Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de LINETTE35 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Si rude soit le début Si rude soit le début
Javier Marias   
Madrid, 1980 : après quarante années de dictature, le vent du changement souffle sur la société espagnole. Le jeune Juan de Vere vient de trouver son premier emploi en tant que secrétaire privé du célèbre réalisateur et scénariste Eduardo Muriel. Celui-ci lui présente sa femme, la belle et inquiétante Beatriz Noguera, lui fait connaître son cercle d’amis et lui ouvre sans le savoir une porte dérobée sur son intimité et ses souvenirs.
D’abord fasciné par la vie de son patron, Juan découvre pourtant progressivement que le brillant décor a un envers bien plus obscur : pourquoi Eduardo Muriel déteste-t-il sa femme? Où se rend cette dernière lors de ses longues promenades en ville sans but apparent? Qui est en réalité le docteur Van Vechten, ce vieil ami de la famille, et faut-il croire ce qu’on raconte à son sujet?
Le jeune secrétaire va essayer d’éclaircir ces mystères, et bien d’autres, au cours d’une enquête captivante qui servira de cadre à son éducation sentimentale, dans ces années où Madrid s’est transformé en une interminable fête.
Après le succès mondial de Comme les amours (Gallimard, 2013), Javier Marías signe à nouveau une éblouissante fable moderne sur les frontières souvent incertaines entre la passion et la haine, entre la justice et le désir de vengeance, entre l’oubli et l’impossibilité du pardon.

(Source : Gallimard)

par x-Key
Des carpes et des muets Des carpes et des muets
Edith Masson   
Un village ordinaire. Jusqu’à ce matin où de paisibles villageois découvrent, noué à l’échelle d’un canal, un sac rempli d’ossements humains : à qui appartiennent-ils ? Qui a voulu cette mise en scène ? Pourquoi ?

Au comptoir, devant le Picon bière, on raisonne, on soupçonne, toutes les générations s’en mêlent. Les souvenirs remontent, des histoires d’amours honteuses, des jalousies de bastringue.

On se souvient d’un soldat allemand qui s’est attardé après la guerre, d’une jeune fille tôt enterrée, d’une noyade suspecte, d’une disparition mystérieuse, on décortique les généalogies familiales : tout fait indice. Désirs de meurtre, culpabilités tenaces, frustrations sexuelles, pulsions suicidaires remontent à la surface. Le maire fait de son mieux pour sauvegarder la tranquillité collective, mais les médias s’emballent, et avec eux une parole qui surgit là où, jusqu’alors, on tenait silence.

Un polar ? Certainement. Et aussi l’agitation des consciences et des mémoires chauffées à blanc par un mystère où chacun cherche des repères, des formes connues, à défaut peut-être d’une vérité.

Vingt-quatre heures de la vie d’un village, son histoire, sa culture, ses personnages, vingt-quatre heures à ressasser l’incompréhensible, à invoquer les morts et le passé, une journée et une nuit d’efforts afin d’établir une vérité où l’événement – domestiqué – pourra enfin trouver sa place, permettant aux choses de recouvrer leur logique et aux jours de reprendre leur cours ordinaire… jusqu’à la prochaine fois.

L’auteur
Née à Verdun en 1967, l’imaginaire d’Édith Masson s’est déployé dans une Lorraine marquée par les guerres : Des carpes et des muets, son premier roman, fait écho à la tranquillité d’une campagne douce et de pêcheurs taiseux, mais aussi aux bois et bosquets creusés de trous d’obus, aux récits de morts, de camps, d’exodes et de cruautés. La fréquentation des romanciers russes, des naturalistes français, des écritures de l’absurde et des moralistes, la poésie de Rimbaud et de Reverdy, ont participé à la formation de son goût.
Les Hommes Salmonelle sur la Planète Porno Les Hommes Salmonelle sur la Planète Porno
Yasutaka Tsutsui   
J'avoue avoir voulu lire ce livre à cause du titre et la couverture jouisseuse que je trouve gaiement aguichante et cocasse. Yasutaka Tsutsui, voix reconnue de la SF et du fantastique au Japon, a récolté plusieurs prix pour ses oeuvres, souvent empreintes d'humour (noir) et de surréalisme, parfois à la limite de l'absurde. Cette novella (de 90 pages), éditée pour la première fois en 1977, ne fait pas exception et "mocking weird" sont probablement les mots qui la définissent le mieux. Une "fine" équipe de scientifiques japonais s'est installée sur la planète Porno, ainsi surnommée puisque n'importe quel être vivant y fornique ou stimule sexuellement n'importe quel autre sans barrières entre espèces. Quand la biologiste tombe enceinte parce qu'elle a inhalé des spores de "un engrosse-veuve", plante particulièrement active, le chef de groupe envoie deux scientifiques et Yohachi (réputé être un chaud lapin) demander conseil auprès les Nunudiens, seule communauté d'humanoïdes autochtone. Pour les rejoindre les trois hommes doivent traverser marais, prairie, jungle et affronter faune et flore aussi saugrenues qu'excitées et survoltées par la concupiscence.
Ce n'est pas pour autant un texte proprement érotique, plutôt une comédie déjantée sur la sexualité qui, mine de rien, pousse à la réflexion sur le sexe... débridé, libre, refoulé ? Et qui dit sexe, pense accouplements, d'où peuvent résulter à l'occasion des fruits qui, dans ce recit, évoluent de façon pour le moins insolite. Évolution et dégénération de ces rejetons hybrides deviennent alors débat et controverses entre les deux scientifiques tout au long de leur aventure pédestre.
J'ai moins apprécié ces passages de l'histoire un peu trop alourdie de darwinisme et autres théories contraires ("à la Konrad Lorenz") qui me sont parfois passés par-dessus la tête.Par contre, j'ai pris mon pied en m'amusant des situations burlesques quand bêtes et végétaux s'en prenaient à nos trois compères qui avec plus ou moins de béatitude se faisaient farfouiller les parties... que l'auteur n'hésite pas à nommer sans jamais être vulgaire. Une Porno-parodie scientifictive sans aucune raideur qui flagelle !

par Do
La Poudre et la Cendre La Poudre et la Cendre
Taylor Brown   

Callum, jeune orphelin de quinze ans, est un cavalier hors pair. Ava, dix-sept ans, est enceinte. Pris dans la violence de la guerre de Sécession, les voici poursuivis par des chasseurs de prime. Commence une course éperdue sur des terres de désolation, à la recherche d'une vie meilleure. Bivouaquant dans le froid, se nourrissant de bêtes abattues, ils sont l'unique horizon l'un de l'autre.
Joyaux brut dans la lignée des œuvres de Cormac McCarthy et des films de Quentin Tarantino, La poudre et la cendre nous transporte tambour battant dans une épopée remplie d'amour, de sang et de poussière.


par MiLn
Le petit malheureux Le petit malheureux
Guillaume Clémentine   
Ce roman, souvent à la première personne, raconte l'histoire d'un jeune trentenaire qui vit seul à Paris. Il ne travaille pas, vit du RMI, traine dans la ville, se sent seul et rêve de l'amour. Il a quelques aventures, plutot sexuelles qu'amoureuses... Il sort avec ses amis, se saoulent, vont à des soirees ou ils s'imposent, et finissent pas se faire jetter...

par Biquet
Les Cygnes de la cinquième avenue Les Cygnes de la cinquième avenue
Mélanie Benjamin   
Je l'avoue avant de lire ce livre je ne connaissais Truman Capote que de nom. J'ai aimé me plonger dans sa vie et dans sa relation avec ses cygnes surtout Babe Paley.
Un magnifique roman qui décrit admirablement cette société où les apparences sont si importantes.
Une très belle découverte mais ce n'est que mon avis...

par Anne2702
La Maison au bout des voyages La Maison au bout des voyages
Yvonne Adhiambo Owuor   
Une bâtisse de pierre rouge érodée perdue dans le Nord du Kenya, une région si sèche que l’air y est poussière. C’est là que la jeune Ajany, tout juste rentrée du Brésil après des années d’absence, ramène le corps de son frère Odidi, tué par la police dans une rue de Nairobi. Tandis que les parents s’abandonnent à leur chagrin, un étranger se présente devant les murs aux teintes de corail : il s’appelle Isaiah Bolton et il cherche son père.
Dans la bibliothèque de la maison qui s’effondre, les livres portent un nom qu’il est interdit de prononcer, celui de l’officier britannique Hugh Bolton. Isaiah n’est pas le bienvenu, mais il est déterminé à comprendre pourquoi il n’a pas connu son père. De son côté, Ajany veut savoir ce qui est arrivé à son frère. Leur double quête va les confronter aux secrets d’une famille dévastée par l’histoire nationale et coloniale, et par la liberté insolente d’une femme.
Hommage flamboyant au Kenya, ce pays blessé à la beauté tragique, puzzle de passions mêlant l’intime et le politique, La Maison au bout des voyages est un somptueux roman irrigué d’une poésie âpre et lumineuse.

(Source : Actes Sud)

par x-Key
Presque ensemble Presque ensemble
Marjorie Philibert   
Si vous êtes amateur de belles histoires d’amour romantiques, passez votre chemin. Si vous préférez les sombres histoires de vengeance après une séparation douloureuse, passez également votre chemin : Marjorie Philibert a choisi d’ancrer son roman dans le réel, sans y ajouter d’effets spéciaux ou de spectaculaires retournements de situation. Bref, une histoire ordinaire. Celle d’un couple qui naît et se défait. Une histoire tellement ordinaire qu’il valait vraiment la peine d’aller voir ce qui fait qu’aujourd’hui le sexe remplace l’amour et la liaison éphémère prend la place de l’union durable.
Le couple en question est constitué de deux provinciaux venus à Paris pour leurs études. Nicolas est originaire du pays Nantais et s’intéresse à la sociologie, mais sans grand enthousiasme. Il n’a du reste pas de signe particulier, ni même un physique très avantageux. Il végète. Victoire n’est guère mieux lotie, mais dispose tout de même d’un physique agréable. Après une enfance en Corrèze et une adolescence prendra fin avec des vacances à Belle-Île et une première relation sexuelle très décevante derrière un bar, on la retrouve dans un établissement parisien qui diffuse la finale de la Coupe du monde de football sur grand écran.
Vous l’avez compris, nous sommes en 1998 et ce 12 juillet sera à marquer d’une pierre blanche pour des milliers, voire des millions de personnes.
Victoire, cela ne s’invente pas ( !), tombe dans les bras de Nicolas, emportée par la foule plus que par son désir. Mais qu’importe, le jeune homme pourra être éternellement reconnaissant à l’équipe de France qui a changé le cours de sa vie.
Car les deux jeunes amants peuvent profiter de l’été. Ils n’ont guère de moyens, mais peuvent passer des journées entières au lit, faire l’amour et se promener. Un peu comme ces autres jeunes qu’ils suivent fascinés sur petit écran. Avec Le Loft où ne vivaient que des êtres qui dormaient, mangeaient et baisaient, Nicolas et Victoire découvrent la télé-réalité et s’imaginent qu’un tel mode de vie a de l’avenir. Avant de se rendre compte qu’il faut tout de même songer à gagner un peu d’argent pour survivre dans cette société de consommation.
Après leurs dernières grandes vacances d’étudiants qu’ils passent dans le Lot, près de Cajarc avec leurs amis Stéphane et Claire, ils vont trouver des petits boulots, elle comme rédactrice dans un magazine de voyage, lui comme assistant dans un site consacré à la sociologie et plus exactement à la publication d’études basées sur la corrélation de statistiques.
Presque sans s’en rendre compte, ils poursuivent leur petit bonhomme de chemin ensemble. Le 21 avril 2002, en voyant Jean-Marie Le Pen apparaître sur leur écran en tant que candidat au second tour de la présidentielle, « ils crurent que leur vie prenait un tournant. » Mais il n’en fut rien. Pas plus d’ailleurs que durant l’été de la canicule, où « ils se jurèrent de faire des enfants, pour avoir quelqu’un puisse faire le numéro des pompiers avant qu’il ne soit trop tard. » Projet avorté, si je puis dire.
C’est que chacun semble poursuivre sa propre route : « On s’épuisait à se parler sans s’écouter, à expliquer sans se comprendre, à souffrir comme si on avait tout le temps devant soi pour finir par passer sa vie côte à côte comme deux vaches dans un pré. »
Tandis que Nicolas démontre que les hommes célibataires qui achètent des surgelés sont beaucoup plus susceptibles que les autres d’adopter des comportements violents, Victoire teste le matelas d’un hôtel de luxe à Majorque.
Si leur sexualité s’étiole, la tendresse reste. L’achat d’un chat vient apporter un peu de fantaisie et un peu de douceur dans une vie trop ordinaire.
Pour l’épicer un peu, chacun va s’essayer à la relation extra-conjugale. Nicolas avec Soo-Yun, une étudiante coréenne en sciences de l’information à Séoul, qui a étö engagée comme stagiaire par son patron. « Hélas, son aventure était sporadique et intense, exactement à l’opposé de sa vie de couple : un adultère tout ce qu’il y a de plus classique. Soo-Yun, il le savait, ne pourrait jamais constituer qu’une aimable excursion éphémère. »
Du fait de ses voyages jusqu’au bout du monde, Victoire opte pour des rencontres de passage, avec Simon le Belge très vite oublié, avec Sten, le Suédois d’Uppsala qui aime lui raconter sa vie de famille et son enfance ou encore avec Rodolfo l’Argentin qui va devenir très intrusif et entend tout savoir de ses ébats avec Nicolas et va finir par l’exaspérer.
« À l’automne, leurs amants disparus, ils revinrent l’un vers l’autre, comme d’autres font leur rentrée. Leur couple était là ; il les attendait. »
Marjorie Philibert, après Aurélien Gougaud et son Lithium, brosse le portrait d’une génération qui se cherche sans jamais se trouver, qui s’imagine pouvoir s’inscrire dans un schéma classique sans pour autant disposer des armes qui leur permettrait de résister aux difficultés, aux conflits inhérents à leur manque de moyens ou encore à leur démotivation face à cette crise qui n’en finit pas.
C’est joyeux puis triste, c’est encourageant puis désespéré. L’idéalisme fait soudain place à un réalisme froid. Les quelques notes d’humour qui parsèment le récit ne parvenant pas à nous faire éviter le spleen qui nous gagne au fil des pages.
http://urlz.fr/4GGn

par hcdahlem
La Porte du secret La Porte du secret
Christel Noir   
Une comédie romantique, avec une dimension fantastique que chacun interprétera à sa sensibilité. Un roman sur le deuil, puisque Marie comme Josh restent attachés à un cher disparu, sur son acceptation pour mieux se libérer du passé et construire l'avenir. Mention spéciale pour l'improbable duo Emile/Noémie qui ajoute une touche de fantaisie et d'émotions à ce roman plein de douceur et de tendresse.

http://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.fr/2015/05/lamour-dans-ma-vie-ressemble-ca-une.html