Livres
470 070
Membres
438 160

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Parfois, je me sens comme la fille.

Parfois, je me sens comme l'oiseau.

Parfois, je me sens comme le photographe, incapable d'être autre chose qu'un spectateur.

Afficher en entier

Si je réfléchis trop à ce que je suis en train de faire, je vais prendre mes jambes à mon cou... Alors je ferme les yeux et je cogne.

Je ressens encore le choc de l'impact, pourtant je n'ai plus l'impression que mes articulations sont brisées en mille morceaux sous ma peau. Et les scratchs me maintiennent les poignets. Je frappe plus fort. Encore. Et encore. Les vibrations des coups se diffusent dans tout mon corps, une onde de chaleur qui s'épanouit dans mon ventre. Je perds le compte.

- Ouvre les yeux.

Il est juste devant moi. Il tient le sac pour l'empêcher de bouger. Je ne sais pas depuis combien de temps il le fait.

- Plus près, me dit-il.

J'avance sans cesser de fixer ces yeux bleus.

- Encore plus près.

Je m'approche au point de pouvoir enlacer le sac. Ma respiration est précipitée et je ne suis pas certaine que ce soit entièrement dû à l'effort physique.

- Et là, c'est assez ? je chuchote.

Il fouille mon regard du sien.

- Il faut que la cible soit à ta portée.

Mon ton est beaucoup plus sérieux que je ne le voudrais quand je lui lance:

- Je suis plus forte que tu ne le pensais ?

- Tu est exactement aussi forte que je le pensais.

Ses mots semblent chargés d'un sous-entendu que je ne m'explique pas très bien. Peut-être bien que chaque instant a son importance, mais je dirais que celui-ci plus que les autres.

Je sautille sur la pointe des pieds et bourre le sac de coups de poing. On dirait que je me prends pour Mohamed Ali. Je dois être ridicule.

Il incline la tête.

- Vas-y, défoule-toi.

Je décoche un nouveau coup, sauf que cette fois mes yeux sont rivés aux siens. Ma frappe manque cruellement de force. Je me sens tellement déchirée, comme si en étant attirée par Declan je trahissais le Crépuscule. Et pourtant... c'est plus fort que moi. Sous une façade hérissée de piquants à laquelle il vaut mieux éviter de se frotter se cache un garçon attentionné, protecteur et loyal. Et j'aimerais approfondir ma connaissance de cette face-là.

Afficher en entier

L'intimité est une illusion.

Visiblement tu en sais quelque chose, puisque tu as lu ma lettre. Elle ne t'était pas destinée. Elle n'était pas pour toi. Elle n'avait rien à voir avec toi. C'était entre ma mère et moi.

Afficher en entier

On le lit sur son visage : son monde vient d'être détruit, et elle le sait.

Sa mère est morte, et elle le sait.

Cette photographie est un supplice.

Chaque fois que je la regarde, je me dis : "Je comprends parfaitement ce qu'elle ressent."

Afficher en entier

Mais tu sais qui je suis. Trouve-moi. Empoigne-moi. Secoue-moi. Je t'en supplie.

Afficher en entier

Rev & Declan

- Ne parlons pas de Dieu, si tu préfères. Parlons de destin. Tu ne trouves pas ça intéressant que ce soit toi en particulier qui aies trouvé cette lettre ?

C'est l'une des choses que j'aime le plus chez Rev. Il n'impose jamais aucune idée à personne. Je hoche la tête.

- Tu as envie de lui répondre ?

- Je ne sais pas.

- Menteur.

Il a raison. J'ai envie de lui répondre. Pour tout dire, je suis déjà en train de réfléchir à ce que je vais écrire.

Afficher en entier

Dans les ténèbres qui m’enserrent,

Noires comme un puits où l’on se noie,

Je rends grâce à Dieu quel qu’il soit,

Pour mon âme invincible.

Dans de cruelles circonstances,

Je n’ai ni gémi ni pleuré,

Sous les coups du hasard,

Ma tête saigne mais reste droite.

En ce lieu de colère et de pleurs,

Se profile l’ombre de la mort,

Et bien que les années menacent,

Je suis et je resterai sans peur.

Aussi étroit soit le chemin,

Nombreux les châtiments infâmes,

Je suis le maître de mon destin,

Je suis le capitaine de mon âme.

Invictus - William Ernest Henley

Afficher en entier

Parfois, on atteint un stade où la douleur devient insupportable, où on est prêt a n'importe quoi pour se débarrasser de sa peine. Même si pour ça on en vient a blesser quelqu'un d'autre.

Afficher en entier

« Parmi les joies que le monde nous donne, il n’en est point de comparable à celles qu’il nous ôte, quand l’éclat de la pensée jeune s’efface dans le triste déclin du sentiment. »

Afficher en entier

Je suis par terre, les yeux au niveau d’une paire de chaussures de chantier en cuir noir éraflé.

Dans une comédie romantique, ce serait la scène de la rencontre. Le garçon serait beau comme un dieu, il serait à la fois le meilleur joueur de l’équipe de foot et l’élève préféré du prof de littérature. Il me tendrait la main. Et il aurait, par le plus heureux des hasards, un tee-shirt de rechange dans son sac à dos. J’irais l’enfiler dans les toilettes et le miracle opérerait : ma poitrine paraîtrait plus avantageuse, mes hanches plus étroites, et il m’inviterait au bal de promo au moment de m’accompagner en cours.

Dans la vraie vie, le type en question s’appelle Declan Murphy, et il montre déjà les crocs. Son tee-shirt et sa veste sont également imbibés de café et il s’emploie à les décoller de son torse.

Si le héros de ma comédie romantique imaginaire est le quarterback vedette du lycée, Declan est le loser de terminale. Il a un casier judiciaire et pour ainsi dire une place attitrée dans la salle de colle.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode