Livres
461 490
Membres
417 904

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Demain ? Tu ne rentres pas ce soir ?

— Si tu avais prêté attention à ce que je te disais, tu ne serais pas dans un tel état. J’emmène une navette pleine d’hommes à Las Vegas en fin d’après-midi. J’ai tout arrangé. Je ramènerai ladite navette pleine d’hommes – espérons le – demain après-midi.

— Laisse-moi t’accompagner.

— Montre-moi ton pénis.

— Doux Jésus ! Tu ne peux pas me prêter le tien ?

— Un autre jour.

ilovethehost.overblog.com

Afficher en entier

— Croyez-vous en une vie après la mort ?

— Oui, rétorqua Eve sans la moindre hésitation. Je ne peux pas croire qu’on subisse toutes ces conneries pour rien. Si c’est le cas, je vais être folle de rage.

ilovethehost.overblog.com

Afficher en entier

Summerset apparut, poussant devant lui une table roulante. Grave et efficace, il s’affaira entre Eve et Morris.

— Docteur Morris, vous allez prendre un peu de soupe.

— Je...

— Cela vous fera le plus grand bien.

— Pourriez-vous préparer la suite du deuxième étage demanda Connors en venant se percher sur l’accoudoir du siège d’Eve. Le Dr Morris dormira ici cette nuit.

Morris ouvrit la bouche, la referma, et inspira profondément.

— Merci.

— Je m’en occupe tout de suite, dit Summerset.

Comme il s’éclipsait, Eve se leva et lui courut après.

Elle le rattrapa près de la porte.

— Vous n’avez pas mis un somnifère dans son potage, j’espère ? chuchota-t-elle.

— Certainement pas.

— D’accord, d’accord, inutile de vous vexer.

— Je ne me vexe jamais.

— Bon. Comme vous voudrez.

Elle avait mieux à faire que de se quereller avec Summerset.

— Lieutenant, fit-il tandis qu’elle se détournait, je ne vous le redirai sans doute pas avant longtemps, si tant est que cela arrive jamais. Mais sachez qu’à cet instant précis, je suis fier de vous.

Elle faillit s’étrangler.

— Bizarre, marmonna-t-elle en le regardant s’éloigner. Très, très bizarre.

ilovethehost.overblog.com

Afficher en entier

— Il faut que j’aille faire du shopping !

Connors la fixa, sidéré, et appuya les doigts sur ses tempes.

— Excuse-moi, je crois que je viens d’avoir une légère attaque cérébrale. Qu’as-tu dit ?

— Ce n’est pas drôle, riposta-t-elle en se penchant vers lui pour saisir les revers de sa veste. J’ai oublié d’acheter un truc pour le machin, et je ne sais même pas par où commencer. Et maintenant, je dois me farcir les boutiques. À moins que... Nous avons des objets plein la maison. Si j’en emballais un...

— Non.

— Zut !

ilovethehost.overblog.com

Afficher en entier

Il m’a traitée de lèche-cul. J’ai répliqué que je n’avais pas encore eu le privilège de lécher le vôtre qui, selon moi, est pourtant l’arrière-train féminin le plus séduisant du département.

ilovethehost.overblog.com

Afficher en entier

Il marcha droit sur elle, maîtrisant la terrible tentation de la soulever dans ses bras et de l’emmener. Du bout du doigt, il lui effleura le front, là où il y avait une entaille et un bleu.

— Tu n’as rien d’autre ? s’enquit-il.

— Non. Comment as-tu...

— Je m’occupe d’elle, annonça-t-il au secouriste. Le cas échéant, je veillerai à ce qu’elle se rende à l’hôpital.

— Ah, oui ? Comment ?

— C’est ma femme.

— Vraiment ? Bonne chance, camarade !

ilovethehost.overblog.com

Afficher en entier

On l’appelait Crack en hommage à sa manie de faire claquer l’un contre l’autre les crânes de tous ceux -employés ou clients – dont le comportement lui déplaisait.

— Qu’est-ce que vous fabriquez ici ? demanda-t-il.

— J’ai un rendez-vous. Je voulais que ce soit en privé.

— Vous voulez une chambre ?

— Pas ce genre de privé.

— Tant mieux. J’aime bien votre mec.

ilovethehost.overblog.com

Afficher en entier

— Je suis prudente.

Il posa sur elle un regard où l’amusement le disputait à la frustration.

— Tu es intelligente, rectifia-t-il. Habile. Mais pas toujours aussi prudente que tu devrais l’être. J’ai épousé un flic, j’assume.

— Je t’avais pourtant découragé.

ilovethehost.overblog.com

Afficher en entier

— Questions ? s’enquit-elle d’un ton aimable. Remarques ? Commentaires désobligeants ?

Comme elle s’y attendait, l’avocat principal avait préparé un speech pour souligner la bonne volonté de M. Ricker : il s’était déplacé de son plein gré, était prêt à coopérer, d’ailleurs il en avait déjà donné la preuve, exemples à l’appui. Eve l’écouta patiemment, puis hocha la tête.

— C’est tout ? Vous avez terminé ? Ou vous souhaitez vanter la générosité de M. Ricker à l’égard des orphelins et des chiots abandonnés ?

ilovethehost.overblog.com

Afficher en entier

— Vous me mettez au parfum ?

— Plus tard, décida Eve. Nous sommes au point mort.

— Bon, concéda Peabody avant de croquer dans sa carotte. Nadine et moi avons presque tout apporté. Mavis et Leonardo devraient arriver d’ici peu avec le reste.

— Youpi, railla Eve.

— Trina et ses assistantes seront là à 16 heures pour l’installation du matériel.

— Youp... Quoi ? Qui ? Trina ? Pourquoi ? Qu’est-ce que vous avez fait ?

— Vous avez dit que vous ne vouliez ni jeux débiles ni strip-teaseurs, lui rappela Peabody. Ce sera donc une réunion entre filles dans toute sa splendeur. Champagne, calories à gogo, soins des cheveux, du visage, du corps. Vidéos à l’eau de rose, cadeaux, desserts décadents. Soirée pyjama et, demain, brunch au Champagne.

— Vous voulez dire que... ?

Eve était en état de choc.

— ... toute la nuit ? Jusqu’à demain ?

— Oui ! confirma Peabody avec un grand sourire. Je ne vous l’avais pas précisé ?

— Je vais devoir vous tuer.

— Ah, non ! Pas de jeux débiles, pas de strip-teaseurs. Ce sont les seules règles que vous nous aviez imposées.

— Vous allez le regretter.

— On va s’amuser !

— Je vais vous saigner comme un porc !

ilovethehost.overblog.com

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode