Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Lola5405 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Petite Boulangerie du bout du monde La Petite Boulangerie du bout du monde
Jenny Colgan   
Quand j'ai commencé la lecture, j'avoue que je ne savais pas trop où ça allait me mener. Je n'accrochais pas vraiment... Et puis, l'histoire a débuter et j'ai été entraîné dans la vie de ce petit bout de terre, qui existe et vit au gré des marées. Je me suis prise d'attachement pour Polly, Huckle, Tarnie et tous les autres.
C'est un vrai petit bijou qui parle de la vie et de ses rebondissements qui font que notre existence n'est pas ennuyeuse, même si parfois on se passerai bien de certains.
Il y a beaucoup d'émotions et d'humour également.

par Marie-A
L'humanité disparaîtra, bon débarras ! L'humanité disparaîtra, bon débarras !
Yves Paccalet   
Cet essai sur l'avenir de l'homme ou Homo Sapiens et l'avenir de notre chère planète Terre est sans conteste, pessimiste, alarmiste mais pas moins juste et les problèmes abordés, ou plutôt dépeint donnent à réfléchir, à se dire que l'on DOIT se prendre en main tout de suite pour faire une grande marche arrière face à l'attitude de consommation matérialiste propre à l'homme qui pour cela pompe la planète jusqu'à la moelle.

Le problème c'est que l'homme n'est pas enclin à faire cet effort, que ce soit les simple gens ou les dirigeants, les riche ou les pauvres, les pays développés ou ceux proche du gouffre (famine, surpopulation croissante qui devrait doubler d'ici quelques années etc), tous autant que nous sommes, ont ne fait et ne fera rien. Trop égoïstes, trop attentiste, on parle de grenelle de l'environnement ou de pacte de responsabilité écologique, des accords de Kyoto, mais c'est du vent, il est déjà trop tard, si ce n'est pour nous, ce seRa pour nos enfants, car d'après l'auteur on peut très bien voir la fin de l'espèce dans moins d'un siecle, avant la fin de ce 21 ème siècle, et plus d'une menace nous pend au nez sans possibilité de retour en arrière, pollution, défiguration de l'aspect physique de la planète (mines en tout genre, forages pour l'énergie fossile, bétonnage de plus en plus envahissant et on peut continuer à énumérer les problèmes à l'infini.

Une autre grosse partie du problème est justement et simplement la guerre, mais pas les guerres classiques non, celle qui (je reprend les mots de l'auteur) nous pend au nez, la dernière, la nucléaire, l'atomique, celle qui éliminera quasi toute la population et les êtres vivants autant les animaux que les végétaux. Cette guerre la est inévitable et proche, l'auteur se demande comment on a fait pour pas qu'elle soit déjà arrivée.

Tout cela est sans compter les diverses mégas catastrophes qui pourrait surgirent a n'importe quel moment, météorites géante, volcan et tsunami dévastateur, et dans quelques millions d'années le soleil qui nous jouera des tours inévitables.

La ou je n'ai pas aimé cet essai et où je ne suis pas d'accord avec l'auteur c'est quand il traite du sujet du nazisme, pour lui nous somme tous un peu nazis, je suis désolé mais non, il y a encore des gens gentil et qui ne veulent pas dominer les autres. Abusé cette partie du livre.

Et puis les répétitions à foison, le livre aurait facilement pu faire 100 pages seulement si l'on ôté toutes les parties répétées.
Le pessimisme également m'as fait rager, pas une seule fois l'auteur essaye de trouver des solutions si insignifiantes soit-elles, et il se délecte de ce cynisme, ce qui est tout de même bien triste, déjà que la dure réalité des sujets abordés dans l'essai sape le moral en profondeur, enfin bref.

Pour conclure je dirais que c'est un bon essai (mais pas plaisant) qui nous apprend pleins de choses, que malheureusement on ne sait pas que faire à nôtre échelle car de toute façon cela ne sert à rien, et du coup que je me suis tapé une tablette de chocolat aux noisette pour me consoler de broyer du noir à la sortie de lecture, que j'en veut à l'auteur de tout voir en mal mais avec le sourire et que je ne comprend pas que l'ont regrette d'avoir fait des enfants alors qu'on les aimes.
Dépressifs et âmes sensibles s'abstenir !

Voir la chronique sur mon blog :
http://unbouquinsinonrien.blogspot.fr/

par Maks
Le Maître du Temps : L'Intégrale Le Maître du Temps : L'Intégrale
Louise Cooper   
Ce livre remet le concepte du bien et du mal, et de notre jugement.
Qui nous dit que ce que nous croyons être pour le " bien " et bien ? et inversement ??
Voilà une vision que j'ai apprise, le jugement n'est fait que de la vision de l'auteur de ce jugement, donc si je décide de dire que ce livre est bon, c'et mon jugement et il apparatient à vous d'adopter mon concepte sur ce que j'estime être bon ....

Le livre est malheureusement long à se mettre en place, mais il permet de remettre ses jugements en questions, voilà pourquoi les personnes ouvertes à cette vision DOIVENT le lire !!

par Nicolas
Mercy Thompson, Tome 1 : L'Appel de la lune Mercy Thompson, Tome 1 : L'Appel de la lune
Patricia Briggs   
un livre qui se dévore du début à la fin, avec de l'action, une femme qui n'as pas froids aux yeux, des vampires, loup-garou et autres créatures surnaturels, de quoi vous satisfaire.

par jess07
Le Journal intime de Georgia Nicolson, Tome 8 : Un gus vaut mieux que deux tu l'auras Le Journal intime de Georgia Nicolson, Tome 8 : Un gus vaut mieux que deux tu l'auras
Louise Rennison   
On a de plus en plus de mal à retenir toute les expressions que Georgia et ses amies ont. Mais on s'y fait, on a du mal mais on y arrive! Encore un très bon tome! :D
La Trilogie des Sept Royaumes, Tome 2 : Rouge La Trilogie des Sept Royaumes, Tome 2 : Rouge
Kristin Cashore   
Une vraie merveille. La plume de l'auteur glisse au fils des pages et nous laisse découvrir son contenu avec bonheur. Originale, créative, cette histoire nous emmène dans un univers de monstre très attachant. Autant les vampires sont dans des 10aines de livres, autant le thème des montres et très peu visité... mais ici c'est vraiment super. Rouge est un personnage complexe psychologiquement parlant mais tres attachant. Bravo a l'auteur
Les Chroniques de Kane, Tome 1 : La Pyramide rouge Les Chroniques de Kane, Tome 1 : La Pyramide rouge
Rick Riordan   
Je pensais trouver beaucoup de similitude avec PJ, mais même pas en fait, Riordan a vraiment fait en sort de se démarquer de sa série précédente.
Toujours cette idée de mélanger mythes et modernité, avec cette inégalable pointe d'humour en toute situation.
Un début juste génial, et qui promet une suite tout aussi (si ce n'est plus) palpitante.

par Zinthia
Un jour Un jour
David Nicholls   
Un livre magnifique!! Je vous le conseille, et puis j'ai aussi été voir le film et l'adaptation cinématographique vaut vraiment le détour... Aujourd'hui, il est assez rare de voir des films aussi excellent que le livre ET SURTOUT qui reste fidèle à l'histoire principale et au message que ce bouquin fait passer ;)

par Melanyy
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.
En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.
Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.
Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.
Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !
On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.
Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.
Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?
En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

par Jordan
A.N.G.E., Tome 1 : Antichristus A.N.G.E., Tome 1 : Antichristus
Anne Robillard   
J'ai adoré les Chevaliers d'Emeraude, et je doit dire que je me méfiais, comme beaucoup d'entre vous. Pourtant, j'ai dévoré le tome, et j’attends maintenant la suite impatiemment !

par Kato