Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de LilyRause : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Une page d'amour Une page d'amour
Émile Zola   
C'est pour moi, le plus beau de la série des Rougons-Macquart au point de je l'ai volontairement sorti de mon groupe Zola pour le mettre en Diamant. C'est de la poésie en prose. Bien sûr de longues descriptions de Paris mais qui nous repose. Ce livre est le calme parfait, la douceur loin de l'agitation de la ville et le thème est particulièrement triste mais on l’accueille avec sérénité. Les émotions sont dignes et sincères. Bref magnifique.
Du grand Zola!

par Edith972
Tristes Tropiques Tristes Tropiques
Claude Lévi-Strauss   
Je ne sais pas comment, ni pourquoi un jour, j’ai eu la lubie de me plonger dans la lecture de ce livre. En avais-je entendu parler comme d’un monument ? Fait-il partie de ses livres qu’il faut avoir lu pour se comprendre et comprendre l’homme dans son histoire. Etait-il une des clefs qui permettrait de mieux me comprendre et prendre ma part aux défis de l’homme de demain ? Problèmes climatiques, environnementaux, crises de civilisations, religieuses... Rien n’a vraiment changé encore aujourd’hui sur nos rapports aux autres, à la nature, à l’invisible…
Classé en tant qu’ouvrage ethnologique, je pense que c’est aussi une autobiographie magnifique sur les voyages de Lévi-Strauss ; de l’Inde au Pakistan, du Brésil aux savanes du Matto Gross jusqu’au tropiques de la forêt amazonienne.
Je vais être honnête, il y a des passages que j’ai eu du mal à lire, à comprendre et à appréhender. Sur certaines parties, je m’y suis même repris à deux fois pour saisir le sens de la pensée de l’auteur. Mais il y a tant de chapitres percutants, fabuleux servis par une écriture belle et classique que ça a largement récompenser mes efforts. L’ensemble reste indiscutablement fabuleux et très enrichissant.
J’ai également trouvé beaucoup de poésie dans cet ouvrage. Les descriptions des paysages, des hommes et des sociétés sont splendides et précises. Les nombreux thèmes abordés dans « Tristes tropiques » sont riches en réflexions personnelles, philosophiques et humanistes (déjà écologiques ! ). J’ai trouvé fascinant l’érudition (très concrète) dont fait preuve l’auteur sur autant de thèmes hétéroclites. Cette pensée tentaculaire est fascinante par son absence de préjugé, par l’honnêteté des propos et par cet aveu d’assumer sans complexe ses contradictions.
Finalement, après avoir tourner la dernière page de ce livre, me voilà plus riche d’une multitude d’interrogations et de pistes de réflexion :
- Questions sur les rapports entre l’Amérique et la vieille Europe
- Questions sur nos rapports entre homme et femme
- Questions sur les rapports entre conquis et conquérants
- Et même des interrogations sur les rapports entre les grandes religions (Bouddhisme, Islam, Hindouisme et Chrétien)
A toutes ses réflexions, comme un feu d’artifice, j’ai eu autant de conclusions, de pensées qui se sont illuminées puis évanouies. A relire dans quelques années pour raviver mes pensées et ses idées.
Pour citer Lévi-Strauss dans son texte :
L'humanité s'installe dans la mono-culture; elle s'apprête à produire la civilisation en masse, comme la betterave. Son ordinaire ne comportera plus que ce plat.
Lévi-Strauss a écrit ça en 1955. C’est encore tellement d’actualité, tout comme l’ensemble du livre ! C’est passionnant comme aujourd’hui encore, l’auteur va à contre courant d’une certaine bien-pensance , du politiquement correct et nous enseigne un langage de vérité… A lire pour savourer cette lucidité…


par RMarMat
Paula Paula
Isabel Allende   
un roman magnifique tout en retenu ,une histoire bouleversante dont on sort secoué,déchirant!
Cent ans de solitude Cent ans de solitude
Gabriel García Márquez   
10 fois, peut être plus, et je ne m'en lasse pas... Le deuxième livre qui ne me quitte pas...Ce livre est universel, évoque l'air de rien des thèmes qui aujourd'hui encore peuvent être important.... GGM m'a fait voyagé, dans son monde, dans l'Amérique du Sud qu'il aime tant et jamais je n'oublierai que c'est aussi lui qui m'a donné envie d'écrire !
L'Amour aux temps du choléra L'Amour aux temps du choléra
Gabriel García Márquez   
Très long à lire, dommage puisque ce livre possède un très joli scénario. On apprend à s'attacher aux personnages, on assiste au temps qui passe pour chacun, on les voit peu à peu vieillir.
Leurs destins séparés se croisent sans cesse pour mieux se retrouver à la fin.
Une belle histoire à découvrir, où l'amour éternel que Florentino porte à Fermina nous touche, et même plus, nous fait rêver.

par rollitup
Le Vieil Homme et la Mer Le Vieil Homme et la Mer
Ernest Hemingway   
C'est une jolie histoire, facile à lire. Il n'y a pas grand chose à en dire, mais beaucoup à en tirer : en terminant le livre, on ne finit tout simplement pas sans en avoir tiré quelque chose.

par x-Key
Ensemble, c'est tout Ensemble, c'est tout
Anna Gavalda   
J'ai adoré le livre.
C'est un fragment de vie qui aurait pu se passer, qui s'est surement passé. On y croit, puisqu'il n'y a aucune raison de ne pas y croire. Les personnages sont attachants, le livre est bien écrit. Ce que j'aime chez A.Gavalda c'est qu'il y a juste à ouvrir le livre et à se laisser bercer. C'est fluide, ça coule tout seul, c'est magnifique.

L'adaptation filmique est très réussie. Pour une fois je n'ai pas été déçue (oui c'est rare) et les acteurs sont tellement à leur place dans cette histoire ... =)

par Gomette
La Confusion des sentiments La Confusion des sentiments
Stefan Zweig   
Voilà que je relis pour la troisième foi de ma courte « carrière » de lecteur cette nouvelle très courte mais au combien puissante de Stefan Zweig juste pour le plaisir de faire un commentaire le plus sincère possible à mes amis Booknood.
Cette lecture est troublante du point de vu de l’exploration de l’âme humaine. Zweig plonge vraiment au plus profond de nos ombres. Sa dextérité à décrire les douleurs de la passion sentimentale est tout à fait envoûtante.
C’est en effet des thèmes aussi variés que la débauche de la jeunesse, la transmission du savoir, l’éveil d’une relation dévorante, l’homosexualité, la fidélité qui sont abordés à travers ce trio que forme Roland, jeune étudiant de 19 ans, son professeur de philologie, exaltant Shakespeare, érudit de l’Angletterre Elisabéthaine et sa jeune femme délaissée, libre et vivante. Leurs relations sont ambiguës, pleines de non-dit et l’on sent bien combien chacun d’eux est soumis à une vérité inavouable et encore taboue pour l’époque (1927).
C’est presque un combat ! Lutte intérieur de l’élève face à son mentor afin de s’en faire aimer, d’avoir sa reconnaissance, sa gratitude, un geste… Roland a la jeunesse candide, naïve, se débat avec ses sentiments, tente de trouver dans cette relation l’amour d’un père absent, pour finalement se brûler les ailes au soleil de cet homme, qui l’abreuve de son savoir, de ses passions intellectuelles mais aussi de ses propres ambivalences. Cette passion, cet amour sera quasi fatale à Roland.
Mais c’est aussi un guerre intérieur pour ce professeur qui lutte tant bien que mal avec ses vieux démons, exacerbés par l’idolâtrie que lui porte Roland ; en même temps que ce dernier lui redonne une ambition passée et le goût à cette vie.
Enfin, escarmouche pour cette femme qui pour ne pas trahir les secrets de son mari, ni briser la foi de Roland, tente d’équilibré cette surtension intellectuelle en entraînant Roland dans des dépenses physiques, des promenades dans la nature… jusqu’à offrir son corps, au corps de Roland.
Stefan Zweig dans un style sensible et délicate esquisse en pastelle la réalité des sentiments humains tout en cachant délicatement la crudité des faits. C’est la confusion des sentiments, sentiments moraux et charnelles pour l’élève et son maître mais également pour le lecteur que je suis.
Je suis passé du chaud au froid, de l’ombre à la lumière face à cette explosion de sentiments précieux, pudiques, face à ses vibrations intenses, à ses passions tortueuses.
Voici dont une très belle lecture. En espérant que mon commentaire vous donnera envie de lire cette nouvelle.


par RMarMat
Sigmund Freud Sigmund Freud
Stefan Zweig   
Lorsque l'inconscient prend les traits d'un fantôme, le "çà" ceux d'une espèce de créature avec le zizi dehors... c'est le début de la psychanalyse et des sourires assurés.
Comment découvrir Freud ou l'Art d'aborder la philosophie autrement, voici une façon bien originale de découvrir des notions assez complexes, de nous parler de plaisir, de psyché, de moi et de surmoi, de sexualité et de libido, de caractère anal ou oral, de complexe d'Oedipe ou de complexe d'Electre, de désir et de refoulement, mais aussi de névrose et d'interprétation de rêves... et ce, sous forme de bande dessinée, fallait y penser, c'est une idée bien originale qui rend la philo, matière étudiée bien trop tard, beaucoup plus accessible et vivante.

par SuperNova
L'Ombre du prince L'Ombre du prince
Tran-Nhut   
Quel plaisir de retrouver Tân et Dihn, les Holmes et Watson vietnamiens ! Une série de meurtres replonge Tân dans sa jeunesse et Tran-Nhut, une nouvelle fois, réussit parfaitement à allier la culture de son pays d'origine à son intrigue. Le débat fait rage entre médecine traditionnelle et recours aux croyances populaires pour soigner mais l'intègre Tân n'en a cure, son unique remède est la vérité.

http://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.fr/2013/03/lorsque-lon-tient-entre-ses-mains-cette.html
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3