Livres
478 229
Membres
459 774

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Caki-1 2018-11-09T11:23:21+01:00

Conway se pencha vers moi et effleura mon front avec ses lèvres.

— Bienvenue à la maison.

Mes vêtements étaient bien rangés dans la penderie. Toutes les choses que j’avais été forcée d’abandonner étaient toujours là. Mon maquillage et mes produits capillaires étaient dans le tiroir de la salle de bain, et celui de la commode était rempli de culottes et de lingerie.

Cela faisait trois mois. Je pensais qu’il avait tout jeté.

— Tu as tout gardé.

— Évidemment.

Il retira son blouson et le jeta sur le dossier d’une chaise. Il tira ensuite sur sa cravate et la posa par-dessus. Un par un, il retira ses vêtements jusqu’à se retrouver en boxer noir.

Il n’était pas aussi musclé qu’avant. Ses bras étaient moins sculptés et ses abdominaux moins dessinés. Il n’avait pas pris du poids, seulement perdu du muscle. À force de ne pas manger et de ne plus faire de sport, il avait changé d’apparence.

Il m’était arrivé l’inverse, parce que mon travail m’avait obligé à faire du sport et à me muscler.

— Tu veux que Dante nous apporte à dîner ?

Mon horloge interne était déréglée. Ici, c’était le soir, mais j’étais toujours en plein jour dans ma tête. J’avais beaucoup dormi dans l’avion et je n’étais pas fatiguée.

— Non, ça va.

Je me déshabillai jusqu’à me retrouver en culotte. Comme si c’était hier, j’ouvris son tiroir et cherchai un tee-shirt propre à mettre. Je regardai les piles en souriant, comprenant que certaines choses n’avaient pas changé. J’en choisis un blanc et l’enfilai, m’enveloppant du coton qui sentait naturellement son odeur.

— Tu as envie de faire quelque chose en particulier ? Je pourrais t’emmener voir les chevaux, mais il fait froid et noir.

Je tirai sur la couverture et m’installai dans notre lit – celui dans lequel je m’étais habituée à dormir. Je m’étendis entre les draps, sur le matelas. Il était exactement comme dans mon souvenir, très confortable. C’était comme un rêve de m’allonger à nouveau dans ce lit. Je m’étais imaginée là si souvent, et lui entre mes cuisses, alors que j’étais à New York, la main entre mes jambes.

— J’ai juste envie de m’allonger… Ce lit m’a manqué.

Afficher en entier
Extrait ajouté par micaroval 2019-05-01T22:17:28+02:00

— Je ne veux pas t’aimer. Je ne veux pas ressentir toutes ces choses. Je ne veux pas rester assis chez moi et penser à notre voyage en Grèce. Je ne veux pas me toucher en pensant à toi, alors que je pourrais baiser une autre. Je ne veux pas que tu aies cette influence sur moi, cette emprise sur mon bonheur. Si c’était possible, je t’oublierais et je ferais défiler dans mon lit des femmes dont je ne me souviendrais jamais. Mais je ne peux pas… parce que tu fais partie de moi, maintenant. Même alors que tu es à l’autre bout du monde, je te suis fidèle. Je m’inquiète pour toi. Je rêve de toi. Je rêve que tu es de nouveau mienne. Je ne peux plus me mentir à moi-même – au monde entier.

Je pris son visage entre mes mains et l’obligeai à me regarder droit dans les yeux.

— Je t’aime, Muse. Je t’aime depuis que j’ai posé les yeux sur toi. Tu es devenue ma muse, mon obsession, puis l’amour de ma vie. S’il te plaît, dis-moi que tu m’aimes encore. Dis-moi que ce n’est pas trop tard.

Afficher en entier
Extrait ajouté par micaroval 2019-05-01T12:26:49+02:00

— Vanessa nous a dit, à ta mère et moi, à propos de Sapphire, il y a quelques semaines. Je me suis dit que j’allais te laisser respirer. Je me demandais si tu allais venir m’en parler de toi-même… Mais on dirait que non.

— Il n’y a rien à dire.

Je m’adossai au canapé, un bras sur l’accoudoir.

— Tu as raison. Ta barbe et ton regard valent mille mots.

Mon père n’avait pas peur de dire la vérité – même si elle faisait mal.

— C’est vraiment ce que tu veux ? Tu as une mine affreuse.

Afficher en entier
Extrait ajouté par micaroval 2019-05-01T10:08:34+02:00

— Je n’ai pas honte de te dire que je t’aime, que je veux passer le restant de mes jours à tes côtés. Je me fiche de ton yacht en Grèce ou des beaux vêtements que tu m’achètes. Je veux m’endormir chaque nuit à tes côtés et t’écouter respirer quand tu rêves. Je veux être enceinte de ton fils ou de ta fille, devenir ton épouse et porter une belle robe blanche. Je veux que nous soyons ensemble pour toujours et enterrés sous la même stèle. Je peux le dire sans honte, même si tu me rejettes, parce que c’est la vérité. Et je ne veux pas me contenter de moins que ça. Je ne peux pas t’aimer de tout mon cœur si tu ne me rends pas la pareille. Même si je t’aime, je sais que je ne mérite pas ça.

Elle poussa un soupir discret, les yeux de plus en plus humides.

Afficher en entier

I was pissed about everything. I was pissed she fucked up our relationship by admitting her feelings so publicly.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode