Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par lianne80

Extraits de livres par lianne80

Commentaires de livres appréciés par lianne80

Extraits de livres appréciés par lianne80

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
Plan B écrit par Sharon Lee
date : 20-02
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/02/plan-b-de-sharon-lee-et-steve-miller.html

On reviens sur un tome extrêmement fun et plein d'action ! Après la lenteur du tome précédent ça fait du bien. J'ai vraiment apprécié ma lecture, il est passé tout seul.

Pour l'instant la lecture de cette saga est faite de haut et de bas. Mais quand elle est vers le haut c'est vraiment du super sympa et fun. Exactement ce que j'aime en space opera avec une touche de magie.

On est ici dans la suite directe du tome précédent et donc le début de la mise en œuvre du plan B dans le Clan Korval. Ce plan est un plan d'urgence de retraite stratégique qui est mis en place lorsque la famille est entièrement menacée par une force supérieure et qu'il faut sauver le maximum de personnes.
Il a été déclenché dans le tome précédent quand la chef du clan c'est aperçu que le gouvernement Liaden ou du moins une de ses branches (le département de l'intérieur) irait jusqu'à détruire la famille entière si ça lui permettait d'atteindre Val Con un de nos personnage principaux qui leur a faussé compagnie. Hors ceux ci ont pas mal de secrets à cacher et donc on ne les quitte pas, si ce n'est dans un sac.

En attendant de trouver une solution les autres membres de la famille doivent se mettre à l’abri. Ils se donnent rendez vous sur Lytaxin qui est une planète éloignée sur laquelle le Clan Erob, le principal allié du Clan Korval, c'est installé. Mais une fois sur place un autre danger arrive car c'est à ce moment la que la planète se retrouve envahi par les Yxtrang, l'ennemi ancestral des humains et liadens ...

Les Yxtrang ce sont un peu les Klingons de cet univers, ils sont plus grand et plus forts que les humains, tout le monde à peur d'eux, ils sont très brutaux et ils adorent se battre. Mais contrairement aux Klingons les Yxtrang ressemblent beaucoup aux humains dans leurs traits généraux. Et une légende dit qu'en fait il y a des milliers années les trois races (humains, Liadens et Yxtrang) n'en faisaient qu'une mais qu'ils ont évolués distinctement de manière isolé dans des environnements très différents avant de se retrouver bien plus tard lorsque les 3 peuples ont repris leur expansion spatiale ....

Jusqu'ici un des thèmes de la série était justement le rapprochement entre les humains et les Liadens. Le Clan Korval est un clan qui comprend de nombreux semi Liaden car leur ancien chef c'est marié avec un humaine. Miri aussi est dans ce cas la, car en fait on c'est rendu compte que sa grand mère était une Liaden qui avait fuit et avait fini par s'intégrer parmi les humains.
Mais ce fait est très mal vu du reste de la population Liaden car le courant à la mode actuellement prône la pureté de la race.

Dans ce tome on se met donc à inclure les Yxtrang dans cette optique. Enfin, un Yxtrang en particulier que Val Con avait déjà rencontré un jour par hasard lors d'une de ses missions de reconnaissance. Ils vont se retrouver dans ce tome, Val Con va d'ailleurs le capturer et essayer de l'inclure dans sa grande famille en le convainquant qu'il a tout a gagner à changer de camp.
Il trouve tout naturellement sa place dans ma milice que Miri a monté en toute hâte quand l'annonce de l'arrivée des Yxtrang a été émise. Mais les autres Liaden qui en font parti, principalement le Clan Erob ne voient pas d'un bon œil l'arrivé d'un de leurs ennemis dans leurs rangs, entre autre ils le soupçonnent de les espionner.
La tolérance est donc un des thèmes fort de ce tome.

Une bonne partie du tome se passe pendant l'invasion Yxtrang et donc il y a pas mal de scènes de batailles ou d'action contrairement aux tomes précédent. Et j'aime bien ce changement. En fait on voit vraiment que ce tome a été écrit des années après les autres (10 ans entre la publication du précédent et celui ci) car il est finalement bien plus équilibré niveau rythme.

J'ai vraiment apprécia ma lecture, le rythme est bien plus vif que les tomes précédents, plus actif. Le thème de la tolérance et du rapprochement entres peuples est vraiment très central et donne du caractère à l'histoire. Et en plus il se termine sur un Cliffhanger !
Du coup j'ai hâte de lire la suite même si je vais devoir attendre avant d'en savoir plus vu que les tomes suivant dans l'ordre de publication sont des préquels.

16.5/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 17-02
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/02/le-sang-des-7-rois-livre-6-de-regis.html

Ce tome était tout à fait dans la continuité des précédents. J'ai eu un peu plus de mal à rentrer dedans que les précédent mais je pense que c'est plus du au fait que j'ai un peu trop attendu pour le sortir.

(Impossible sur cette série de ne pas parler de ce qu'il se passe par rapport aux tomes précédents du coup si vous ne lez avez pas lu vous êtes prévenus, risque de spoil)

On continue donc notre fresque de ce monde en ruine.
Orville continue son voyage avec Rosa et Delwynn. En chemin ils s'occupent de la situation des soldats perdus dans le désert. Odalryk qu'on redécouvre depuis le moment ou il avait enseigné à Orville rencontre une de ses anciennes connaissance et à eux deux ils se lancent dans une quête contre le nouvel arrivant et semblent en savoir plus sur la question même si ils ne nous disent pas grand chose. Sylvain accompagne Edda dans sa quête pour reprendre son royaume. Et Jahrod est celui qui est le plus au courant de tout, il se cache car il sait que c'est lui en fait que recherchent les mystérieux envahisseurs et qu'il ne doit pas se montrer mais celui ci ce fait de plus en plus envahissant au fur et à mesure, la confrontation semble inévitable.

Dans ce tome ci on dit au revoir a un certain nombre des personnages qu'on suivant quasiment depuis le début. Brutalement même pour la plupart. Un écumage qui est compensé par l'arrivée de nouveaux qui sont plus au centre de l'histoire. J'avoue que certains disparitions ont été un choc pour moi, enfin je ne m'attendais pas à ce qu'ils disparaissent à ce point de l'intrigue, sans prévenir.

On comprend aussi enfin le vrai but de certains qui, si on les comprenait vaguement jusqu'ici, n'était pas vraiment clairement établit. On connait aussi le but de nos adversaire et pourquoi ils arrivent.
Du coup j'avoue que ça fait plaisir d'avoir toujours autant de révélations arrivé si loin dans la série. On a vraiment l'impression d'avancer.

Arrivé à ce point de la série impossible de ne pas parler du coté science-fiction de la série. Il est à la fois plus présent et moins présent que dans le tome précédent. Plus présent car on a plus de personnages centrés sur cette partie de l'histoire et on découvre leurs objectifs.
Mais moins présent car du coup ça se fait par petite touches et on a beaucoup moins de descriptions et d'explications technologiques. En fait c'est plus dans le même ton que tout le reste, sauf que les personnages en question évoluent dans un autre plan que nos personnages de fantasy, comme en parallèle.
La seule grosse découverte sur ce point a été le fait qu'on a enfin une explication claire sur les mages et comment ils existent. On sait aussi désormais pourquoi il y avait des mages à l'origine ici, pourquoi ils ont perdu le contact, pourquoi la planète a régressé à tel point qu'on a fini par oublier tout son passé.

Un point que j'ai bien aimé c'est que plus le fait que la technologie se dévoile plus nos personnages y sont confrontés inévitablement. Mais pourtant il n'y a pas ce qu'on retrouve souvent dans les séries du genre, comme un émerveillement sur les possibilités (comme dans Pern par exemple) mais plus une totalement indifférence. Je pense que c'est lié au fait que les technologies dans ce monde ci n'ont pas d’application concrètes compréhensible. Du coup il y a un tel faussé entre les novices et ce à quoi ils sont confrontés qu'ils n'arrive pas du tout à appréhender ce qu'il se passe. Pour eux l’informaticienne de génie n'est qu'une folle qui baragouine dans son coin, la personne dans un vaisseau est ridicule parce que pour eux on dirait une tasse volante ...
Du coup on comprend bien que même si tout se passe bien il y a peu de risque que les habitants de cette planète reviennent vers un coté technologique dans la suite.

Pour ce qui est du reste le style est toujours aussi fluide, tout s'enchaîne en douceur et avec plaisir.
J'ai eu un peu plus de mal à me rentrer dans ce tome ci car j'ai trop attendu avant de le sortir. Et du coup j'étais totalement perdu sur certains personnages, je ne savais plus ou en était leur situation, tout était flou dans mon esprit. Je pense que je vais essayer de lire le suivant rapidement pour ne pas me retrouver dans la même situation.

16/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/02/immortal-vegas-book-3-born-to-be-wilde.html

Encore un tome vraiment très sympa dans cette série !

Alors qu'elle rentre d'une mission qui c'est déroulé de façon vraiment très bizarre, Sara se met à trouver des affiches concernant les enfants disparus qu'elle traquait quand elle était jeune, avant que sa mère ne se fasse assassiner, que quelqu'un à volontairement mis sur son trajet. Du coup maintenant, avec ces pouvoirs d'adulte elle décide de reprendre l'enquête qui n'a jamais rien donné à l'époque ...

Ce tome était particulièrement riche en événements et en informations. J'ai un peu l'impression que du début à la fin on ne baisse pas de rythme et que tout s’enchaine de façon irrésistible jusqu'au final.
Et c'est vraiment un bon point comparé au tome précédent, je ne me suis pas ennuyé une seule seconde.

On voyage toujours aussi dans ce tome avec un arrêt en Atlantide et oui et oui ... Du coup ça enrichit la mythologie du monde et j'aime beaucoup ce coté univers parallèles. Ça ne manque pas du tout d'originalité en tout cas et ça se révèle être bien complexe, on comprend en fait ici qu'on est loin d'avoir exploré les possibilités que ce monde nous réserve. Le rôle du conseil devient de plus en plus ambiguë et on se pose de nombreuses questions à son sujet qui n'ont pour l'instant pas de réponses.

On se pose aussi de plus en plus de questions sur les pouvoirs de Sara et même si on a une grosse révélation à la fin la concernant on est encore loin d'avoir tout résolu car ça ne répond pas vraiment à notre question sur ce sujet. J'espère juste que sa monté en puissance et ses possibilités seront bien exploités dans le futur et qu'elle ne fait pas que devenir plus puissante pour le fun d'avoir un personnage surpuissant. Surtout le coté voyage astral, même si pour l'instant Sara déteste ça. C'est un pouvoir vraiment très sympa et pour l'instant on n'en a vu l'utilisation que 2 ou 3 fois.

Concernant Armaeus il est toujours présent et toujours sur le dos de Sara. Ce tome ci explore un peu plus leur relation mais on ne peux pas dire que l'auteur ne prenne pas son temps pour monter sa romance vu que ça n'en est toujours pas vraiment une pour l'instant.
Les autres personnages sont toujours aussi présent aussi, surtout Nikki dans ce tome et j'adore ce personnage, elle n'a pas froid au yeux malgré le fait qu'elle est un poids léger dans l'histoire, elle est toujours la pour soutenir Sara dans les moments difficiles.

Au final un tome très sympa, très actif et rythmé. Il n'est pas chiche en révélations et en voyage et du coup j'ai vraiment passé un bon moment en le lisant.
On est certes dans de l'urban fantasy très classique mais avec une mythologie unique et assez complexe et des personnages attachants.

16,5/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/02/le-syndrome-du-scaphandrier-de-serge.html

Un récit qui part sur une bonne idée, et qui a une ambiance bien particulière, mais qui tombe un peu à plat.

Nous suivons David qui est un médium. Il a la capacité de plonger dans ses rêves et d'en sortir quelques jours après avec un étrange objet qui s’apparente à une œuvre d'art. Plus le rêve est fort, plus l'œuvre en question le sera.
Cette forme d'art, très encadrée, a totalement remplacé les anciennes formes comme la peinture ou la sculpture. C'est compréhensible parce ces œuvres ont la capacité d'influencer les autres personnes, on parle notamment de l'une d'entre elle qui a arrêté une guerre en apaisant les 2 camps.
Mais du tout elle est aussi très contrôlée, on ne voudrait pas que l'une d'entre elles finissent par faire l'effet inverse car on peut aussi plonger dans un cauchemars et imaginez le chaos.
Tout ceci reste théorique dans le livre parce qu'étant artiste lui même David ne subit pas l'effet des rêves et donc reste de son coté totalement de marbre face à eux, il se sent donc un peu mis de coté.

David est un peu au fond du rouleau, toutes ses dernières œuvres n'ont pas passé la quarantaine et ont été détruites car jugée dangereuses ou trop faibles. Il est aussi devenu totalement accro à la plongée car les rêves sont tellement plus plaisant que la réalité, donc quoi qu'il arrive, il plongera encore et toujours, quel qu’en soit le danger ...

En fait j'ai bien apprécié le voyage, c'est totalement bizarre cette façon de plonger qui s'apparente vraiment à une vrai plongée, coté maritime inclus.
C'est vraiment très visuel et ça donne au récit une ambiance très particulière. Une ambiance sombre et limite glauque, renforcé par le fait que le personnage principal est un perdant et donc on est très loin d'un quelconque coté épique ou autre.
En fait on est plus sur un livre qui parle de peurs, de psychose, car on fini par donner a David le choix entre vivre mais sans ses rêves, ou mourir car plus personne ne veut payer d'accompagnant pour veiller à ce qu'il ne meurt pas pendant ses plongées qui peuvent durer une semaine pour un artiste qui ne réussi plus à sortir un seul rêve viable.

De ce coté la je suis satisfaite, c'était ce que j'attendais et je n'ai pas été déçu. Malgré le peu de page du récit l'auteur prend vraiment son temps pour poser les choses, pour nous expliquer en détails tout le mécanisme du rêve et de l'art et la vie de notre personnage principal. Le rythme est assez lent et il ne se passe donc pas grand chose sur toute cette partie en dehors de l'exposition de la situation.

Mais du coup c'est la aussi que le bas blesse. Parce qu'en fait en dehors de ça et du final, il n'y a pas grand chose d'autre. C'est comme si on avait calé une introduction de monde avec une conclusion de roman et qu'on avait zappé tout ce qu'il y a entre les deux.
Non pas que cette fin soit particulièrement mauvaise non plus, mais du coup elle a un peu perdu en intensité par le fait qu'on n'a pas vraiment eu le temps de s'attacher au personnage je trouve.

J'en ressors mitigée, avec un sentiment qu'il manquait quelque chose. Et du coup une fois le livre fermé j'ai trouvé ça un peu bof. Disons que ça aurait pu être tellement mieux si on avait été plus loin.
Après ça ne retire pas le mérite du coté original du monde et de l'ambiance mais voila, ça tombe à plat niveau histoire, seules restent les idées, mais ça se laisser lire tout de même.

14/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/02/dominion-of-fallen-tome-2-lascension-de.html

J'ai préféré ce tome au premier de la série, sans doute parce que je savais à quoi m'attendre cette fois ci et donc je n'avais pas les attentes qui m'avaient un peu freinées lors de ma lecture du premier.
Parce qu'en fait il est vraiment exactement sur le même principe que celui ci, si ce n'est que l'intrigue est peut être un peu moins mystérieuse et pourtant toujours aussi complexe.

Ce tome est la suite des événements du premier tome et à la fois il peut aussi être lu indépendamment vu qu'il n'y a pas de lien direct avec l'histoire de ce tome mais je vous recommande quand même de les lire dans l'ordre pour suivre l'évolution des personnages et du monde.

Pour remettre le contexte en place, nous sommes dans un Paris uchronique post apocalyptique (en ruine) dans lequel des "anges" tombés du ciel ont pris le pouvoir en se rassemblant avec leurs alliés sous forme de différentes maisons pour survivre. Après avoir suivi la maison aux Flèches d’Argent dans le précédent tome, nous suivons ici la maison Aubépine, maison dont Asmodée est le maitre.

Dans ce tome nous continuons de suivre certains personnages que nous suivions déjà avant, comme Madeleine l'addict qui a fait un retour forcé dans Aubépine ou Philippe qui a bien été touché par la mort d'Isabelle et qui aimerais tout faire pour la faire revenir.
Mais tous les autres point de vue sont de nouveaux personnages.
Berith est un ange indépendant mais elle est en train de perdre son pouvoir petit à petit car elle n'a pas de maison pour la soutenir. Elle est en couple avec Françoise une humaine qui est actuellement enceinte et fera tout pour la protéger du jeu des maisons qui va s'incruster dans leur vie de façon insidieuse.
Nous suivons aussi Thuan, qui est en fait un dragon et qui espionne la maison Aubepine en se faisant passer pour un humain car il la soupçonne d'être à l'origine de la recrudescence de la poudre d'ange qui rend ses compatriotes accro et très malade.
Par contre tout ces personnages sont assez souvent d'humeur assez sombre, à broyer du noir ou à être déprimés, ça n'aide pas vraiment à s'attacher à eux. Sauf Thuan qui a été un rayon de soleil dans cette grisaille. Non pas qu'il ai un caractère particulièrement enjoué mais il est positif ce qui change par rapport aux autres.

Ils vont se retrouver à la croisée des chemins alors que la maison Aubepine tente de s’allier avec les Annamites via un mariage politique entre Asmodée et un prince Dragon.

L'histoire tourne aussi toujours autour d'un mystère bien qu'il soit bien moins central que dans le tome précédent. En fait on est plus sur un enchevêtrement d'intrigue plus secondaires qui vont chacune dans leur sens jusqu'au rassemblement final.
Ce mystère n'a au premier abord aucun rapport avec la maison Aubépine d'ailleurs, et concerne uniquement certains personnages. En fait l'intrigue principale est plus une succession de faits éparpillés qui nous font nous douter qu'il y a quelque chose qui se trame et qui semble vouloir éclater mais qui reste encore bien caché.

J'ai trouvé que l’ambiguïté des personnages étaient bien faite ici. Surtout Asmodée. Dans le premier tome il faisait vraiment figure de méchant et on avait franchement peur de lui, mais en fait bien qu'il semble toujours aussi dur et froid, le fait de le voir de l'intérieur, du coté des personnes qu'il protège plus que détruit (quoi que, c'est à voir des fois) nous fait voir une autre partie de sa personnalité. Je dois dire que c'est un personnage particulièrement réussi et complexe et que c'est bien mis en avant vu que nous ne le suivons que via les yeux de différentes personnes qui en ont des avis différents.
(Par contre je n'ai toujours pas compris ce qu'il avait contre Philippe finalement, mais ça c'est un truc qui traine depuis le premier tome)

Je crois que ce qui qui a fait changer mon avis sur ce tome par rapport au premier c'est que je suis partie de base en n'aimant pas la maison Aubépine Du coup c'est plus facile dans ce sens la de s'attacher à elle petit à petit malgré ses défauts.
Et aussi le fait qu'on suive Thuan qui est un personnage que j'ai apprécié dés le tout début.

Le final était réussi, bien épique et très visuel. Il rassemble toutes les intrigues en une et tout s'enchaîne ensuite. J'ai bien aimé le fait que ça soit les petits riens de certains personnages plus faibles qui fassent changer la balance en général et pas un personnage surpuissant ou le hasard.
Bien sur l'univers est toujours aussi fascinant, dans ce Paris en ruine ou tout le monde essaye de survivre et de prendre le pouvoir.

Vous l'avez compris ce tome a réussi à me séduire. Ce n'est toujours pas un coup de cœur mais il était pour moi mieux que le premier. Je me suis attaché à certains personnages et j'ai adoré Asmodée. Du coup je lirais le troisième tome avec plaisir !

16/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/02/les-lames-du-roi-tome-2-le-seigneur-des.html

Je n'ai pas aimé ce livre. Non pas parce que le style ou l'intrigue globale me déplaisaient vraiment, mais juste parce que je n'ai pas adhéré au thème et ça m'a complètement bloqué.

Nous suivons les jeunes Lames Pillard (nommé comme ça à cause de ses cheveux roux qui sont la marque des habitants du Baemark, les barbares pirates) et Guêpe. Lorsque le Roi arrive pour en faire ses lames, le premier refuse et le second le suis par solidarité. Chose totalement inédite dans l'histoire des Lames. Pillard est pressé de s'expliquer et il va donc raconter l'histoire des siens et comment il en est arrivé à se cacher parmi les apprentis Lames ...

Je préviens d'avance que je risque de spoiler parce que je ne peux pas expliquer ce qui m'a déplu sans entrer un minimum dans les détails même si je vais tout faire pour vous cacher les points les plus importants.

Nous entrons donc dans un long flashback (qui dure à peu près la moitié du livre) sur l'histoire d'un pirate, Aeled. Celui ci, contrairement aux habitudes de ses compatriotes fait du commerce raisonné. Au lieu de tuer quasiment tout le monde et d'embarquer les derniers survivants en esclavage, il laisse en vie tous les adultes de + de 25 ans qui ne résistent pas et embarque tous les enfants et jeunes adultes. Ainsi il est sur que si il revient dans la région quelques années après, il aura un nouveau stock d'enfants à embarquer, prêt à l'emploi.
Il faut savoir que les esclaves qui arrivent au Baemark ne sont pas juste des esclaves, mais ils sont enchantés par un sortilège qui les transforme en une espèce de zombie décérébrés qui est incapable de faire autre chose que de suivre les ordres qu'on lui donne, transformant le calvaire de ces pauvres gens en enfer. On les appelle les asservis.

Le problème au Baemark c'est que tous les enfants nés des asservis (parce que oui, une grande partie sert aussi d'esclave sexuel, malgré le coté zombie) sont "simple" mentalement. Du coup ça les exclu des successions quelconques. Mais Aeled lui, préfère les femmes "qui ont l'esprit de bagarre" (haha) et apparemment son père aussi vu qu'il a profité de sa mère sans l'asservir. Il a donc le droit d'être capitaine et de se battre pour arriver au pouvoir.
C'est d'ailleurs son activité principale en dehors du pillage et des esclaves.

Il va donc se lancer avec l'aide d'une de ses victimes noble, Gerard (notre point de vue principal durant cette partie du flashback) qui lui sert d'espion, dans un raid qui va lui donner une grosse réputation. En effet il débarque au mariage de la cousine du roi du Chival (notre bon gros Ambrose) auquel celui ci assiste et embarque la mariée. Cela lui permet à humilier le Roi qui ne peux pas faire grand chose en dehors de subir l’assaut, et d'avoir une compagne de sang royal.

****

Et c'est à partir de la que tout a dérapé pour moi.
Parce que pendant toute la partie raid et enlèvement, on nous fait un discourt que j'ai trouvé vraiment très sympa sur le choix des femmes de la noblesse niveau mariage et le fait que la pauvre mariée n'a le choix qu'entre un homme de deux fois son age et réputé pour ses coups et un pirate qu'elle ne connait pas et qui va faire d'elle son esclave.

La mère d'Aeled vient témoigner de sa propre histoire, comme quoi elle même n'a pas eu le choix mais en est venu à aimer/accepté son esclavagiste mais qu'elle aurait préféré que la jeune mariée ai au moins le choix (même si tout est fait dans ce passage pour nous faire remarquer que de toute façon le pirate esclavagiste est forcement un meilleur choix que le vieux auquel on la destinait à l'origine).
J'ai vraiment bien aimé ce petit passage ou la mère d'Aeled remet en place Gerard sur ce point. C'était bien dit et intelligent.
Mais dans ce cas pourquoi 20 pages après l'auteur nous fait retomber dans le même schéma??? Parce que oui la très belle captive ne peux pas s’empêcher de tomber amoureuse aussi de son pirate et lui faire un bel enfant ... J'ai trouvé ce revirement complétement pathétique.

Parce que bon, vous comprenez, à partir de ce moment la tout est fait pour nous faire totalement oublier les asservis et les esclaves, et nous aider à considérer ses braves pirates comme de bons vivants qui aiment leurs femmes et leurs enfants. Et comme quoi leur enfant a eu limite une vie de rêve après auprès de parents aimants et justes.

Mais le problème c'est qu'après ça moi je ne voulais pas savoir. Je m'en fou qu'ils aient de bons cotés, ça n'en reste pas moins des monstres qui asservissent des enfants qui arrivent à peine à marcher comme ça nous l'est si bien décrit en détail au début du livre.

Je n'ai pas du tout accroché au fait qu'on essaye de nous faire les apprécier, je n'ai pas pu accepter ça.
Encore si ils étaient resté comme avant, j'aurais compris, parce que ce n'est pas la première fois qu'on suis un peuple aux mœurs barbare en fantasy, et j'ai lu pas mal de dark fantasy, mais essayer de nous les rendre sympathiques et humains n'a pas fonctionné du tout.

Je me dis aussi que c'est totalement irrationnel parce que les meurtriers/assassins/guerriers qu'on rend humains sont légion et je n'ai jamais eu de souci avec ça, mais quand on touche à l'esclavage (surtout de façon si déshumanisante pour les victimes) c'est un non total pour moi. Du coup ça ne sera peut être pas votre cas, chacun à ses limites.

****

Tout ceci n'a lieu que dans le flashback qui nous raconte l'histoire de Pillard, notre apprenti Lame du début. Du coup à se moment la j'avais encore espoir de changer d'avis, vu que l'histoire principale n'avait pas encore vraiment commencé.

Et j'ai été à nouveau déçue.
Bon, c'était loin de l'être autant que dans la première partie, parce que les thèmes sont moins fort, qu'il se passe plein d'autre choses et que finalement Pillard prend une bonne décision à la fin du tome qui a été le seul moment que j'ai vraiment apprécié du livre.
Mais tout de même, il avait le choix, lui, et en plus son meilleur ami, Guêpe était contre tout ça, au point d'en avoir horreur. Mais non, il refait le même schéma que son père, parce que finalement le pillage et l'esclavage sont ce que font les Baelois de mieux et on ne peux pas sortir du schéma. Et Guêpe aussi fini par accepter, car il ne peux pas désapprouver son ami, c'est bien connu ...

Je n'ai pas non plus été impressionnée par toute l'enquête dans cette seconde partie sur ce qui avait assassiné les parents de Pillard. En fait il n'y avait que 2 choix possible et donc il n'y avait pas besoin d'y réfléchir longtemps pour les trouver. Ma seule réaction quand on fini par connaitre la vérité a été "bin oui, c'était logique, rien de neuf sous le soleil".

Du coup on peut dire que cette seconde partie est un peu mieux passé que la première mais elle ne m'a certainement pas fait remonter mon avis sur l'ensemble.
****

En fait ce qui me fait dire que j'ai bien fait d'aller jusqu'au bout malgré ma déception, c'est le final.
Et quel final ...
Limite le livre vaut le coup uniquement pour son final. Non pas que ça me fasse remonter la note de l'ensemble mais ça donne du sens.

En fait j'ai eu 3 phases pour finir par accepter ce final :
- J'ai du mal lire, relisons pour voir. => Ok non, j'avais bien lu
- J'ai du mal lire le tome d'avant. => Non, c'est pas ça non plus, impossible d'avoir mal compris la tome précédent.
- L'auteur a du se tromper. => Après avoir lu quelques chroniques pour me renseigner j'ai fini par avoir l'information qu'en fait non, c'était normal et qu'on aurait l'explication dans le tome suivant.

Du coup malgré mon échec j'ai vraiment envie de lire le suivant pour comprendre parce que c'est tellement énorme ce final qu'on ne peux pas rester la dessus !

****

Donc pour conclure, je n'ai pas aimé ce tome. C'est clair et net.
Je sais que les raisons sont personnelle (je n'ai pas pu accepter l'humanisation et qu'on rende héroïque des esclavagistes) et que ce n'est pas du à la qualité du livre en lui même, car pour tout vous dire je n'ai pas vraiment fait attention au style ni au rythme tellement je bloquais sur ce point.
Mais le final (et le fait que la série suis des personnages/peuples différents à chaque tome) m'a tout de même convaincu de lire le tome suivant.

12/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/02/frontlines-book-2-lines-of-departure-de.html

En voila un tome très sympa. Une ambiance plus sombre que le premier mais toujours dans le même esprit, j'ai vraiment bien aimé cette lecture.

Nous suivons la suite des aventures d'Andrew Grayson dans les forces militaires. Cinq années sont passées depuis la fin du premier tome est la situation a pas mal évolué. Mais évolué dans le mauvais sens car les humains sont incapable de tenir tête aux aliens et se contentent de leur mener la vie la plus dure qu'ils peuvent, c'est à dire pas grand chose et à un prix très élevé en matériel et vies humaines. Pendant ce temps sur la Terre la situation est pire qu'avant car le chaos s'installe un peu de partout et personne ne semble en mesure de réussir à ne pas dégrader la situation ...

Ce tome ci est vraiment sur le même principe que le précédent, nous suivons des épisodes de la vie d'Andrew. Il est peut être un peu moins éparpillé que le précédent parce qu'Andrew ne change pas de poste durant tout le livre, c'est juste la situation qui change.

Cette série arrive vraiment à se démarquer de par son atmosphère à défaut du reste. On a vraiment une sensation de fin du monde durant tout le tome. Tout le monde sait qu'ils n'ont aucune chance face à leur adversaire. Andrew comparé la situation avec la lutte contre les insectes (bug control), ou une éradication et ça sonne vrai. En fait les humains sont vraiment des insectes en comparaison avec leur adversaire et le jour ou ceux ci attaqueront la Terre, rien ne pourra être fait pour les en empêcher car ils sont vraiment supérieurs en tout points. D'ailleurs pour l'instant les humains n'ont jamais réussi à détruire un de leurs vaisseaux dans l'espace ...
Sachant qu'ils s'en approchent de jour en jour, vous imaginez la situation et l'état d'esprit des personnages, le désespoir ambiant.

En fait ce que j'adore ici c'est surtout la vision cynique d'Andrew sur la situation. Il a un coté je-m'en-foutiste qui va vraiment bien avec ce qu'il se passe, comme si il s'en foutait royalement de ce qu'il se passe et se contentait d'avancer dans sa vie. Et j'adore ça façon d'analyser les décisions de ses supérieurs ou des politiques avec des comparaisons qui touchent toujours juste et qui nous font limite rigoler du pire. Il allège vraiment l'ambiance en fait.
Du coup on a une bonne balance entre le coté désespoir/fin du monde et les pensées d'Andrew.

Le livre est toujours plein d'actions en tout genre, toujours sur un rythme très rapide. Si vous voulez des combats vous serez servit, ça ne manque pas du tout. On est vraiment dans de la Science-fiction militaire genre artillerie lourde et bombardements incessants.
Le livre se termine sur un cliffhanger remarquable qui me donne envie de ne pas trop tarder à lire le suivant !

16/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/02/even-dead-things-feel-your-love-de.html

Un petit livre court mais très sympa, dans l'ambiance du fantastique classique et romantique.

Je trouve que le résumé éditeur donne vraiment une bonne idée du livre donc je vous le laisse pour une fois plutôt que de faire le mien :

Au terme de votre vie, à combien estimez-vous le nombre de minutes au cours desquelles vous avez commis une erreur irréparable ? De celle dont les conséquences régissent d’une douloureuse tyrannie vos agissements futurs jusqu’au trépas. Mon acte manqué ne dura pas plus d’une fraction de seconde et pourtant ma mémoire fracturée me renvoie sans cesse à cet instant précis tandis que la course du temps poursuit son inaltérable marche, m’éloignant toujours un peu plus de ce que j’ai perdu ce jour-là. Je me demande si notre dernière heure venue, les remords s’effacent, nous délestant ainsi d’un bagage bien lourd vers l’au-delà ou le néant, peu importe. Puis je me souviens alors qu’il s’agit là d’une délivrance qui m’est interdite, condamné à porter sur mes épaules ce fardeau à travers les âges, à moi qui suis immortel.

L’amour ne devrait jamais être éternel, car nul ne pourrait endurer tant de douleur.


Quand j'ai sorti ce livre pour un challenge, en fait j'avais presque oublié sa présence dans ma PAL. Du coup j'ai été contente de le sortir, surtout qu'il se lit vraiment très vite et que j'ai passé un bon moment.

L'histoire commence en Angleterre dans les années 1850, à peu près en même temps que l'exposition universelle dans laquelle nos héros font d'ailleurs un tours.
Notre personnage principal, Josiah va rencontrer par hasard Abigale, jeune fille appartement à la noblesse désargentée de la province dont il est originaire et ou il revient pour échapper un peu à l’effervescence londonienne.
Leur histoire d'amour est forte mais contrariée et c'est la que commence le désespoir de notre héros qui va tout faire pour essayer de retrouver sa bien aimée ...

On est dans un roman sombre et gothique, assez violent certaines fois mais pas jusqu'a sombrer dans l'horreur ou le gore.
Josiah est un Lord typique de l'époque en plus d'être un vampire ce qui le rend encore pire sur ce point. Il est égoïste et extrêmement sur de lui et de ses valeurs. Du coup quand par sa faute tout part en sucette, il a vraiment du mal à gérer cet échec, il accumule les maladresses.

En fait Abigale lui a rendu son humanité durant le peu de temps qu'ils passent ensemble lors de la cours de Josiah. Et du coup il se rend compte qu'il est à nouveau capable de sentiments et ceux ci sont exagérés. Du bonheur celui ci tombe dans le plus profond désespoir, c'est un personnage très torturé.

L'écriture est vraiment du même genre que celle du résumé, assez poétique et un peu chargée, ce qui rend bien pour un livre historique je trouve.
Et malgré ça le rythme est plutôt assez rapide. Après c'est sur que le livre est court donc on n'a pas le temps de s'ennuyer.

C'est vrai que l'intrigue prend des tours que je n'aurais pas forcément imaginé en commençant le livre mais justement c'est sympa que ça change un peu et j'ai vraiment bien aimé la fin.

Un livre que je ne regrette pas d'avoir sorti du fin fond de ma PAL. C'est vrai que ça ne sera pas forcement ma lecture de l'année mais j'ai tout de même passé un bon moment malgré la rapidité de ma lecture.

16/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/02/the-licanius-trilogy-book-2-echo-of.html

Une lecture très forte.
J'avais déjà bien aimé le premier sans qu'il soit un coup de cœur, et mon principal reproche était qu'il me paraissait un peu trop classique en fantasy. Et bien on a un gros retournement ici, on s'aperçoit en fait que la grande majorité de nos croyances du premier tome étaient fausses ce qui change totalement notre vision de l'histoire ...

Nous continuons de suivre nos quatre personnages principaux dans ce qui est les conséquences de l'attaque qui avait eu lieu à la fin du premier tome. Davian part étudier avec ses nouveaux alliés et ami oracles, Wirr devient un personnage politique et se prend en pleine face tout ce qui ne va pas, tandis que Asha enquête sur la disparition des ombres.
Pendant ce temps Caeden tente d'en savoir plus sur lui même mais il s'aperçoit que plus les souvenirs reviennent et moins il s'y retrouve ...

Dans le premier tome on découvrait le monde et l'intrigue principale, dans laquelle évoluaient nos personnages. Mais en fait la situation de ce tome en comparaison c'est comme si on avait un livre en main et que jusqu'ici on n'avait regardé que son extérieur. Une fois ouvert l'intérieur excède de loin nos attentes initiales. Et ce livre on le découvre via la mémoire de Caeden.

Autant vous prévenir, au moins 1/4 du livre est composé de flash back ou d'élément du passé. On pourrait croire que c'est énorme et que ça ralentit l'histoire mais en fait je n'ai pas du tout trouvé que c'était le cas.
Premièrement parce qu'on découvre tout par petits bouts, et que chaque bout nous rapporte une information essentielle qui nous change notre vision du monde ... Du moins jusqu'à l'arrivée du morceau suivant. L'auteur joue vraiment très bien avec la fragmentation de l'information et en quoi le fait de rajouter un détail des fois change tout son sens.

Et ensuite parce que ces bouts d'informations rendent vraiment le monde passionnant !
Au final l'histoire n'est pas comme dans les grands classiques un dieu du mal qui c'est battu avec un dieu de la lumière et il y a eu un gagnant et un perdant. C'est plus une histoire de croyances des hommes.
Et quand parmi ces hommes il y a des immortels bien plus puissants que les humains, qui les prennent d'ailleurs eux même pour des dieux, les croyances de ces sur-hommes font et défont les mondes ou les civilisations. Surtout quand ils se mettent a avoir des croyances divergentes et à se battre entre eux.

Du coup dans ce tome c'est des milliers d'années d'alliances et de guerres sur des croyances que l'on découvre, mais on ne sait toujours pas qui a raison au final. Et tout l'enjeu est la. En fait on est toujours en plein dans la guerre même si le mur qui a été bâti à mit provisoirement en pause le conflit.

C'est la que l'Histoire rejoint le présent et du coup les trois autres personnages qu'on suit depuis le début n'ont l'air que de frêles oposants face à ces immortels qui se combattent sur un plan supérieur et sur des durées tellement plus longue que sur la vie d'un humain. Et pourtant par leur présence et ce qu'ils ont fait dans le premier tome ils s'y sont insérés dans la guerre en cours et ont involontairement fait changer les choses. Pour le bien ou pas pour l'instant on n'en a aucune idée pour l'instant mais la situation n'est pas jolie.

Je suis volontairement très vague dans mes explications pour ne pas trop spoiler. Et de toute façon, j'ai l'impression que nos points de vue vont encore changer dans le futur car la fin nous rappelle qu'il y a encore pas mal de sujets sur lesquels on manque encore d'informations.

Malgré la prédominance des flashback, le rythme reste élevé parce que l'auteur jongle vraiment entre les différents personnages assez rapidement et nous donne cette impression que tout est toujours en mouvement.
J'ai littéralement dévoré ce livre. J'ai l'impression que les 350 dernières pages se sont envolées d'un seul coup.

Je ne qualifierais pas ce livre de coup de cœur même si il s'en approche pas mal. Ce que j'aime par dessus tout c'est la quantité d'information qu'on nous fourni et le nombre de fois ou on change d'avis sur les événements. Cette impression qu'on nous retourne le cerveau tellement ça rend l'histoire complexe et intéressante. On va de découverte en découverte, de ramification en ramification à tel point qu'on ne sait plus quand ça va s'arrêter.
C'est définitivement une série qui fait réfléchir. On se pose des tonnes de questions, on élabore plein de théories, on se fait des projections mentales de la situation pour les refaire 10 pages après parce que plus rien ne correspond ...

Et moi j'adore ce genre de livres, ce sont des livres fait pour être relu, il y a tellement des choses qui nous arrivent dessus qu'on ne peux pas tout digérer du premier coup. Je retrouve l'état d'esprit que j'avais lors de ma première lecture de la Roue du temps, même si du coup maintenant l'histoire et le contexte n'ont plus rien à voir. Mais c'est le même genre d'intrigue et de monde plus grand que soi, tellement complexe et plein de mystères.

Sinon au niveau des personnages c'est toujours aussi plaisant que dans le premier tome. Ils prennent tous leur place distinctement et évoluent tout au long de l'histoire. Ils sont toujours aussi sympathique globalement, et intéressant à suivre. Ils restent cohérents tout du long, et surtout maintenant on sent vraiment leurs différentes personnalités se pointer, ce ne sont pas juste 3 "jeunes" basique ce qui était un peu l'impression dans le premier tome.

Le point qui fait que ça n'est pas un coup de cœur au final en y réfléchissant ... C'est qu'en regardant la première partie du livre, la partie de Caeden avec la découverte de son passé est tellement énorme et bluffante (mind-blowing), qu'en comparaison quand on reprend la vie de nos autres héros, bien que très tendue et pas facile, on a l’impression d'être retombé dans une partie plus normale en fantasy qui n'a pas l'intensité que le reste m'a apporté. Du coup je rechignais un peu quand on retrouvait Davian, Wirr et Asha. Ça restait très plaisant mais j'avais tellement envie d'en savoir plus sur Caeden que les autres étaient un peu éclipsés.
Heureusement pas tout le temps, car dans la seconde moitié les deux histoires se rejoignent et c'est pour ça que j'ai dévoré la fin.

Cette série de fantasy reste vraiment très intéressante. Elle est totalement ce que je recherche comme lecture dans le genre et j'ai vraiment hâte que le dernier tome arrive pour qu'il me retourne à nouveau le cerveau !

17/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/02/laffaire-jane-eyre-de-jasper-fforde.html

Une bonne lecture, fun et distrayante, un livre totalement déjanté et imaginatif. J'avoue que j'ai eu des moments ou je me suis sentie un peu perdue parce qu'on parle beaucoup de littérature classique anglaise que je ne connais que très peu, mais finalement ce n'est pas très important pour comprendre l'histoire du coup ça passe quand même bien.

Au niveau du monde on est vraiment dans un espèce de bric-à-brac de plein d'idées différentes qui part un peu dans tous les sens mais qui prendre vraiment vie sous nos yeux, quelle imagination à l'auteur !

L'histoire se passe dans un 1985 alternatif dans lequel les livres sont devenus très précieux. Bien plus précieux que les bijoux ou autres. On a des musées qui leurs sont consacrés, les manuscrits sont devenu tellement chers qu'ils sont des trésors inestimables.
Dans ce monde il existe les SpecOp, une division de la police dont une partie ne travaille que dans les crimes impliquant des livres, que ça soit la traque des faux, les plagiats ...
Il y a aussi toute une partie très importante dans ce monde qui fait qu'en fait les livres sont en quelque sorte des entités vivantes. On peut par exemple rentrer physiquement dans un livre, et quand on fait ça dans un manuscrit original et qu'il nous arrive quelque chose c'est susceptible de changer l'histoire du livre. De la même façon des personnages peuvent sortir des livres et passer dans la vrai vie.
Dans les autres choses bizarres présente dans le livres on a aussi une partie des SpecOp qui est en quelque sorte la police du temps qui recherchent les personnes qui essayent de modifier l'Histoire. On suis notamment le père de Thursday qui est sur une enquête à propos d'un groupe qui essaye de modifier la dernière guerre contre la France pour faire en sorte que la France gagne.

Bref, dans ce monde un peu surréaliste au final (il y a encore plein d'autres détails qui sont la mais pas vraiment exploités dans cette histoire ci), nous suivons Thursday, une jeune femme pleine d'esprit qui travaille justement dans la SpecOp Littéraire.
Suite à un gros fiasco concernant un ennemi impitoyable et immortel qui a couté de nombreuses vies, elle décide de changer d'air et de prendre un poste dans sa ville natale. Mais elle s'aperçoit que l'ennemi en question l'a suivi et prépare un coup énorme ...

Le gros plus de cette série est vraiment le monde, il est fun, loufoque, souvent très drôle, et on s'amuse à trouver les similarités et les différentes avec le notre. Mais malgré son coté vraiment spécial finalement ça marche bien, les éléments s'emboitent bien et on a vraiment un livre qui se tient. Et surtout au final il y a énormément de possibilités pour le futur et qui ne sont pas du tout exploitées ici. A tel point que des fois on aimerais justement en savoir plus et que c'est un peu frustrant de ne voir l'élément juste effleuré dans ce tome.

Pour ce qui est des personnages Thursday est assez classique mais son personnage marche bien. Elle a de la répartie et n'est pas super puissante mais fait de son mieux pour arriver à bien faire son travail. Le méchant de l'histoire est un caricature par contre, je veux bien qu'on soit dans un livre basé sur l'humour mais quand même j'aurais aimé qu'il soit un peu plus réaliste.

Comme je l'ai dit au tout début, pour moi le point auquel j'ai le moins accroché a été toute la partie littérature anglaise classique, qui par exemple passe des pages et des pages à discuter pour savoir si Shakespeare a vraiment exister ou si c'était Bacon qui a écrit ses textes, ou tout autre possibilités historique sur la question. Surtout que ce n'est pas abordé qu'une fois, mais à de nombreuses reprises avec à chaque fois des nouveaux noms dont je n'avais jamais entendu parler et donc qui ne m’intéressait pas. Et ce n'est pas le seul exemple bien sur.
Après c'est sur qu'on est vraiment sur un livre dont le sujet est la littérature donc c'est aussi un peu ma faute d'avoir voulu le lire alors que je ne connaissais rien au sujet.
Je précise que ce n'est pas non plus important pour l'histoire principale, ce sont des digressions en fait, faites par des passionnés pour montrer que la littérature dans ce monde la est très importante, mais du coup ça prend quand même un peu de place, vous êtes avertis.

Au final ce livre a été très plaisant à lire, on part dans des concepts vraiment foufou qui sont très sympa et qui changent de l'habitude, même en urban fantasy. J'ai bien aimé ma lecture, et je lirais surement la suite plus tard !

16/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Luna écrit par Ian McDonald
date : 04-02
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/02/luna-tome-1-de-ian-mcdonald.html

Malgré un début un peu difficile cette lecture a vraiment su me tenir en halène sur le long terme pour finir par être rangée dans mes meilleurs lectures de l'année !

La lune peut vous tuer de 1000 manières. Dans ce genre d'environnement hostile il ne faut pas bon être au chômage car il faut tout de même continuer à payer la taxe sur l'air, l'eau et le carbone si on veut continuer à vivre. D'ailleurs toute personne travaillant sur place travaille forcement pour l'une des 5 familles qui dominent tout : Corta, Mackenzies, Vorontsovs, Suns ou Asamoahs, les 5 dragons et il n'y a pas de droit en dehors de celui contractuel du coup toutes les relations se font de cette façon. C'est un endroit plein d'opportunités pour ceux capable de les saisir, mais en contrepartie tout en devient dangereux car se lier à une famille c'est forcement se mettre une autre à dos.

Dans ce contexte nous suivons Marina Calzaghe, une toute jeune immigrante qui vient sur la Lune pour payer le traitement médical de sa mère. Lors d'un petit boulot de serveuse elle sauve la vie d'un des membres de la famille Corta. Immédiatement elle est intégrée à l'entourage de la famille et si l'opportunité est énorme, et paye très bien, elle en payera aussi largement le prix plus tard ...
Nous suivons aussi six membres de la famille Corta, qui est la dernière arrivée parmi les 5 dragons, à savoir la matriarche Adriana Corta, qui nous raconte progressivement aussi son histoire, comment elle a réussi à partir de rien, ainsi que ses 5 descendants, enfants et petits enfants, donc la plus jeune s’appelle justement Luna.

Je dois dire que j'ai eu du mal au tout début. Il n'y avait pas vraiment d'histoire ni rien qui liait nos personnages, du coup j'avais un peu l'impression d'avancer à l'aveuglette. D'autant plus que j'étais vraiment perdue vu le nombre de mots en portugais ou autres langues peu habituelles qui parsemaient le récit. Car la Lune est vraiment un lieu cosmopolite, les 5 familles sont issues de différentes parties du globe : les Corta sont brésiliens et ils contrôlent l'extraction de l'hélium-3 qui est devenu le carburant du futur, les Mackenzie, américains, qui récoltent tous les autres matériaux, les Vorontsov, russes, qui sont les maitres des transports, les Sun, chinois, qui sont les maitres du hightech et de tout ce qui est avancée technologique et les Asamoah, ghanéens, qui se concentrent sur l'habitat et la nourriture.

Mais finalement quand le récit c'est resserré autours des Corta j'ai commencé à bien les apprécier. Il est évident de faire le parallèle entre cette histoire et Game of Throne. Surtout sur ce premier tome ou on fait facilement les parallèles. Mais on ne peux pas non plus se contenter de ça, ce livre étant bien plus que cette simple comparaison. En fait pour moi le principal point de divergence c'est surtout le fait qu'on est en lieu clos sur cette lune qui finalement est très petite. Du coup les humains sont vraiment concentrés et surtout en plus de 50 ans et 3 générations les 5 familles se sont déjà énormément liées, et la troisième génération n'appartient déjà plus vraiment à une seule famille.

Ce qu'il faut aussi savoir c'est qu'après 3 générations les humains ont été modifiés par cet environnement, leurs os sont bien plus fragile et donc un retour sur terre est totalement exclu pour eux. Ils sont donc condamnés à rester sur la Lune, quoi qu'il arrive.
Du coup on est vraiment sur un huis clos ici, la Terre n'étant finalement qu'un beau décor à coté.

Il y aurait tellement de chose à vous raconter tellement ce monde est riche et intéressant. Tout est vraiment très cohérent, ce qui donne vraiment un coté hyper réaliste au récit. Tout se vend, tout ce recycle, tout s’achète, on est dans une boucle perpétuelle.
Ce n'est pas une lecture facile au début, la politique est très complexe et les liens entre les différentes familles très nombreux et souvent cachés. Du coup il est facile de se perdre si on lâche un peu l'affaire.
Mais si ça vous arrive je vous conseille néanmoins de persévérer car ensuite ce n'est que du bonheur. Je n'ai même pas vraiment parlé plus en détail des différents personnages auquel on s'attache vraiment qu'ils soient filous, libres, entêtés ou crapules. Finalement malgré leurs défauts, tous sont vraiment très intéressant à suivre à défaut d'être sympathique.
J'ai aussi adoré la diversité du récit, que ça soit dans les mœurs sexuelles ou les origines des personnages qui donne un ton vraiment spécial et unique à ce livre.

Le seule défaut, si je devais vraiment en trouver un, a été pour moi les quelques scènes sexuelles qui n'avaient pas vraiment d’intérêt au milieu du récit. Ça n'aurais rien changé à l'ambiance globale au finale si elles n'avaient été que suggérées et pas décrites en détail. Mais ce n'est pas non plus ça qui encombre le récit vu qu'il y en a finalement que très peu.

Bref, ma lecture n'a pas toujours été facile mais au final je ne regrette pas du tout. J'ai adoré ce livre au final et il est largement une de mes meilleures lectures de ces dernières années. J'espère vraiment que l'auteur saura continuer sur ce niveau et nous donner un second tome aussi complexe et intéressant que celui ci !

17/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/02/iron-druid-chronicles-book-1-hounded-de.html

Une bonne relecture. Je n'avais quasiment aucun souvenir de ce premier tome et du coup il a été une vrai redécouverte. C'est vrai qu'il est court et que l'intrigue aurait pu être un peu plus complexe mais étant donné que l'univers est bien fourni, plein d'humour et très plaisant on peut dire que c'est une bonne introduction.

Nous suivons Atticus O’Sullivan, un druide qui parcours notre terre depuis plus de 2 millénaires. Il est le dernier des siens et n'a survécu que parce qu'il était caché de Angus Og, le dieu celtique de l'amour et de la jeunesse qui a toujours voulu le tuer depuis qu'Atticus lui a volé son épée lors d'une bataille.
Dans ce monde toutes les créatures, mythes, types de magie, dieux, existent vraiment et marchent sur terre quand ils le souhaitent, même ceux qui n'ont plus de croyants (sauf si ils ont été tués d'une façon ou d'une autre bien sur).

Atticus est l'heureux propriétaire d'une petite boutique "new-age" ou il vend des livres, des jeux de tarot, de thés magiques et tout types d'articles du genre. Tout ce qu'il souhaite c'est de vivre tranquillement sa vie, n'ayant aucune envie d'en changer. Malheureusement les fae s'agitent et on lui annonce l'arrivée de son ennemi de toujours. Mais Atticus n'a pas l'intention de fuir une n-ième fois, c'est décidé, cette fois ci il attendra pour voir si celui ci ce contentera de lui envoyer des sous fifre jusqu'à s'en lasser ou si il pointera vraiment son nez d'immortel sur place au bout d'un moment ...

J'ai vraiment bien aimé la mythologie. En sois elle parait assez simple, car en fait tout existe, mais au final ça donne vraiment une belle palette de possibilités. Voir mentionner par exemple Coyotte et la Morrigan dans le même paragraphe est vraiment marrant.
Dans ce tome on se concentre sur la mythologie celtique et notamment celle d'Irlande vu que c'est de la bas qu'est originaire notre personnage. Du coup c'est vrai qu'il y avait pas mal de noms qu'on nous autres pauvres français n’avons aucune idée de comment prononcer. Il y a bien un guide dans la livre mais il compare tout avec les prononciations anglaises ce qui est assez perturbant.

On sent bien que ce tome est l'introduction du monde, car Atticus se confronte directement avec son ennemi de toujours alors qu'on a plus l'habitude des intrigues ou celui ci attend bien sagement le dernier tome pour se montrer. Du coup ça laisse la porte totalement ouverte pour la suite et on n'a aucune idée de ce qu'il pourra bien s'y passer maintenant qu'Atticus est enfin libre après plus d'un millénaire de fuite.

Mais ce qui fait vraiment l’intérêt du livre en fait c'est vraiment le personnage d'Atticus. On sent qu'il a vécu. Il a un humour et une désinvolture de façade tout en étant extrêmement prudent en fait. Il sait très bien ce qu'il fait, n'a pas besoin d'apprendre ni de découvrir quoi que ce soit vu son age.
Du coup ça fait du bien d'avoir vraiment un personnage mur, genre vieux sage, qui maitrise tout ses pouvoirs dés le début, ça change.
Atticus est secondé par son chien (parlant), Oberon qui est excellent et qui se prend pour Gengis Khan durant tout le livre. Il n'a pas manqué de me faire exploser de rire à plusieurs reprises de par ses remarques bien senties sur son maitre ou sur les adversaires. C'est vraiment un personnage à part entière dans le livre et je l'adore déjà. Le duo Atticus/Oberon est parti pour être sans doute parmi mes personnages préférés d'urban fantasy.

L'intrigue en elle même est assez simple dans ce tome, tout est dit dans le résumé sans qu'on en ajoute grand chose et c'est vrai que vu la taille du livre (moins de 300 pages en poche), on n'a pas vraiment le temps de s'attarder sur les détails autres. Mais j'espère bien que dans les suivants on explore plus en détail le reste du monde, c'est bien parti pour en tout cas.

Au final un premier tome d'introduction qui nous donne tout ce qu'on attendait de lui. Certes l'intrigue est toute tracée et n'offre pas de grosses surprises aux amateurs du genre, c'est du classique, mais la richesse du monde et les personnages qui m'ont vraiment bien plu font tout l’intérêt du livre et me donnent vraiment envie de continuer pour voir ce qu'il va arriver dans la suite de la vie de notre druide !

16/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/02/le-royaume-blesse-tome-1-lage-des.html

Un livre qui dans l'ensemble m'a plu mais a qui il manquait un petit quelque chose pour vraiment le faire décoller.

Girton est un apprenti assassin, et est assez doué malgré son pied bot. Lui est son maitre sont forcés de prendre un nouveau boulot qui sors un peu de leurs compétences. Il s'agit de découvrir qui parmi la cours est lancé dans une tentative d'assassinat de l'héritier du trône.
Girton est donc infiltré sur place en prenant l'identité d'un fils de noble déchu qui doit apprendre à devenir écuyer.
Mais dans ce repère de vipères, nombreux sont les complots en cours et Griton et son maitre ne seront pas du tout populaire à fouiller la merde que les nobles laissent derrière eux, d'autant plus qu'ils mettrons à jour bien plus que de la simple tentative d'assassinat ...

On ne va pas se le cacher, ce livre a des faux airs d'Assassin Royal. Mais un peu comme si on ré-actualisait l'Assassin Royal à la mode d'aujourd'hui. On a donc une ambiance quand même bien plus sombre, plus violente, plus brute, plus triste aussi, et à coté de Girton, l’existence de Fitz fait figure de gosse de riche favorisé.
Bon en dehors d'être grossièrement sur le même sujet, les deux livres ne se ressemblent finalement pas tant que ça dés qu'on entre dans les détails, mais je vais sans doute faire de nombreuses fois la comparaison car c'est assez facile de donner des points de repère vu que c'est une série extrêmement populaire.

L'histoire principale de ce livre est une enquête. Mais ne vous imaginez pas du tout que le livre a un rythme de thriller ou même ressemble à un policier, non. En fait on est vraiment plus sur une enquête d'infiltration. Quand Girton arrive il ne connait personne et n'a jamais mis les pieds dans le château avant, il lui faut donc tout apprendre à partir de zéro. Il ne possède aucun renseignement préalable et doit se faire lui même sa propre idée des liens qui unissent ou sépare les différents protagonistes.
Du coup c'est vrai qu'une grande partie du livre est consacré justement à faire connaissance avec tous les partis concernés et à s'en faire une idée plus précise. Ce qui est assez lent.

Surtout qu'il ne peux pas non plus le faire trop ouvertement, la plupart du temps il doit jouer le rôle du petit nouveau qui se fait tyranniser par les plus vieux sans dévoiler ses vrais capacités et risquer plus que quelques bleus vu la violence du lieu.
On est ici en présence d'une mini cour qui singe à merveille celle des grands. Chacun essaye de prouver sa valeur de toutes les façons que ça soit car si ils n'y arrivent pas étant jeune, quel avenir auront-ils plus tard une fois dans la vrai cours des grands? Du coup les coups en traitres n'en sont que plus vicieux et si il faut mutiler ou arracher les yeux d'un garçon qui a eu la malchance de naitre du mauvais coté, ils n'hésitent pas a le faire eux même.

Girton est un personnage tout a fait typique et finalement je le trouve bien fait. Non pas que j'ai particulièrement accroché, n'étant pas super fan des adolescents en fantasy, mais il est tout de même très réaliste dans son rôle et du coup ça marche relativement bien.
C'est encore un enfant niveau mentalité quand il commence l'histoire (il a 14 ans). Il a toujours été solitaire, et du coup quand on lui propose du pouvoir, de l'amitié, son premier amour, bien entendu qu'il tombe dedans tête la première. Il se prend au jeu et il ne peux pas s'en empêcher, on sent limite qu'il était assoiffé de relations humaines. Mais il n'en reste pas moins lucide sur sa mission même si il se perd de temps en temps. J'ai bien aimé cette dualité, ce mélange de candeur enfantine et de froideur assassine.

Pour ce qui est du monde le principal danger vient de la magie. En effet celle ci, utilisée par parcimonie n'est pas dangereuse mais dés qu'on veut un peu plus de puissance, elle déstabilise totalement l'équilibre de la zone autour d'elle, créant des zones mortes ou rien ne poussera tant que l'équilibre ne sera pas rétablit.
Et pour le rétablir il n'y a à l'heure actuelle qu'un seul moyen : faire tomber dessus des cascades de sang, si possible gorgé de magie (et donc d'utilisateurs de magie). Il y a donc un ordre de chevalier qui n'existe que pour traquer les magiciens et les faire saigner avec toute leur famille sur les terres mortes. Ils en profitent évidemment pour faire saigner aussi dessus tous les criminels condamnés à mort et tout ceux qui ont la malchance d'être nés difforme.
C'est aussi pour ça que Girton est particulièrement mal vu au château, étant soit disant fils de noble, il a échappé au couteau qui est normalement le cas quand on nait avec un pied bot.

Le pays ou se passe l'action est parsemé de zones mortes, la plus grande étant celle résultant de guerres passées qu'on n'a toujours pas réussi à rééquilibré. Malgré tout ce qui est fait pour arrêter l’extension de ces zones, pour l'instant rien ne marche vraiment et le spectre de la disette plane en permanence sur le peuple.
Les gens sont parfaitement conscients que leur traque des mages est la cause de la majorité des zones mortes mais ils n'ont pas encore trouvé d'autre moyen de régler le problème définitivement et les mages continuent à naître dans la population.

Contrairement à certains la résolution de l'enquête façon Hercule Poirot ne m'a pas dérangé, mais par contre ce qui m'a un peu déçu dans l'ensemble c'est le fait que vu que nous ne suivons que Girton et pas don maître, nous n'avons aucune idée de ce que celui ci fait pendant tout ce temps. Les seules fois ou nous le rencontrons Girton se contente de faire son rapport sans qu'il y ai échange d'information dans les deux sens. Et du coup vu que tout se résout à la fin on a un peu l'impression que le maître n'a rien fichu pendant tout le tome et que c'est Girton qui a fait tout le boulot.
J'aurais aimé en savoir plus, et avoir plus l'impression qu'il y avait aussi de l'évolution de son coté quoi, et j'ai été déçu que ça ne soit pas le cas.

J'aurais aussi aimé avoir un peu plus de background du monde, car du coup on n'en connait pas grand chose pour l'instant en dehors d'un ou deux épisodes avec des mages et des catastrophes. Après j'ai bien conscience qu'on n'est que sur un premier tome, et qu'il y aura surement d'autres éléments ensuite. Ce n'est dont pas forcement un défaut pour l'instant, mais ça pourrait le devenir si plus tard. On n'a aussi aucune idée du reste de la géographie du monde, vu que l'action est vraiment hyper centrée sur le château et la ville associée.

Après c'est vrai que si on compare avec par exemple l'Assassin Royal, et uniquement le premier tome pour comparer le comparable, on est sur le même niveau d'information donc je ne me fais pas non plus de souci pour le futur.
Ce qui est bien aussi si on on continue les comparaisons avec l'Assassin royal c'est qu'il n'y a que ce tome ci ou nous suivons Girton adolescent. On ne s'éternise donc pas sur cette période de sa vie et dans le prochain tome il est sera déjà totalement adulte ce qui est un bon point pour moi. On n'a pas non plus subit son apprentissage, cette période étant déjà passée lorsque l'histoire de ce tome ci commence.

Au final j'ai bien apprécié ma lecture. Ça reste plaisant et on suis l'enquête de Girton et de son maitre avec plaisir. Mais je ne sais pas pourquoi il ne rentre pas non plus dans mes favoris pour l'instant. Je n'ai pas été passionnée par cette histoire et même si j'ai envie d'en savoir plus ce ne sera pas avec énormément d'impatience.

15.5/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/01/rachel-morgan-book-08-black-magic.html

Ce tome ci était un tome d'aboutissement d'une partie de l'intrigue mais du coup aussi un tome de transition importante. Du coup j'ai eu une impression un peu brouillon durant la lecture de ne pas savoir ou on allait et je n'ai pas autant aimé ce tome que certains des précédents. Mais heureusement la fin a su rattraper pas mal des défauts du début et j'ai donc fini ma lecture sur une très bonne note.

En fait on pourrait presque résumer ce tome en "Rachel est en danger". Et comme les livre "Martine" en leur temps, sous titrer chaque chapitre en commençant par cette phrase : "Rachel est en danger et s'en sors grâce à ses amis" "Rachel est en danger mais esquive" "Rachel est en danger et met en danger ses amis" ...

Du moins pendant toute la première grosse partie du livre, ce n'était qu'une succession de phases du genre, les unes à la suite des autres ou Rachel était de plus en plus en danger de tous les cotés. Mais heureusement la fin à su remonter le niveau et coté émotionnel je me suis bien remise dedans.

Ma seconde déception sur ce tome a été Pierce. De base je n'ai rien contre lui, en tant que personnage il a sa place. J'aime bien le fait qu'on ne sache pas vraiment si il est parmi les gentils ou pas, en fait sa position est très floue. Mais je n'aime pas le fait qu'au final la seule chose qu'on retienne de lui soit le fait qu'il est le n-ième partenaire de Rachel. J'ai l'impression que juste le fait de le dire lui retire toute sa substance et le rend sans intérêt.

Parce qu'au final on se rend bien compte qu'il ne sert qu'a ça. Il est apparu au bon moment pour prendre le relai sur le précédent, et il finira surement par disparaitre comme tous les précédents pour une raison ou pour une autre, ce qui n'encourage pas du tout à s'attacher à lui sur le long terme.

Bref j'espère que j'aurais tors sur ce point parce que j'aime beaucoup Pierce en tant que personnage, il est solide et le fait d'être ancien et d'avoir observé Rachel toute ses années fait de lui un allié de choix. En plus il est en dehors d'Ivy et Jenks un des seuls à vraiment voir la personne et à ne pas la juger.
En fait je pense qu'il aurait mieux fallu qu'il n'y ai personne pour Rachel dans ce tome, parce qu'elle fini par faire vraiment la girouette sur ce point. Et on pourrait développer le personnage de Pierce autrement, en tant que vrai ami de Rachel.

Par contre j'avoue qu'à partir du moment ou la seconde partie est arrivé, j'ai oublié toutes mes objections et j'avais l'impression d'être revenue dans les meilleurs moments de la série. Elle rattrape allégrement tout ce qui m'ennuyait avant.
On retrouve vraiment tout ce qui fait de cette série une bonne série du genre pour moi. Al à son meilleur, plus on avance plus je l'apprécie ce personnage, le fait que Rachel finisse enfin par accepter ce qu'elle est vraiment et avance sur ce point, le fait que les personnages évoluent dans des directions qu'a la fois on attendait et n'attendait pas, arrivant à nous surprendre malgré tout ce qu'on peut s'imaginer.

Du coup encore une fois un tome difficile à noter. Si je notais juste la fin j'aurais facilement mis un 17 mais le début ne valait pas plus de 14/15, donc on fait la moyenne même si ça ne résume pas vraiment la globalité de ma lecture.

16/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/01/la-passe-miroir-tome-1-les-fiances-de.html

Dans l'ensemble, au niveau émotionnel on peut dire que ça a été une bonne lecture. Je ne me suis pas ennuyée, je l'ai lu très rapidement et il ne dénote pas niveau rythme avec la fantasy à l'ancienne dont j'ai l'habitude.
Mais ça ne m’empêche pas de constater que l’héroïne est quand même extrêmement passive, ou du moins observatrice durant ce tome, et que du coup il ne s'y passe pas grand chose mine de rien.

Ophelie est une jeune femme qui a le don de pouvoir lire le passé des objets en les touchants, elle peut également se déplacer à travers les miroirs. Mais son non conformisme la met un peu au ban de la bonne société de son arche. Jusqu'au jour ou les anciens décident de la marier à Thorn, un membre du puissant clan des Dragons qui vit à la citadelle, une ville flottante proche du pole. Elle doit donc quasiment du jour au lendemain quitter sa famille et son arche pour atterrir dans un autre monde.

Car en effet la citadelle est vraiment un autre monde, le principal pouvoir de ses habitants est le celui de créer des illusions et du coup la dissimulation et les faux semblants sont monnaie courante.
Ophelie a du mal à s'intégrer, mais surtout parce qu'on l’empêche de le faire. Dés le début elle est cachée, dissimulée et elle ne sait vraiment pas pourquoi et quel est l’intérêt d'un tel mariage si c'est pour l'enfermer.
Elle se rend petit à petit compte qu'ici les règles quelle connaissait ne sont pas de mise et qu'elle a mit les pieds en plein milieu d'un complot dont elle est le jouet ...

Pour moi le gros point positif de ce tome a été l'univers. On est vraiment dans une ambiance magique, avec des pouvoirs à foison et un coté Harry Potter, ou Mary Poppins, dès le début.

Le personnage d'Ophelie commence en étant gardienne de musée, elle est du genre à préférer les livres aux humains et à refusé toutes les propositions de mariage qu'elle avait pu obtenir
Du coup elle est un peu la bête noire des anciens qui voudraient bien la caser et s'en débarrasser car elle est encombrante. Dans ce monde ci, qui est en fait du post apocalyptique, on est utile ou on n'existe pas et Ophelie se rapproche dangereusement de la seconde.
Mais tout ça reste quand même bon enfant, la famille est importante et celle d'Ophelie est nombreuse. Elle adore ses frères et sœurs même si elle est contente de ne pas les voir tout le temps.

Thorn de son coté est quasiment absent ici, même si il est au centre de l'intrigue. J'ai encore du mal à comprendre ce personnage car le peu de fois ou on le rencontre il ne parle quasiment pas et on voit bien que les interprétations qu'Ophelie fait de ce qu'il pense sont fausses. Malgré tout ça reste un personne que j'ai hâte de découvrir plus en détails, il a déjà de nombreuses facettes et ma curiosité reste élevée le concernant.

J'ai souvent vu dire qu'on était sur un mélange d'Harry Potter et de Game of Thrones. Et je dois dire qu'au début je doutais un peu pour le second. L'ambiance me semblait trop gentillette pour en arriver la.
Mais au fil du temps, et surtout vu la fin, je dois avouer qu'on n'en est pas loin. Bon pour moi ça reste quand même un peu éloigné car rien n'est décrit de façon aussi directe que dans Game of Thrones, du coup on évite les scènes violentes ou sexuelles qui peuplent cette série la, mais par contre au niveau ambiance, trahisons, complots, et autre c'est pas loin du tout.

Du coup aussi, on entre dans un type d'intrigue qui est très classique en fantasy. Des histoires de politique, de cours, de complots, c'est sans doute LE sujet le plus développé dans le genre et donc à ce niveau la on ne peux pas vraiment dire que ce tome m’ait surpris. Surtout si on inclus, comme ici, une personne qui se retrouve en plein milieu contre son gré et qui doit trouver ses marques et survivre.
Heureusement le coté magique merveilleux et l'ambiance qui va avec reste jusqu'au bout et du coup ce mélange inhabituel est vraiment ce qui fait l'originalité de ce livre comparé aux autres.

Du coup je dois dire que sur ce point la j'ai été agréablement surprise. Déjà j'ai trouvé l'ensemble moins jeunesse que ce que j'imaginais ce qui est un bon point et ensuite j'ai lu le livre quasiment d'une traite ce qui est bon signe en général.

Par contre je comprends les gens qui ont moins apprécié ce tome. C'est vrai qu'après coup en y réfléchissant je me suis rendu compte qu'en fait ce tome est vraiment l'introduction de l'histoire. Du coup c'est vraiment un tome d'attente, on peut vraiment dire qu'il ne s'y passe pas grand chose.
Pour ma part ça ne m'a pas dérangé, sans doute parce que je suis habituée aux récits au rythme lent qui peuplent la fantasy et donc celui ci n'était pas du tout le plus lent que j'ai lu et apprécié.

En plus de cela le personnage d'Ophelie est vraiment passif. Elle ne fait que subir et observer durant tout le tome. Même quand on lui demande de faire quelque chose qui aurait du être impensable, surtout sur une situation qui dure pendant longtemps, elle accepte sans montrer trop de résistance.
En fait c'est logique vu la situation, car elle n'a pas le choix. Si elle n'arrive pas à s'intégrer ici et a faire ce pourquoi on l'a fait venir, elle risque le bannissement ce qui équivaut à la mort.
Mais c'est vrai que du coup on aurait envie des fois de la secouer un peu, pour retrouver un peu le genre d’héroïne forte et qui bouge qu'on a l'habitude.

J'ai eu du mal à me décider sur la notre à mettre à ce livre.
Je l'ai bien apprécié et j'ai envie de lire la suite, ce qui sera surement fait dans l'année mais je suis quand même consciente de ses défauts.

16/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 28-01
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/01/alex-benedict-tome-3-seeker-de-jack.html

Ce troisième tome est toujours dans la même veine que les précédent et donc aussi sympa à lire et distrayant. Il a beau être le troisième tome, c'est le seul de la série qui a été traduit et il peut très bien être lu indépendamment des autres.

Le Seeker était l'un des deux vaisseaux qui ont amené les Margoliens vers leur colonie. A l'époque le monde n'était pas un bon endroit pour y vivre et toutes les autres tentatives de colonie précédentes avaient échoué. Mais ceux ci ont quand même tenté le coup parce qu'ils ne pouvaient plus vivre dans la terre dystopique de l'époque. Ils avaient sous disant trouvé la première planète parfaite, celle qui accueillerait les humains sans les rejeter.
Mais les Margoliens ont disparu, en fait personne ne sait ou ils sont partis. Et au fil des 9000 années suivantes et malgré la colonisation de centaines de planètes dans la zone, ils n'ont jamais été retrouvés, morts ou vifs.

Du coup quand Chase et Alex se trouvent en possession d'un bol aux armes du Seeker il ne peuvent pas résister, même si il y a des chances que ce bol n'ai jamais vu l'intérieur du vaisseaux lui même ...

Nous sommes toujours dans une enquête archéologique dans le futur, nos héros qui sont vendeurs d'antiquités traquent les restes des civilisations perdues et tentent de résoudre les mystères de certaines.

Cette histoire fait tout de suite penser à l'Atlantis bien sur, une civilisation en avance sur son temps, qui a totalement disparu depuis 9000 ans ... Mais encore une fois finalement ce qui amène Chase et Alex sur la voie ce n'est pas les restes d'il y a 9000 ans, non. Car évidemment ils ne sont pas les seuls à les avoir recherchés dans les milliers d'années qui se sont écoulées depuis leur disparition.
En fait ils font plus une enquête actuelle, pour savoir d’où provient le vase en question, quels ont été ses précédents propriétaire et en remontant le temps ainsi pour essayer de voir qui a bien pu trouver le Seeker et ne jamais en parler parce que si ça avait été le cas, ça aurait été la découverte du siècle ...

Pour s'aider ils utiliser des avatars. En fait un avatar est une personnalité recréée par une AI avec l'aide de toutes les informations qui existent sur la personne en question dans le réseau. Et du coup Chase et Alex font le voyage avec Harry Williams, le fondateur de la colonie perdue. L'avatar ne sait bien entendu pas les secrets qui n'existent pas dans les informations mais ils sont quand même capable de recréer une personnalité réelle de la personne et donc de voir si les informations qu'ils trouvent sont improbable ou peuvent vraiment s'être passé en fonction des réaction de l'avatar.

J'ai bien aimé aussi le fait que ça soit le premier tome de la série qui s'approche de notre temps. En effet, la colonie en question est censé avoir quitté la terre durant le troisième millénaire en 2600 environ, ce qui donne l'occasion de passer en revu ce qu'il c'est passé dans le monde avant et donc d'avoir de petits clin d’œils à notre époque.
On nous raconte aussi que malgré toute la technologie, toute l'histoire humaine même après le départ vers les étoiles n'est qu'une succession de temps noirs ou l'humanité se renferme sur elle même et revient en arrière niveau mœurs et de temps d'évolution et d'exploration ou la liberté redevient primordiale. Comme quoi l'homme n'évolue jamais vraiment et retombe toujours dans ses vieux travers.

Et du coup c'était intéressant de voir Chase s’insurger sur le manque de liberté de l'époque ou sont partis les colons, Le monde ou vivent nos héros est en effet proche d'un utopie car tout semble être idéal, sans crime, sans manquement à la liberté ... Le contraste entre les deux est énorme.

Au final j'ai vraiment bien apprécié ma lecture. Je n'ai pas repéré de répétition par rapport aux tomes précédents, l'auteur n'a pas renouvelé l'erreur du tome précédent, ouf. Le rythme est bon, il n'y a pas de lenteur. C'est vrai que la série reste importante en infodump mais c'est logique vu le sujet, il y a plein de choses à expliquer et finalement l'auteur s'en sors bien en ne nous écrasant pas sous les informations.
Du coup je n'ai pas trouvé de défaut à ce livre en particulier. Je sais que les gens n'ayant pas lu les tomes précédents trouvent que les personnages principaux manquent un peu de développement mais c'est logique vu que tout le premier tome est centré sur leur rencontre et leur background, et donc ici en effet on n'en parle pas du tout.
Mais en dehors de ça ce tome peut très bien se lire indépendamment des autres. Il n'y a quasiment pas de référence aux tomes précédents, et même les personnages secondaire sont différents ce qui fait que rien ne gène sa lecture.

Une bonne lecture donc, l'auteur a su se renouvelle sans réitérer les erreurs des tomes précédents. Une histoire distrayante et fun qui a su me divertir.

16.5/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/01/eric-carter-book-3-hungry-ghosts-de.html

Dans l'ensemble j'ai moins apprécié ce tome que les précédents. Mais néanmoins la lecture a tout de même été très agréable et j'ai bien aimé le fait que ce tome termine un premier arc et donc qu'on ai une fin à cette histoire qui dure depuis le premier tome.

Eric Carter est un nécromancien. Son métier est d'éliminer les menaces potentielles pour les humains, il est en quelque sorte un chasseur de prime surnaturel. Il est donc expert pour tuer les surnaturels.

Lors d'une mauvais décision pour avoir des informations sur le meurtre de sa sœur, il a passé un pacte avec la Santa Muerte. Celle ci est seule depuis que Cortez à tué son mari il y a des centaines d'années lors de l'invasion des espagnols. Depuis son pouvoir est amputé de moitié et elle a donc besoin d'un nécromancien très puissant pour équilibrer les forces.

Mais elle n'a pas tout dévoilé bien entendu et Eric se retrouve dans un marché pour lequel il n'a jamais signé. Il a certes accès à un pouvoir immense, mais en échange il se transforme progressivement en statue de jade vivante ...
Il va donc devoir vraiment prendre ce problème en main avant d'être irrémédiablement liée à la déesse.

Difficile de vous faire un résumé plus précis de l'histoire sans spoiler vu que ce tome est en fait la fin de la première trilogie et donc cristallise tous les problèmes rencontrés dans les tomes précédent.

J'ai moins aimé ce tome en fait parce qu'en dehors du fait qu'Eric veut faire quelque chose, il n'a aucune idée de comment s'y prendre ou de ce qu'il doit faire vraiment. Il hésite tout du long, changeant d'avis tout le temps. En fait il est totalement perdu et ne fait que se laisser porter par les événements.
Certes on a un gros dilemme car des informations contradictoires n'arrêtent pas de lui parvenir et qu'il n'a aucune façon de savoir lesquels sont vrai. Mais du coup ça rendait un peu brouillon et il ne faisait que subir et attendre d'être en face du premier problème qu'il rencontre pour le régler.

Par contre l'exploration de la mythologie Aztek était fascinante.
La seule difficulté pour moi a été de retenir les nom des différents lieux, créatures et divinités car quand vous jonglez avec toute une palette de noms pas du tout habituels du genre : Mictlantecuhtli et Mictecacihuatl, Huitzilopochtli, Chicunamictlan, Xiuhtecuhtli, Tenochtitlan ou Teotihuacan, il y a très facilement moyen de totalement s'y perdre ou d'en confondre.

Comme dans les tomes précédents l'intrigue a un rythme rapide, pleine d'action et de batailles, et remplis de détails qui ont leur importance. J'aime beaucoup l'ambiance de cette série d'urban fantasy noir, et je ne regrette pas du tout d'avoir lu cette trilogie.
L'auteur a annoncé qu'une second était dans les rails ce qui me plait beaucoup. Je continuerais les aventures d'Eric Carter avec plaisir !

16/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/01/codex-alera-tome-2-les-furies-de.html

J'ai vraiment été très agréablement surprise de la fluidité du texte et de la vitesse à laquelle j'ai lu ce livre. J'ai vraiment passé un bon moment. Même si il y a pas mal de thèmes très classiques, il y a quand même certains assez originaux au milieu.

Tavi est maintenant élève à l'académie du Capitol. En plus de ses études classiques il est aussi le page du Premier Duc et il suis l'entrainement pour devenir curseur, qui sont les agents du premier duc dans le royaume.

Pour reposer les bases de l'univers : Tavi est un des rares humains qui naissent sans pouvoir jamais communiquer et capturer les Furies, qui sont des esprits élémentaires qui servent pour tout dans le vie du monde. Il est donc totalement exclu dans la société. Mais ce fait le rend utile au premier duc car il développe d'autres talents que personne n'attends de lui comme l'ingéniosité, le vrai talent à se battre sans se reposer sur ses furies ...
La tante de Tavi a été nommée Exploitante suite aux événements du premier tome et ce fait gêne une partie de la scène politique du Capitol car jamais femme n'a reçu un tel honneur avant.

Du coté politique c'est aussi assez complexe car tout le monde sait que le Premier Duc vieillit et qu'il perd de sa puissance au fur et à mesure. Les complots et les machinations pour mettre une personne plus jeune à son poste sont nombreuses. D'ailleurs une partie de ce qui c'est passé dans le premier tome en était la case et on en voit ici les conséquences directes.

Le pays est très instable car il est assaillit de toute parts et le Premier Duc a peur qu'une guerre civile en plus d'une invasion se déclenche à sa mort. D'énormes tempêtes pas du tout naturelles ravagent les cotes et le Premier Duc s'épuise à les arrêter une après l'autre à l'aide de ses furies. Les adversaires de toujours, les Canims et les hommes de glace se pressent aux frontières et en plus de ça intérieurement le Consorsium des Esclavagistes est aussi limite en révolte.

Le mode de fonctionnement du monde est basé sur le coté Rome antique, on a des noms à consonance latine (Gaius, Maximus ...), des légions, une assemblée, un Capitol ...
Le système des furies reste encore plus ou moins un mystère dans ce tome même si on voit bien plus d'utilisations variées grâce aux personnages secondaire.
Il reste un mystère surtout parce que le héros principal ne peux pas en avoir du coup on n'a pas tout ce coté apprentissage et explication des phénomènes qui permettent leur utilisation.

Je dois avouer que quand j'ai repris ce tome je n'avais que de très vagues souvenirs du premier, et même si maintenant je m'en souviens bien mieux, il y a encore pas mal de points qui restent très vague dans mon esprit. On retrouve néanmoins un grand nombre de personnages qu'on avait déjà aperçu avant. Notamment Kitaï qui revient en force et dont on découvre le secret. Mais tous les autres sont vraiment très sympathique à suite et à découvrir. Ils m'ont fait passer un excellent moment.

Le coté original du tome vient d'un point que je ne peux même pas vraiment vous expliquer vu qu'il se dévoile au delà de la première moitié du livre. Mais j'avoue que c'était bien trouvé, original pour de la fantasy et assez effrayant comme ennemi !

Ce qui m'a le plus marqué dans ce tome était le rythme de ce livre. On n'est pas vraiment dans de l'action mais pourtant il se passe un millier de choses en même temps. Pas de temps mort, pas de lenteurs. Le style est vraiment très fluide et du coup le livre se lit à toute vitesse malgré son nombre de pages important.

Au final je dirais que ce livre a été une excellente lecture. Je ne regrette pas du tout d'avoir repris cette série, qui malgré son coté très classique arrive quand même a avoir quelques originalités. Je lirais la suite très rapidement et je suis ravie que Bragelonne ai continué la traduction.

17/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/01/les-quinze-premieres-vies-dharry-august.html

C'est vrai que ce livre est assez spécial, la narration est très éparpillée et on n'a pas l'habitude, mais j'ai quand même pris un grand plaisir à ma lecture même si il ne rentrera pas dans mes coup de cœur.

Un lecture un peu spéciale cette fois ci vu que j'ai écouté la moitié de ce livre en livre audio, même si je l'ai terminé en livre papier ensuite.

Harry August est un Kalashaka, un homme qui revit ses vies les unes après les autres. Lors de sa onzième vie, alors qu'il est en train de mourir, une jeune fille vient à sa rencontre, une des siens. Elle transmet un avertissement : la fin du monde se rapproche de vies en vies et personne ne sait pourquoi ...

J'ai vraiment bien apprécié le principe de ce livre. Harry renait et entre 4 et 6 ans il retrouve tout ses souvenirs d'avant et se trouve donc adulte plus que centenaire dans le corps d'un enfant. Du coup pour lui l'enfance est la période la plus difficile car il ne peux pas vraiment la modifier ou faire quelque chose, il est obligé de passer par les années d'école et les études.
Il fait parti du club Chronus, un club dont tous les membres sont des kalashaka et qui œuvrent à faire en sorte que rien de majeur ne change dans l'histoire car ils se sont rendu compte que les changements avaient beaucoup de chance d’amener la fin du monde plus rapidement.
Du coup c'est toujours difficile de vivre en sachant des choses qui pourrait changer tout, empêcher des guerres, des assassinats, mais ne rien y faire et de laisser la vie se poursuivre telle quelle.

Le narrateur, Harry, nous raconte sa vie depuis le début. Et donc pas en commençant par la 11ième qui intéresse l'histoire principale. Il faut donc attendre un long moment avant qu'on en arrive vraiment à la période ou Harry se prend dans sa mission de sauver le monde et de découvrir ou se situent les changements. Et même quand on en arrive la, il lui faut plusieurs vies pour vraiment cerner le problème.
Du coup c'est vraiment une histoire de longue halène que l'on a ici, il ne faut pas du tout s'attendre à un thriller haletant ou un livre d'action car on serait tout de suite déçu.
Le titre prend donc toute sa signification car le sujet principal c'est vraiment Harry August et comment il gère le fait d'être un Kalashaka et de renaitre indéfiniment, plus que l'histoire de la fin du monde qui se rapproche, même si elle occupe toute la fin du récit, bien sur.
On suis Harry dans ses moments de doutes, dans ses choix de vie, quand il se tourne vers la philosophie, la religion ou la science, en gros on explore vraiment toutes les possibilités que rencontre le personnage au cours de ses nombreuses vies. Du coup il y a certains passages qui faisaient vraiment digression, et on se demande s'ils étaient vraiment nécessaire. Un petit élagage n'aurait peut être pas été de trop. Néanmoins je ne me suis pas du tout ennuyée.

Il passe aussi son temps à faire sauter de vie en vie son récit, qui n'est absolument pas linéaire.
J'avoue qu'en livre audio, surtout écouté comme moi en voiture sur plusieurs trajets à des jours d'intervalle, ce n'était des fois pas facile de s'y retrouver et à de nombreuses reprises j'étais perdu en essayant de remettre la temporalité dans le bon ordre.
Mais finalement ce n'est pas si gênant sur le long terme, on s'y fait et de toute façon quand c'est important il nous rappelle toujours dans quelle vie se situe l'événement.

En fait le seul point ou j'ai été un peu dubitative sur l'ensemble a été tout le blabla théorique scientifique, qui heureusement n'arrive pas souvent, mais m'a un peu perdu. Surtout que le but final de ces explications dans l'histoire est quelque chose que je n'ai pas réussi à vraiment accepter (je n'en dit pas plus pour ne pas spoiler). Après je sais bien que je ne suis pas du tout une spécialiste et donc que je peux me tromper mais ça m'a un peu fait sortir du récit.

Pour ce qui est du livre audio j'ai trouvé que le narrateur avait un ton qui allait bien avec le livre. Il donnait à Harry un coté limite insouciant, peu sérieux et un peu détaché du récit qui m'est resté jusqu'au bout même lors de mon passage en livre papier. Pourtant je suis un peu dubitative quand même car je ne sais pas si j'aurais eu la même image du personnage si j'avais lu uniquement le livre papier. En gros c'est un ajout qui n'était peut être pas nécessaire au récit mais qui allait quand même bien avec le texte.

Au final j'ai bien aimé ce livre, ce n'est certes pas un coup de cœur mais Harry à su m'intéresser é toutes ses vies et j'apprécie le coté différent du récit.

16/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 23-01
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/01/the-facefakers-game-de-chandler-j-birch.html

Un premier roman de l'auteur que j'ai vraiment bien apprécié. Certes l'histoire est classique dans le genre mais ça marche et j'espère bien que l'auteur va continuer car l’univers créé a du potentiel sur le long terme !

Ashes est un jeune orphelin (14 ans) qui vit dans les rues dangereuses de Burroughside, un des pire quartiers de Teranis. Il arnaque certains Denizen (citoyens de la ville) aux cartes, si il survit à la dérouillée qui ne tarde pas à arriver à chaque fois, bien sur.

Jusqu'au jour ou il est repéré par un noble, en étant au mauvais endroit au mauvais moment. Mais heureusement pour lui ce noble en question est en fait dans la même branche que lui mais un niveau au dessus. Espion, arnaqueur, voleur ... Candlestick Jack de son surnom d'artiste est aussi un Artificier, une des rares personnes capable de manier la lumière pour former le glamour. Jack est un maitre dans la fabrication de fausses apparences, ce qui est bien pratique dans son métier.

Il teste Ashes et se rend compte que le garçon lui aussi est capable de l'utiliser, un don très rare. Toute la magie est normalement sous la coupelle de la guilde, qui met la main sur l'apprentissage aussi bien que toutes les ressources nécessaires. Du coup Jack trouve à la fois amusant et très bénéfique de former son propre apprenti, inconnu de tous, malgré le danger ...

Nous ne sortons jamais de Teranis dans ce tome, mais nous en explorons certains quartiers. Celui ou vit Ashes est Burroughside. C'est un quartier mort, ou tout est en ruine car la nuit des créatures sortent des égouts pour chasser et la ou la meute passe, tout le monde trépasse à moins d'être protégé par la magie ou d'avoir une très bonne cachette. Burroughside est gouvernée par Mr Ragged, un homme cruel qui a la main mise sur tout le crime de la zone.
Ceux qui y vivent sont des sans non, sans identité. Ils ne peuvent normalement pas entrer dans la vrai Teranis car seuls les Denizens avec leur noms gravés dans le fer et leur élite noble les Ivories peuvent y vivre.
Il y a beaucoup de références aux faes dans ce livre. Que ça soit les fait que la magie s'appelle le Glamour, le fait qu'elle ne survive pas au fer, le fait que les Ivories aient la peau qui brille ...

En fait on a vraiment l'impression d'être au tout début d'une série ici, parce que la magie en fait commence tout juste à être expliquée. On n'en saisit pas encore tout les tenants et les aboutissants. Ce n'est pas du tout gênant pour l'histoire principale bien sur mais c'est vrai que ça annonce quand même une suite possible car les possibilités sont vraiment la.
Quand on commence le livre par exemple on sait que Ashes est un rasa. Les rasas sont des enfants qui apparaissent d'un coup venant d'on ne sait ou, et qui ont perdu toute leur mémoire (y compris le fait de parler). Pour l'instant le mystère reste aussi totalement entier sur ces enfants et d’où ils viennent.

Du coup même si l'histoire en elle même est indépendante et a une vrai fin, le monde est tellement ouvert et il reste tellement de mystère que s'en est limite frustrant de savoir que pour l'instant rien n'est prévu pour nous apporter des réponses.
Mais heureusement c'est limite le seule vrai défaut que j'ai trouvé à ce livre (et il sera vite éliminé si l'auteur annonce une suite un jour)

On pourrait croire que le fait d'avoir un protagoniste de 14 ans fait de ce livre un livre jeunesse mais en fait pas du tout ici.
Et si Ashes prend de temps en temps des décisions qui sont typique de son age, il est en fait très mature pour tout le reste et très lucide sur sa place dans la monde.

L'écriture est vraiment fluide et les 500 pages se dévorent toutes seules. Le rythme est bon car on apprend les détails sur le monde vraiment petit à petit et je n'ai pas ressentit du tout de lenteurs. J'ai vraiment pris plaisir à explorer l'univers.

Bon on est vraiment sur du classique ici, et aucun élément pris seul n'est totalement original pour de la fantasy, on est tous d'accord. Mais c'est du solide, et la façon dont ils sont arrangés entre eux et le fait qu'on reste entouré de mystères jusqu'au bout fait qu'on a vraiment envie d'en savoir plus.
On s'attache énormément aux personnages assez rapidement et finalement je dirais que c'était juste une bonne lecture.

16/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/01/le-monde-de-lombre-tome-2-feu-de-lombre.html

Ce n'est toujours pas une série qui s'élève parmi mes favorites mais j'ai tout de même largement préféré ce tome au précédent qui avait été une déception.

Miranda est devenue la femme de David, Primat du sud des États-Unis depuis maintenant 3 mois. Les débuts ne sont pas facile et les visites de courtoisies des autres primats se succèdent. Miranda est loin de se faire des amis à chaque fois et les épreuves sont nombreuses.
Le passé de David le rattrape aussi et alors qu'une série de meurtres et de tentatives de meurtres défie toutes leurs équipes et élimine petit à petit un bon nombre de leurs troupes, le couple de déchire...

On reste ici dans du très classique dans le genre, vu qu'on est vraiment en plein dans les luttes de pouvoirs vampiriques.
Mais ce qui a vraiment changé est le fait que j'ai trouvé dans ce tome en quelque sorte ce que j'aurais aimé trouver dans le premier. En effet j'avais trouvé l'histoire de Miranda et David trop précipitée, car on ne peux pas clairement connaitre vraiment quelqu'un au bout de quelques jours, coup de foutre ou pas et je suis donc contente de voir que tout n'est pas si facile ici.
Après ce second tome je peux clairement dire qu'on est dans de l'urban fantasy tourné vers la romance. Je ne l'avais pas dit sur le premier tome car il arrive aussi souvent dans le genre qu'on parle beaucoup de la relation des personnages principaux dans le premier tome d'une série pour ensuite ne plus vraiment en parler vu que le couple est stable et passer à autre chose. Mais ici ce n'est pas le cas et leur relation et ses difficultés restent au centre de l'intrigue, en plus de tout le reste, un peu comme les Charley Davidson sur ce point précis si vous voulez un élément de comparaison.
Après il a quand même bien sur toute la partie non romance qui est aussi importante. Et la encore j'ai bien mieux apprécié celle ci que celle du tome précédent, même si elle met du temps à démarrer.

Mais ce que j'ai apprécié par dessous tout c'est la découverte du personnage de Devon. Il est vraiment très mystérieux et j'ai vraiment envie d'en savoir plus sur son passé. C'est un personnage complexe et blessé et malgré le fait qu'il est au centre de tout ce qui ne va pas dans ce tome, c'est vraiment un personnage marquant et qui, j'espère, va continuer à apparaitre dans les tomes suivants. C'était ici vraiment le gros plus.

Au final je pense continuer la série parce que ce tome a su quand même remonter dans mon estime et me donner espoir pour la suite mais je ne considère toujours pas cette série comme étant prioritaire dans mes lectures.

16/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 20-01
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/01/carpe-diem-de-sharon-lee-et-steve-miller.html

Après un début difficile qui m'a rappelé mon avis sur le premier tome, j'ai finalement réussi à rentrer dans l'histoire lors de la seconde partie et à apprécier ce tome.

Ce tome se passe directement après le premier. En fait chronologiquement parlant c'est le second tome qui se passe en premier. ce tome ci réuni les 5 personnages principaux des deux tomes en une intrigue et il est aussi véritablement le commencement de l'histoire principale.

Nous suivons Val Con et Miri, qui après avoir échappé à leurs poursuivants s'échouent sur une planète interdite. Les planètes interdites sont des planètes qui n'ont pas voulu faire parti du monde galactique et qui laissent leurs habitants sans aucune idée de ce qu'il se passe en dehors de leur terre ferme. Pendant ce temps Edger, leur frère adoptif et ami, Shan, le cousin de Val Con et Priscilla sa compagne ainsi que les autres membres de leur famille partent à leur recherche.
Mais le département de l'intérieur donc Val Con était un agent est bien décidé de les retrouver en premier, car un agent ne quitte jamais le service, ou alors les pieds en avant ...

En fait le monde dans lequel Miri et Val Con atterrissent est un monde bloqué dans une technologie qui rappelle le début du 20ième siècle. Il y a déjà le téléphone, la radio et quelques rares voitures mais guère plus.
Les deux se retrouve hébergés par une veuve qui les loge et les nourri en échange du travail dans sa ferme. Au début ils n'ont pas vraiment de plan, ils savent qu'ils ne peuvent pas repartir pour l'instant avec leurs moyens et pensent même un instant rester sur place pour le reste de leurs jours. Mais évidemment avec toutes les personnes sur leurs traces, les opportunités vont bien finir par frapper à leur porte.

C'était un espèce d'interlude campagnard pour les deux en quelque sorte, une façon aussi de se poser un peu pour analyser ce qu'est leur vie et ce qu'ils peuvent devenir.

C'est les passages avec lesquels j'ai eu le plus de mal. Mais bizarrement je n'ai pas particulièrement trouvé ça long comme on pourrait peut être l'imaginer. En fait j'ai plus été embêté une nouvelle fois avec le langage des personnages et leurs façons de parler bien spécifique. Entre Val Con et les Liaden qui ont un phrasé ampoulé, les Clutch (dont Edger fait parti) avec leurs phrases à rallonge et Miri avec ses apostrophes de partout car elle mange ses mots, ce n'était vraiment pas évident à nouveau.
Non pas que j'ai particulièrement de grosses difficultés en général mais ça demandait quand même une concentration particulière et des fois des relectures de passages pour bien les assimiler qui me faisaient sortir du récit.

De leur coté Shan et Priscilla ont aussi leurs soucis. De peur de la réaction de leur chef de famille Shan n'a jamais vraiment officialisé sa relation avec la jeune femme, et du coup il est bien embêté parce qu'on lui demande de rentrer dans un mariage temporaire politique avec une autre famille. Le but est de faire une association entre deux personnes pour "produire" un enfant qui sera des deux sangs et qui rapprochera les familles. Mais le mariage en question n'est pas fait pour durer il est dissout dés que l'enfant nait ou au bout d'une période donnée si il est stérile.

Les Liaden sont un peuple très ordonné et formel et leur vie est rythmée par toute une série d'obligations qui sont censées permettre de pérenniser leur famille sur le long terme. En fait ils ont une hiérarchie très précise et un respect des personnes plus hautes qu'eux, qui rappelle un peu les japonnais. Même leur façon de parler change en fonction de leur interlocuteur et de la hiérarchie en question.
D'ailleurs on passe pas mal de temps dans la famille Liaden de Val Con de Shan dans ce tome, justement pour nous permettre de mieux connaitre ses autres membres et notamment la chef de famille.

Heureusement pour moi dans la seconde partie du récit les choses s’accélèrent un peu, autant la vie de Val Con et Miri qui change un peu que celles des autres protagonistes. On a plus d'action, les choses bougent et surtout le département de l'intérieur va faire le premier pas d'une série qui va permettre de véritablement lancer l'intrigue principale.

Un autre point que je trouve finalement charmant même si on ne peux pas s’empêcher de le remarquer est le coté anachronique des certaines technologies. Un peu comme dans Star Wars on est sur un univers qui fait très années 70-80 malgré le fait qu'on soit très loin dans le futur.

En fait je pense qu'il y a un autre facteur qui a fait que j'ai moins aimé le début du livre et c'est justement le changement de temporalité globale. Ayant lu les deux tomes précédents qui avaient leur intrigue qui se terminait à la fin du tome, celle ci était rapide au niveau rythme et se suffisait à elle même.
Alors qu'en fait sur ce tome ce n'est plus le cas car on est sur le tout début d'une grosse intrigue qui va continuer sur les tomes suivants. Du coup oui on a un peu l'impression à certains moments que les choses n'avancent pas en comparaison. On est passé vraiment sur une intrigue plus globale qui lance l'univers et qui nous donne une petite idée de ce que pourra être la suite.

Au final je dirais que la fin à bien rattrapé le début. Et pourtant j'avoue qu'il y a des passages ou j'étais assez pessimiste et ou j'avais peur de ne pas l'aimer comme le premier tome.
Je suis bien contente de ce changement et du coup la fin m'a bien relancé dans mon envie d'en savoir plus sur cet univers, malgré les petits problèmes de langue que j'ai eu sur la première partie.

16/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/01/les-lames-du-roi-tome-1-linsigne-du.html

Un premier tome bien sympathique. Quelques lenteurs au milieu ont fait que ça ne sera pas un coup de cœur mais dans l'ensemble il était bien équilibré.

Dans ce livre nous suivons Durandal tout au long de sa vie. Il est une des Lames du Roi, un épéiste confirmé au service du roi qui est lié magiquement à la personne qu'il est censé protéger.
Il est d'ailleurs le plus prestigieux et renommé d'entre eux même car il a atteint le poste de chancelier royal, un des plus élevé à la cour .

Mais sa vie ne sera pas de tout repos. Entre les traitres qui grouillent à la cour, les voyages de plusieurs années à l'autre bout du monde et les machinations politique, toute sa vie il devra se sacrifier pour honorer son serment ...

On est ici vraiment dans un roman d'aventure de capes et d'épées avec son lot important de politique et une touche de fantasy, un duo qui marche toujours. Les tomes de cette série sont tous indépendants, et suivent des personnages différents dans un même monde.

L'élément central de ce tome est le lien qui lie une Lame à son protégé. Ce lien est inviolable et il donne à la Lame tout ce dont il a besoin pour faire son travail. Ainsi il n'a plus besoin de dormir, il ne peut plus devenir ivre et il a besoin de savoir en permanence ce que fait et ou est celui ci.
Sachant que même si ils protègent une personne particulière les Lames sont avant tout liées au Roi lui même. C'est donc une bonne façon pour celui ci de faire surveiller les personnes les plus douteuses.

C'est ainsi que Durandal passe les premières années de sa vie, assigné au frère de la maitresse royale, un moins que rien qui profite sans vergogne de tous les avantages que cela lui procure et que Durandal ne peux pas supporter ...

Dans le livre nous suivons à la fois le jeune Durandal qui avance dans sa vie, et aussi le vieux Durandal, lorsqu'il fini sa carrière de politicien. En fait nous les suivons en parallèle jusqu’à ce que les 2 temporalités se rejoignent et que les 2 intriguent finissent par n'en faire plus qu'une. Et j'ai bien aimé ce principe, car finalement nous passons autant de temps avec le vieil homme qu'avec le jeune. Et d'ailleurs la partie la plus importante de l'intrigue se passe bien sur quand il est âgé.

J'ai trouvé Durandal sympathique et équilibré même si au premier abord il me semblait un peu passe partout. On a un nombre de personnages qui gravitent autours de lui très important et il n'y en a pas vraiment qui sont plus développés que d'autres en dehors du Roi lui même, avec qui Durandal développe une amitié qui va durer longtemps, et de l'adversaire de toujours de Durandal, Kromman. Que ça soit les autres Lames, les nobles, sa femme et les autres institutions du royaume, il a vraiment une image assez centrale de tout ce qui s'y passe.
Le système magique n'est pas vraiment expliqué, mais nous savons qu'il utilise des cercles magiques et des éléments et qu'il peut être utilisé de façon bénéfique ou pas.
Quand au background on est clairement dans l'Europe du 16ième-17ième. Rien de terriblement original tellement tout ça nous rappelle un coté mousquetaire (bien sur aidé par l'illustration de couverture).

J'ai trouvé quelques longueurs au récit, surtout dans la première partie. Mais je dois avouer que ça ne m'a pas plus dérangé que ça, c'était surtout du à mon impatience de savoir enfin ce que voulait bien dire la partie de l'intrigue qui implique le Durandal âgé.

Sur l'ensemble on a un roman solide et distrayant. Le style est fluide et rapide à lire. Les personnages sont intéressants à suivre et variés et l'intrigue pleine de mystère et d'aventure. Pour moi le contrat est rempli, en fait ce roman était exactement ce que j'en attendais, ni plus ni moins. Je suis suffisamment intriguée pour avoir envie d'en savoir plus sur ce monde et suivre d'autres personnages.

16/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/01/frontlines-book-1-terms-of-enlistment.html

Un premier tome vraiment très classique mais très solide qui donne vraiment envie d'en lire plus sur les aventures du héros !

Quand on est né, comme Andrew Grayson, dans les banlieues surpeuplées d'une des mégalopoles du North American Commonwealth ou le taux de chômage avoisine les 100% et ou tout le monde ne vit que de petits trafics et aux frais de l'état, on n'a que deux façon de s'en sortir et de faire quelque chose de sa vie.
La première est de gagner la loterie et de remporter un des rares tickets avec pour destination une des nouvelles planètes à peine terraformées, la seconde de s'engager dans l'armée.

N'ayant aucun espoir de gagner un jour, Andrew choisi la seconde. Quel plaisir de gouter enfin à de la vrai nourriture, d'être quasiment assuré de toucher une retraite et avec un peu de chance avoir un ticket pour quitter cette bonne vieille terre étouffante.
Mais Andrew va vite comprendre que tout ces bonus ne sont pas la juste pour lui faire plaisir et que le danger dans la galaxie est bien plus importants que les gangs des rues ...

J'ai vraiment bien accroché à cette lecture. On est dans un récit ou finalement le chemin est plus important que la destination. Et quel chemin ...

Dans un futur proche, la terre (et notamment l'Amérique du nord) est devenu un monde quasiment dystopique, avec des mégalopoles gigantesques ou les habitants se superposent dans des barres d'immeubles de + de 50 étages en béton, alignées et identiques. Les gangs et les trafiquants font la loi et il n'est pas sage de sortir sans une arme. Chaque habitant reçoit chaque jour sa dose de 2000 calorie faite d'une pâte sans gout uniquement la pour combler ses besoins les plus essentiels.
Pas franchement le monde dans lequel on a envie de vivre, C'est sinistre et limite de quoi faire déprimer.

Pour le coté militaire Andrew espérait être enfin débarrassé de la terre une fois pour toute et obtenir une place dans la marine spatiale. Mais en fait non, après un camp d'entrainement qui tiens plus de la torture pour certaines personnes non entrainées, il obtient une place dans l'armée terrestre, les forces terrestres d'intervention. Le voila désormais à devoir faire face à des révoltes populaires, à surveiller les même barres d’immeubles qu'il voulait tant quitter dans un endroit qui n'a de différent que le nom.
Mais tout n'est pas si noir, son équipe et les relations qu'il tisse le renforce et il découvre enfin l'amitié et la cohésion de groupe.

Le coté humain finalement est un des plus important dans ce tome. Andrew rencontre Halley dans le camp d'entrainement, qui est son binôme et elle est tellement douée. Les deux se retrouvent séparés car Halley obtient son billet pour l'espace mais ils continuent à entretenir une relation à distance.
L'équipe de Andrew dans les forces terrestres est aussi vraiment attachante. On n'a pas vraiment le temps de tous les connaitre en détails mais on voit bien qu'ils forment une équipe soudée et qui prend soin des siens.

On est vraiment dans un page turner, on se prend vraiment au jeu de suivre Andrew et de voir son évolution. Le rythme est bien équilibré et on n'a pas le temps de s'ennuyer. La vie d'Andrew n'est vraiment pas de tout repos et les missions s'enchainent et ne se ressemblent pas.

En fait bien qu'il n'y a pas grand chose à en dire de plus j'ai trouvé que l'ensemble était vraiment solide. Tout faisait vrai, que ça soit l'environnement ou les dialogues. Le fait qu'Andrew soit vraiment un lambda pris dans une énorme machine militaire joue aussi dans le coté réaliste de la chose. Pour l'instant il est un peu spectateur mais on sent qu'il prend de l'assurance au fur et à mesure. Il y a beaucoup de potentiel pour le futur.

Au final je conseille cette série aux amateurs de SF militaire classique (on sent l'influence d'Heinlein) qui n'ont pas peur de lire quelque chose qui n'a rien de très original dans le genre mais qui est réaliste et bien fait.
Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde et j'en redemande !

16/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/01/city-of-stairs-de-robert-jackson-bennett.html

Après en avoir entendu parler en bien pendant des années, je mets enfin le nez dans cette série. J'ai vraiment adoré l'univers et l'intrigue même si ce n'est pas un coup de cœur pour autant.

Bulikov était la capitale du monde, la capitale des dieux. Mais un jour, il y a des années, leurs esclaves, les sans-dieux Saypuri, les ont défaits et ont prit le pouvoir sur leurs cendres.
Ce que n'avaient pas prévu les Saypuri c'est que la destruction des dieux allait entrainer bien plus que la disparition de leur magie, et en un coup faire disparaitre avec eux des milliers de personnes aux endroits ou les dieux avaient investi l'espace ...
Depuis ce massacre les Saypuri sont devenus les maitres du monde et utilisent des machines la ou les dieux faisaient des miracles. Ils ont bannis tous les objets miraculeux et toutes les références aux anciens dieux.

Mais, la révolte plane sur Bulikov, qui n'a pas du tout réussi son entrée dans la nouvelle ère et qui se lamente encore sur son glorieux passé. Lors qu'un professeur renommé, envoyé sur place pour étudier les anciens dieux et leurs artefacts, est assassiné, c'est Shara qui est envoyée pour trouver le coupable.

Le gros point fort de ce livre est son background. Il est tellement foisonnant et riche que je dois vraiment me retenir de tout vous raconter sans m'arrêter (et il y a tellement de détails que ça pourrait prendre des heures).
Au final, plus que "qui a tué le professeur?", la vrai question qu'on se pose tout au long du livre est plus "que c'est-il vraiment passé à Bulikov ?" ou "Les dieux sont-ils vraiment morts ?". Et j'ai trouvé tout ça vraiment fascinant.

Explorer le passé et le présent de la cité a été pour moi un vrai plaisir. En fait je trouve plein de points communs entre ce livre est les Craft Sequence (que j'adore): que ça soit le fait qu'on est sur une enquête qui met en scène des éléments "Divin" ou le fait qu'on inclus des personnages divers et les thèmes associés ou encore le fait de confronter le coté magique avec la science.
Au final j'ai trouvé qu'on était vraiment dans le même type de récit même si en fait l'effet global est vraiment différent.

Un des gros aspects qui revient ici est aussi le coté géopolitique entre le continent (et Bulikov) et l'ile de Saypur. Finalement en fait, si Saypur est très présent dans la vie des habitant de Bulikov, ils ne dirigent pas vraiment la ville. Ils ont juste un gouverneur et un ambassadeur mais la majorité des décisions sont prises en politique locale. Et c'est vraiment très tendu entre les deux vu la situation globale. Il y a aussi un gros problème de racisme évident entre les deux peuples qui n'arrivent pas à trouver leur place.

Les personnages ne sont pas en reste. Shara est à la fois un personnage classique mais qui arrive tout de même a sortir du moule. Elle est une descendante du Raj qui a été le conquérant des dieux, le général inventeur de l'arme qui a réussi à les tuer et elle travaille en fait pour le ministère des affaires étrangères de Saypur. Elle est une sorte d’enquêtrice/espionne pour son peuple et du coup elle passe son temps à l'étranger pour le défendre. Ici elle a fort à faire car si elle est toujours très partisane elle n'est pas non plus au point de ne pas comprendre ce qui ne va pas dans sa politique. On la sent partagée sur sa mission, elle est très humaine. Elle doit aussi cacher son identité car elle se doute bien que si les habitants savaient qu'une descendante de l'homme qui a tué leurs dieux était dans la ville, tout exploserait.
D'autant plus qu'elle commence à comprendre qu'on essaye de l’empêcher de retourner chez elle pour des raisons politique et elle cherche donc aussi à savoir pourquoi.

Elle est accompagnée de Sigurd qui est son assistant. Géant nordique de peu de mot il est vraiment son atout caché car si au premier regard on pourrait penser qu'il n'est que muscle sans cervelle, ce n'est pas du tout vrai. Il a lui aussi un vrai background qu'on explore un peu durant ce tome mais qui a mon avis avancera encore dans les suivants. J'ai beaucoup aimé ce personnage même si il reste très mystérieux.

Il y a bien sur de nombreux autres personnages importants mais j'ai l'impression de trop vous en dire déjà et donc je vais m'arrêter la et vous laisser le plaisir de la découverte.

Nous arrivons enfin au moment ou vous vous posez la question : mais pourquoi malgré toutes ces éloges ce livre n'est-il pas un coup de cœur?
Et bien en fait parce qu'en dehors des secrets du background qui eux m'ont surprise et vraiment interpellés, j'avais deviné depuis longtemps qui était le coupable du meurtre qui est censé être au centre de l'intrigue. C'était cousu de fil blanc pour moi et du coup je râlais un peu du fait que Shara ne semblait pas s'en rendre compte.

Après je comprends bien que ce meurtre n'était qu'une excuse pour nous faire découvrir la ville et le monde et faire évoluer l'intrigue générale de la trilogie qui n'a l'air d'en être qu'a ses tout débuts ici, mais il n’empêche que ça m'a un peu déçue.

Au final nous avons un monde extrêmement riche et complexe, regorgeant de thèmes passionnants. La partie enquête pure a beau être une déception pour moi il n’empêche que j'ai vraiment apprécié de découvrir le tout et tout ces secrets cachés. Le tout est servi par des personnages intéressants et complexes que j'aurais plaisir à retrouver dans les deux tomes suivants.

16/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2018/01/immortal-vegas-tomes-05-1-et-2-de-jenn.html

Généralités sur la série :

Sara Wilde est une cartomancienne. Elle n'utilise pas son pouvoir pour arnaquer des clients, mais pour trouver des artefacts.
Car pour elle les cartes indiquent toujours la vérité et elle est la championne pour les comprendre et aller droit au but avant tout le monde.

Dans ce monde les utilisateurs de magie sont appelés les Connectés. Ils sont éparpillés dans le monde car des connectés peuvent tout à fait naitre dans des familles d'humains normaux. Il n'y a pas de créatures fantastique dans le monde (ou si il y en a on n'en a pas encore rencontré).
Il n'y a pas d'organisations centralisée ou de police pour les connectés, c'est un peu la loi du plus puissant tant qu'ils ne se font pas prendre par la justice des humains.
Alors Sara a décidé que son but à elle c'était d'aider les connectés sans pouvoirs réels, sans connections. Elle sauve notamment des enfants car il sévit à l'heure actuelle des groupes de chasseurs dont la principale activité est de retrouver et capturer les enfants connectés non révélés pour les vendre au plus offrant. Souvent en petit morceaux car les organes d'un jeune connectés sont les objets les plus puissants pouvant être utilisés dans des cérémonies de magie noire...

Il existe aussi une organisation liée à l'église catholique qui massacre les connectés pour le seul fait d'exister car la magie est forcement mauvaise pour eux.

Mais il existe tout de même un conseil dont le seul but est de veiller à l'équilibre du magique du monde. Ils n'interviennent que si visiblement un des deux cotés prend le dessus sur l'autre et que le monde sombre trop dans le chaos ou dans l'ordre.
Chaque membre du conseil prend le forme d'un avatar d'une des carte du Tarot. Ainsi à leur tête est le magicien. Son fonctionnement sera révélé au fur et à mesure donc je n'en dit pas trop ici.


Tome 2 : Wilde Card :

Je ne sais pas ci c'est lié au fait que je les ai enchaînés (même si il c'est passé plus d'un jour entre les 2 finalement vu mes temps de trajets) mais j'ai bien moins apprécié ce second tome.

C'est surtout du au fait qu'ici il n'y avait pas vraiment d'intrigue. Il se passe plein d’événements ponctuels mais on ne peux pas dire au milieux dans quel sens va l'histoire.
Du coup j'avais un peu l'impression de ne pas comprendre ou on allait et de toujours me demander : "mais elle a commencé l'histoire ici ou toujours pas?" alors qu'on enchaînait les petits passages sans réels rapports les uns avec les autres.

Le changement par rapport au tome précédent est le fait que Sara commence à vraiment prendre conscience de son potentiel, et je pense que finalement plus que l'histoire c'est ce fait la qui est au centre de ce tome. Elle s'aperçoit que son donc avec les carte était aussi un don d'oracle en quelque sorte sauf qu'il est tellement puissant en elle qu'elle peut carrément s'en servir pour voyager dans ses visions si les événements ont lieux au moment ou elle les voit.

Bref, ce tome ci m'a moins convaincu, le personnage principal évolue de pion à quelque chose d'encore non défini car plus personne (et encore moins elle même) ne sait vraiment ce qu'elle est. Du coup on est plus sur un tome de transition ce qui me fait espérer que le suivant soit meilleur.

15/20
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0