Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Lindorie : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Cœur d'encre, Tome 1 : Cœur d'encre Cœur d'encre, Tome 1 : Cœur d'encre
Cornelia Funke   
J'ai découvert cette histoire il y a cinq ans, grâce à la fabuleuse couverture d'Hachette, qui m'a donné envie de plonger dans l'univers. Et malgré un gros morceau (plus de 600 pages), je n'ai jamais regretté... Il y a une telle poésie et une telle tendresse dans ce texte, qui pourtant comporte beaucoup d'action... J'ai voyagé vraiment pour la première fois avec ce livre, sentant la brise italienne sur ma peau et l'odeur des olives dans le vent...
Une très très belle expérience, même pour les jeunes qui n'aiment pas trop lire, très facile d'accès !
Arf j'suis quand même teeellement déçue de cette couverture pourrie que Gallimard nous a fichu... -_-"

par flo0wer
Endgame, Tome 1 : L'Appel Endgame, Tome 1 : L'Appel
Nils Johnson-Shelton    James Frey   
Une heure après la fin de ma lecture, je suis toujours aussi bouleversée. Sous le choc. Comment définir Endgame ? Juste époustouflant, incroyable, impitoyable.

J'ai mis exactement deux jours pour lire ce pavé de 538 pages. Tellement c'était bon, tellement c'était addictif. Comme beaucoup, au début, à cause du titre et du descriptif, j'ai eu peur de lire un pâle remake de Hunger Games. Mais ça n'avait vraiment aucun rapport. Aucun. On ne peut même pas les comparer tant ils sont différents. Parce qu'Endgame est cru, Endgame est noir, rempli de cruauté.

Mais j'ai très honnêtement apprécié au possible ce petit bijou. Je peux sans crainte le placer parmi les meilleurs romans qui m'ont été donnés de lire. Et malgré toute l'horreur contenu à l'intérieur de ces pages, James Frey a réussi, plusieurs fois, à me faire sourire. J'ai même ri, à un moment. Après je suis peut-être folle, je ne sais pas, mais il y avait un peu d'humour dans ce roman, pas grand chose, mais juste ce qu'il faut à mon goût pour ne pas sombrer dans un pessimisme total face à la cruauté d'Endgame.

Puis les personnages, mon dieu qu'ils étaient bons ! Ils ont tous, TOUS, quelque chose d'unique. Il n'y en a pas deux qui se ressemblent, ils ont leur propre personnalité, leur propre passé, et leurs propres motivations de gagner. Et je n'ai pu m'empêcher de frissonner devant certains Joueurs qui ne reculaient absolument devant rien. [spoiler]Je pense notamment à Baitsakhan, qui à mon avis est le plus avide de sang du haut de ses 13 ans, encore plus que Maccabee.[/spoiler] Au bout du compte, on éprouve plus d'affection pour certains Joueurs que d'autres, peut-être parce qu'ils sont plus mis en avant dans ce premier tome. Nous verrons bien comment Frey et Johnson vont répartir la narration pour la suite !

Et puis, plusieurs questions me trottinent dans la tête maintenant : normalement, dans les romans dystopiques, il y a toujours une personne qui entraîne la rébellion. Dans Hunger Games, Katniss. Dans Divergente, Tris. Mais dans Endgame, cela reste un mystère total ! Est-ce que des Joueurs vont se dresser contre le Peuple du Ciel ? Si oui, lesquels ? En tout cas, à la fin de ce premier volet, aucun des joueurs [spoiler]à part peut-être Hilal[/spoiler] ne semblent prêts à arrêter de Jouer. Patience donc.

Pour conclure, Endgame est, et je le dis sans aucun doute, un de mes livres préférés. Tout est bien mené, le scénario est bien ficelé, pas prévisible, et les personnages sont très bien travaillés (on a l'occasion d'en apprendre plus sur eux dans Endgame : Mission, cela leur donne plus de profondeur encore). Un final qui m'a choquée et émue aux larmes. Bref, j'attends la suite avec une impatience non cachée !

par MarineL
La Tour sombre, tome 1 : Le Pistolero La Tour sombre, tome 1 : Le Pistolero
Stephen King   
Pour tout fan de Stephen King, Le pistolero est le début d’une grande aventure que nous sommes impatients d’entreprendre bien que cela nous effraie un peu dans le sens où on s’attaque à l’œuvre centrale du maitre. Publié sous formes de nouvelles puis sous forme de roman en 1983. Celui-ci a été révisé en 2003 par l’auteur pour fluidifier cet ouvrage qui a une réputation (non fondée pour moi) d’ouvrage non accessible et repoussante. Personnellement, je possède l’ouvrage de 1983, non révisé et je n’ai appris l’existence de la nouvelle version qu’après ma lecture, j’ai donc pu aisément combler les différences entre les deux œuvres que je recense en fin de critique*.

J’ai lu cet ouvrage une première fois en 2010, il ne m’avait pas particulièrement marqué. Depuis j’ai évolué, grandi, muri et lu d’autres livres de Stephen King (dont Hypnose, livre très lié aux Tours Sombres). Cela étant, j’ai relu ce livre en 2012 et je me suis pris une claque.

On retrouve dans ce livre, les prémices de petits fragments et d’idéologie propres aux livres de Stephen King. Ce livre est un condensé des plus grands chefs d’œuvres de King et j’imagine bien qu’en réalité, c’est toute la saga Tour Sombre qui réunit son œuvre entière et que le Pistolero ne fait qu’introduire ce schéma titanesque.

Bref, Roland est un antihéros, on le déteste ou on l’aime, mais on est tout de même un peu attaché à ce personnage qui nous raconte partiellement sa vie, laissant derrière lui de nombreux mystères. L’Homme en noir est quant à lui mystérieux, le méchant de l’épisode qui au final me parait assez sympathique et bien plus attachant que le pistolero.

Durant tout le roman, l’un poursuit l’autre et rencontre des personnages tels qu’un enfant du nom de Jake ou un frontalier du nom de Brown. Roland raconte vaguement son enfance, son passage terrifiant par la ville de Tull ou comment il est devenu le Pistolero. Au-delà de ça, on ne sait rien. Quel est ce monde du « cinquième niveau » ? Les personnages sont-ils dans un éventuel futur ou dans un monde parallèle ? Stephen King a le don ici de nous faire pondre dans la tête des millions de questions, c’est pour moi l’essence même d’une introduction de saga. On ne commence pas ce livre pour ne jamais trouver réponses aux questions qui naissent dans notre cerveau tout au long de cette lecture.

Le dernier chapitre est particulièrement réussi. Surement parce que justement, on commence à sortir du brouillard (ou de l’obscurité des grottes) où King nous avait lâché. L’Homme en noir parle et son discours nous donne un vertige incroyable. Il nous amène au plus loin du « pourquoi ? ». Il nous amène dans un monde incompréhensible, un lieu que l’on peut juste imaginer (avec difficulté) et dont on ne saura jamais rien. Au-delà de la saga, ce chapitre nous amène à un questionnement sur l’univers comme d’autres romans tels que Dôme, Insomnie ou Ca y était parvenu.

Il faut ajouter à cela qu’il y a un lien entre notre réalité actuelle, notre présent, et le monde de la Tour Sombre, ce lien est encore flou pour moi mais il ne faut pas imaginer cette saga comme une saga de Tolkien mais bien plus comme une saga de Lovecraft si celui-ci avait pu en écrire une.

Et c’est bien cela qui est incroyable dans ce livre, on a beau rêver comme dans tout bon livre de fantasy, King y mêle notre réalité et le retour sur Terre en plein monde imaginaire donne une impression que seul ce livre a pu me procurer. Je suis donc impatient de passer à la suite.

*Liste non exaustive des modifications de 2003
– Ajout d’une double préface.
– Réécriture plus fluide du livre.
– Au début, Roland se sent "Vaadash".
– Le nombre récurrent "19" est introduit !
– Dans la version originale, Roland tuait Allie de sang-froid. Dans la version revisitée Allie le lui demande car elle a été maudite par Walter. Ce détail rend Roland un peu moins cruel !
– L'un des noms alternatifs de Maerlyn devient Légion et la Bête est nommée Roi Cramoisi
– Walter est désormais la même personne que Marten

par odin062
À la croisée des mondes, Tome 1 : Les Royaumes du Nord À la croisée des mondes, Tome 1 : Les Royaumes du Nord
Philip Pullman   
Alors je suis tombée dessus complètement par hasard, pcq j'aimais bien la couverture du tome 2.
J'ai cherché le 1, je l'ai trouvé et je l'ai tout de suis dévoré !!!!
Une trilogie Magnifique !!!!!
Pour ceux qui ne sont pas au courrant:
"Il était une fois dans le nord" relate la rencontre entre Lee Scoresby et Iorek !
"Lyra et les Oiseaux" 2 ans après la trilogie ! (Je ne le trouve pas sur Booknode) Je l'ai trouvé... Bof J'lai lu en 2h tellement il y a peu de page ! Mais c'est intéressant de savoir ce que Lyra devient !
"Le livre de la poussière" Pas encore sortis, et je n'ai aucune idée de la date de sa sortie, il se passe 4 ans après la trilogie, soit 2 ans après "Lyra et les Oiseaux". Dans se livre apparemment on comprendrait mieux la poussière, et on retrouverait nos personnages principaux !!!! :) D'après P.Pullman: "Ca sera un gros, gros livre" :)

par Fred_93
Noirs démons, Tome 1 : Tout ce qui brûle Noirs démons, Tome 1 : Tout ce qui brûle
Suzanne Wright   
Alors. D'après les quelques indices que j'ai pu glaner ici et là à travers l'histoire, il semblerait que Knox soit relativement possessif. No shit, me direz-vous, et c'est vrai que c'est un trait de caractère qui est assez discret chez ce personnage... Bon allez, trêve de plaisanterie, ce mec doit dire au moins 300 fois "tu es mienne" (ou toute autre phrase ayant la même signification) dans tout le tome, sans oublier toutes les autres formes de... euh, masculinité j'imagine, que l'auteure a égrenées durant son récit (comme des ordres à tout bout de champ, une arrogance incroyable, un besoin de contrôle vraiment pathologique et une certitude absolue que les femmes sont des poupées gonflables). Ah, mais parlons-en, de la poupée gonflable en chef, d'ailleurs ! Harper, si prometteuse, si sarcastique, si indépendante, si pleine de doutes... qu'est-ce qu'il t'est arrivé, chérie ? Pourquoi cette perte totale d'indépendance, pourquoi cette obéissance totale aux ordres de Knox, pourquoi ce semblant de personnalité qui, au final, ne ressort jamais aux bons moments ? Ceux qui liront ce commentaire me trouveront certainement méchante, mais sachez que ce roman m'a vraiment agacée. Agacée étant ici un euphémisme. Je n'imaginais évidemment pas une histoire bien originale ou pleine de suspense, heureusement pour moi, mais quand même, tomber sur ça ? C'est douloureux pour les yeux, des romans comme ça ! C'est ce genre de mecs qui est censé faire fantasmer ? Un milliardaire surpuissant maniaque du contrôle donneur d'ordres et de leçons habitué à obtenir tout ce qu'il veut et obsédé par le cul ? Je sais bien que Fifty Shades a initié un genre de culte mais quand même, faut se faire soigner.

Sincèrement, l'idée de base avec les démons, les alter ego etc. est vraiment sympa ! C'est différent des loups-garous et de leurs âmes sœurs tout en restant sensiblement sur la même branche, et on découvre des tas de nouveaux croisements, une société secrète et tout un tas d'espèces trop cools venues de la mythologie chrétienne. Mais voilà, tout tourne évidemment autour du lien entre Harper et Knox, et voir cette pauvre fille être contrôlée par ses hormones dès le chapitre 2, se targuer d'être quelqu'un d'insupportable et rebelle pour ensuite s'agenouiller quand il le faut et trouver ça totalement normal, ça fait juste mal au cœur. C'est peut-être un jugement très dur mais la première scène érotique (au chapitre 6, hein, alors qu'Harper avait juré ses grands dieux qu'elle ne coucherait jamais avec Knox) m'a limite paru être un viol tellement elle se fait manipuler dans tous les sens (oui, tu as bien lu) par ce... type. Et je pèse mes mots.

L'idée principale est passée donc je vais arrêter les frais. Si tu cherches l'histoire d'une relation malsaine, un mec ultra-possessif (genre vraiment), une explosion d'hormones tous les 3 lignes et des scènes très clichées agrémentées de "Harper est à moi, tu la blesses je te bute", bravo ! Ce roman est fait pour toi ! Sinon vraiment, passe ton chemin.
Sianim, Tome 1 : Masques Sianim, Tome 1 : Masques
Patricia Briggs   
J'ai commencé ce roman en connaissant déjà l'auteur qui est l'une de mes favorites.
Je n'ai pas été déçu : la trame a beau être simple, le style d'écriture nous emporte quand même dans cet univers.
J'ai un faible pour les changeforme et j'ai adoré cette nouvelle approche.

Puis bon faut avoué que Loup est quand même touchant et craquant !

par Lindorie
Sianim, Tome 2 : L'Épreuve du Loup Sianim, Tome 2 : L'Épreuve du Loup
Patricia Briggs   
Bien que j'avais aimé le premier, j'ai encore préféré le deuxième Loup à un côté plus humain dans ce tome et ça ne fait que rendre son personnage plus authentique.
J'ai adoré !

par Lindorie
La Trilogie du Magicien Noir, Tome 1 : La Guilde des Magiciens La Trilogie du Magicien Noir, Tome 1 : La Guilde des Magiciens
Trudi Canavan   
On débute en suivant l'histoire d'une petite fille pauvre avec une histoire plus tôt banale pour, au fil des chapitres, se retrouver dans un monde bien plus vaste avec pas mal de rancoeur.
Rothen est l'un de mes personnage préféré dans cette saga. Je trouve dommage qu'il n'est pas un peu plus au devant de l'histoire afin d'en apprendre plus sur son passé et sur sa famille.
Cery reste aussi un des personnages mystérieux qui me fait pensé à Kaz dans Six of Crows.
En tout cas j'ai aimé ce livre qui est tout simple et pourtant passionnant.

par Lindorie
La Trilogie du Magicien Noir, Tome 2 : La Novice La Trilogie du Magicien Noir, Tome 2 : La Novice
Trudi Canavan   
Ce deuxième est plus centré sur l'apprentissage de Sonée à la Guilde. La jeune fille se révèle particulièrement douée mais à cause de son statut social, elle est prise pour cible par Regin et sa bande.
En parallèle, Dannyl (nommé deuxième ambassadeur de la Guilde en Elyne) enquête sur les voyages de jeunesse d'Akkarin.

Ce tome souffre de quelques longueurs: répétitions des brimades subies par Sonéa et les voyages de Dannyl qui ne font pas avancer l'intrigue.

Ce deuxième est peut être un peu au-dessous de "La Guilde des Magiciens" mais il se lit toujours avec plaisir.
Et puis quel final!!!

par Eyllrië
La Trilogie du Magicien Noir, Tome 3 : Le Haut-Seigneur La Trilogie du Magicien Noir, Tome 3 : Le Haut-Seigneur
Trudi Canavan   
Une fin en apothéose.
Sonéa à parcouru bien du chemin depuis le tome 1. Et Akkarin est de plus en plus intéressant. On apprend enfin toute son histoire.
Il est dommage que ce soit déjà la fin ... mais bon, il faut bien une fin.

par Gayana