Livres
595 115
Membres
673 027

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

L'Horreur à Dunwich



Description ajoutée par x-Key 2011-11-04T20:07:56+01:00

Résumé

Dunwich, petit village lugubre cerné par les collines du Massachusetts, est le théâtre d'événements étranges et inquiétants. Le mystère plane autour de la naissance de Wilbur Whateley et le mauvais sort semble s'acharner sur sa famille. Après une enfance solitaire, Wilbur, guidé par ses instincts maléfiques, dérobe un livre de sorcellerie, le Necromicon... Verrouillez les portes, calfeutrez les fenêtres et allumez toutes les lumières avant d'ouvrir ce livre...

Afficher en entier

Classement en biblio - 243 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par Natsuka 2012-02-29T12:36:37+01:00

L'horreur de Dunwich elle-même survint entre Lamas et l'équinoxe en 1928, et le docteur Armitage fut l'un des témoin de son monstrueux prologue. Il avait appris, entre-temps la grotesque visite de Wateley à Cambridge, et ses efforts frénétiques pour emprunter ou copier le Necronomicon à la Widener Library de Harvard.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Argent

- La première nouvelle (éponyme) est l'exemple type de Lovecraft. On plonge entièrement, jusqu'au cou, dans une intrigue où il est question de Grands Anciens, de Yog-Sothoth (que je connaissais de l'Affaire Charles Dexter Ward), de sorcellerie abominable et de volontés d'extermination et de retour des temps anciens. Le style est comme à l'accoutumée, difficile pour ceux qui aiment la simplicité, lourd dans la description et chargé au niveau des adjectifs, mais tout cela fait partie de la particularité de l'auteur, et est la force de sa narration.

- "Je suis d'ailleurs" m'a ravie. Très différente de la précédente, elle se place dans la peau d'un individu que nous allons suivre le long de cette dizaine de pages. L'écriture est merveilleuse, et la breveté du récit ne nous fatigue pas. Le style est toujours le même, l'indicible contourné par des mots évocateurs d'une horreur que nous parvenons à grand peine à nous représenter, la peur dans le récit, non dans l'action ; dans l'ambiance et la description, non dans la vue et la présence.

Spoiler(cliquez pour révéler)Cette nouvelle m'a fait penser au monstre de Frankenstein, dans cette position subjective de l'horreur, vécue par celui qui en est l'auteur, celui qui la diffuse. Même si la chute n'est pas une surprise, elle reste superbe.

- "Des rats dans les murs" est narrée à la première personne. Un homme va s'interroger sur l'origine de certaines légendes, rumeurs et mythes sur sa famille ; secrets qui sont morts avec son grand-père. Il va donc retourner à la demeure familiale, pour y découvrir la vérité... très angoissant.

- "Le modèle de Pickman" est vraiment excellente. Pour changer, l'intrigue se base ici sur les représentation de l'innommable ; de l'horreur et l'inhumain. Un peintre génie qui est désavoué par ses proches, refusé dans les galeries, tellement ses peintures sont contre-nature. Un proche, le dernier, va raconter ce qu'il sait, ce que Pickman lui a montré. Les descriptions sont fabuleuses, même si ici, c'est au troisième degré que la narration se passe, car l'horreur est représentée en image, puis racontée par le narrateur.

- "La musique d'Erich Zann" ne m'a pas tellement emballée. L'histoire est assez courte et peu remplie ; j'espérais beaucoup plus qu'il n'y avait en réalité. Je pense malgré tout n'avoir pas tout compris. Cette fois, c'est sur la description de la musique qu'est centrée la narration.

- "La Cité Sans Nom" est une typique lovecraftienne. A ce titre, on y retrouve tout ce qu'on s'y attend à trouver : un peuple antédiluvien aux qualificatifs extraordinaires, une civilisation déchue, une menace présente et de l'obscurité, beaucoup d'obscurité. Avec le temps on commence à connaître les description lovecraftienne ; elles perdent de leur magie, tout comme la progression petit à petit vers quelque chose d'immense, de gargantuesque. On le sent venir, mais néanmoins ça n'est pas lassant, même si plus autant éblouissant.

