Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de lolas : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Les Chevaliers des Highlands, Tome 10 : Le Frappeur Les Chevaliers des Highlands, Tome 10 : Le Frappeur
Monica McCarty   
Je vais commencer par râler sur la couverture et sur la politique de J'ai lu qui s'en bat les steacks royal de ses lecteurs. Changer la chartre graphique en plein milieu de la saga ? AU-CUN problème !

Soit vous n'avez aucun amour pour les livres papier qu'on met dans une bibliothèque, soit vous êtes visiblement habitués à être complètement dépareillés : genre votre garagiste, il vous remplace votre porte avec une couleur différente, votre coiffeuse vous fait vos racines en blond alors que vous êtes brune, ou alors je ne sais pas, genre vous vous achetez des chaussures avec des motifs différents ? MAIS QU'EST CE QUI VOUS PASSE PAR LA TÊTE ?

Je vais avoir du mal à vous le pardonner, en plus d'avoir arrêté Alex Craft. Voilà, passons.

Ce tome est très bon il m'a donné envie de tout relire. Que dire de plus, que je n'ai pas encore dit sur Monica McCarty et ses Chevaliers des Highlands. S'il n'y a qu'une seule RH à lire, c'est celle-ci ! Tomes après tomes, je ne désenchante pas et pourtant le premier tome est tellement kitschounne :)

Monica McCarty ne se contente pas de nous raconter une passion qui ne devrait pas exister entre deux clans qui se détestent. Elle distingue parfaitement les étapes d'une relation, dans celle-ci, elle insiste vraiment entre le désir et l'amour. Il y a d'ailleurs plusieurs passages magnifiques grâce au personnage féminin qui n'en est que plus touchant, avec ce besoin de construire, de confiance, de partage... (et pas juste dans un lit).

Je ne pensais pas apprécier car je ne suis pas emballé par les flash back habituellement, mais il a été amené de telle manière que c'était impossible de ne pas être transportée. Il a aussi permis de remettre une petite couche sur les évènements déjà eut lieu (dans les 9 autres). Il y a tellement d'action dans ses tomes, tellement de complots, de protagonistes que c'est dur de se souvenir sà chaque fois. C'est pour cela qu'en fin de compte, ce retour en arrière était une très bonne idée.

Une saga que je continue de vous recommander, ça se lit vraiment bien et surtout si vous n'avez jamais lu de RH, et que vous aimez l'action, un univers très riche et vraiment maitrisé, foncez !

par LLyza
Les Chevaliers des Highlands, Tome 9 : La Flèche Les Chevaliers des Highlands, Tome 9 : La Flèche
Monica McCarty   
Génial : Gregor MacGregor, devenu la Flèche en intégrant la garde secrète de Bruce, est un archer hors pair mais aussi le plus bel homme des Highlands avec une réputation de bourreau des coeurs. Alors qu’il se rend avec ses frères d’armes dans un village qui les a aidés, il trouve un véritable chaos et une seule survivante, Cate, 15 ans au fond d’un puits. Par son apparence, il la pense bien plus jeune et elle ne le détrompe pas. Orpheline, Gregor décide donc de la ramener auprès de sa mère et devient son tuteur. Cinq ans ont passé et lors d’une mission, la Flèche hésite ce qui fait échouer la mission et met en danger ses compagnons. Bruce décide de le renvoyer chez lui pour qu’il se repose d’autant plus que son identité a été découverte. Gregor rentre chez lui et retrouve Cate plus déterminée que jamais à le séduire, l’aimant depuis qu’il l’a sauvée mais Gregor lutte malgré son attirance et est décidé à lui trouve un mari... Un 9ème tome captivant difficile à lâcher. Même si l’action est moins présente, nous sommes fascinés par des personnages hauts en couleur avec des caractères bien trempés qui donnent des scènes cocasses et pleines d’humour. Un délice !

par Folize
Les Chevaliers des Highlands, Tome 5 : Le Saint Les Chevaliers des Highlands, Tome 5 : Le Saint
Monica McCarty   
Une histoire très agréable à lire...
Néanmoins, il est difficile en ce qui me concerne de passer après le roman consacré à la vipère (fabuleux !)

Magnus McKay est amoureux d'Helen de Sutherland depuis qui l'a rencontré mais l'animosité des deux clans ont raison de leur amour.
Quelques années plus tard, Magnus est devenu un valeureux guerrier de l'armée fantôme. Il retrouve Helen de Stutherland qui est sur le point d'épouser William Gordon, son meilleur ami.
Après un évènement tragique, Helen qui n'a cessé d'aimer Magnus fait son possible pour le reconquérir mais c'est sans compter l'opiniatreté et la loyauté de Magnus.

J'ai adoré le personnage d'Helen qui malgré toutes les épreuves a décidé de prendre sa vie en main ; être guerisseuse et reconquérir l'amour de Magnus et ce malgré les embuches sur son chemin et l'animosité toujours vivace des deux clans.
Magnus, est un personnage symptahique mais parfois énervant en repoussant systématiquement Hélen alors que c'est l'amour de sa vie.

Par ailleurs, je dois avouer que j'ai également apprécié la deuxième histoire d'amour : celle de Muriel et William (frère ainé d'Hélen) même si je l'ai trouvée un peu courte. J'aurais aimé en savoir un peu plus sur ces deux personnages.

Enfin, les scènes d'actions vers la fin du livre m'ont beaucoup plu car je les ai trouvé haletantes. Je stressais en même temps que les protagonistes.

C'est avec plaisir et impatience que je vais me plonger dans le prochain tome consacré à Kenneth Sutherland, le deuxième frère d'Helen qui souhaite intégrer la garde des highlanders.

par eola
Les Chevaliers des Highlands, Tome 4 : La Vipère Les Chevaliers des Highlands, Tome 4 : La Vipère
Monica McCarty   
La VIPERE est sans aucun doute mon préféré de la saga. Parce que d’une part Lachlan est mon highlander préféré, c est pour moi le personnage le plus complexe le plus obscur. Il n’est aimé de personne même sa spécialité est moins noble que celle des autres. Il n’est donc pas étonnant que ce vilain canard ait réveillé mon intérêt pour les causes perdues. Ce tome lui est consacré et quel tome « ecce homo » voici l homme. D’abord d’après la description il a l air très beau, il est cynique a souhait, torturé un peu. C’est un rescapé qui n’a plus d illusions, un vrai dur et qui va renaitre émotionnellement et intellectuellement au contact d’une femme. Il me fait penser à une chanson de Brassens que j adore « je m suis fait tout p’tit devant une poupée » .Face à lui il y a Isabella. C’est une combattante elle se bat pour une cause qu’elle croit juste et elle va en payer le prix fort. Les scènes d’amour sont fortes et parfois crues car Isabella n est pas une jouvencelle qui découvre l amour elle prend sa part Ces deux là ne sont pas des perdreaux de l année et c’est aussi ce que j ai aimé dans ce tome. Elle a beaucoup souffert mais cette fois elle prend sa chance. Je n’aurai pas aimé voir Lachlan avec une vierge effarouchée et Isabella est juste celle qu’il lui fallait son alter ego en somme. J ai pris beaucoup de plaisir à lire ce tome car j'aime les bad boys je crois et puis j'ai des enfants, je comprends le prix qu’Isabella à payé pour faire triompher son idéal. En prime la photo du livre est juste sublime.

par BOOK888
Les Chevaliers des Highlands, Tome 3 : La Vigie Les Chevaliers des Highlands, Tome 3 : La Vigie
Monica McCarty   
Coup de coeur.

Je crois que cette série va devenir ma série « chouchou ». Celle que je relis quand je veux juste dévorer un livre sans même m'en rendre compte. Me captiver jusqu'à ne plus pouvoir m'arrêter. Sourire et rire bêtement. Faire une pause dans une lecture qui me semble bien longuette et m'aérer l'esprit.
J'ai bien conscience que ce n'est pas de la grande littérature, que les histoires en elles-mêmes sont loin d'être extraordinaires et qu'elles ont ce qu'on pourrait appeler un côté « gnian-gnian ». Il n'empêche que les romances historiques et plus particulièrement celles sur les Highlanders sont en train de devenir mon péché mignon.

Ce que j'aime le plus dans ce genre de livre, c'est de me prendre au jeu. Me mettre à tourner frénétiquement les pages parce que je souhaite savoir ce qu'il va passer. J'ai beau me dire les fils rouges de l'histoire sont aussi gros que des câbles électriques, c'est comme si mon cerveau se mettait juste en veille et décidait d'arrêter de chercher des connexions entre les différents éléments de l'histoire. De ce fait, j'arrive toujours par être surprise par ce que je lis même si ce sont des pans du roman qu'on voit arriver à des kilomètres à la ronde.

J'ai adoré le caractère très franc de Anna. Elle ne tourne pas autour du pot. Quand elle veut dire quelque chose, elle le dit comme cela lui vient, c'est naturel. Les femmes de son rang sont sensés être discrètes et ne pas poser de questions mais Anna n'est pas comme ça. Quand elle veut savoir quelque chose, elle demande, elle a un côté un peu « rentre dans le tas » vraiment amusant, ce qui fait qu'on s'attache facilement à son personnage. Car elle est honnête. Elle surprend tous les gens autour d'elle par sa simplicité et sa liberté de langage (blasphèmes inclus). Elle a cette fraîcheur et cette joie de vivre qui en font une personne avec laquelle il est plaisant d'être.
Mais je crois que ce qui m'a le plus plu, c'est la manière dont elle envisage et considère sa situation entre le début du roman et la fin. Elle évolue et fait une différence entre être une petite fille et être une femme à part entière. Son passé et son futur. Elle prend des décisions difficiles tout en restant fidèle à elle-même.

Un autre aspect de l'histoire que j'ai adoré et que je ne pensais pas qu'il aurait été aussi bien développé, c'est la manière dont Arthur parle de sa mission. A quel point il est parfois difficile de se rappeler dans quel clan il est. A jouer sur les deux tableaux et à toujours devoir être vigilant au risque d'être trahi, la situation n'est clairement pas facile pour lui, il marche en permanence sur des charbons ardents. Avec son masque impassible, on ne se doute pas de tous les sentiments qu'il habite et la maîtrise de la surprise et la panique est un talent en soi. Ses facultés « surhumaines » en font un être très intéressant plutôt que monstrueux et c'est avec plaisir qu'on le voit pleinement accepter ses capacités grâce à Anna.

En conclusion, ce troisième tome est toujours autant à la hauteur de la série. C'est un véritable moment de détente. J'adore me plonger dans ce genre d'histoire et perdre totalement la notion du temps.

par Aunbrey
Les Chevaliers des Highlands, Tome 2 : Le Faucon Les Chevaliers des Highlands, Tome 2 : Le Faucon
Monica McCarty   
Nous partons pour une Ecosse pleine de fougue et de guerres de clan, meurtrie par les luttes de pouvoir et la mort de William Wallace. Le premier tome plantait le cadre de cette saga, au moment où un homme se révoltait contre le "joug" anglais, Robert de Bruce qui dans l'ombre ralliait à sa cause de fiers highlanders aux talents aussi divers que variés, se constituant ainsi une armée des plus insolites dans le but de récupérer le trône de son pays. Et c'est avec un réel talent que l'auteur se sert de ce contexte historique très riche et dense en évènements sans jamais nous ennuyer puisqu'elle parvient toujours à y intégrer une romance originale et sensuelle.

Erik MacSorley est la quintessence du viking intelligent et sexy, mais il ne faut pas s'y tromper, c'est un véritable highlander. Il n'a pas son pareil pour défier les éléments déchaînes en mer, à la barre d'un navire ou à la nage, et conquérir toutes les belles dames tombées sous le charme de sa blondeur. Il est en mission secrète pour Robert à qui il doit ramener de nouvelles recrues sous le nez et à la barbe des Anglais. C'est ainsi qu'il repêche littéralement Elyne de Burgh, fille d'un puissant noble allié du roi Anglais mais qui se fait passer pour une gouvernante auprès de ceux qu'elle pense être des pirates.

Il y a beaucoup d'action dans ce second tome, beaucoup de péripéties, de danger, l'aventure nous embarque d'un bout à l'autre du récit et pour notre plus grand plaisir. La relation qui se tisse entre Erik et Elyne est émouvante, empreinte de chicaneries puisque que tous deux cachent leur identité, se cherchent, se troublent, se chamaillent. La jeune femme ne s'en laisse pas compter, elle n'a pas eu une enfance dorée ce qui a forgé son caractère, elle est forte et déterminée, plus elle lui résiste plus il cherche à la conquérir. Mais elle est promise à un autre, et lui a une cause à servir.

C'est donc une suite bien plus passionnante, plus intense qui nous est livrée ici, sans doute parce que le couple nous semble plus attachant, nous vibrons au diapason de leurs émotions, mais il faut bien avouer que la plume de l'auteur est majestueuse tant elle flotte avec aisance sur cette période historique si complexe, elle est très douée pour nous inciter à trépigner d'impatience jusqu'au tome suivant qui sera consacré à Arthur Ranger Campbell "la vigie", prévue le 21 aout.

par Seregan
Les Chevaliers des Highlands, Tome 1 : Le Chef Les Chevaliers des Highlands, Tome 1 : Le Chef
Monica McCarty   
Un bon début : William Wallace vient d’être exécuté et Robert Bruce comprend que s’il veut récupérer son trône et faire face à l’armée anglaise du roi Edouard, il doit changer les règles. Il décide de réunir une poignée des meilleurs guerriers highlanders pour former une garde secrète chargée d’accomplir des missions dangereuses et pense au chef du clan McLeod réputé comme invincible avec sa claymore pour les entrainer et les diriger. Quand il reçoit une convocation de MacDonald à un conseil, Tor MacLeod s’y rend pour réparer les dégâts causés par son frère. Pour protéger son clan, il s’est toujours tenu à l’écart du conflit contre les anglais mais piégé, il se voit contraint d’épouser Christina Fraser, fille d’un opposant farouche contre Edouard et d’accepter de réunir les meilleurs guerriers jusqu’à présent ennemis pour les entrainer pour Robert Bruce. Devenue sa femme, Christina compte bien briser la glace avec son mari… Un 1er tome qui plante le décor, se lit facilement et nous fait passer un agréable moment. A voir avec la suite. Non fleurs bleues s’abstenir.

par Folize
Beautiful, Tome 2 : Walking Disaster Beautiful, Tome 2 : Walking Disaster
Jamie McGuire   
Il est genial :) même si la plupart du temps on sait ce qui va se passer, ça reste un vrai régal. On sait enfin ce qui se passe dans la tête de Travis, mais surtout, le prologue a lieu dans son enfance, et la fin du livre ne s'arrête pas au mariage comme dans le un. Il va quelques années plus loin.

par Satine62
Beautiful, Tome 1 : Beautiful Disaster Beautiful, Tome 1 : Beautiful Disaster
Jamie McGuire   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2013/04/beautiful-disaster.html

J'ai commencé cette lecture sans être complètement convaincue par le résumé, et pour tout dire je ne pense pas que le résumé rende justice à l'histoire. Tout ce que je sais c'est qu'il m'a fallu à peine quelques chapitres pour être complètement accro à cette histoire, à lire sans pouvoir m'arrêter avant d'être arrivée à la fin des péripéties de Travis et Abby. Pour moi ça a été typiquement le genre de livre qu'à peine terminé j'ai déjà envie de relire. Je le conseille vraiment à tous ceux qui ont un niveau en anglais leur permettant de lire des livres dans la langue de Shakespeare.

par Althea
Comment épouser un millionnaire, Tome 2 : Petit arrangement privé Comment épouser un millionnaire, Tome 2 : Petit arrangement privé
Jennifer Probst   
Comme pour le premier tome, cet opus se dévore en quelques petites heures. Attrayant et attractif, drôle et léger, c'est toujours aussi agréable de plonger dans cette série.
C'est une romance simple, sans surprise, sans prise de tête. On se laisse porter par ce récit, on rit, on sourit... bref on passe un très bon moment.

Toutefois, quand je dis sans prise de tête, je mens un peu. Car prise de tête, il y a ! Même si je pense qu'elle n'est pas volontaire. Je suis étonnée que personne n'ait encore relevé cette énormité !
Michael a trois sœurs, plus jeunes que lui :
Venizia, l'aînée, puis Julietta, la cadette et Carina, la benjamine.
Venizia est donc la plus âgée des sœurs, elle a 26 ans.
Carina, en tant que benjamine, est donc la dernière de la famille (nous sommes d'accord ?) et elle a......... 26 ans également !
Alors on pourrait dire, pas grave, c'est une erreur : soit Venizia est plus âgée, soit (comme je le pense) Carina est plus jeune. Ok, mais le hic, c'est que l'âge de Carina est répété au moins cinq ou six fois (voire plus, sans exagération) dans le roman. Et du coup, les dialogues en deviennent ridicules !
Elle a 26 ans, mais on lui parle comme si elle en avait 16.
Extrait :
"- Je ne te reproche rien. Le problème, c'est qu'il a trente et un ans et toi vingt-six, s'il se passait quelque chose entre vous, ce serait presque un détournement de mineure.
- mais je ne suis plus...
- Je sais, coupa Maggie, mais tu es trop jeune pour qu'il te voie comme une femme."

Franchement ça m'a perturbée. Surtout que, comme Carina est l'héroïne du prochain roman (avec le meilleur ami de Michael, Max), on parle beaucoup d'elle dans le récit.
Ne reste plus qu'à lancer des paris sur l'âge véritable de Carina ;) Moi je dirais 21 ans.

Avis complet sur : http://lesreinesdelanuit.blogspot.com/2015/05/petit-arrangement-prive-comment-epouser.html

par toutoun