Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de leveilleur33 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Les Extraordinaires et Fantastiques Enquêtes de Sylvo Sylvain, détective privé, Tome 1 : Rue Farfadet Les Extraordinaires et Fantastiques Enquêtes de Sylvo Sylvain, détective privé, Tome 1 : Rue Farfadet
Raphaël Albert   
Avec un résumé pareil, c’est avec entrain que je me suis lancée sur les traces de Sylvo Sylvain, et me suis retrouvée catapulter dans Panam !
Cette ville ne vous dit peut-être rien au départ, pourtant vous la connaissez très certainement, mais pas tout à fait sous le même jour si j’ose dire ;)
Panam n’est autre que Paris, version steampunk, et transformée pour cette noble cause par les fertiles méninges de Raphaël Albert, un jeune auteur de fantasy française.
Oui oui, j’ai bien écrit "les fertiles méninges" car franchement son univers ne manque pas d’exotisme !
Panam donc, où coule une Veine (Seine) grouillante d’Ondines, où de nombreux dirigeables sillonnent l’invariable azur du ciel (même la météo a subi quelques aménagements), où l’on croise fiacres et calèches par-ci, hippomobiles et automobiles d’un autre temps par-là, je vous laisse imaginer...
Ainsi, dès mes premiers pas, mes yeux n’ont pas cessé de s’écarquiller devant la fantaisie du décor, et de ses habitants ; nains, farfadets, gobelins, orques, Leprechauns, mais aussi humains je vous rassure, sans quoi je n’aurais pas pu me fondre dans la foule ;)
Bon, vous voyez l’idée ? Toute une mixité savamment orchestrée et sacrément pittoresque, croyez-moi !
Si je devais faire part d’une toute petite réserve, ce serait sur le personnage de Sylvo Sylvain lui-même. C’est un peu difficile à expliquer mais je ne l’ai pas trouvé attachant contrairement aux autres personnages qui sont extras, surtout Pixel évidemment. J’ai trouvé que Sylvo manquait de chaleur, qu’il était un peu superficiel, et que sa personnalité nous échappait beaucoup trop pour le rendre vraiment captivant. Sans doute la connaissance de son passé m’aidera à mieux le cerner, mais à la fin de ce premier tome ce n’est pas le cas puisque l’auteur a fait le choix de nous faire languir en apportant les pièces du puzzle au compte-gouttes... Choix assez judicieux pour préserver le mystère !
La raison est donc toute trouvée pour moi, et me donne envie de déambuler de nouveau dans les ruelles de Panam dans le deuxième tome ;)

par Lupa
Le Trône de fer, Intégrale 1 Le Trône de fer, Intégrale 1
George R. R. Martin   
Que dire ? Difficile de mettre des mots sur ce que j'ai ressenti à la lecture de ce premier tome... impossible presque.

A Game of Thrones est peut-être l'un des livres qui m'a le plus marquée, dans ses personnages si tangibles, ses situations si retorses, ses paysages si rudes... C'est une de ces lectures dont on ne sort pas indemne, et je sais que désormais A Song of Ice and Fire ne me quittera plus.

Je n'ai qu'un seul regret : ne pas l'avoir commencé en hiver... Winter is coming.

par Funambule
Le Père Goriot Le Père Goriot
Honoré De Balzac   
Bon, je suis partie sur un mauvais appriorit mais j'avais tord. Excepté le fait que ce roman soit un peu long au début du récit et qu'il ne soit pas très très facile à lire, je l'ai trouvé réellement bien. L'histoire, en elle même, est très intéressante. J'aime la façon dont Balzac nous explique la vie de Goriot et de Eugène, car il explique en réalité deux personnes contraires : d'un côté la vieillesse, la connaissance, l'expérience, la fin et de l'autre la jeunesse, l'ignorance, l'innocence, la découverte, le commencement.
Un classique très intéressant et rempli de philosophies humaines.

par myra44
Waverley Waverley
Walter Scott   
On s'attache assez vite au personnage de Waverley, avec son caractère insouciant et tous les malheurs qui lui arrivent alors. Mais ce livre vaut le détour pour comprendre les mœurs des communautés claniques écossaises au XVIIIème ainsi que la seconde crise jacobite. Enfin, ce qui m'a le plus plu était d'être plongée au milieu des paysages magiques Highlands, en compagnie des montagnards singuliers mais attachants.
Le pavillon d'or Le pavillon d'or
Yukio Mishima   
Je pense que c'est un ouvrage que je relirai encore et encore, et qui aura encore des surprises à me réserver. Le Pavillon d'Or est difficile d'accès, car dans le fond, sait-on vraiment pourquoi Mizoguchi l'a incendié ? La question n'amène pas de réponse claire, à mon avis, mais c'est ce qui fait le charme de ce roman : chacun peut se faire son opinion. Pour ma part, outre cette quête du motif, ce qui m'a fasciné, c'est cette façon qu'a le narrateur, qui pourtant tire orgueil du fait que nul ne comprend ce qu'il dit, s'exprime dans un langage à la fois clair et obscur, tentant d'apporter une explication que lui-même, peut-être, ne connaît pas.

Le Pavillon d'Or, c'est une introspection qui interpelle le lecteur, qui l'amène à réfléchir sur la Beauté - qu'est-ce que le beau, quelle place occupe-t-il dans notre vie, existe-t-il vraiment, ou n'est-il qu'une image qui nous hante et nous influence dans nos décisions ? Le rapport conflictuel que Mizoguchi entreprend avec le beau est ce qui le conduit à cet acte ; peut-être est-ce en partie dû au fait que lui-même ne parvient pas à trouver de réponse nette à ces interrogations, que ses idées fluctuent, sont influencées par ses expériences, par ce que pensent les autres. C'est un ouvrage très philosophique, en cela, dans lequel la question est plus important encore que la réponse.

Le tout est rédigé dans un style magnifique. Sans pouvoir juger de la qualité réelle de la traduction, il m'a paru qu'elle avait le mérite de créer une ambiance particulière, de faire apparaître la beauté dans le choix des mots. La beauté est dans l'écriture, dans ces petites descriptions ponctuées de détails qui n'apportent rien à l'intrigue en elle-même, mais qui bâtit un univers. Il y a de la beauté partout, et pas uniquement dans le Pavillon d'Or, parfois splendide, parfois laid. C'est aussi ce qui rend la lecture un peu difficile par moments, car l'intrigue progresse avec lenteur, en prenant le temps de se concentrer sur les sons, sur les images et les couleurs.

En somme, ce roman est un de ces livres qui me marqueront, parce qu'ils éveillent des questions auxquelles je ne peux pas aisément répondre. Parce qu'il existe sans doute des milliers d'interprétations possibles de cette œuvre, et que cela me donne envie de recommencer ma lecture pour tenter de les appréhender.

par Nepheris
La Pierre et le Sabre La Pierre et le Sabre
Eiji Yoshikawa   
Eiji Yoshikawa n'a pas signé un roman mais bel et bien la biographie de Shimmen Miyamoto Musashi, le célèbre inventeur du combat à deux sabres.
De ronin, Musashi est devenu l'un des meilleurs escrimeurs puis maîtres d'armes de son siècle.
Ce livre (suivi par La parfaite Lumière) est un chef-d’œuvre en soi... Les adeptes de philosophie orientale s'y retrouveront et les autres découvriront un univers inconnu.
Les scènes de combat sont fidèlement décrites mais ces deux livres vont bien au-delà de l'aspect guerrier qui pourrait en refroidir plus d'un. L'amour n'y est pas oublié, la vie sociale et tout le modus vivendi d'un peuple dans des temps médiévaux parfaitement ignorés du grand public, non plus.
D'ailleurs le duel à la pivoine est un morceau d'anthologie à lui seul !
Écrit comme un roman d'aventures, c'est un portrait historique des plus complets.
J'ajoute que Musashi a créé le Traité des Cinq Roues ou Gorin No Sho qui était un petit manuel de combat à deux sabres.
Aujourd'hui encore, les grandes écoles de commerce japonaises utilisent ce traité et l'ont adapté à l'entretien commercial. Ce qui laisse rêveur...

À lire sans tarder !

par GillesMV
Beren and Lúthien Beren and Lúthien
John Ronald Reuel Tolkien   
J'avais classé ce livre en bronze, mais à la réflexion je me dis que je ne l'ai vraiment pas aimé !!! J'ai été attiré par le nom de Tolkien... autant prévenir les autres éventuels lecteurs !!! Quelle déception ! Pas du tout ce que j'attendais !
Ni personnage nouveau, ni histoire nouvelle !
Ce n'est pas un récit de Tolkien : ce sont les élucubrations de son fils, entrecoupées d'extraits, de passages, puis de nouveau des réflexions, etc.
Indigeste.
Et Christopher Tolkien annonce tout de suite la couleur : il n'y a rien de nouveau, aucune page inédite, dans ce qui est publié là. Limite arnaque utilisant le nom de Tolkien !!!!

par Harold78
La maison dans les roseaux La maison dans les roseaux
Akinari Ueda   
De courtes nouvelles dans lesquelles on trouve un peu de fantastique, des fantômes et des hommes courageux.

par Serafima
Contes de pluie et de lune Contes de pluie et de lune
Akinari Ueda   
J'attendais beaucoup de 'Contes de pluie et de lune', et j'avoue être un peu déçue. Si on en retire le fond, on perd beaucoup sur la forme. En même temps, je sais bien que la traduction japonais-français est compliquée, et qu'il est difficile de rendre certaines significations poétiques sans longues périphrases indigestes. L'édition que j'ai est assez bien faite, car le traducteur a décidé d'éviter ses fameuses périphrases, pour coller au plus près du texte, mais en donnant de nombreuses explications à la fin du livre, ce qui certes permet une meilleure compréhension - de certaines références historiques et géographiques également - mais coupe trop souvent la lecture.
On ne peut que sentir qu'il manque bien des nuances poétiques dans le texte en lui-même, ce qui est dommage. Néanmoins, la découverte de ces contes, plus asiatiques que purement japonais puisqu'on y trouve de nombreuses sources ou références chinoises, est toujours intéressante, et agrémentée de quelques moments de frissons.
Retour au pays Retour au pays
Robin Hobb   
Je ne m’attendais pas du tout à cela en débutant le prélude de l’assassin royal et des aventuriers de la mer !
On redécouvre le style sublime de Robin Hobb et sa façon bien à elle de nous enchanter et de nous plonger dans un contexte dont elle seule a le secret.
Retour au pays n’apporte aucune information sur les sagas qui suivront : l’assassin royal et les aventuriers de la mer. C’est plutôt un roman qui nous permet de découvrir l’art dans toute sa splendeur et de faire la connaissance de personnages incroyables.
L’histoire reste très belle. On découvre par le biais du journal de Carillon, qu’un groupe de personnes ont été exilé et qu’ils ont pour but de coloniser des terres jusqu’ici restée inconnue des Hommes. La traversée en bateau est très marquante car elle vire très vite au drame, avec la perte de certaines personnes qui vont peu à peu s’éteindre avant d’atteindre les îles.
J’ai vraiment adoré la manière dont Carillon raconte son périple, elle qui était une Dame et qui se retrouve sans rien, exilée avec ses trois enfants, alors qu’elle est enceinte le tout de la faute de son époux qui a trahi le gouverneur actuel. Le périple va lui apprendre à compter sur elle-même, et surtout elle va devoir se surpasser.

par louve
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3