Livres
388 757
Comms
1 362 763
Membres
277 355

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

"(Il a fait mine de rejoindre les autres avant de revenir vers moi.) Et, quoi que tu décides, je ne t’en voudrai pas. Je t’aime, Gianna.

Il est parti.

Mon souffle est resté en suspens ; en le voyant disparaître entre les rangées de livres, j’étais incapable de respirer. J’ai pris ma tête entre mes mains pour sangloter et là, j’ai entendu mon cœur se briser en deux."

Afficher en entier

"La nuit ne s’annonçait pas bonne. J’étais à la fois effrayée par le message anonyme et tourmentée par la complexité de mes sentiments pour Bastien. Comment aurais-je pu trouver le sommeil dans ces conditions ?

Je m’étais suffisamment torturé l’esprit en pensant à Arik et Emily. Peut-être était-il temps pour moi de tourner la page."

Afficher en entier

"Impossible de retourner me coller contre lui : j’avais du mal à me raisonner, or nous avions un public…

Arik, taquin, s’est élancé dans ma direction et m’a attrapé le pied pour m’attirer de nouveau à lui.

— N’essaie pas de filer, coquine ! Hmm… je pourrais rester comme ça pour l’éternité.

Il a plaqué ses lèvres contre les miennes et nous avons tourbillonné dans l’eau. Comme ses mains commençaient à repartir en vadrouille, je me suis de nouveau écartée. Je me suis enfoncée dans l’eau bien chaude, l’odeur du chlore dans les narines. Les vaguelettes que nos mouvements avaient créées clapotaient contre mes joues.

— Tu es dangereux, ai-je articulé "

Afficher en entier

Une grande fierté m'a envahi à l'entendre me définir ainsi.

Bastien semblait surpris.

- la dernière fois qu'un club du vérité a été invoqué remonte à plus de trois cents ans... J'ignorais qu'une recrue d'asile posséder un tel don. (Il nous a tous observé avant de poser son regard sur Deidre et moi.) Vous êtes jumelles ? Mon souffle s'est coincé dans ma gorge.

- À moins que l'une soit le changelin de l'autre, n'est-ce pas ?

- Oui, a répondu Arick. Moi aussi Gianna, la Sentinelle qui m'ont manquait. Et voici Deidre, son changelin.

Le sourire de Bastien s'est évanoui. Il s'est approché de moi, de toute évidence déconcerté.

- Impossible... Ils m'ont dit que tu étais morte à ta naissance...

- Il faut croire que non, ai-je répondu.

Maman Tremblant s'est agrippée au pommeau de mon épée. Ses yeux bleu argenté été plus que troublants.

- et d'ailleurs pourquoi, as-tu été mis au courant ?

Il s'est encore avancé d'un pas.

- Parce que tu es ma promise.

Afficher en entier

Les yeux du jeune mage rencontré les miens. Ses lèvres ont prononcé quelque chose que je n'ai pas saisi. Je n'avais jamais appris à lire sur les lèvres et ne comprenait pas pourquoi les gens s'entêtaient à me confronter à cet exercice. J'ai haussé les épaules pour lui signifier en incompréhension. Il a foncer les sourcils avant de se pencher vers sa mère. Elle a alors fouillé dans son sac pour lui dégoter un stylo et un carton. Il a griffonné quelques mots avant de passer le message à la personne assise à côté de lui en me désignant. [...]

[...] La carte de Bastien passer de main en main. Finalement, un homme âgé me l'a tendu d'un air dédaigneux, sans doute furieux que je perturbe la cérémonie. Éric a fixé la missive d'un air curieux avant de me le passer. J'ai souri quand ses yeux ont croisé les miens. Mais une lueur étrange au fond de son regard, m'a fait froncer les sourcils.

Était-il mécontent ? Non, impossible. Je me faisais des idées.

<<Tu es tout simplement éblouissante aujourd'hui, Gia. Je dois partir avec ma mère juste après la cérémonie, mais je ne manquerai pas de te rendre visite bientôt.

Bastien.>>

Afficher en entier

Un cri strident a déchiré le ciel, et je me suis aussitôt rapprochée de lui. Il a ri, me serrant contre son torse nu.

- Ce n'est qu'un oiseau.

- Mais tu es nu !

Je ne parvenais pas à détacher mon regard de sa poitrine musculeuse: sur l'un de ses pectoraux se dessinait une cicatrice en forme de croissant de lune. Exactement comme la mienne! Quelqu'un a donc lancé sur lui un sort de protection...

- C'est normal pour prendre un bain, non ? a-t-il demandé, le visage grave.

- Certes, mais quand on est seul, ai-je répondu en nageant vers mes habits.

- C'est toi qui as débarqué ici sans prévenir. cet endroit m'est réservé, d'habitude. (Il m'a suivie.) Tu es tellement belle.

J'ai levé les yeux au ciel.

- Venant d'un type qui n'a pas vu de fille depuis l'âge de pierre, je ne suis pas sûre de très bien le prendre.

-Veux-tu m'épouser ?

Je me suis arrêtée en pleine brasse. C'est quoi son problème ?

- Non, sans façon. Merci pour la proposition, mais j'ai bien peur de devoir refuser.

- Tu es promise à quelqu'un d'autre ?

J'ai pensé à Bastien qui, dans le monde des Chimères, m'était effectivement fiancé.

- Et bien, techniquement, oui. D'ailleurs, j'espère que tu te rends compte que tu es au moins mon millième arrière-grand-père ? Il doit y avoir un tabou pour ce genre de choses. C'est de l'inceste.

- Ma mère a épousé son cousin.

- Hum... De nos jours, on a découvert que la consanguinité cause des malformations à la naissance.

Afficher en entier

"— Alors, tu viens ? a-t-il demandé en me tendant la main.

J’embrassais du regard ce glorieux paysage de campagne irlandaise lorsque j’ai compris ce que je devais faire. Tout était clair à présent.

Ignorant sa main, j’ai couru jusqu’en bas de la colline. Il m’a suivie.

Quels que soient les chemins que le destin me réservait, j’étais sûre de ma destination."

Afficher en entier

"— Emily a deux cours avec Arik, m’a soufflé Lei pendant que nous rejoignons nos places. Et disons pour résumer qu’elle ne fait pas mystère de son attirance pour lui.

— Je n’avais jamais remarqué…

Comment était-ce possible ?

Impossible après ça de me concentrer sur les effets de la pollution sur l’écosystème marin. Comment avais-je pu passer à côté d’une information aussi sensible ? Je me suis repassé en boucle chaque moment où je les avais vus ensemble."

Afficher en entier

Je me suis dépêchée de rejoindre la berge et ai courut vers Bastien pour lui arracher mon manteau des mains.

- Merci, ai-je dis en frissonnant. (Je me suis emmitouflé dedans comme si c'était une couverture.) Et merci de m'avoir sorti des griffes de cet homme de Néandertal.

- Que faisais-tu ici avec lui ?

J'ai décelé de la colère dans ses yeux.

- je suis arrivée la première, et il est apparu de manière soudaine. (J'ai retiré les pans de ma veste autour de moi.) Tu m'en veux ?

- Non, mais a lui, oui. Même si je sais que tu aurais pu t'en sortir seule.

- J'étais dans une position délicate sur mon épée.

- Lui n'était pas venu sans la sienne en tout cas.

Il a éclaté de rire, les yeux brillants de joie.

- Ce n'est pas drôle.

- Gia...

Son visage est redevenu sérieux. Il s'est approché, à soulever mon menton et m'a embrassé. Mon manteau m'a échappé et s'est retrouvé à terre. Il apprécie mon corps à moitié nu contre le sien, tendu à l'extrême. Mon cœur a cogné dans ma poitrine lorsque sa langue s'est frayer un passage entre mes lèvres. Sa bouche avait un goût tiède et sucré.

Afficher en entier

Comment oublier les mots qui m'avait lancés ? Je m'étais pourtant efforcé de les effacer de ma mémoire.

<<Je suis en train de tomber amoureux de toi Gianna. Avec le temps, je te prouverai que nous sommes faits l'un pour l'autre. Amuse-toi tout ton soûl avec Arik si tu veux, mais je sais qu'un jour, nous finirons ensemble.>>

Je me suis mise à prier pour qu'il ne me remarque pas mes joues rougissantes. À ce moment précis une chimère au long bras et à la peau grise à tu m'a bousculée. J'ai lâché mon sac, dans le contenu s'est répandu sur les dales du corridor.

Afficher en entier