Livres
483 227
Membres
470 451

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par misssbrown 2018-03-28T15:02:42+02:00

Le pape est le chef des chrétiens. C'est une vieille idole qu'on encense par habitude. {...} Il se dit successeur d'un des premiers chrétiens, qu'on appelle saint Pierre, et c'est certainement une riche succession : car il a des trésors immenses et un grand pays sous sa domination.

Afficher en entier
Extrait ajouté par misssbrown 2018-03-28T14:50:31+02:00

Ce ne sont pas seulement les liens du sang qui forment la parenté mais aussi ceux du Cœur et de l'Intelligence.

Afficher en entier
Extrait ajouté par misssbrown 2018-03-28T14:50:20+02:00

Mais, d'un autre côté, cette invention (celle de la boussole) a été bien pernicieuse aux pays qui ont été découverts. Les nations entières ont été détruites ; et les hommes qui ont échappé à la mort ont été réduits à une servitude si rude que le récit en fait frémir les musulmans.

Heureuse ignorance des enfants de Mahomet ! Aimable simplicité, si chérie de notre saint prophète, vous me rappeler toujours la naïveté des anciens temps et la tranquillité qui régnait dans le coeur de nos premiers pères

Afficher en entier
Extrait ajouté par misssbrown 2018-03-28T14:50:10+02:00

Si les triangles faisaient un dieu, ils lui donneraient trois côtés .

Afficher en entier
Extrait ajouté par misssbrown 2018-03-28T14:50:00+02:00

Ceux qui aiment à s’instruire ne sont jamais oisifs. Quoique je ne sois chargé d’aucune affaire importante, je suis cependant dans une occupation continuelle. Je passe ma vie à examiner : j’écris le soir ce que j’ai remarqué, ce que j’ai vu, ce que j’ai entendu dans la journée : tout m’intéresse, tout m’étonne : je suis comme un enfant, dont les organes encore tendres sont vivement frappés par les moindres objets.

Afficher en entier
Extrait ajouté par misssbrown 2018-03-28T14:49:51+02:00

La fureur de la plupart des Français, c’est d’avoir de l’esprit ; et la fureur de ceux qui veulent avoir de l’esprit, c’est de faire des livres.

Cependant il n’y a rien de si mal imaginé : la nature semblait avoir sagement pourvu à ce que les sottises des hommes fussent passagères ; et les livres les immortalisent. Un sot devrait être content d’avoir ennuyé tous ceux qui ont vécu avec lui : il veut encore tourmenter les races futures ; il veut que sa sottise triomphe de l’oubli, dont il aurait pu jouir comme du tombeau ; il veut que la postérité soit informée qu’il a vécu, et qu’elle sache à jamais qu’il a été un sot.

Afficher en entier
Extrait ajouté par misssbrown 2018-03-28T14:49:41+02:00

Les évêques ne font pas des articles de foi de leur propre mouvement. Il y a un nombre infini de docteurs, la plupart dervis, qui soulèvent entre eux mille questions nouvelles sur la religion: on les laisse disputer longtemps, et la guerre dure jusqu'à ce qu'une décision vienne la terminer.

Aussi puis-je t'assurer qu'il n'y a jamais eu de royaume où il y ait eu tant de guerres civiles que dans celui du Christ.

Afficher en entier
Extrait ajouté par misssbrown 2018-03-28T14:49:32+02:00

On se plaint, en Perse, de ce que le royaume est gouverné par deux ou trois femmes : c’est bien pis en France, où les femmes en général gouvernent, et non-seulement prennent en gros, mais même se partagent en détail, toute l’autorité.

Afficher en entier
Extrait ajouté par misssbrown 2018-03-28T14:49:22+02:00

Que la vanité sert mal ceux qui en ont une dose plus forte que celle qui est nécessaire pour la conversation de la nature ! Ces gens-là veulent être admirés à force de déplaire. Ils cherchent à être supérieurs et ils ne sont pas seulement égaux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par misssbrown 2018-03-28T14:49:12+02:00

Le roi de France est le plus puissant prince de l’Europe. Il n’a point de mines d’or, comme le roi d’Espagne son voisin ; mais il a plus de richesses que lui, parce qu’il les tire de la vanité de ses sujets, plus inépuisable que les mines. On lui a vu entreprendre ou soutenir de grandes guerres, n’ayant d’autres fonds que des titres d’honneur à vendre ; et, par un prodige de l’orgueil humain, ses troupes se trouvaient payées, ses places munies, et ses flottes équipées.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode