Livres
473 032
Membres
446 411

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par AprilDevil 2017-09-16T19:00:43+02:00

« On peut comparer les empires à un arbre, dont les branches trop étendues ôtent tout le suc du tronc, et ne servent qu’à faire de l’ombrage. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par AprilDevil 2017-09-16T19:00:33+02:00

« Le droit public est plus connu en Europe qu’en Asie : cependant on peut dire que les passions des princes, la patience des peuples, la flatterie des écrivains, en ont corrompu tous les principes.

Ce droit, tel qu’il est aujourd’hui, est une science qui apprend aux princes jusqu’à quel point ils peuvent violer la justice, sans choquer leurs intérêts. Quel dessein, Rhédi, de vouloir, pour endurcir leur conscience, mettre l’iniquité en système, d’en donner des règles, d’en former des principes ; et d’en tirer des conséquences ! »

Afficher en entier
Extrait ajouté par AprilDevil 2017-09-16T19:00:21+02:00

« Les hommes peuvent faire des injustices, parce qu’ils ont intérêt de les commettre, et qu’ils préfèrent leur propre satisfaction à celle des autres. C’est toujours par un retour sur eux-mêmes qu’ils agissent : nul n’est mauvais gratuitement : il faut qu’il y ait une raison qui détermine ; et cette raison est toujours raison d’intérêt. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par AprilDevil 2017-09-16T19:00:10+02:00

« Ceux qui aiment à s’instruire ne sont jamais oisifs. Quoique je ne sois chargé d’aucune affaire importante, je suis cependant dans une occupation continuelle. Je passe ma vie à examiner : j’écris le soir ce que j’ai remarqué, ce que j’ai vu, ce que j’ai entendu dans la journée : tout m’intéresse, tout m’étonne : je suis comme un enfant, dont les organes encore tendres sont vivement frappés par les moindres objets. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par AprilDevil 2017-09-16T19:00:00+02:00

« Je voudrais bannir les pompes funèbres. Il faut pleurer les hommes à leur naissance, et non pas à leur mort. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par AprilDevil 2017-09-16T18:59:49+02:00

« Il n’y a rien de si affligeant que les consolations tirées de la nécessité du mal, de l’inutilité des remèdes, de la fatalité du destin, de l’ordre de la providence, et du malheur de la condition humaine. C’est se moquer, de vouloir adoucir un mal, par la considération que l’on est né misérable : il vaut mieux enlever l’esprit hors de ses réflexions, et traiter l’homme comme sensible, au lieu de le traiter comme raisonnable. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par AprilDevil 2017-09-16T18:59:41+02:00

« C’est bien la même terre qui nous porte tous deux ; mais les hommes du pays où je vis, et ceux du pays où tu es, sont des hommes bien différents. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Chimerique 2017-09-04T11:59:01+02:00

J'ai pu vivre dans la servitude mais j'ai toujours été libre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Chimerique 2017-09-04T11:40:45+02:00

C'est un malheur de n'être point aimée ; mais c'est un affront de ne l'être plus.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Brindilla 2017-08-14T00:11:48+02:00

Quand on cherche si fort les moyens de se faire craindre, lui dit-elle, on trouve toujours auparavant ceux de se faire haïr.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode