Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Lirrielle : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Chesstomb Chesstomb
John Ethan Py   
Présentation de l'éditeur: "un document colossal, la naissance d'un maître de l'horreur !"

Réaction à chaud: On prend une grosse claque en le lisant!

Avis général : C’est un texte très très malin. Qui prend plaisir à saupoudrer ses indices tout au long du récit et titille la sagacité des lecteurs les plus exigeants ! De la première à la dernière page. Déjà un phénomène dans le monde de la littérature fantastique ! (voir le site du livre et la vidéo...)

Vous aimerez : si vous êtes un fan de Lovecraft, si vous aimez être surpris (quitte à prendre une grosse claque en refermant le bouquin…) et si vous aimez qu’un texte fantastique vous apporte plus (bien plus) que de simples scènes horrifiques (et si vous aimez ça, elles sont assez nombreuses dans ce livre autant le dire et assez hard).

Il n’est pas aisé de faire la chronique d’un livre pareil sans en dévoiler trop...

La structure du livre : très atypique : le livre est conçu comme roman épistolaire à la Dracula. On suit ainsi une suite impressionnante de documents de diverses sources. Au fur et à mesure que l’on avance l’ambiance se met en place. On fait connaissance avec cette ville, Chesstomb pour le moins étrange.

L’inattendu du livre : des ingrédients surprenants : que vient faire René Descartes là-dedans et quel est son lien avec Lovecraft et surtout le docteur West ? Mais la réponse est très habilement amenée et de manière très cohérente. Et on apprend plein de choses déroutantes sur ce philosophe.

Les atouts du livre : pilier central : un journal magnifiquement écrit dans l’ambiance des années 20 relatant la rencontre de Lovecraft avec un de ses personnages. Magnifique fantasme bluffant pour ceux qui connaissent la nouvelle Herbert West réanimateur et la vie du Maître de Providence. Le tout servi par une galerie de personnages sombres et déviants.

Autre atout : un rythme soutenu avec des personnages attachants. Le suspens ne descend pas et quand on croit que c’est fini, il reste 30 pages absolument renversantes. De la première à la dernière page ce roman est pensé pour le plus grand plaisir du lecteur.

Avertissement: on remarquera que ce roman n'a pas de point final et que sa dernière phrase est coupée... Ce n'est pas une erreur d'impression dont aurait souffert votre exemplaire, non, mais bien une dernier touche qui pousse la subtilités et l'intelligence de texte dans des confins inhabituels pour un texte fantastique. (Les plus attentifs trouveront dans le texte l'explication de cette fin...)

L’astuce du livre: ce texte est d’emblée placé sous le thème du Baroque. Il file le thème et la métaphore, les jeux à plusieurs niveaux de lectures, avec maestria et jusque dans ces remerciements... (mais je n'en dit pas plus. Par chance j'avais à peu près les même références mais il m'a fallu une ou deux minutes pour tilter.)

Les plus du livre : une belle et subtile réflexion sur l’acte créateur littéraire mise en scène dans le texte même. Une magnifique couverture signé Alexandre Dainche qui rend parfaitement l’ambiance du bouquin.

Les références et influences : dans le même style on pense à Drood de D. Simmons et à L'échiquier de Mal, à Dracula bien sûr, aux romans de Graham Masterton dans la lignée du Portrait du mal…

Le livre en un mot : subjuguant !

La Part des Ténèbres La Part des Ténèbres
Stephen King   
C'est également mon premier roman de Setephen King et je dois dire que je ne m'attendais pas à ça quand j'entendais dire qu'il était l'un des plus grand dans les romans de terreur. Il nous plonge dans l'incroyable psychose de ses personnages, nous faisant passer d'une boucherie aux coups de téléphones angoissants comme dans les films d'horreur. De l'angoisse et des frissons sont au rendez vous, alors accrochez vous !!

par Twax
Le Roman de Carthage, tome 3 : Hasdrubal, Les bûchers de Mégara Le Roman de Carthage, tome 3 : Hasdrubal, Les bûchers de Mégara
Patrick Girard   
A travers cet ultime volet du Roman de Carthage, Patrick Girard ressuscite les ors de la splendide cité punique.
Le Dernier Magicien Le Dernier Magicien
Robin Hobb   
Un livre ni bien, ni mauvais. Agréable à lire, mais pas passionnant pour autant. Légèrement décevant.

Dans ce livre de Robin Hobb, nous avons le monde d'aujourd'hui, mais qui est mêlé à une petite touche de Magie, mais pas n'importe laquelle, car pour être Magicien, il faut rester extrêmement pauvre ..

par NoMu
Frankenstein Frankenstein
Mary Shelley   
Un excellent livre avec son lot de monstruosité et parfois surpris par ce récit vraiment bien écrit et pas toujours facile, car le monstre n'est pas toujours celui qui a l'apparence du monstre excellent !
qui ne connaît pas Frankestien un livre choc j'ai adoré!
Méchant Garçon Méchant Garçon
Jack Vance   
C'est un roman dur et éprouvant mais génial car éfficace ou nait un voyeurisme malsain.
Jack vance a frappé fort avec ce livre qui d'habitude est plus encrée dans la science-fiction.
Je le recommande vivement.
BADTASTE81
Drood Drood
Dan Simmons   
Bouquin que j'ai eu beaucoup de mal à lire et surtout à terminer mais je me suis accroché. Dans un style radicalement différent de ce à quoi nous a habitué l'auteur. La première partie du bouquin flirte avec un melange de fantastique et de polar , la suite étant beaucoup plus psychologique et beaucoup plus lourde.
La Fille du roi des elfes La Fille du roi des elfes
Lord Dunsany   
Il est toujours bon de se tourner vers les fondamentaux, c'est pourquoi ma curiosité est allée vers un texte étant considéré comme l'un des premiers romans de Fantasy, édité avant même que le genre soit nommé ainsi !
Ce roman, La Fille du roi des elfes, écrit en 1924, se situe entre le conte merveilleux et la fantasy épique. Il est réputé comme étant son chef-d'œuvre, et après avoir lu que tout amateur de fantasy se devait de le posséder dans sa bibliothèque, je n'avais plus qu'à obtempérer docilement ;)

Oubliez la traditionnelle phrase « Ils se marièrent et vécurent heureux », ce qui nous est conté ici est ce qui vient ensuite...
Dunsany raconte ce qui se passe APRÈS le mariage entre un mortel rattaché aux choses de la terre, et une princesse fille du Roi des Elfes, immortelle et issue du Royaume Enchanté.

La prose est poétique et nous emmène sur des chemins contemplatifs mettant à l'honneur la nature dans toute sa splendeur et diversité. Celle-ci est mise en scène en grande pompe si j'ose dire, et témoigne de la place d'honneur que veut lui donner l'auteur.
Dunsany y restitue l'imprégnation des collines et pâturages de l'Irlande de son enfance et de leur atmosphère légendaire. L'enchantement et la musique de l’antique Tara n'est jamais très loin dans cette histoire merveilleuse.

Lord Dunsany était un chasseur passionné, et cela se ressent énormément dans cette histoire. Les (trop longuets à mon goût) passages de chasse à la Licorne, frénésie du chasseur avec ses chiens lancés à la poursuite de leur proie, trahissent de l'enthousiasme de l'auteur pour cette activité. J'avoue qu'ils m'ont rebuté, laissant mon attention se relâcher plus d'une fois.

En revanche, j'ai apprécié sa façon de décrire les terres imaginaires du Royaume enchanté, de matérialiser sa frontière avec la terre des hommes, et de la faire refluer lorsque le prince cherche à retrouver Lirazel retournée chez son père.
Le franchissement entre les deux mondes est au cœur du récit, l'un étant figé dans une immobilité perpétuelle, tandis que dans l'autre, le temps s'écoule inexorablement.

L'arrivée de la magie dans le monde des humains met en lumière tout le talent de Dunsany pour nous parler des esprits magiques et des êtres fantastiques ! Cette histoire est digne des meilleurs contes classiques pour enfants, mais dans un style, et parfois même avec une certaine emphase réservés aux adultes qui n'enlèvent rien à son côté fabuleux.

Je mentirais si je disais que je me suis laissée emporter par ce roman ! L'écriture est trop lyrique, le style un peu vieillot et contemplatif en comparaison de la Fantasy tonitruante d'aujourd'hui. Certains passages ont laissé poindre l'ennui, je l'avoue... Mais je ne regrette en rien cette découverte qui m'a plongée à la source de la Fantasy, et qui détient cette aura féerique des textes fondateurs étant à l'origine de ce genre que j'aime tant !!!

Ma chronique complète :
http://lup-appassionata.blogspot.fr/2017/04/la-fille-du-roi-des-elfes-de-lord.html

par Lupa
Les enfants du soleil Les enfants du soleil
Pauline Gedge   
Un pharaon qui aura voulut révolutionner toutes les croyances de son peuple, et au final il sera hait au point que les prêtres ont voulu effacer jusqu'à son nom...
Un roman magnifique...

par Palmyre
Le Parfum Le Parfum
Patrick Süskind   
Je m'attendais à un roman long, incompréhensible et barbant, mais c'est raté et j'ai été agréablement surprise. Comme l'à dit une critique :" à chaque page, de nouvelles senteurs", c'était le but non ?

par vagabonde