tant qu’on reste loin des incendies. Alex vous emmènera dans son monde comme il l’a fait avec Ophélie. Le sexe appeal du pompier fonctionne même avec des mots, sans image.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 14-03
(JENNI) : https://wp.me/p6618l-fqz

Un grand travail de fond a été réalisé par Théo Lemattre pour analyser les comportements, la communication et ainsi comprendre la vie de Tomas, en lui permettant de prendre de la hauteur sur les non-dits et les mauvaises interprétations causées par ses réflexions.

‘Cinq pas vers le bonheur’, c’est des pages qui vont nous parler sur une reconstruction de soi pour assembler les pièces d’un puzzle manquantes afin de comprendre ce qui peut nous échapper et, réaliser que ce qui peut être logique pour quelqu’un ne l’est pas forcément pour l’autre, tant chacun a dans la vie une vision différente…

Tomas a toujours eu des rapports difficiles avec son père. Le jour de l’enterrement de ce dernier, l’émotion ne le gagne pas. Non pas que sa mort ne lui fasse pas quelque chose, mais ce qu’il ressent est très complexe et négatif. Il préfère se détacher de toute souffrance potentielle, et l’image de son père mort en est une. Pourquoi s’acharner à ce souvenir quand le mal est fait ? De plus, il a d’autres soucis en tête en ce moment…

Tomas est un homme cynique, continuellement dans la critique. Un vide se creuse en lui et se remplit de haine. Pourtant il détestait son père, c’est une certitude ! Sa fermeté, son inflexibilité envers lui, sa préférence pour sa sœur Sophie. Il l’a toujours dévalorisé, rabaissé et manifesté aucune considération à son égard... Pourquoi ? Sa vision est-elle juste ? Fait-il exprès de ne rien voir autour de lui et/ou de ne pas comprendre parce que c’est plus simple de raisonner de cette façon puisque notre cerveau nous pousse à retenir que le mauvais ?

Des lettres... voilà l’héritage que son père lui a laissé. Ces écrits ce n’est pas pour le mettre à l’épreuve mais pour provoquer une réaction afin qu’il assimile le fait qu’il s’abîme dans une vie qui ne lui ressemble pas.

Un roman axé sur le développement personnel, et en l'occurrence sur la reconstruction d’un homme, en pleine quête identitaire. Cinq lettres seront l’électrochoc nécessaire pour encourager Tomas à se reprendre en main, pour à présent vivre sa vie au lieu de la subir comme un fardeau.

C’est des lettres personnelles. Intimes. Sincères et révélatrices… Chacune de ces lettres va à chaque fois le bouleverser et le bousculer pour l’aider à changer son regard sur ce qu’il pensait savoir depuis toujours… Un véritable combat en soi attend ce jeune homme qui, au fil des années s’est fermé comme une huître. Une colère monstrueuse le ronge causée par le délaissement, l’absence et l’abandon de ses proches dans sa vie occasionnant beaucoup d’incompréhensions, et lui faisant perdre confiance en lui. Barricadé derrière une carapace de froideur, il est devenu hermétique à toute émotion et se refuse quelque part le droit d’aimer. Même avec sa sœur, il ne reste plus rien de leur amour fraternel…

Un long travail d’introspection l’attend car il va devoir détruire ses ancrages pour devenir la meilleure version de lui-même. Quand une idée est plantée elle ne demande plus qu’à pousser… sauf que nos pensées ne sont pas forcément objectives… Parfois des souvenirs enfouis en nous ont besoin d’un petit coup de pouce pour ressurgir. À présent tout refait surface. Il s’apprête à vivre des montagnes russes émotionnelles. Ce qu’il va découvrir c’est que finalement son père et lui se ressemblent de bien des façons...

Au fil des chapitres, on va de révélation en révélation. On ne peut pas revenir sur le passé, néanmoins, pour s’en sortir il faut se donner les moyens de réussir pour ne pas reproduire les erreurs du passé… Le personnage de Tomas grandit, gagne en maturité, évolue à son rythme en sortant de sa zone de confort pour se construire dans un environnement qui répond à ses attentes. Complètement paumé, il va s’ouvrir et se livrer pour cette fois accéder à son propre bonheur sans chercher à revenir sur le passé mais bien rebondir pour avancer.

La plume est fluide et aiguisée ce qui permet au lecteur de comprendre les ressentis de ces personnages. Peu importe les épreuves de la vie, lorsque l’on part à la dérive il est important d’accepter d’être aidé pour remonter la pente et de croire en soi. De plus, la vie prend un autre sens lorsqu’on fait l’effort de s’ouvrir aux autres…

NB : J’ai adoré les passages où Tomas rencontre Smoky… Dommage que ces derniers soient brefs !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 12-03
Un avis + détaillé sur -> https://wp.me/p6618l-fqt
[JULIE]
On plonge dans univers complètement gustatif qui nous fait saliver pour les gourmands que nous sommes.

Comment va se dérouler la cohabitation : plutôt guerrière ou pacifique ? Ou statut quo ?

Lucie Castel nous fait découvrir les douceurs corses comme ses traditions, ses ancestraux clans familiaux où les rivalités sont ancrées dans les gènes des plus anciens, mais les plus jeunes sauront peut-être les faire disparaître pour en faire une force.

C’est rafraîchissant, léger avec une base de gravité, une touche d’insouciance ayant un besoin de reconnaissance, d’amour afin de retrouver la confiance en soi.

La plume de Lucie à une nouvelle fois ravie mes pupilles (dommage, pour mes papilles !), fait passer un excellent moment grâce à style alliant dynamisme, sérieux et humour. [...]

La génération qui se construit à la force du poignet et du travail fait fi du passé, pour mieux gérer le présent et l’avenir. Cat et Lucca vont donner une bonne leçon aux anciens sans n’avoir rien prémédité, si ce n’est d’être fier de leur labeur et transmettre leur passion sucrée. Ce Lucca est présenté aux antipodes de son frère Dom et n’a rien de très plaisant au départ, pourtant il m’a surpris et m’a accroché dès qu’il a prononcé les paroles de réconfort à Cat. Ne la connaissant pas, au moment il les prononce, a fini de me faire succomber. J’espère que toute femme stérile aura pu entendre des mots similaires, justes et réconfortants par les personnes qu’elle aime, que ceux prononcés par Lucca à Catalina.

En tout cas, n’hésitez pas à vous lancer dans ce voyage gustatif et dépaysant, ces personnages forcent le respect et vous transmettre leur amour des bons produits, de la Corse pour vous apporter de la félicité. Mon seul regret c’est de ne pas avoir pu goûter toutes les créations Palazzo et Castelli, qui m’ont mis l’eau à la bouche, et feront pareil avec vous : une frustration absolue pour les grands gourmands !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0