- "La Maison Maudite" est intéressante. On a droit, par le protagoniste, à une enquête sur une maison mystérieuse, avec tout un passage historique, l'ambiance, le contexte est bien fouillé et exposé. L'intrigue n'est pas très originale, mais Lovecraft sait la rendre unique, et à la fin on n'est pas déçu, là encore, ça sort assez de l'ordinaire, même pour du Lovecraft.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Lu aussi

Wilbur Whateley est un garçon pas comme les autres. D’une taille disproportionnée à un comportement des plus étranges, les habitants ont un regard méfiant sur lui. Même les animaux en ont peur. Son grand-père lui a souvent conté des histoires de rituels de sorcellerie. C’est pour cette raison que le garçon se lance à la recherche du célèbre manuscrit, le Nécronomicon. Le trouvera-t-il ? Que deviendra ce livre s’il tombe entre les mains de ce drôle de garçon ?

Un univers vraiment particulier et propre à Lovecraft. Une tension permanente et un regard contemplatif sur un monde des plus étranges. Un monde dérangeant parfois, mais qui garde des codes sociétaux que nous connaissons. Ce roman présente une certaine sombreur accompagnée d’un mysticisme où même derrière les pages, les frissons vous traversent. Le jeu est fidèle à l’univers de Lovecraft, et je ne saurai que vous conseiller le livre et le jeu !

A lire en plein jour si vous voulez découvrir Lovecraft tranquillement, sinon, privilégiez la lecture à la bougie pour plus de sensations !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par M-Zombie 2020-10-20T11:00:44+02:00
Bronze

Première rencontre avec Lovecraft. On peut parler de véritable coup de coeur pour certaines nouvelles - d'autres, un peu plus "classiques", me plaisent un peu moins.

Je me suis laissée happer par L'Abomination de Dunwich, le modèle Pickman, la Maison maudite et, surtout, Les Rats dans les murs.

On m'a vendue le style de Lovecraft comme quelque chose de "lourd" et de "pesant". Pour ma part, je trouve qu'il distille la peur comme aucun autre. Son imaginaire, profondément sombre et torturé, m'a fascinée. Il suscite du frisson là où les livres de fantastique/horreur actuels ne le font plus.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Rwann 2019-09-21T17:25:06+02:00
Diamant

Ce livre contenant plusieurs nouvelles, je ferai un commentaire par texte.

- L’abomination de Dunwich

Le recueil s’ouvre sur la nouvelle éponyme et j’ai été heureux de retrouver la plume si caractéristique de Lovecraft. J’aime ses campagnes reculées et ses ambiances travaillées. Et j’apprécie toujours quand il est question des Grands Anciens, cette race largement antédiluvienne et pourtant extraordinairement avancée. J’avoue avoir un faible pour le vocabulaire suranné et horrifique de l’auteur, tous ces « hideux » et autres « cyclopéens » et « inextricables » me ravissent. Il a vraiment un style à nul autre pareil. Quant à l’histoire en elle-même, je l’ai trouvée très intéressante avec une intrigue bien ficelée. Elle m’a beaucoup plu.

- Je suis d’ailleurs

Celle-ci m’a étreint le cœur, c’est l’une des meilleures nouvelles lovecraftiennes que j’aie lu. J’ai éprouvé beaucoup de peine pour le personnage, Lovecraft nous lie à sa psyché dès les premières lignes. Il y a une forte attente, un fort sentiment d’espoir dans ces quelques pages. Aussi, lorsque nous comprenons et qu’il tarde, puis qu’il y parvient, comment ne pas se sentir ému ?

- Des rats dans les murs

Misère, des rats. Autant j’aime bien ces petites bêtes intelligentes, autant je les hais dans la littérature. Ce texte m’a rappelé The Judge’s House, une nouvelle de Bram Stoker où les rats ont aussi une place prépondérante. J’ai trouvé l’ambiance sensiblement similaire et ce n’est pas une critique, loin de là ! Des rats dans les murs m’a beaucoup plu. J’ai aimé les furieuses galopades qui hérissait le poil des chats et j’ai aimé la descente dans les entrailles du monde. Du très bon Lovecraft.

- Le modèle de Pickman

Cette fois encore, la nouvelle m’a beaucoup plu. Le narrateur nous parle d’un peintre talentueux qu’il a côtoyé mais qui le terrifie aujourd’hui. Ce peintre était passé maître dans l’art de représenter les pires horreurs et les plus innommables craintes de l’Homme. Ces toiles semblaient susciter l’effroi et la répulsion avec tant de force qu’il devait y avoir quelque chose qui ne tournait pas rond… et le narrateur l’a découvert. La fin m’a fait sourire de satisfaction, c’était vraiment une bonne lecture.

- La musique d’Erich Zann

Celle-ci, je l’ai trouvée sympathique. Prometteuse, plutôt. J’ai aimé la rue mouvante qui m’a rappelé la rue du Jerzual de Dinan et j’ai aimé le musicien tourmenté de la plus haute chambre dans la plus haute maison. J’ai aussi aimé l’ambiance et les nombreux sous-entendus, mais je suis frustré. Ma curiosité n’a pas été assouvie. Ce n’est pas un mal, bien entendu, mais ah ! j’aurais aimé savoir.

- Arthur Jermyn

J’ai trouvé cette nouvelle intéressante et divertissante, mais sans plus. On suit l’histoire d’une famille apparemment maudite jusqu’à son dernier descendant, Arthur Jermyn. L’ambiance est moins immersive que dans les autres et la fin, si elle est sans nul doute digne de Lovecraft, ne m’a pas transcendé.

- Le molosse

Celle-ci, en revanche, m’a bien plu. Elle m'a fait penser au Chien des Baskerville d'Arthur Conan Doyle, avec cette terre désolée et cet énorme chien démoniaque. Le protagoniste, par ses mœurs, n’est pas particulièrement appréciable, mais j’ai aimé l’histoire liée à son ultime profanation. Une bonne histoire, bien amenée et bien menée.

- La Cité sans Nom

Lorsque j’ai vu le titre de cette nouvelle, j’ai souri. J’ai un gros, gros faible pour les cités lovecraftiennes et les descriptions qu’elles entraînent. J’aime énormément l’effet de gradation, quand on s’enfonce toujours plus loin avec le personnage, quand on découvre les choses petit à petit. Je ne m’en lasse pas. J’ai aussi beaucoup aimé l’ambiance de cette nouvelle et la race dont elle traitait, de même que le déni du protagoniste.

- La maison maudite

La dernière nouvelle est aussi une agréable découverte. Elle m’a bien plu, j’ai aimé le sujet, l’histoire et l’ambiance. Ce n’est pas la meilleure du recueil, cependant, même si la plume singulière de Lovecraft est toujours aussi plaisante à lire.

De très bonnes découvertes, en somme, qui me confortent dans l'idée que j'aime décidément beaucoup les œuvres et l'univers de Lovecraft. Je vous conseille volontiers ce livre, si tant est que vous aimez frissonnez d'angoisse.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Samdu91 2018-06-06T08:49:09+02:00
Diamant

Ça faisait longteeeeeeeeeemps que je voulais lire du Lovecraft. Mais l'occasion ne s'était pas vraiment présentée. Mais ça y est ! I did it ! Et dire que je ne suis pas déçue serait un euphémisme ! L'abomination de Dunwich est un vrai coup de coeur, chaque nouvelle est traumatisante, bref, j'adore.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Serafima 2017-08-30T20:31:49+02:00
Bronze

Un bon, un excellent Lovecraft, bien écrit et original, qui nous fait trembler en même temps que les personnages.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Al3x93 2017-07-27T01:04:04+02:00
Argent

Mon premier Lovecraft et je ne suis pas déçu!

J'ai beaucoup apprécié cette lecture. Certaines nouvelles font froid dans le dos. Je relirai cet auteur pour Halloween!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sarah640 2017-06-15T19:12:01+02:00
Lu aussi

J'aime la façon dont l'auteur écrit, j'ai embarquée assez facilement, j'ai fait la patate en le lisant le soir :3

Afficher en entier
Bronze

On plonge facilement dans l'atmosphère lugubre créée par Lovecraft. A lire le soir, avec un fond sonore inquiétant et la lumière dansante d'une bougie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Snake 2016-06-16T11:57:41+02:00
Argent

Très bon recueil de nouvelles, très intéressant, du pur Lovecraft. Je n'ai pas été déçue.

Afficher en entier
Envies

Je ne connaissais pas l'auteur avant d'acheter ce livre, il était à 2€ alors je me suis dit pourquoi pas. L'histoire est vraiment prenante et l'ambiance et très pesante. sa m'a permis de découvrir un style d'écriture auquel je n'étais pas habitué, une bonne petite nouvelle ^^

Afficher en entier

Date de sortie

L'Horreur à Dunwich

  • France : 2020-04-01 - Poche (Français)

Activité récente

stcl le place en liste or
2021-02-28T08:45:16+01:00

Titres alternatifs

  • L'Horreur de Dunwich - Français
  • L'Abomination de Dunwich - Français
  • L'Horreur de Dunwich - Français

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 243
Commentaires 24
extraits 5
Evaluations 55
Note globale 7.81 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode