Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Lilas37 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Fahrenheit 451 Fahrenheit 451
Ray Bradbury   
Une oeuvre vraiment incroyable . On se retrouve face à des problèmes d'actualité . Bradbury a réussi à mettre le doigt sur le souci de notre société: les écrans, la télé et par extension internet ? On parvient à noyer les gens sous une tonne d'images, à les lobotomiser pour mettre de côté l'essence même du savoir: le livre. Quand les gens pensent, la population est moins facilement contrôlable alors que face à un écran, léthargique, on parvient à leur faire croire tout ce que l'on veut .
Un thème est quelque peu marquant pour l'époque et laisse planer une ombre assez mortifiante :
" La scolarité est écourtée, la discipline se relâche, la philosophie, l'histoire, les langues sont abandonnées, l'anglais et l'orthographe de plus en plus négligés, et finalement presque ignorés. On vit dans l'immédiat,[...] Pourquoi apprendre quoi que ce soit quand il suffit d'appuyer sur des boutons"
On est en droit de se demander si Bradbury n'avait pas déjà tout compris d'avance .

par Sadess
Le Roi serpent Le Roi serpent
Jeff Zentner   
https://aliceneverland.com/2019/03/13/le-roi-serpent-jeff-zentner/

Lydia, Dill et Travis sont trois jeunes adolescents qui vivent dans une petite ville typiquement américaine. Tous trois sont assez différents les uns des autres, entre Lydia, la jeune fille au look acidulé, Dill, dont le père est en prison, et Travis, perdu dans ses histoires de fantasy, mais ils forment un trio soudé et affrontent à trois leur quotidien au lycée. Mais, si Lydia a des grands rêves d’avenir et ne pense qu’à s’échapper de la ville, Dill et Travis, eux, s’y sentent pris au piège et ne voient pas leur avenir ailleurs…

Le roi serpent nous offre donc une tranche de vie dans le quotidien de ces trois adolescents, à une époque charnière de leur vie : la fin de leur année de terminale, et cette porte ouverte sur l’avenir. Lydia est une fonceuse, et sait ce qu’elle veut. Pour elle, mais aussi pour ses deux amis. Mais, à trop vouloir les bousculer, elle risque de les braquer. Travis, lui, se laisse porter par ses amis, mais reste plongé dans son monde fantastique. Il parait assez fantasque mais, pourtant, est le plus calme des trois. Quant à Dill…

Dill est sans conteste le personnage central du roman. D’ailleurs, le récit tourne principalement autour de lui et de son histoire. A dix-sept ans, sa vie lui semble sans espoir, déjà déterminée par les erreurs de son père, et les choix de sa mère. Il ne s’espère aucun avenir. Alors, quand Lydia va lui faire entr’apercevoir une porte de sortie, une chance de quitter cette ville où tout le monde lui reproche les méfaits de son père, Dill ne va pas oser y croire et va tout faire pour s’enfermer dans le rôle qu’on lui a donné.

Cette histoire est assez impressionnante, même si j’ai mis un moment avant d’accrocher. Il faut dire qu’il ne se passe pas grand chose durant une certaine partie du roman. Et l’attitude négative de Dill, sa noirceur, tout cela m’oppressait. Pourtant, à un certain moment, je me suis mise à pleurer comme une madeleine. Et c’est là que j’ai compris toute la force de ce roman, et la puissance de la construction de ses personnages.

Je reste plus mitigée sur toute la partie religieuse du roman. Dill est fils d’un pasteur qui se trouve pourtant en prison. Mais cela ne l’empêche pas de lui faire des leçons de morale et de foi chrétienne complètement surréalistes. Cela m’a vraiment dérangée, car on brosse ici un tableau assez négatif de la religion chértienne. D’ailleurs, tous ceux qui en parlent apparaissent plus comme des fanatiques qu’autre chose.

Dans tous les cas, ce livre fut une agréable surprise malgré un début difficile et cet aspect religieux qui ne m’a pas vraiment convaincue. Mais la plume de Jeff Zentner est pleine de délicatesse et arrive à nous toucher au moment où on s’y attend le moins. Les personnages sont également très recherchés et tout en nuances. L’évolution est constante, entre un début d’histoire sombre et un espoir qui apparait, d’abord timidement, puis de plus en plus fort, jusqu’à finir sur une fin éclatante et lumineuse malgré les épreuves. Une très belle leçon de vie…

par Kesciana
How To Love How To Love
Katie Cotugno   
Globalement une lecture sympathique, avec une histoire intéressante et de bonnes idées tout le long du roman, c'est un livre qui se lit vite, un bon divertissement général, avec des personnages intéressants, l'auteur a une écriture fluide, et même si l'échange Avant/Après semble parfois se bousculer (souvent trop soudains, les changements semble d'ailleurs souvent couper en plein milieu de certaines intrigues), c'est une plutôt bonne lecture.

Néanmoins il y a pas mal de petits défauts à ce livre.
Ce qui m'a le plus dérangé, c'était cette impression qu'en dehors de la relation Shelby/Serena, tout le long de l'histoire, tous les personnages marchaient sur des œufs les uns avec les autres, que toutes les relations entre eux, étaient maintenues par un fil, que le moindre étirement pourrait casser : elles n'étaient selon moi, pas assez développées.
Et l'exemple numéro un que j'ai, c'est la façon dont est mentionnée Hannah un bon nombre de fois dans le livre, elle est "le bébé" : j'en avais presque l'impression qu'elle perdait de l'importance par rapport aux autres personnages, qui lorsqu'évoqués différemment que par leurs prénoms, sont désignés par des pronoms possessifs (mon frère, mon amie etc.), ce qui m'a beaucoup dérangée, puisque notamment, Serena dit qu'elle est la personne la plus importante de sa vie. Hannah est présente en arrière-plan dans de nombreuses scènes, mais n'est jamais centrale, il y a globalement peu d’interactions avec elle, alors que l'un des sujets principaux de ce livre, reste cette grossesse adolescente qu'a connue Serena.
Et puis, les liens entre Serena et les autres personnages sont franchement décalés, il semble y avoir une distance énorme entre tous : je ne me rappelle pas que Cade, le frère de l'héroïne, parle plus qu'une fois ou deux dans le livre, même chose pour Stéfanie, etc.

L'impression générale que ça faisait ressortir, était que l'auteur s'étalait beaucoup, et ne se focalisait sur pas grand chose,
[spoiler]dans "l'Après", la relation avec Sawyer semble survolée, et dans "l'Avant", le sujet de la grossesse de Serena ne constitue que les deux ou trois derniers chapitres.
Pareil, en parlant de la grossesse, l'annonce de celle-ci provoque une grosse engueulade avec son père, mais elle est résumée en un paragraphe, sans même un dialogue. [/spoiler]


par lea_19
Starlight Starlight
Cristina Chiperi   
J’avoue avoir été attirée par la couverture que je trouve très belle et le résumé m’a donné envie. Cependant, je n’ai pas vraiment accroché avec le personnage de Daisy. Je la trouve un peu immature et (trop) bornée. J’ai bien aimé le personnage d’Ethan. Je trouve que l’histoire de la « trahison » est trop poussée en longueur, il me semble qu’à 18 ans on est assez grand pour discuter du passé, surtout qu’ils ont eu plusieurs occasions de le faire mais Daisy n’écoute rien. J’ai bien aimé le personnage d’Ale également. Il y avait quelques bons passages je l’avoue, et je voulais quand même savoir comment cela allait se dérouler. La partie astronomie est intéressante, la partie philosophie l’est aussi mais Daisy a un petit air de « madame je sais tout » qui m’a parfois agacé. J’ai lu énormément d’histoire d’amour, je suis donc habituée à ce genre d’histoire un peu cliché mais là je crois que la personnalité de Daisy a fait que je n’ai pas totalement accroché à l’histoire même si j’ai bien aimé quelques passages. Je pense également qu’on ressent trop le format « Wattpad » et cela m’a un peu dérangé. Quand je lis un livre c’est pour lire une « véritable histoire ». Là j’avais plus l’impression de lire une histoire d’amour écrite par une jeune fille de 16/17 ans. C’est bien, mais pour le format WattPad pas le format livre papier (désolée si je suis un peu dure). [spoiler]Je ne m’attendais pas du tout à une suite, j’avoue que le fait que Tommy revienne m’intrigue malgré tout et peut-être redonnerais-je une chance à cette histoire en lisant la suite quand le tome 2 sortira.[/spoiler] Je ne trouve pas que c’est un mauvais roman juste que je suis un peu déçue car je m’attendais à mieux. Peut-être aussi ne suis-je pas le publique visé (j’ai 20 ans), même si je consomme toujours avec plaisir ce genre de livre (Did I Mention I Love You est ma trilogie préférée).
99 jours 99 jours
Katie Cotugno   
«I was trying not to lose you. But I lost you anyway.»

WARNING: sûrement pas le meilleur de mes commentaires. (Et certainement pas le meilleur livre que j'ai lu.)

J'ai lu How To Love fin 2015 (c'est le moment où je réalise pleinement qu'on est en Mars 2017 et que j'ai l'impression d'avoir quitté 2015 hier) et ce fut une légère déception pour moi. Pourtant, je me suis quand-même décidée à donner sa chance à 99 Days (un bon bout de temps après mais quand-même).
Résultat, je ne suis pas sûre de pouvoir dire que j'ai aimé 99 Days.

J'apprécie la plume de l'auteure. Ce n'est pas mal écrit, c'est même plutôt agréable et c'est une plume fluide. Sincèrement, je n'ai pas de problème avec sa façon d'écrire. Même si j'ai toujours le sentiment qu'il me faut une éternité entière pour lire ce qu'elle écrit.

Ce qui ne m'a pas plu dans 99 Days c'est l'histoire (et par extension les personnages). Le synopsis me plaisait. Dès le départ on nous prévient, Molly a brisé le cœur de son premier amour Patrick en passant la nuit avec son frère Gabe. Même si je ne suis pas fan de l'idée d'infidélité, je n'avais pas envie de m'arrêter sur ce point et risquer de passer à côté d'une bonne histoire (ça risque pas).

SAUF QUE....

J'aurais pu vivre avec cette histoire du mec trahi par la fille qu'il aime parce que celle-ci a préféré son frère. Seulement, en ce qui concerne Molly et les frères Donnelly, je n'ai pas apprécié une seconde de tout ça.

Je n'ai pas aimé l'histoire et je n'ai pas aimé les personnages et je n'ai pas aimé ce qu'ils faisaient, blablabla.
J'ai même pas envie d'en parler! Je veux juste oublier ce livre. Je veux faire comme si je ne l'avais pas lu.

(MENTEUSE!
Je dirais juste...
Je ne comprends pas vraiment les gens qui se mettent dans une telle situation. Déjà ça complique toujours tout à mort et ça n'apporte clairement pas grand chose qui en vaut le coup. Mais quand c'est ton frère la personne d'en face (vous savez la personne avec laquelle votre amoureux/se vous trompe = personne d'en face -ouais je mets des parenthèses dans les parenthèses-), c'est une double trahison! Quel genre de frère/sœur peut faire ça? Et quand tu es la copine (n'est-ce pas Molly!?), si jamais ça te tente vraiment de tromper ton copain, est-ce que t'es obligée de le faire avec son frère et ne même pas te sentir réellement coupable? AHRRR!!! (mon cri inhumain, le retour).

Ça me donne des envies de violence. Moi, la petite fille si gentille! *pleure de façon dramatique* *ouin ouin ouin ouin*

Voilà pour ce point.
Seconde point!

Au-delà de cette situation dont je pourrais parler pendant un certain bout de temps pour ne rien dire de spécial au final, je voudrais qu'on parle de la mère de Molly... qui a écrit un livre sur sa fille.
(PAUSE: Quelle idée.)
Déjà, quand est-ce que tu te dis que tu vas bousiller la vie privée de ta fille juste pour entrer dans la longue liste des bestsellers? Et quand est-ce que tu te dis que ça serait cool de raconter dans ce fameux bouquin que ta fille a trompé son copain avec le frère de ce dernier en sachant qu'après elle passera pour la pire des salopes? (Désolée pour le mot.) Non mais sérieux, quelqu'un a pensé à lui donner un cerveau? Ou un cœur?! Quel genre de parent peut faire un truc pareil? C'est le moment où je me sens vraiment désolée pour Molly.

Je suis révoltée! ^^)

Je dois admettre que je n'ai pas grand-chose d'autre à dire. Je n'ai pas aimé et je ne suis vraiment pas désolée de ça parce qu'étant la personne que je suis (si, si, je vais laisser cette phrase) aka je me sentais pas capable d'aimer un tel roman. (C'était inutile, hein? Même pas une réelle explication.)

Personnages? Non.
Histoire? hmmm... non.
Bref, tu peux apprécier une plume autant que tu veux, si l'histoire tu n'aimes pas (Hello, je m'appelle Yoda) et que les personnages tu as envie de frapper, il n'y a pas une infinie de possibilité. (Toujours inutiles?)

En gros,
CE QU'IL Y A À RETENIR c'est que je ne mettrais plus jamais la main sur un roman de Katie Cotugno. Sauf si elle écrit un truc de malade. Là, peut-être.

Au fait! J'allais oublier, c'est une romance, on est d'accord? Où est passée l'alchimie entre les personnages? (Al' sort de ta cachette on a besoin de toi d'urgence!!)

OK.

par Sheo
Les Leçons d'amour d'Alice Wells Les Leçons d'amour d'Alice Wells
Sara Wolf   
J'ai beaucoup aimé ce livre, l'écriture était super et j'ai adoré les personnage. L e gros point négatif est que j'ai trouvé la fin bâclé.

par vici2018
La Fille sans passé La Fille sans passé
Sarah Everett   
Je n'arrive pas à savoir si je suis satisfaite de la manière dont le livre s'est fini...
L'écriture était vraiment bien, ça au moins c'est clair!
[spoiler]maintenant je pense qu'il y avait moyen de faire finir bien l'histoire entre Zach et Addison, c'est clair.[/spoiler] Mais, je comprends qu'elle ne l'ait pas fait si elle voulait insister sur le fait que l'on peut surmonter ce qui a certains moments de la vie nous paraît insurmontable.

par pertadz
Un homme seul Un homme seul
Antonio Manzini   
Je tiens à signaler que j'ai découvert cet auteur grâce à ce bouquin, je n'ai donc pas lu les précédentes aventures de Rocco Schiavone, et c'est une assez grosse erreur. Parce que oui, les enquêtes sont compréhensibles sans connaître celles d'avant, c'est possible de se retrouver au niveau des personnages (pas mon cas, on y revient plus tard) MAIS c'est intéressant de connaître le passé des persos, ça peut expliquer certaines choses. Donc je vous conseille de commencer par le premier bouquin de l'auteur, et ainsi de suite. Ne faites pas comme moi, haha.

J'ai donc découvert Schiavone, un sous-préfet (et non pas un commissaire ou flic) qui a un certain caractère. En effet, il est différent de tous les personnages dans le domaine de la police que j'ai pu rencontrer. C'était assez étonnant et déroutant, au début. Il ne se laisse pas faire, il est très solitaire, il n'a pas sa langue dans sa bouche, et Mr sait ouvrir des portes à l'aide d'un couteau.... Et ça lui sert, évidemment. Malgré tout, depuis quelques temps, il est très isolé, triste. Depuis la mort d'une amie. Il s'en veut, je vous laisse découvrir pourquoi, mais la culpabilité s'accroche à lui, ainsi que la tristesse. C'est un personnage attachant, bien que déroutant. Ce n'est pas un cliché, et ça fait plaisir. Il est un peu.. particulier avec les femmes, je dirais, mais pas dans un sens péjoratif. Il ne sait juste plus comment s'attacher, il ne croit plus en rien. Et ça lui permet de se concentrer sur son travail!

Je ne vais pas parler des autres personnages, cas par cas, parce que ça prendrait bien trop de temps. Il y en a énormément, puisqu'il y a plusieurs commissariats mis en contact, plusieurs familles, et c'est un problème pour moi. J'ai fini perdu, et je ne savais plus qui était avec qui, quel poste. Je ne me retrouvais plus, et le fait qu'il n'y ait presque que des noms ou surnoms dans les dialogues ne m'a pas aidé. Et beaucoup de prénoms se ressemblent, il y a des personnes de la même famille mais éloignées, il y a parfois des fautes, je crois, un mauvais prénom, et bref, j'étais perdue. On ne nous présente pas les collègues de Rocco, puisque je suppose que ç'a été fait dans le précédant tome. Je me les procurerais pour découvrir tout ça.

Il y a beaucoup d'enquêtes qui se rejoignent finalement sur une affaire, et sur une autre aussi. Il y a deux affaires bien distinctes, avec un tas d'enquêtes, donc ça aussi, peut nous perdre. Ce n'est pas le cas pour moi, mais quand même, ce n'est pas un livre à lire lorsque l'on est fatigué! D'ailleurs, au niveau des enquêtes, la quatrième de couverture ne dévoile rien, je tiens à le préciser.

J'aime les livres où le lecteur découvre en même temps que le personnage principal qui est le tueur, ce n'est pas le cas de ce bouquin. Nous prenons vite connaissance du tueur, et les personnages le découvrent ensuite, et je trouve ça fort dommage. Par contre, l'affaire en parallèle est très bien trouvée, très bien menée, et la révélation m'a surprise, ce qui est un bon point, je ne m'y attendais pas, et un rebondissement est toujours bon à prendre.

En bref, une bonne lecture, un auteur que je découvre tout juste mais qui m'intrigue. Un personnage principal très charismatique, drôle, triste.. En clair, un personnage principal qui sait bien communiquer ses émotions au lecteur. Des personnages secondaires qui ne sont pas mis de côté, petit plus pour le chien et les chevaux. (mettez moi des animaux dans une histoire et je suis sûre de l'aimer...) Je ne met que 3 étoiles et demi sur 5 puisque je trouve ça dommage de ne pas préciser certains liens, ne pas préciser qui est avec qui. Et puis, j'aurai aimé découvrir le nom du tueur à la fin. Mais j'ai bien aimé l'histoire dans sa globalité.
Le Couple d'à côté Le Couple d'à côté
Shari Lapena   
« Difficile de savoir si j'ai aimé ou détesté, c'est indéniable que cette histoire vous marquera voir vous hantera.»

A vrai dire, je ne m'attendais pas du tout à ça, le résumé me laissait présager un thriller psychologiquement difficile.

Dans cette histoire, nous suivons Anne et Marco qui vont voir disparaître leur enfant. Ils étaient chez leur voisin à un dîner quand leur enfant disparaît. Tout d'abord, on se demande ce qui a poussé ses parents à laisser leur nourrisson tout seul avec pour seul contact un baby-phone.

Les parents ont des réactions qui me paraissent légitime, même si j'ai eu du mal à avoir de l'empathie pour eux. Anne est le personnage qui m'a paru le plus humain dans ce livre. Quant à Marco, il apparaît comme un père aimant et on tente de comprendre ses gestes. Les parents d'Anne sont forts et riches. Cynthia et Graham sont un couple qui apparaît parfait puis les masques se fissurent. Anne et l'inspecteur sont deux personnages que j'ai le plus aimé. J'ai aimé suivre cette enquête qui fourmille de détails.

L'écriture de l'auteure est fluide, mais ce sont les éléments de l'histoire qui m'ont empêché d'apprécier celle-ci. Je n'arrivais pas à faire abstraction à tout les éléments qui s'imbriquaient dans ma tête. Ce roman a un côté dérageant que se soit par les révélations faites que par les actes des personnages. En effet, des éléments de l'histoire m'ont perturbé et d'autres me paraissaient trop évidents. Les personnages m'ont paru parfois trop stéréotypés comme le contraste entre Anne et Cynthia ou bien les problèmes d'argent...

C'est le genre de livre où je ne sais pas si j'ai aimé ou détesté, j'ai eu beaucoup de mal à lire ce livre pourtant j'avais hâte de connaître le dénouement. Le dénouement est à la hauteur de ce que nous offre l'auteure: un lot de twist et de faux rebondissements parce qu'il y a des éléments de l'histoire que l'on devine.

Quand j'ai terminé le livre, j'ai eu du mal à m'en remettre tant je trouvais la situation malsaine. Finalement en rédigeant cette chronique, je me demande si ce n'est pas le but de l'auteure, heurter notre sensibilité.

Ce n'est pas parce que mon ressenti est mitigé que vous n'aimerez pas ce livre. Si vous l'avez lu ou si vous comptez le lire, n'hésitez pas à me donner votre ressenti sur celui-ci.

Je remercie chaleureusement les éditions Presses de la Cité & Netgalley pour la lecture de ce livre.

par Honnola
Chacun sa vérité Chacun sa vérité
Sara Lövestam   
Construire une intrigue qui saura se démarquer se révèle parfois être un vrai challenge pour l’auteur, surtout quand ce même auteur n’avait ni l’intention, ni l’impression d’écrire un polar…

Pourtant son bouquin a obtenu un franc succès, en Suède avec le prix de l’Académie suédoise des auteurs de polars 2015.

Je ne classerais pas ce livre dans la catégorie des Polars…

L’auteur arrive à planter son intrigue en partant d’une histoire, assez banale, mais qui peut faire basculer la vie des protagonistes, construits avec brio par l’auteur.

D’un côté, on a Kouplan, un détective privé, sans vraiment l’être, qui ne veut qu’une chose, passer inaperçu aux yeux de la police… La seule chose qu’il attend, c’est d’avoir ses papiers…

De l’autre côté, on a cette maman, Pernilla qui perd sa fille Julia, six ans, lors d’une virée au centre commercial. Pourquoi elle ne prévient pas la police ?

L’intrigue va peu à peu se mettre en place, sous la plume de l’auteur qui va entrainer son lecteur dans la réalité des sans-papiers mais pas seulement… La psychologie des personnages est extrêmement bien décortiquée pour laisser place aux questions que le lecteur ne peut que poser…

En se lançant dans son enquête, Kouplan va parcourir tout Stockholm, côtoyer des criminels, pour qui les clandestins sont des proies faciles. Entre le jeune homme qui se sent traqué et cette mère fragilisée, la confiance se construit et va mettre en lumière certaines zones d’ombres…

C’est cette relation qui donne vie à ce livre, car l’histoire en elle-même est assez banale, mais elle devient touchante sous la plume de l’auteur avec des phrases nerveuses et courtes qui transpirent d’émotion.

Un récit, court mais intense qui entraine le lecteur vers un final, que l’on devine, en partie, mais qui se termine par une révélation inattendue… Et c’est là que le talent de l’auteur réside ! Elle met un point final qui explique la construction d’un personnage…

Sara Lovestam décrit l’immigration et le ressenti des réfugiés sans fioritures et de manière touchante. On sent que l’auteur veut faire évoluer le regard de la société et je dois dire que c’est cohérent, bien construit et extrêmement bien mené.

Un polar qui n’en est pas un… Un livre qui trompe, mais un livre où chacun a sa vérité…

https://julitlesmots.wordpress.com/2018/03/30/chacun-sa-verite-de-sara-lovestam/
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4