Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Libertee : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Cité des Ténèbres - Les Origines, Tome 3 : La Princesse mécanique La Cité des Ténèbres - Les Origines, Tome 3 : La Princesse mécanique
Cassandra Clare   
Geez, best book ever !!!
Je regrette qu'on ne puisse pas mettre une note de onze aux personnages, parce que c'est le grand point fort du bouquin.
J'adore la façon dont il est si intensément relié aux Mortal Instruments, et au présent de Jace et Clary, par des allusions aux allures de private jokes, tantôt drôles, tantôt émouvantes, et juste surexcitantes pour les fans comme moi. Les noms de famille, la couleur de leurs cheveux, aussi, qui se répercute de génération en génération, de façon suffisamment marquante pour faire sourire tous les aficionados, les détails, tels que le pendentif rouge, dont je me demandais justement d'où il venait, et puis, bien sûr, LE lien entre les deux séries, qui était déjà annoncé en quelque sorte dans City of Lost Souls, que tout le monde avait déjà plus ou moins deviné, mais qui pose un nouveau mystère dans l'épilogue de Clockwork Princess, un mystère qui fait monter mon impatience de trois crans.
[spoiler]Tout le monde se doutait déjà que Brother Zachariah était Jem, mais QUI a découvert le remède, et COMMENT ? J'aurais parié sur Jace et son feu divin, mais Clary et ses runes ont une chance aussi… ou quelque chose de plus général ? Toujours est-il que quand on relit les passages où le Frère Zachariah a la parole dans City of Lost Souls, tout s'éclaire[/spoiler]
Néanmoins, là où beaucoup ont critiqué l'auteur pour avoir fait un "remake" des Mortal Instruments, je dois les détromper. J'étais de cet avis au tout début, mais en lisant le tome 3, il devient évident que… les personnages ne pourraient pas être plus différents. Relire City of Lost Souls m'a d'ailleurs filé un mal de crâne lorsque j'essayais de relier les deux entre eux.
Dans les Mortal Instruments, les personnages sont plus indépendants, et l'amour entre eux, plus égoïste. Dans les Infernal Devices, tout est dans l'altruisme, le sentiment familial, la profondeur de leur (res)sentiments, de leur douleur, de leur amitié… bien sûr, c'est quelque part aux dépends du Big méchant, mais on pardonne, parce que ça sonne tellement vrai… Et la fin est d'une beauté ! (enfin, quand je parle de la fin, je parle de l'épilogue en entier, avec ce qu'elle nous apprend sur ce qui s'est passé, sur ce qui se passera dans City of Heavenly Fire…)
Vraiment, la profondeur des personnages est impressionnante. Ils ont un véritable relief. Revoir le personnage de Magnus lui rajoute vraiment de la consistance dans les Mortal Instruments, ce qui rejaillit sur les autres personnages. D'autant que maintenant, on connaît une partie de son histoire. On sait ce qu'il ressent lorsque Alec lui parle de Will, la boîte de Woolsey Scott prend une autre dimension…
Je sais que je déborde sur le commentaire de la Cité des Ténèbres, mais il est impossible de commenter l'un sans l'autre. Ils sont aussi différents qu'ils sont complémentaires.
De la romance, de l'humour comme s'il en pleuvait, et beaucoup, beaucoup de serrements de cœur (jamais je n'avais éprouvé autant de compassion, d'affection, de compréhension envers des personnages)… Et toujours l'univers sombre, gracieux et incroyable des Shadowhunters.
Je suppose que si vous êtes là c'est parce que vous êtes déjà au courant que ce livre est une pure merveille, un véritable trésor. Sinon, eh bien reprenez au départ. Tome 1, City of Bones. Si si. On l'apprécie d'autant plus que l'on se sent impliqué dans l'univers, qu'on le connaît dans ses détails, que l'on comprend les allusions.
La Couleur des sentiments La Couleur des sentiments
Kathryn Stockett   
Un superbe roman très touchant qui nous dépeint avec un certain réalisme les conditions des personnes noirs en Amérique durant les années 60 . Vraiment une très belle histoire entre Trois femmes qui se dressent contre les lois raciales au péril de leur vie . j'ai beaucoup aimé ce romant que j'ai trouvé émouvant . Je le conseille vivement !

par Ocasam
Le dernier amour d'Arsène Lupin Le dernier amour d'Arsène Lupin
Maurice Leblanc   
Je me suis plongée cet été dans les aventures du célèbre gentleman-cambrioleur. Et après lecture de ce tome, encore étiqueté "inédit" il y a peu, je reste... sur ma faim.

Je n'ai lu que peu de tomes d'Arsène Lupin. Néanmoins, chacune de ses aventures m'avait transportée, et captivée.
Ce qui n'est pas le cas ici... L'intrigue est assez lente à démarrer; le style d'écriture se révèle complètement différent de ce à quoi on s'habitue dans les autres oeuvres de Leblanc. De plus, le personnage d'Arsène Lupin m'est apparu comme 'creux' tout au long du récit... Avec davantage d'action, le récit serait probablement plus passionnant.
Cependant, une fois l'intrigue enclenchée (après un bon nombre de pages malheureusement), l'histoire est bien plus intéressante.

Pour conclure, un bon roman, mais pas un bon Arsène Lupin. Certes, ce n'est qu'un manuscrit de l'auteur. Mais je conseille bien plus les autres romans de ses aventures.

par Ophie
Les Nombrils, tome 6 : Un été trop mortel Les Nombrils, tome 6 : Un été trop mortel
Delaf    Maryse Dubuc   
Ce tome est fabuleux ! J'ai pris tellement de plaisir à la lire, c'est incroyable comme Delaf et Dubuc s'améliorent de tomes en tomes ! Les 2 ou 3 premiers n'ont je trouve rien à voir avec les derniers. Au début, c'était juste deux bombes et une moche. Et quelques histoires rigolotes autour d'elles. Maintenant, il ya une telle recherche des personnages, un scénario beaucoup plus intense, une évolution époustouflante de l'histoire et des personnages ! Ce tome m'a plus que comblée. Je ne lis plus les Nombrils pour me divertir, je le vis, ce qui signifie que cette BD est enfin rentrée dans mes préférées.
L'analphabète qui savait compter L'analphabète qui savait compter
Jonas Jonasson   
Un livre excellent. J'adore ce monde déjanté de Jonasson. Des personnages complétement loufoque qui ne sont pas fait pour se rencontrer mais qui enfin de compte se complète. On ne peut qu'aimer ces histoires surtout pour ceux qui ont le même genre d'humour.
La femme parfaite est une connasse ! La femme parfaite est une connasse !
Marie-Aldine Girard    Anne-Sophie Girard   
Une lecture légère et rapide, qui émet des vérités et souligne le fait que les imperfections des femmes et des hommes font leurs charmes. Les différents tests, listes, théories et bons à découper m'ont bien fait rire. On ne se reconnait pas à tous les coups mais on reconnait qu'il y a souvent une part de vrai dans ce qui est dit, même si le tout est parfois délibérément exagéré. En bref, il s'agit d'une lecture divertissante, permettant de s'octroyer une petite pause entre deux bouquins plus sérieux.

par Abyssos
S'immoler à 20 ans : une infirmière française en Afghanistan témoigne S'immoler à 20 ans : une infirmière française en Afghanistan témoigne
Marie-José Brunel   
Un livre affreusement difficile à accepter, de part son contenu horrible mais malheureusement vrai. Toutes ces femmes brûlées ou réduites à le faire, assassinées ou désespérées. On se rend compte alors du statut de la femme dans certains pays et on en éprouve un dégoût certain pour ceux qui en sont la cause. On ne comprends pas que des femmes puissent être traitées ainsi de nos jours.

par Allis
Je veux vivre Je veux vivre
Jenny Downham   
Dire que ce livre ne m'a pas ému serait mentir, il est juste exceptionnel ! J'ai véritablement eut du mal à le terminer vu que ma lecture était ponctuée de sanglots. Je me suis vraiment remise en question après avoir lu ce livre, qui m'a énormément aidé à faire le deuil d'une personne proche. J'ai encore des frissons rien que d'y repenser. En tout cas, je ne dis pas ça souvent, mais Merci Jenny Downham, merci de m'avoir aidée à franchir un cap que je pensais insurmontable.

par vagabonde
Lettres à Lou Lettres à Lou
Guillaume Apollinaire   
Très beau livre, très belle histoire d'amour dans un roman épistolaire. J'ai adoré.

par johannie
Alcools Alcools
Guillaume Apollinaire   
Recueil poétique et énigmatique qui annonce la fin du monde ancien et le début du monde moderne dont il fait l'éloge.
Beaucoup de mélancolie chez Apollinaire.