Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de lionelthouvenin : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Solaris, Tome 3 : Le Jugement du guerrier Solaris, Tome 3 : Le Jugement du guerrier
Brian Jacques   
Le moment de la terrible rencontre est arrivé. Sigrif le furet, seigneur de la guerre, suivi de son armée de renégats, est au pied de Salamandastron. Tout en haut de sa forteresse, Solaris le blaireau, son ennemi de toujours, guette le sinistre furet. Dès qu'il l'aperçoit, il sent bouillir en lui le sang de ses ancêtres et fonce tête baissée...

par Myrga
Terre Vampire, tome 3 : La légende du Tonnerre Terre Vampire, tome 3 : La légende du Tonnerre
E. E. Knight   
Un final qui laisse présager une suite; mais sortira-t'elle un jour ? Il serait dommage que cette série se termine ainsi.

par biocyber
Star Wars - le Nouvel Ordre Jedi, tome 11 : Derrière les lignes ennemis - 1 : Le rêve rebelle Star Wars - le Nouvel Ordre Jedi, tome 11 : Derrière les lignes ennemis - 1 : Le rêve rebelle
Aaron Allston   
Système de Pyria : occupation de Borleias, premier jour

— Un dieu ne peut pas mourir, dit Charat Kraal. Il ne redoute donc pas la fin. Entre le dieu et le mortel, qui est le plus courageux ?
Charat Kraal, un pilote yuuzhan vong de plus de deux mètres avait une peau pâle aux endroits où des tatouages géométriques ne la recouvraient pas. Son faciès n’était plus qu’une immense cicatrice : des années auparavant, le milieu de son visage avait été dévoré. Plus de nez, plus de traits, seulement des cartilages et des orifices horizontaux en guise de narines. Son front, moins fuyant que ceux des autres Yuuzhan Vong, paraissait presque humain… Charat Kraal avait tué tous ceux qui s’en étaient moqués. Il dissimulait sa tare comme il pouvait, se rasant les cheveux et tatouant son crâne pour détourner les regards. Un jour, il gagnerait le droit à un implant qui masquerait sa difformité, et ses problèmes seraient résolus.
Aujourd’hui, par-dessus son pagne de guerrier, Charat Kraal portait la combinaison environnementale transparente des pilotes yuuzhan vong. Les deux vêtements étaient des créatures vivantes, conçues et élevées pour accomplir les tâches nécessaires à la gloire des Yuuzhan Vong.
Assis dans le poste de pilotage de son corail-skipper, Charat Kraal ne portait pas son capuchon cognitif… Une créature vivante elle aussi. Ressemblant à un masque, la capuche le maintenait en contact mental avec son vaisseau et lui permettait de sentir et de piloter avec l’agilité de la pensée plutôt qu’avec ses muscles.
Le corail-skipper volait en vitesse de croisière.
Charat Kraal et son partenaire, Penzak Kraal, étaient en orbite haute au-dessus de Borleias. La planète, récemment prise aux infidèles, avait servi de base à l’attaque des Yuuzhan Vong sur Coruscant. Borleias, un monde vert, était peu souillé par les habitations mortes des infidèles, ni pollué par leurs outils technologiques. Une seule base militaire, à présent détruite, avait résisté.
La voix de Penzak Kraal sortit du villip intégré au poste de pilotage, juste sous la verrière. La plupart des coraux-skippers n’en étaient pas équipés : ils communiquaient grâce aux signaux télépathiques des coordinateurs yammosks.
Mais les patrouilleurs à long rayon d’action avaient besoin d’un moyen de communication plus direct.
— Ne sois pas stupide, dit Penzak. Le dieu du courage est par définition plus courageux que n’importe quel Yuuzhan Vong, que n’importe quel être vivant…
— En es-tu certain ? protesta Charat Kraal. Imagine que tu deviennes immortel… en restant un Yuuzhan Vong. Tu pourrais tuer sans jamais risquer la mort, sans la défier, ni choisir le lieu et la date. Qu’est-ce qui est le mieux, être courageux le temps d’une courte vie ou ne jamais rien risquer ?
— Qu’importe ! Ce choix ne nous appartient pas. Mais si j’y étais confronté, j’opterais pour l’immortalité. Avec le temps, je retrouverais le courage des Yuuzhan Vong. Peut-être pourrais-je un jour tuer une étoile…
— J’ai entendu dire que… commença Charat Kraal.
Il s’interrompit.
— Quoi ?
— Que les infidèles l’avaient fait. Qu’ils avaient appris à tuer une étoile.
Penzak Kraal siffla de colère. Sur le villip, ses traits exprimèrent du mépris.
— Et puis ? Ils l’ont tuée de la mauvaise façon, avec leur mauvais esprit et leurs mauvais instruments. Et comme des idiots, ils ont dû perdre le secret. Sinon, aujourd’hui, ils détruiraient nos vaisseaux-mondes un par un…
— Il semble aussi que les dieux leur souriaient, dit Charat Kraal en baissant la voix. (Mais seul Penzak Kraal pouvait l’entendre…) Les dieux seraient favorables aux infidèles.
— Ridicule.
— Comment savoir ce que pensent les dieux ?
— Je l’ignore, de même que j’ignore comment faire apparaître un des vaisseaux ennemis afin de le détruire pour ma gloire personnelle…
Et pourtant, un vaisseau ennemi se matérialisa au loin. Il avançait dans leur direction, vers Borleias.
— Penzak, es-tu fou ?
— Mes paroles ne l’ont pas fait apparaître, crétin !
Le villip se modifia, signalant un changement chez Penzak. Il venait d’enfiler son capuchon cognitif et Charat l’imita. Son environnement devint transparent. Il voyait maintenant par les sens du corail-skipper, dans toutes les directions, avec une précision à couper le souffle.
Un vaisseau infidèle. Non, plusieurs. Les méprisables engins métalliques sortaient de l’hyperespace, fonçant vers Borleias.
Vers Charat et Penzak.
Par le capuchon cognitif, Penzak alerta le commandant du Domaine Kraal, sur Borleias.
Le premier vaisseau de la Nouvelle République, un triangle blanc aux angles acérés, passa au-dessus des deux coraux-skippers, les plongeant dans l’ombre. Sans être aussi imposant qu’un vaisseau-monde yuuzhan vong, il était tout de même énorme, et si proche que Charat avait l’impression de pouvoir le toucher.
Penzak Kraal fit plonger son corail-skipper et vira, suivant la trajectoire du grand navire. Charat fit de même. Au-dessus de lui, les éclairs des réacteurs annoncèrent le lancement des chasseurs.
— Comment pouvons-nous leur faire le plus de mal ? demanda Charat.
— Suis-moi à l’intérieur. Nous entrerons pendant les opérations de décollage. Avec ses chasseurs à proximité, le vaisseau n’osera pas tirer. Nous pénétrerons dans les baies de lancement, détruirons leurs installations puis éventrerons le vaisseau de l’intérieur.
Prenant un virage, le corail-skipper s’éleva et se dirigea vers le ventre du vaisseau. Charat le suivit.

par neicna16
Le Dernier Souffle, Tome 1 : Le Don Le Dernier Souffle, Tome 1 : Le Don
Fiona McIntosh   
Ce livre était dans ma Pal depuis pas mal de temps déjà. Et c'est ma soeur qui; l'ayant lu juste avant moi, m'a fortement recommandé de le lire. Et je regrette de ne pas l'avoir fait plus tôt !
Ce livre c'est un concentré d'action et de rebondissements pour le moins inattendus ! C'est le genre de livre qui nous tient en haleine du début à la fin. Le genre de livre où l'on se dit "Allez, plus qu'un chapitre !!".
Ce même genre qui fait que l'on veut à tout prix savoir la fin et en même temps, on ne peut s'empêcher de l'appréhender. Et refermer le livre n'est que source d'angoisses et d'interrogations, si bien que, malgré nos craintes, on réouvre le livre et poursuit notre lecture, jusqu'à finalement avoir le fin mot de l'histoire.
A notre plus grand malheur, car, tout au long du livre, l'auteur se joue de notre patience, maitrisant à la perfection l'art du suspens !
Dès lors que l'on se dit que le personnage principal va enfin pouvoir souffler, que ses plans se dérouleront sans accrocs, et bien l'auteur en à décidé autrement ! Elle renverse les situations avec une telle adresse, qu'on ne la voit pas venir ! Et ça ne manque jamais ! A chaque fois, on se fait avoir de la façon la plus inattendue qui soit !
Petit point négatif cependant, les premiers chapitres ne sont qu'une succession d'élipses temporaires. Elles servent à mettre l'histoire en place, certes, mais c'est tout de même un peu dommage.
Toutefois, ce livre reste une magnifique découverte et je le recommande grandement aux fans de fantasy qui cherchent un souffle nouveau (aux autres aussi d'ailleurs !) !!

par Fantasyae
Artemis Fowl, Tome 4 : Opération Opale Artemis Fowl, Tome 4 : Opération Opale
Eoin Colfer   
Un tome peut-être plus profond que les précédents. Mon préféré reste néanmoins le troisième pour le moment, ce qui ne m'a pas empêché de lire avidement celui-ci, et d'avoir hâte de commencer le suivant ! J'ai beaucoup de plaisir à retrouver chaque personnage à chaque fois, leurs aventures sont palpitantes et leurs intentions un peu plus nobles désormais.
Le Fils de Luc, Tome 1 : Tarkan le tyran Le Fils de Luc, Tome 1 : Tarkan le tyran
Brian Jacques   
C'est étrange, à la bibliothèque ils sont tous en un livre...

par avalivre
Trêve à Bakura Trêve à Bakura
Kathy Tyers   
Celà fait vraiment un bout de temps que je l'ai lu, mais si mes souvenirs sont bons il me semble que je l'ai bien aimé!

par angevert
Star Wars - La croisade noire du Jedi fou, Tome 2 : La bataille des Jedi Star Wars - La croisade noire du Jedi fou, Tome 2 : La bataille des Jedi
Timothy Zahn   
J'ai moins aimé ce tome que le premier. Je l'ai trouvé plus lent et je n'ai pas reconnu les personnages. Le gros point fort du livre est la bataille spatiale finale, selon moi.
J'espère que le dernier tome sera meilleur.

par Natiguane
Les Chevaliers d'Émeraude, tome 11 : La Justice céleste Les Chevaliers d'Émeraude, tome 11 : La Justice céleste
Anne Robillard   
L'ensemble de la série est génial ! Mais celui là c un de mes préfééré ! Bon ce qui est horrible et qui ma fais chialé (et qui vous fera chialé d'ailleurs c'est [spoiler]la mort de Wellan ! C'était vraiment trop horrible ! Mais bon j'ai entendu dire qu'il sera réincarné dans le corps du fils de Kira , mais tellement émouvant quand même ! [/spoiler] Voilà un super tome comme d'habitude !
Mariel, tome 3 : La Forêt hostile Mariel, tome 3 : La Forêt hostile
Brian Jacques   
Très bon, mais je ne comprends pas pourquoi les personnes mèttent un livre de 300 pages en tris livres???

par Yohannai