Livres
443 679
Membres
379 548

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par Maks 2019-01-14T18:02:04+01:00
Argent

Si l'on doit retenir un adjectif pour décrire ce roman, il s'agirait sans nul doute d' "original".

George Saunders mêle ici faits historiques sur la vie de Lincoln et histoire fantastique mettant en scène des fantômes dont le propre fils de Lincoln pour tisser une fresque théâtrale entrecoupée de citations.

Je vous avouerais que j'ai ressenti cette originalité de manière positive, c'est "LA" force du récit, qui est écrit avec audace, mais disons le, c'est aussi sa faiblesse, je me suis perdu par moment et surtout j'ai eu du mal à m'adapter à cette écriture, souvent gêné plus qu'informé par la profusion de citations.

Les personnages eux sont excellents, les fantômes se jouant de nous à base de joutes verbales tonitruantes, maniant les mots avec brio.

L'histoire en elle-même ne m'a par contre pas transcendé, c'est bon sans être captivant. Heureusement qu'il y a ces âmes en peine, coincées dans cette sorte de purgatoire.

Pour conclure je dirais que l'originalité de la construction est en même temps la force et la faiblesse de ce roman et que malgré beaucoup de points positifs, je reste mitigé en sortant de ma lecture.

Sur le blog :

https://unbouquinsinonrien.blogspot.com/2019/01/lincoln-au-bardo-george-saunders.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Hillja 2018-04-21T15:09:40+02:00
Diamant

C'est parce que son originalité est prodigieuse que ce roman est dit expérimental : c'est en fait un long dialogue entre multiples personnages mystérieux, coincés dans un au-delà nébuleux (le « bardo »), qui servent alternativement de narrateurs — et dont les noms sont notés un peu à la façon d'une pièce de théâtre, en plus écrits en bas de casse pour marquer le trouble et la dégradation de leur situation — ; ces interventions sont quelquefois entrecoupées par des chapitres composés de rapports et témoignages tantôt fictifs, tantôt réels, qui racontent la mort de Willie Lincoln et le deuil de son père Abraham avec beaucoup de subjectivité.

Passé la confusion première, puis l'ébahissement inévitable, c'est la curiosité qui pousse le lecteur de plus en plus loin dans le roman, et donc dans son univers paranormal. Le travail sur le langage est impressionnant : se mêlent néologismes et formules désuètes, une combinaison efficace déclinée dans plusieurs registres pour correspondre à chaque fois au caractère de l'intervenant (par moments c'est la vulgarité qui l'emporte, à d'autres la ponctuation disparaît tout à fait), si bien qu'il aura fallu patienter longuement avant d'avoir une chance de lire cet étrange (et fascinant) objet littéraire en français : c'est une traduction qui demande beaucoup de soins.

(Près de neuf mois après la lecture, ce machin me hante toujours.)

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode