Livres
505 051
Membres
512 624

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par drelin83 2010-03-09T12:30:39+01:00

«Le jour, c’est la vie des êtres, mais la nuit, c’est la vie des choses.»

Afficher en entier
Extrait ajouté par drelin83 2010-03-09T12:30:39+01:00

«La haine, c'est la colère des faibles !»

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-11-14T13:38:12+01:00

Vous connaissez, n'est ce pas, cette jolie griserie de l'âme ? On ne pense pas, on ne rêve pas non plus. Tout votre être vous échappe, s'envole, s'éparpille. On est la mouette qui plonge, la poussière d'écume qui flotte au soleil entre deux vagues, la fumée blanche de ce paquebot qui s'éloigne, ce petit corailleur à voile rouge, cette perle d'eau, ce flocon de brume, tout excepté soi-même... Oh ! que j'en ai passé dans mon île de ces belles heures de demi-sommeil et d'éparpillement ! (Le phare des Sanguinaires.)

Afficher en entier
Extrait ajouté par drelin83 2010-03-09T12:30:39+01:00

«La gourmandise commence quand on n’a plus faim.»

Afficher en entier
Extrait ajouté par ledicodesbonsgouts 2019-06-08T12:30:47+02:00

Eh bien écoute un peu l'histoire de la chèvre de Monsieur Seguin. Tu verras ce que l'on gagne à vouloir vivre libre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par oboys 2013-04-10T19:28:46+02:00

« Ce sont les lapins qui ont été étonnés!... Depuis si longtemps qu'ils voyaient la porte du moulin fermée, les murs et la plate-forme envahis par les herbes, ils avaient fini par croire que la race des meuniers était éteinte, et, trouvant la place bonne, ils en avaient fait quelque chose comme un quartier général, un centre d'opérations stratégiques: le moulin de Jemmapes des lapins... La nuit de mon arrivée, il y en avait bien, sans mentir, une vingtaine assis en rond sur la plate-forme, en train de se chauffer les pattes à un rayon de lune... Le temps d'entr'ouvrir une lucarne, frrt! voilà le bivouac en déroute, et tous ces petits derrières blancs qui détalent, la queue en l'air, dans le fourré. J'espère bien qu'ils reviendront. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Biquet 2011-10-27T10:08:45+02:00

L’abbé Martin était curé... de Cucugnan.

Bon comme le pain, franc comme l’or, il aimait paternellement ses Cucugnanais ; pour lui, son Cucugnan aurait été le paradis sur terre, si les Cucugnanais lui avaient donné un peu plus de satisfaction. Mais, hélas ! les araignées filaient dans son confessionnal, et, le beau jour de Pâques, les hosties restaient au fond de son saint ciboire. Le bon prêtre en avait le coeur meurtri, et toujours il demandait à Dieu la grâce de ne pas mourir avant d’avoir ramené au bercail son troupeau dispersé.

Or, vous allez voir que Dieu l’entendit.

Un dimanche, après l’Évangile, M. Martin monte en chaire.

« Mes frères, dit-il, vous me croirez si vous voulez : l’autre nuit, je me suis trouvé, moi misérable pécheur, à la porte du paradis. Je frappai : saint Pierre m’ouvrit ! »

Afficher en entier
Extrait ajouté par ledicodesbonsgouts 2019-06-08T13:25:46+02:00

Puis, voilà qu'un beau jour le fils d'un de ces paysans s'éprend de ces grandes ruines et syndigne de les voir ainsi profaner., vite, vite, il chasse le bétail hors de la cour d'honneur; et, les fées lui venant en aide, à lui tout seul il reconstruit le grand escalier, remets les boiseries aux murs, des vitraux aux fenêtres, relève les tours, redors la salle du trône, et mets sur pied le vaste palais d'autres temps, ou logèrent des papes et des impératrices.

Ce palais restauré, c'est la langue provençale.

Ce fils de paysan, c'est Mistral.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ledicodesbonsgouts 2019-06-08T12:34:45+02:00

C'est donc vrai berger que vous êtes sorciers vous autres ?

- Nullement, notre demoiselle. Mais ici nous vivons plus près des étoiles, et nous savons ce qui se passe mieux que des gens dans la plaine.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2010-11-14T13:38:12+01:00

L'histoire que tu as entendue n'est pas un conte de mon invention. Si jamais tu viens en Provence, nos ménagers te parleront souvent de la cabro de moussu Seguin, que se battégue tonto la neui erré lou loup, e piei lou matin lou loup la mangé.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode