Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Lilsansan : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Betty Angel, Tome 1 : La mort me va si bien Betty Angel, Tome 1 : La mort me va si bien
Louisa Méonis   
Vu les commentaires sympas, j'ai commencé ce livre, j'ai arrêté après 6-7 chapitres, pas que c'était mauvais (bien que ça ne soit pas le livre de l'année) mais parce que l'auteur a un problème avec les gros !!!

Gros n'est pas synonyme de moche, gros n'est pas une insulte et surtout gros ne définit pas la confiance en soi.

Betty n'arrête pas de se plaindre de ses bourrelets, qu'elle est seule, qu'elle a une vie misérable, qu'elle est invisible et surtout qu'elle fait un régime (ahhh ce fameux régime Dukan dont elle nous rabâche les oreilles de puis la première ligne) et qu'elle rêve d'être mince pour que Grégoire la remarque. Et tout le monde sait que si elle perd 10 kg, elle sera plus mince et bien sur sa personnalité va se révéler et devenir beaucoup plus pétillante et remarquable CQFD.

De plus, j'aimerais expliquer une chose quand on ajoute du sport à un régime, on perd de la masse graisseuse pour gagner de la masse musculaire, il ne sert donc a rien de se peser car le muscle est plus lourd que la graisse en gros tu peux perdre deux tour de taille et peser 5kg de plus. Ce qui rend les plaintes à propos de son régime totalement stupide puisque que c'est complément faussé.

Et dernièrement, elle est petite et grosse donc elle est incapable de tout, de courir, de marcher, son intelligence est limitée, c'est pour ça que l'ange de la mort doit la porter partout comme un sac et que tout le monde l'insulte à propos de son physique à longueur de temps. Je fais 1m 58 pour 67 kg donc je pense qu'on dire à peu de chose près que l'héroïne est très similaire à moi concernant ses mensurations, je fais du sport 3 à 4 fois semaine, je marche et je cours très bien et je ne reçoit jamais de critique sur mon physique (alors une au bout de 10 ans et celui qui se permet de me juger se retrouver très vite remis à sa place) alors soit l'auteur est une grosse qui à été harcelée à propos de ça ou c'est une mince qui ne sait pas ce que c'est d'être gros mais dans les deux cas, il faudrait un peu reviser ce livre s'il ne veut pas se retrouver dans une case avec GROSSOPHOBIE écrit dessus en gras (aussi non c'est moins marrant).

Voila voila, pour l'histoire du livre en elle-même, elle ne vaut pas grand chose, c'est supposer être marrant mais je n'ai même pas eu un rictus au bout des lèvres tellement tout est dans l'exagération, tout est improbable de la mort noyée dans ses toilettes (l'explication était plus que brouillonne et je ne comprend pas comment elle a fait son compte au final pour mourir mais passons) à la meuf qui est absolument nulle dans sa vie de tous les jours mais par miracle arrive à charmer tous les monstres de l'enfer et se fait choisir par l'ange qui ne prend jamais d'apprentie.. C'est tellement cliché et tellement pas crédible que j'ai laissé tomber et le reste sera sans moi !

par GwenQ
Devil's Night, Tome 2 : Dark Desire Devil's Night, Tome 2 : Dark Desire
Penelope Douglas   
Quel plaisir de retrouver les personnages du premier tome. J'ai beaucoup aimé le perso de Kai. Nouveau perso, nouvelle âme totalement différente de Michael.

C'est addictif.
Hâte de lire le tome 3 qui est prévu en 2018 mais surtout avec le personnage complexe et noir qui est Damon avec celle qui l'a envoyé en prison, Asby winter. On a un aperçu dans un extrait dans la version VO offert par penelope douglas qui tient sacrément en haleine.
Delirium, Tome 2 : Pandemonium Delirium, Tome 2 : Pandemonium
Lauren Oliver   
http://wandering-world.skyrock.com/3074076381-Delirium-Tome-2-Pandemonium.html

Je viens juste de finir Pandemonium... Et ouaw. J'en suis encore tout retourné. Complètement chamboulé. J'ai attendu ce roman une année et un mois. Et ça y est. Le voyage est terminé. J'en veux plus. Encore et toujours plus. Plus, plus, plus. La suite de Delirium est tout aussi captivante que le premier opus. Plus. Plus. Plus. Je suis déjà en manque des mots de Lauren Oliver. De ses magnifiques expressions. De ses phrases qui m'ont brûlé les veines et ont fait frissonner ma peau. Je sors d'un brouillard épais et merveilleux. Plus. Plus. Plus. Encore. Et toujours. Plus.
Je sens que je vais vraiment avoir du mal à écrire mon avis. Pandemonium nous offre tellement d'émotions, tellement de sentiments, qu'on en ressort complètement abasourdis. Une nouvelle fois, l'auteure parvient à nous embarquer avec Lena dans un monde dystopique aussi horrible et atroce que passionnant et déchirant. On a les jambes qui flageolent, la respiration coupée, les yeux qui piquent. Les sensations de bonheur infini et de détresse intense jouent à nous faire souffrir à tour de rôle. On a l'impression que tout va bien, alors qu'on sait pertinemment que quelque chose cloche. On se blesse. On ouvre notre âme au monde poignant de Pandemonium. On souffre. Et on en redemande. Plus. Plus. Plus.
Le roman est divisé en plusieurs parties qui nous ramènent alternativement dans l'"avant" et "maintenant". Ainsi, nous découvrons comment Lena a évolué après la fin terrible de Delirium. Nous vivons avec elle ce qu'elle qualifie comme sa "renaissance". Nous découvrons un tout nouveau personnage. La Lena naïve et innocente du premier opus a complètement disparu. Un peu à la façon d'Hunger Games, Pandemonium n'hésite pas à refléter les failles et les cicatrices du protagoniste principal. La douleur et la peine sont définitivement ancrées dans le coeur de Lena. A tout jamais. Mais elle doit avancer. Continuer. Encore. Toujours.
Nous traversons dans les deux époques des moments très, très forts. Très durs psychologiquement, aussi bien pour nous que pour notre chère Lena. En pénétrant dans la Nature, elle va devoir affronter sa décision de quitter le monde des "Invulnérables". Mais, désormais, elle est forte. Déterminée. Forgée par son passé. Alors elle va réussir à s'en sortir. Enfin, elle va également recevoir l'aide importante d'une constellation de nouveaux personnages : Raven, Sarah, Tack, Blue, et j'en passe. Chaque nouvelle personne a un rôle bien précis dans cet opus : nous faire rire, nous émouvoir, nous faire pleurer, nous faire vibrer. Bref, on passe par une foultitude d'émotions tout au long de notre lecture. Mais c'est essentiellement dans l'"avant" que nous apprenons à les connaître, à s'attacher à eux, puis à éprouver de la tristesse.
A l'inverse, dans le monde de "maintenant", nous nous concentrons sur Lena. Le monde dystopique de la trilogie nous est, cette fois, exposé en profondeur. La révolte est complètement en place, et ça se sent. L'action est beaucoup plus présente dans ce second tome. Le chaos règne, l'adrénaline et le suspense vont crescendo. On s'agrippe aux pages du roman, les mains moites, pour parvenir à tenir le coup. Comme Lena, on se cramponne à quelques lueurs d'espoir, à nos rêves les plus fous.
Mais ce n'est pas tout. Car Pandemonium, bien que l'on aurait pu penser le contraire, regorge également de passion et d'amour. Oui, un nouveau personnage masculin va faire son entrée dans la vie de Lena. Et ce personnage, c'est Julian. Le fils du créateur de l'APASD, une association qui vise à supprimer le plus rapidement possible le deliria, la maladie de l'amour. Comment, pourquoi, à cause de qui ? Je vous laisse le découvrir. Mais comme je le disais, l'action est omniprésente. Préparez-vous donc à vivre les montagnes russes côté sentiments grâce à Julian.
Ce nouveau héros n'est pas comparable à Alex, mais je dois bien reconnaître que je l'apprécie grandement. Il représente parfaitement ce que la société de l'univers dystopique de Delirium veut nous faire comprendre : il gobe bêtement tout ce qu'on lui raconte, a peur d'approcher Lena, d'être contaminé par l'amour. Autant de choses qui m'ont rappelé mon addiction pour le premier opus de cette trilogie inoubliable, et qui m'ont permis de tomber amoureux de Pandemonium.
Rien que de repenser à tout ce qu'on traverse dans le roman, j'ai des palpitations. Tout est, une nouvelle fois, parfait. Lauren Oliver arrive à toucher l'endroit le plus profond de nos être. Nous émouvoir au plus haut point, c'est définitivement son truc. Elle sait nous renvoyer la dure difficulté qu'est celle de se battre pour ses rêves à la figure par le biais de mots et d'expressions saisissantes. Mais elle nous transmet sans cesse le même message : par amour, rien ne peut nous arrêter. Et c'est cela que je retiendrais du roman. Aussi bien grâce à la détermination de Lena que grâce aux instants palpitants, prenants, exaltés et profonds qu'elle va vivre avec Julian.
Nous sommes donc plongés dans un univers envoûtant, qui ne cesse de nous hanter et nous fasciner à la fois. L'aventure que vivent nos deux héros nous coupe le souffle et nous consume de l'intérieur. Jusqu'à la fin. Jusqu'à la dernière page, qui, elle, m'a laissé... Haletant. Écoutez-moi bien : ne lisez surtout pas la dernière ligne du roman si vous ne voulez pas vous faire spoiler. Car... Ouaw. Nous apprenons, enfin, ce qui est arrivé à Alex. Et, je vous préviens, c'est du très, très, très lourd. Je veux la suite. Sur-le-champ. Je ne sais réellement pas comment je vais faire pour attendre Requiem. Cette impatience, je vais la vivre comme une vraie torture.
En définitif, et je pense que vous l'aurez compris, Pandemonium est un roman brutal et extraordinaire, qui nous envoie autant d'espérances et de certitudes que de peines et de souffrances. On termine ce magnifique ouvrage les larmes aux yeux, avec un désir familier : une fois le livre refermé, on en redemande. Plus. Plus. Plus. Encore. Et toujours. Plus.

par Jordan
Sorcières & chasseurs, Tome 1 : Convoitise Sorcières & chasseurs, Tome 1 : Convoitise
Charlotte Munich   
https://elodie-liseuse-lifestyle.blogspot.fr/2018/02/sorcieres-chasseurs-tome-1-convoitise.html

La sorcelleries, le fantastique sont des genres que j'adore lire, et j'ai été servi avec ce premier tome de sorcières et chasseurs, et je tiens à remercier Amazon Publishing et NetgalleyFrance pour cette découverte.

Nous sommes plongés dans un Paris contrôlé par une reine sorcières et un chef des chasseurs. Les sorcières reçoivent de leur mère des grimoires, telles que Convoitise pour Leila, grimoire rempli de magie noire, qu'elle doit utiliser ainsi que d'autres pour utiliser son quota de magie. Dans le cas où elle ne l'utilise pas, elle se retrouve remplie de grouille, des sortes de cafards rampent sous sa peau. Ce qui l'oblige à utiliser ses dons sur des innocents, pustules, cancer et autres maladies. La magie est donc noire et va plonger Leila dans des situations difficiles et à la limite du danger de mort.

Du côté des chasseurs nous découvrons des hommes cruels, qui cherchent à tout prix à détruire les sorcières, pour cela ils doivent faire recours à des rites et manger le foie des sorcières. Satie, chef de ce groupe prend en chasse Leila. Commence un jeu du chat et la souris.

En règle générale je suis happée par ce type de lecture, et dans ce cas, la plume de l'autrice était très inégale, ce qui m'a bloqué dans la lecture. Trop d'alternance entre des moments d'action où l'on se retrouve pris dans l'intrigue sans pouvoir le lâcher et des enchaînement de chapitres long et qui manque d'intérêt. Surtout sur les cent premières pages, bien que l'intrigue s’installe et que l'autrice nous explique son univers foisonnant et fortement intrigant, la sauce à eut beaucoup de mal à prendre. J'ai combattu m'on envie de l'abandonner et finalement je me suis retrouvé attaché à Leila vers le milieu du livre et j'ai donc pris "plaisir" à suivre ses aventures très sombres et anxiogènes.

Car la force de ce roman vient de ses personnages, tous ayant de fort caractères et c'est ce qui finalement m'a donné l'envie de continuer, j'ai été attacher dès les premières secondes à Dita jeune sorcières de sept ans qui se retrouve à la rue suite à la disparition de sa mère. Leila jeune femme cherchant à retrouver sa sœur prise en chasse part un chasseur qu'elle à aimé et Satie et Arthur tous les deux différents mais qui se retrouve appliqué dans la vie de l'héroïne principale.

Je laisserai donc avec plaisir une chance au tome 2, lors de sa sortie.
Pari osé Pari osé
Belinda Bornsmith   
Un très bon tome avec une écriture fluide et mature, des personnages accrocheurs et une histoire tant attendue.Cruz était vraiment un de mes préférés,son charisme se ressentait dans chacun de ses chapitres. Bethany me paraissait plus fragile dans le tome 1 et quel bonheur de voir qu'elle a du caractère mais sans en faire trop.Leur romance vient tout en douceur,ça met du temps à se mettre en place mais c'est ce que je préfère, on apprend à les connaitre pour mieux comprendre l'évolution de nos deux personnages principaux.
Les secondaires me plaisent de plus en plus,ils ont leur importance dans cet univers.

par melywen