Livres
418 324
Membres
332 849

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Liberté je dessine ton visage



Description ajoutée par annick69 2017-09-18T12:05:08+02:00

Résumé

Charlie est journaliste, en reportage au cœur de la Syrie.

Julie, sa compagne, est médecin urgentiste à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière.

Leur destin bascule quand Charlie est enlevé par l'Etat Islamique.

De Paris à Alep, en passant par la Turquie, des vies se croisent, se bousculent, s'abîment et ricochent comme autant d'existences projetées dans le fracas d'un monde où des hommes et des femmes ordinaires deviennent les résistants de la Liberté.

Afficher en entier

Classement en biblio - 14 lecteurs

Or
6 lecteurs
PAL
6 lecteurs

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Frany14 2018-06-13T11:32:28+02:00
Or

Lu en quelques heures se livre et un.véritable coup de coeur.Dès les premières pages je ne pouvais plus m'arrêter merci a mon amie nathalie du groupe des livres voyageurs de me l'avoir fait découvrir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ainsisoitelle 2018-05-05T16:40:14+02:00
PAL

Pour le moment je l'ai délaissé. J'avoue que ma sensibilité n'a pas résisté. Je compte le reprendre, pour le moment impossible......

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LePhareLitteraire 2018-04-17T18:54:50+02:00
Or

CHRONIQUE DE NADINE :

Titre : LIBERTÉ JE DESSINE TON VISAGE

Auteur : Olivier Tarassot

Parution : 26/09/2017 – Auto-Édition

392 pages.

Lu en 6 heures, mis autant de temps à faire le commentaire tellement de mots, de phrases et de sensations se sont bousculés dans ma tête pendant et après la lecture. Tellement j'ai trouvé ce roman exceptionnel.

Je ne sais pas par où commencer. Bon je me lance :

Dès la 1ère page, on est embarqué de suite dans le vif du sujet. Un sujet brûlant, malheureusement contemporain, mais un regard différent de l’auteur sur ce sujet.

Quatre personnages principaux :

Charlie :

Ce personnage est à lui seul un symbole, il est journaliste de guerre. Charlie représente, rien que par son prénom, la liberté d'expression.

Julie :

La compagne de Charlie qui est médecin urgentiste.

Lola :

Une ado comme tant d'autres sauf que...

Simon :

Père de Lola, qui aime sa fille et prêt à tout pour elle.

Quatre histoires, quatre destins, un seul point commun, la recherche de soi, d’amour et de liberté...

Ce roman est un chef-d’œuvre de réalisme. Un hymne, une ode à l’amour, la liberté, l’espoir et la tolérance.

Un livre poignant, écrit non pas avec les tripes, mais avec le cœur et un regard différent que l’on devrait tous avoir.

Olivier a une qualité d’écriture exceptionnelle pour un premier roman, digne des plus grands.

Je sentais la peur suinter (sur la peau des personnages et la mienne). Des frissons m’ont parcouru tout au long de la lecture.

On ressent la douleur, l’angoisse, la peur, la tristesse et l’espoir des personnages.

Tout est parfait dans ce roman, jusqu'à la couverture qui m'a envoûtée. Et à la fin du livre, je m’aperçois que l’illustration de couverture a été créée par Matthieu Biasotto, je comprends mieux maintenant pourquoi, elle est sublime.

Et je voulais aussi remercier chaleureusement Laurent Fabre, qui par son commentaire m’a donné l’envie de le lire.

Je pourrais écrire encore des pages et des pages. Mais je vous dis seulement, lisez-le et/ou offrez-le.

Résumé :

Charlie est journaliste, en reportage au cœur de la Syrie. Julie, sa compagne, est urgentiste à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière. Leur destin bascule quand Charlie est enlevé par l’État Islamique. De Paris à Alep, en passant par la Turquie, des vies se croisent, se bousculent, s'abîment et ricochent comme autant d'existences projetées dans le fracas d'un monde où des hommes et des femmes ordinaires deviennent les résistants de la Liberté.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par atraverslesmots1 2018-03-06T17:47:00+01:00
Diamant

Dans ce roman nous allons suivre Charlie ,Julie ,Lola et Simon.

Charlie est un reporter de Guerre ,il sera fait prisonnier en Syrie avec son ami Pablo ils vivront les mauvais traitements , les tortures ,la faim … toutes l’horreur que connaissent les otages.

Julie est urgentiste à Paris et elle est la compagne de Charlie elle devra vivre avec l’absence de celui qu’elle aime,la peur de ne jamais le revoir et le deuil….

Lola est une jeune fille de 17 ans qui par amour partira en Syrie elle pensera suivre celui dont elle est tombé amoureuse pour effectuer un stage humanitaire ce qui n’est bien évidemment pas le cas .

Simon lui est le papa de Lola ,il fera tout ce qu’il peut pour retrouver et ramener sa fille auprès de lui.

WHAOU ,l’auteur nous offre ici son premier roman et c’est un travail de maître Olivier Tarassot n’a rien à envier aux plus grands car ce roman est un vrai chez d’ oeuvre.

On est embarqué dans le vif du sujet dès la première page.On ressent bien les émotions des personnages,leurs peurs,leurs tristesses,leurs angoisses mais aussi l’amour qu’ils éprouvent,leurs sentiments.

Ce roman est très bien écrit,la plume de l’auteur est fluide,addictive et agréable à lire.J’ai apprécié le fait que ce roman soit à 4 voix et que chaques personnages prennent la parole cela nous permet de vivre leur quotidien mais aussi de nous livrer leurs pensées.

L’auteur a fait un merveilleux travail de détails on sent bien qu’il a fait des recherches pour nous livrer ce roman qui traite d’un sujet d’actualité très sensible qui nous touche tous de près avec toute l’horreur qui l’accompagne « le terrorisme ».

Les personnages sont touchants,attachants et superbement bien décrit.

Alors je ne peux que vous conseillez de suivre ce lien pour découvrir vous aussi ce chef d’oeuvre qui ne vous laissera pas indifférent.

Ce fut pour moi une merveilleuse découverte et un auteur de talent à suivre.

Ce roman est un vrai coup de coeur et je remercie Oliver Tarassot pour sa confiance mais aussi de m’avoir permis de passer cet excellent moment lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Manou60 2018-01-24T10:09:08+01:00
Or

Je remercie chaleureusement Olivier Tarassot, l’auteur, de m’avoir confié son roman en service presse et pour sa gentillesse.

Charlie et Pablo sont journalistes de guerre, ils ont été enlevés et sont maintenus en captivité en Syrie. Julie est la compagne de Charlie. Elle est urgentiste et essaye de vivre malgré la douleur de son absence. Leur histoire mais aussi les histoires d’autres personnages vont se télescoper, se croiser, entre Paris et Alep, entre Raqqa et la Turquie où chacun devient un résistant de la Liberté.

Je dois avouer que j’avais une certaine appréhension à débuter ce roman, le sujet étant terriblement actuel et souvent douloureux j’avais un peu peur de la façon dont l’auteur allait le traiter. Et c’est non seulement une magnifique découverte mais également un roman qui va laisser des traces pendant longtemps.

Ici, se croisent quatre personnages principaux : Charlie et Julie bien sur mais également Lola et Simon. Lola est une jeune femme qui suit un homme par amour, qui va embrasser sa religion, sa pensée. Simon est son père, il refuse d’admettre que sa fille est perdue et qu’il ne la reverra plus jamais vivante. Il va tenter de se battre pour la récupérer. Ces quatre personnages ont un point commun : la folie humaine. Ils sont prit dans le tourbillon qu’engendre la guerre, la peur, la mort, l’intolérance, le fanatisme. Mais à ces personnages s’ajoutent d’autres protagonistes.. Parfois éphémères, ils sont tous d’une importance capitale dans l’histoire comme chacun l’est dans la vie. Qu’ils soient bons ou mauvais, qu’ils soient croyants, athées, fanatiques, ils font vivre ce roman, lui donne vie et surtout nous font réfléchir. Je pense notamment à Pablo ou Salahudine, à l’urgentiste du SMUR ou à la maman de Lola.

La suite de ma chronique : https://ettulisencoreemma.wordpress.com/2018/01/24/liberte-je-dessine-ton-visage-par-olivier-tarassot/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par thebest03 2018-01-14T14:42:14+01:00
Diamant

Je commence par remercier Olivier Tarassot de m’avoir accordée sa confiance en me proposant le service presse de son roman : Liberté je dessine ton visage.

Il ne faut pas se voiler la face. Avant même d’ouvrir le livre, le sujet me faisait peur. Vivant intensément mes lectures, me plonger au cœur de l’histoire d’un reporter de guerre enlevé en Syrie, d’un médecin urgentiste, du djihadisme et de l’islamisme, sont des sujets très difficiles à lire et surtout à écrire, des sujets d’actualité qui réveillent beaucoup de souffrances encore bien présentes en chacun de nous.

C’est donc dans cet état d’esprit que j’ai commencé ma lecture. Mais au fil des pages Waouh !!!

Le style fluide et précis de l’auteur, son intense travail de recherche ont fait que j’ai été littéralement envoûtée par l’histoire.

Des chapitres concis pour un roman polyphonique : 4 voix, 4 destins, 4 ressentis qui amènent le lecteur à entrer complètement dans la tête des personnages et d’éprouver leurs peurs, leurs doutes et leurs espoirs.

Une lecture addictive et malgré la complexité du sujet, l’auteur ne m’a jamais perdue. Au contraire, je me suis juste arrêtée 2 chapitres avant, pour savourer une fin qui, j’en étais persuadée, ne m’aurait pas déçue.

Une nouvelle fois, Olivier Tarassot m’a surprise avec 2 rebondissements magistraux dont je ne suis pas sortie indemne. Quelques jours après ma lecture, je suis toujours imprégnée de cette fiction, basée sur des faits réels et criant de vérité.

Il y a tellement de points positifs à aborder sur ce roman que je ne peux pas trop en parler sans spoiler.

C’est l’histoire de Charlie, journaliste de guerre, kidnappé par des djihadistes. Il laisse en France sa compagne, Julie, médecin urgentiste, soutenue par son tuteur, pour traverser cette épreuve.

Mais c’est aussi l’histoire d’une jeune adolescente, Lola, qui sans comprendre comment, se retrouvera enrôlée dans une guerre sanglante et barbare qui n’est pas la sienne, au milieu de la folie des hommes combattant au nom d’un Dieu qui, lui, n’a rien demandé. Le sentiment de colère de parents qui ne reconnaissent plus leur enfant, puis la peur, l’amour d’un père qui va, jusqu’au péril de sa vie, tout faire pour la retrouver.

Une chose est certaine, Liberté je dessine ton visage est mon coup de cœur janvier 2018 et je le recommande à tous et surtout à nos enfants : c’est un bon support d’apprentissage et de prévention.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par marie-nel 2018-01-05T10:14:56+01:00
Diamant

Je ne pensais pas, en commençant ce roman, qu'il allait être aussi addictif et qu'il m'empêcherait de dormir avant de connaître la fin. Ce qui m'a tout de suite plu, c'est le titre, dessiner le visage de la liberté, quel challenge ! La couverture m'a aussi interpellée, quand j'ai su quel artiste l'avait créée (Matthieu Biasotto), je n'ai pas été étonnée qu'elle me plaise autant. La seule chose, je dois bien l'avouer, qui me faisait tenir la distance était le résumé. J'ai déjà lu des livres et articles sur l'État Islamique, les djihadistes, on a tous en mémoire les drames des attentats, j'avais peur de me plonger dans une énième histoire trop dure à lire.

Olivier Tarassot m'a littéralement bluffée. D'une écriture limpide, précise, d'un style sans lourdeur, il m'a raconté le destin de ces personnes sans tomber dans le mélodrame, tout en finesse et justesse, en parlant de faits parfois durs et violents sans les appesantir. Tout le roman est raconté à la première personne, mais ce « je » correspond à quatre personnages bien différents. Le tour de force de ce roman est que l'auteur a pu se mettre dans la peau de ces différentes personnes, se transformer en femme, en homme, en père, en jeune fille, avec chacun leurs blessures, leurs états d'âme, leurs ressentis, et tout ceci sonne très juste.

Les principaux héros sont Julie et Charlie (coïncidence du prénom choisi ? Je n'en ai pas l'impression, vu l'histoire et quelques similitudes). Julie est urgentiste dans un hôpital à Paris, Charlie est journaliste, il est parti en reportage en Syrie où il va être enlevé par l'État Islamique. Le monde s'écroule alors pour Julie, qui part en résistance, aidée par son ami avocat Jacques. Nous suivons à la fois ce que vit Charlie, ses conditions de détention, la peur, les transferts de camp, sa lutte pour ne pas sombrer, et ce que vit Julie en France, sa dépression, son combat pour Charlie, mais le connait-elle vraiment ? Elle apprend des informations sur lui qui la troublent.

Dans un second temps, nous rencontrons Lola, jeune fille Française, lycéenne, elle rencontre un jeune homme qui lui parle d'amour, d'engagement, qui lui dit les mots que toute jeune fille de son âge aime entendre. Elle se laisse petit à petit embrigader sans le savoir, regarde des vidéos sur les réseaux sociaux, et part rejoindre son amoureux en Syrie. Son père, Simon, va devoir accuser le choc, et va ensuite partir sur les traces de sa fille pour la retrouver et la ramener en France. Un concours de circonstances va faire que ces quatre personnes vont rentrer en contact, toutes touchées par le même fléau qu'est cette guerre de religion. Chacun va aider l'autre, se soutenir, et se lier.

Je suis passée par toutes les émotions possibles, la peur, la joie, l'espoir, la tristesse, l'amour, l'amitié, mais jamais de haine. L'auteur a su ne pas prendre partie, à rester neutre, il aurait pu tomber dans ce piège, mais ne l'a pas fait, et c'est tout à son honneur. La lecture est accrocheuse, les chapitres alternent entre les personnages, certains se coupent alors qu'une action importante est menée, ce qui pousse à aller plus vite pour savoir. C'est vraiment bien construit pour tenir le lecteur en haleine jusqu'à la fin, qui pour elle aussi, l'auteur n'a pas versé dans le happy end ou le drame. C'est un final à la hauteur de l'histoire. À souligner également, le travail de recherche qu'a dû effectuer l'auteur pour donner à son histoire encore plus de réalisme.

Je ne regrette vraiment pas d'avoir ouvert ce roman, c'est un formidable message d'espoir, d'amour et de liberté sous toutes ses formes. Je ne suis pas prête d'oublier Julie, Charlie, Lola, Simon et Jacques, tous marquants, tous poignants et tous avec le même amour de la liberté. Alors oui, Olivier Tarassot a donné à la liberté des physionomies différentes, mais qu'elles sont belles.

Je lis des romans édités et auto-édités, certains ont des a priori sur ces derniers, moi je trouve que l'on peut tomber sur de vraies perles, autant que dans une maison d'édition. Ce roman est une perle, il mériterait sa place dans une grande maison d'édition.

C'est mon premier coup de cœur de cette nouvelle année. Je vous invite vraiment à découvrir et à plonger dans ce premier roman qui est un coup de maitre, une réussite totale pour moi. Je remercie Olivier Tarassot de m'avoir fait vivre autant d'émotions et m'avoir fait réaliser encore plus que la liberté est belle et qu'elle a un prix, même si je le savais déjà...il est toujours bon de faire une piqûre de rappel...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Capucine21 2017-12-03T18:02:27+01:00
Or

Après un début de lecture pénible et déstabilisant, je dois dire que je me suis laissée happer par l'histoire, ou plutôt les histoires. Ce qui m'a décidé : la rencontre de Simon et Lola. Beaucoup de critiques ne retiennent que le récit de Charlie, journaliste retenu en otage par un groupe armé. Mais pour ma part, c'est l'histoire de Lola qui m'a accaparée. Cela vient peut être du fait que j'ai une fille de 17 ans et que Lola, cela pourrait être elle enfin de compte. J'ai admiré le courage de Simon, son père : partir en Syrie, au péril de sa vie, afin de ramener sa fille. Ce récit à deux voix m'a bouleversée et franchement je me suis clairement posée la question : aurais je le même courage si c'était ma fille qui s'était retrouvée embrigadée par ces êtres sans foi ni loi.

Mais ne négligeons pas les autres récits. Charlie et Pablo, prisonniers, malmenés par un groupe armé aux portes du désert. Ils doivent résister aux tortures, aux mauvais traitements, à la faim, à l'angoisse, à la mort qui plane... Julie, la compagne de Charlie qui doit, pour sa part, résister au manque, à l'absence de l'être aimé, qui doit résister à la volonté des "amis" de commencer leur deuil alors que Charlie n'est déclaré que disparu... Et puis il y a Salahudine, le méchant. Un jeune qui ne voyant aucune opportunité pour lui en France rejoint les rangs de Daesh et part au combat. Comment rester insensible à cette détresse même si, pour ma part, je n'excuse en aucune façon cette barbarie immonde et gratuite.

Mais surtout, il y a Simon, ce père qui n'a pas vu et n'a pu empêcher la fuite de sa fille pour un pays qui lui a fait perdre toutes ses illusions, ses rêves. Lola, encore enfant mais devenue femme avant même de poser les pieds sur cette terre où elle devenue... rien. Elle a tout perdu : son enfance, son innocence, sa vie, ses rêves. Elle se retrouve enfermée sous un voile intégral, à regarder le monde à travers un grillage. Son seul espoir : son père qui ne peut et ne veut l’abandonner.

Merci de ce vibrant hommage à ces parents courages qui n'hésitent pas à affronter bien des épreuves pour retrouver leur enfant et le ramener de l'enfer.

Ce sont des récits simples mais tellement d'actualité. Une écriture fluide, claire et sans concession ni apitoiement. Que ce soit du côté des gentils comme des méchants, chacun a son chemin, ses idéaux et pourtant, l'humanité de chacun est là, à fleur de peau et n'attend qu'un signe pour éclore. Ce livre permet de remettre chacun à sa place et de souligner le courage de chacun.

Malgré les sujets difficiles abordés cela reste une lecture agréable, sans voyeurisme mais avec beaucoup d'humanité et de sensibilité.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Laetitia-Renaud 2017-10-04T14:15:30+02:00
Diamant

L’auteur rentre directement dans la cour des grand avec ce premier livre. Autant vous prévenir, il envoie du lourd. Olivier a choisi de traiter un sujet qui n’est que trop actuel: l’état islamiste et ses ravages.

Le choix du premier personnage est à lui seul un symbole fort, il s’appelle Charlie, il est journaliste, grand reporter de guerre. Le symbole de la liberté d’expression, mais aussi de la Liberté tout court. Ce nom Charlie est resté dans la conscience collective comme telle depuis les attentats, et qui mieux que ce nom peut représenter cette Liberté à nos yeux.

Nous vivons tous en ce moment un sentiment de terreur face à ces agissements, pourtant la plupart d’entre nous n’avons pas été touchés personnellement par ces tragédies. L’auteur a choisi de mettre en scène des personnages touchés au premier plan, touché de plein fouet, que ce soit par leur choix de vie, leur métier ou la relation avec un proche. L’auteur décide de nous faire vivre leur ressenti à eux, leur angoisse, leur peur, mais aussi leur espoir et leur soif de liberté, leur soif d’un monde meilleur.

Nous suivront donc quatres personnes, chacune va avoir son lot d’épreuves à surmonter, chacun verra son destin basculer.

Charlie: personnage principal, grand reporter de guerre parti enquêter sur le terrain avec l’idée de revenir avec le scoop: une interview de l’ennemi mondial numéro 1, le chef de l’état islamique. Il est parti mais ne sait pas s’il y aura un retour.

Julie, sa femme, restée en France. Elle est médecin urgentiste et passe chaque jour dans l’attente de nouvelles de son compagnon.

Lola, jeune adolescente de 17 ans qui est tombée amoureuse de la mauvaise personne. Endoctrinée à son insu, partie en Syrie pour un stage humanitaire et retrouver son petit ami qui lui a promis monts et merveilles.

Simon, le père de Lola, qui ne comprend pas comment il n’a pas pu voir le changement chez sa fille, l’adolescence pouvant cacher certaines facette beaucoup plus grave. Il essayera coût que coûte de retrouver sa fille pour la ramener près de lui.

Quatre personnes, quatre histoires, quatre destin, mais qu’une seule force: la soif de défendre la liberté.

Par ce livre l’auteur rend hommage à tous ceus ces gens qui partent là-bas et qui ne reviendront jamais: journalistes, militaire, médecin, mais aussi aux familles restées sur place dans l’attente du retour de leur proche, dans l’espoir de revoir leur enfant parti pour de mauvaises raisons.

Ce roman est un véritable hymne à l’amour, à la liberté mais aussi à la tolérance.L’auteur nous alarme sur la dangerosité des amalgames trop vite faits. Il marque bien la différence entre les djihadistes qui s’appropprient l’Islam et le déforme à leur convenance au détriment du réel musulman. Que ce soit dans l’Islam, le Judaisme ou le Catholicisme Dieu n’est qu’amour et tolérance. Leur Dieu à eux n’est que haine et destruction.

L’auteur nous met en garde également sur l’influence des réseaux sociaux, il est tellement facile à nos jeunes de se rendre dessus; Ce sont des proies facile pour la propagande, nos ado sont déjà en pleine révolte contre le monde des adultes. Ils sont sensibles et dans une périodes fragiles quoi de mieux pour implanter de nouvelles idées dans leur petites têtes blondes.

L’auteur nous offre un livre poignant, dont les émotions nous sautent à la gorge. Une fois ouvert, les pages se tournent toutes seules, il est difficile de le refermer. Je vous encourage fortement à lire ce livre. Personnellement, ce fut un énorme coup de coeur!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par DamienGruson 2017-10-02T14:36:10+02:00
Or

Le thème abordé dans ce livre : la liberté d’expression n’est pas un sujet facile, surtout dans un contexte politique international compliqué, avec des événements dramatiques que l’Europe connait depuis quelques années, et plus récemment encore, notre pays, et les attentats encore dans les esprits de tous.

Mais pour être honnête, en lisant ce livre, ce n’est pas le combat contre l’islamisme radical, le terrorisme qui a retenu mon attention. Non, ce qui m’a plu dans le livre, c’est autre chose. Un sujet en toile de fond, guidé par une jolie plume et un style soigné : « l’amour ». Cette valeur sûre qui conditionne notre humanité depuis toujours, souvent bafouée, mais tellement essentielle.

L’amour, celui qui nous pousse à faire des choix, à dépasser nos limites, à nous mettre en danger pour l’autre, mais aussi celui qui parfois nous oblige à garder le silence pour préserver l’autre, qui nous rappelle que le manque crée le besoin, que la distance ne peut pas séparer deux âmes qui s’aime. Que toutes les douleurs ne peuvent entamer cette montagne de sentiments.

C’est quand les gens ne sont plus là qu’on se rend compte qu’on tient à eux. Cette phrase me revient souvent en tête comme pour me rappeler qu’on passe trop souvent à côté de l’essentiel.

Quels que soient les moyens pour y parvenir, les preuves d’aimer ne manquent pas, elles ne doivent jamais manquer.

Dans ce livre, on va suivre Charlie, journaliste engagé, spécialiste du Moyen-Orient et qui consacre sa vie à la liberté d’expression, la liberté de pouvoir tout dire en toute circonstance, de faire tomber les barrières entre ce qui se passe dans le monde et ce qu’on nous rapporte réellement. Oui, c’est son combat au quotidien, mais comme tous les combats, le sien a un prix, celui de mettre sa vie personnelle en péril.

Julie, partage la vie de Charlie depuis plusieurs années, elle respecte son travail et accepte les risques qu’il encourt à chaque voyage. Elle supporte aussi son caractère souvent mystérieux, mais l’amour balaie autant les doutes que les certitudes, surtout dans des situations aussi extrêmes.

Julie a aussi choisi une cause juste pour son travail, elle est médecin urgentiste à la Salpêtrière de Paris, une vocation plus qu’un métier. Elle a besoin de cela pour se sentir exister, et aussi pour équilibrer la balance avec Charlie.

Ensemble, ils forment un couple que l’amour porte très haut, mais voilà, dans tout équilibre, à un moment donné, il y a une faille.

Charlie file en Syrie pour un reportage avec son ami Pablo et tout ne va pas se passer comme prévu. Ils sont pris en otage par l’Etat Islamique et c’est le début d’une course contre la montre pour les deux compères, mais aussi pour Julie qui comprend rapidement que la situation est grave.

Julie, effondrée, va survivre à cette annonce, car elle est persuadée que son amour pour Charlie sera plus fort que tout et contribuera même à le faire revenir.

L’auteur va faire correspondre Charlie et Julie, pour que l’un et l’autre puissent garder espoir en l’humanité, en l’amour aussi, mais également pour témoigner de leur combat pour respecter leurs valeurs, et rester « libres ».

Vous allez donc suivre cette aventure tantôt à travers les yeux de Charlie, tantôt ceux de Julie.

La plume d’Oliver va nous faire vivre cette histoire en passant par des émotions diverses, on éprouve de l’empathie, de l’amour, de la tristesse, de la colère, de l’indignation et bien d’autres encore. La palette de sentiments offerte dépendra aussi de votre capacité à vivre ces destins croisés.

Pourquoi je parle de destins croisés ? Car en plus de suivre l’histoire à distance de Julie et Charlie, nous allons également accompagner Lola et son père dans une aventure que l’on ne souhaite à aucun parent, mais je vous laisse découvrir tout cela avec les mots et la sensibilité de l’auteur.

Comme je le disais plus haut, dans ce livre, le côté « Etat Islamique » n’a pas retenu toute mon attention. Certes, la tension et les conflits sont présents, mais, ce qui m’a touché, c’est d’un côté cette histoire d’amour censée être facile et qui pourtant est rendue si compliquée entre un homme et une femme qui campent sur leurs idéaux, avec des caractères affirmés luttant pour une cause juste : la liberté.

Une liberté, il ne faut laisser personne nous l’enlever, personne nous en priver.

Et de l’autre, une relation parents/enfants, avec une communication souvent rendue compliquée, de non-dits aux sentiments pudiques, à des conflits de générations qui peinent à trouver leur place dans une société manipulée. On s’aime comme on se déchire.

La rencontre avec d’autres personnages va alimenter les débats avec intelligence et offrir des rebondissements intéressants.

Olivier avec son style, sa sensibilité, son histoire et ses personnages nous offre un avant-goût (parfois amer) de cette vision de la liberté sans pour autant tomber dans les clichés habituels, en étant capables de faire la part des choses entre ses convictions personnelles et l’histoire romancée de son livre, le tout avec un angle intéressant, engagé et précis.

Je suis habitué aux romans noirs, aux thrillers, policiers. Cette lecture à la base ne s’inscrit pas vraiment dans mes goûts, mais je dois avouer que ce texte est plein de bon sens et de justesse. C’est vraiment très bien écrit et on sent au fil des pages, la passion et la détermination des pensées que l’auteur a voulu faire passer.

Je vous invite, comme moi, à découvrir cet auteur, et je l’invite au passage à se remettre à l’écriture dès que possible

Afficher en entier

Date de sortie

Liberté je dessine ton visage

  • France : 2017-10-01 - Poche (Français)

Activité récente

Frany14 l'ajoute dans sa biblio or
2018-06-13T11:30:01+02:00

Les chiffres

Lecteurs 14
Commentaires 11
Extraits 0
Evaluations 9
Note globale 9.67 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode