Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par lost-library

Extraits de livres par lost-library

Commentaires de livres appréciés par lost-library

Extraits de livres appréciés par lost-library

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 20-12-2018
Un beau recueil d'illustrations où on retrouve avec le sourire la patte de Maliki.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 20-12-2018
L'histoire de la femme d'Acier se termine. On retrouve Kotoko pour ses dernières théories et heureusement cette fois le tome ne se termine pas là-dessus. Avec l'aide de Kuro, elle déjoue le plan de Rikka. On voit aussi les deux personnages se rapprocher, enfin.
Reste a savoir ce qui se produira sur la prochaine enquête.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 20-12-2018
J'ai trouvé ce tome excessivement long. Tout l'action, si on peut parler ainsi, se déroule dans une voiture où Kotoko dévoile ses théories. Elles sont toutes intéressantes et ont un but, cependant passé tout le tome là-dessus est lassant.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
J'ai été ravie de pouvoir lire la suite et de voir l'avancée de Link et Midona.
Spoiler(cliquez pour révéler)
J'ai été à la fois heureuse et un peu déçue de voir Link retrouvé sa forme originel. D'un côté, il y avait bien droit et de l'autre on commençait a bien aimer le voir en loup.

Comme Lyanna, ça donne envie de reprendre les consoles.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 04-12-2018
L'histoire commence a bien avancé et suis directement les évènements du tome 2. Un rapprochement commence à se faire entre nos deux héros et nous donne envie de lire le tome 4.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 04-12-2018
Le tome patine un peu, ça part à droite à gauche sans trop savoir où ça nous mène. J'ai du reprendre le tome 1 pour pouvoir entamer ce volume là. La fin bouge un peu plus et nous introduit le tome 3. Par contre, ça devient un peu lourd les blagues sur la poitrine de Saki et le fait que tout le monde la prenne pour un garçon. Sinon l'humour est toujours là et les dessins de Keiko Sakano sont toujours aussi jolis.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 15-11-2018
Je reste un peu déçue de la façon dont se termine le tome. Certes, en un seul tome l'auteur ne pouvait pas tout nous révéler sur la maladie de la chimère, l'histoire de Jay, Kué ou encore Long Chen, mais c'est dommage que la série soit avortée de cette façon. Il y avait du potentiel.
Le volume est compléter d'un mini-guide avec les idées et recherche de l'auteur mais ça ne remplace pas ce qu'aurait donné quelques tomes supplémentaires.
Comme Lyanna, je regrette qu'il n'y ait pas une vraie fin pour conclure cette série.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
date : 30-10-2018
Comme Azuriea, je pense m'arrêter à la moitié du livre. Je n'arrive pas à l'avancer. Je voulais lire la trilogie de Lev Grossman avant de me pencher sur la série télévisée cependant je pense me passer facilement de l'étape "livres" pour cette fois.
Je ne sais même pas ce qui me gène le plus dans ce roman. Dans le désordre donc :
Je trouve que le temps file trop vite et qu'on enchaine des évènements qui n'ont rien à voir les uns avec les autres. Quentin passe ses cinq années scolaires en même pas la moitié d'un tome. Et qu'apprend t-on sur lui ou cette fameuse école de magie de Brakesbill ? : Presque rien !! Y a t-il un but, une quête, un lien conducteur ? : Non.
J'aurais apprécié qu'il nous décrive un peu plus l'école, les cours, la magie du monde qu'il a crée... Sans forcément copier Harry Potter.On ne sait rien de cet univers et il n'y a rien pour nous y faire accrocher.
L'histoire est une suite d'évènements sans fil conducteur, on attend en vain une accroche, un évènement perturbateur... Parce que Quentin réussit à entrer dans une école de Magie mais après ?
Spoiler(cliquez pour révéler)
Avec l'évènement du Fauve en classe on pense avoir enfin avoir touché du doigt de l'action : au final non. Idem avec Julia quand il passe un week-end en vacances chez ses parents.

On enchaine les années en quelques pages où Quentin nous décrit d'un ton morne sa vie à Brakesbill. Les personnages sont plats. L'auteur s'attarde parfois sur certains détails de ses héros ou des scènes, puis passent 6 mois en quelques lignes.
Je trouve aussi qu'on abuse d'explications faciles pour ne pas trouver de solutions à des problèmes que pose la confrontation magie/réel. Quentin ne rentre pas chez ses parents pendant 2 ans : ce n'est pas grave, la magie leur fait croire qu'il est à la fac. Comme ça pas d'explication à fournir et un problème d'auteur en moins.

A ce jour, je ne pense pas finir ce tome, ni lire les suivants.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Bon je ne sais pas trop quoi penser de ce tome. J'ai l'impression que ce je vais en écrire ne vas être que négatif alors que la lecture n'a pas été si désastreuse que ça. Je l'ai dévoré un peu plus vite que le premiers. Il n'y a pas de longueurs interminables comme le premier donc. Ça fait au moins un point positif. (Les discussions du Conseil royal encore, encore et encore, ça ne compte pas ?)

Comme la fois précédente le point qui me pause problème : les personnages ! Un triangle amoureux présent. GE-NI-AL ça ne m'avait pas manqué ! Même si on s'en doute fortement dès la fin du tome 1. Tous les hommes ou presque sont-ils obligé de regardé Octavianne avec envie ou concupiscence ?

Spoiler(cliquez pour révéler)
Déjà le fait de tuer Adalgis... Pourquoi ? Ça servait à quoi de faire ça ? Pourquoi le tuer si c'est pour le faire faire revenir comme un fantôme avec la nécromancie ? Surtout qu'il retrouve a peu près ses esprits alors qu'il était presque fou à l'aube de sa mort...[/spoiler]
Le personnage d'Adalgis est proche de sa fin. Son corps ne guérit plus aussi bien, sa partie lion fait qu'il perd totalement l'esprit. Je commençais à peine à l'apprécier et on repart dans Grrr je suis un grand méchant, Grrr je suis jaloux de Maurin, Grrr tu es à moi et je suis le seul qui te touche, Grr Grrr et Grrrr.
On peut comprendre qu'il préfère s'éloigner pour mourir, qu'il ne veut blesser personne et surtout pas Octavianne. Il lui épargne le spectacle de sa décrépitude. [spoiler]Mais quitte à le faire mourir autant le laisser mort. Non ?

Parce que ça entraine pas mal de souci avec Maurin une fois qu'il revient sous forme de spectre. Et ça soumet plusieurs questions : Est-ce qu'Octavianne était sincère avec Maurin ou c'était juste un remplacement ? Est-ce que c'est honnête de lui cacher la présence de l'esprit d'Adalgis tout en lui faisant l'amour ? On peut renverser la question dans l'autre sens pour le team Lion-Lion : Est-ce que c'est honnête envers Adalgis et leur lien de baiser avec son pire ennemi une fois qu'il est parti de sa vie et qui n'est pas encore mort ?
Alors oui, elle les aime tous les deux mais pas dit que ces deux messieurs veuillent partager... Sauf que ce qu'Octavianne veut, Octavianne obtient...

Cerise sur le gâteau : Maurin qui se découvre magicien à plus de 30 ans. "Tiens on me dis que j'ai du pouvoir alors il se développe." Bon ça peut se tenir selon ce qu'avance l'auteur et l'univers qu'elle a créé, mais je trouve ça un peu facile comme explication. Son personnage est aussi ambiguë (et on passera pour ses penchants...). C'est un Commandant, mais une fois qu'Octavianne est là, elle a tout pouvoir sur lui. J'ai trouvé ça spécial par rapport au personnage. Alors oui, on a pour une fois une femme qui décide de son désir, qui ne subit pas celui de hommes. comme certain on pu le dire pour le tome 1. Mais je trouve ça surprenant qu'en tant que chef de guerre, d'armée, homme aimant avoir le contrôle, Maurin se laisse faire comme un gentil Toutou. Et accepte qu'un coup elle veuille de lui et un autre elle le renvoie comme une serpillière. L'amour ne justifie pas tout.

J'aime de moins en moins le personnage d'Octavianne. Elle s'emporte de plus en plus. Alors caractère de merde infantile ou pourvoir obscurcissant son âme à cause de la nécromancie ?
Bref, je pensais qu'elle serait plus sage. Alors oui ces conseillers sont peut-être des vieux emmerdeurs qui veulent lui voler le pouvoir/ le trône et ils ne veulent pas tous son bien, mais je trouve son caractère excessif. Un coup elle réfléchie comme une adulte, le suivant elle s'emporte comme une gamine égoïste.
Je la trouve assez hypocrite aussi dans ces remarques, surtout envers Maurin. Elle lui reproches énormément de choses qu'elle fait elle-même... Même si lui n'est pas tout blanc non plus, loin de là. Le manque de communication entre eux deux entrainent les situations qui vont amener la fin du tome.

On peut voir d'autres formes de magies apparaitre dans ce tome. Elles n'étaient pas présentes dans La Fugitive ou juste citées. Une sorte de magie verte, des arbres, la magie du métal, la magie des bâtisseurs. Cela rend l'univers un peu plus complexe. Dommage que ce ne soit pas plus abordé !

En conclusion : J'ai toujours l'impression qu'il manque une ligne conductrice à la série. Alors chouette ce tome-ci elle deviens reine et met au monde une fille (qui sera reine un jour à son tour...) mais c'est quoi le but final de tout ça ?
Après quelque recherche sur le net, j'ai pu enfin avoir ma réponse : c'est une trilogie. En un seul tome : il va falloir protéger sa fille et son trône, sauver Maurin et trouver un corps pour Adalgis. Je serais quand même au rendez-vous pour connaître la fin.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Pour un premier roman c'est pas trop mal. Mais je reste assez mitigé.

On se retrouve ici dans une histoire de reines et de magie. Dans le Royaume d'Elgem, le trône se transmet de femmes en femmes depuis la reine Agartha et la magie a été offerte à la première reine par la Lune, Déesse de ce monde. Généralement, seule une des sœurs obtient ce pouvoir magique.
La reine Prima ainée de sa fratrie veut marier sa dernière sœur Octavianne de force, avec un prince étranger pour renforcer les Neuf-cités. Sauf qu'Octavianne n'est pas de cet avis.
En voulant se protéger du pouvoir d'Obéissance de sa sœur, elle se rend compte qu'elle aussi possède des dons. Et fini par fuir le palais et le royaume.

J'aime bien Octavianne et sa façon de penser. Le fait qu'elle perçoive déjà l'injustice de son royaume : Que sa sœur Prima s'inquiète de l'esclavage dans les autres pays mais ne perçoive pas la pauvreté des enfants des rues de sa ville. On est curieux de savoir pourquoi elle a hérité de la magie en plus de son ainée. Même si on se doute déjà qu'elle en ferait un meilleur usage et une meilleure reine.

J'ai bien aimé la note d'humour de l'auteur dans les prénoms des huit sœurs : Prima, Secunda, Quintinine, Sixtine, Septine, Octavianne. (n°3 et n°4, des jumelles dont on ne connait pas les noms, sont mortes toutes jeunes). Bon, ça fait un peu j'ai pas d'idée alors je numérote mes enfants... Mais c'est original, disons.

La rencontre avec Adalgis arrive... (Enfin ! parce que le 4ème de couverture nous le vend mais avant de le voir ce petit, il faut bien du temps, de l'encre et des pages). Je trouve qu'il est trop bestiale, trop rustre. L'auteur veut faire un homme-bête, mais là c'est plus une bête parlante. C'est dommage, j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher à son personnage.
Je trouve que l'histoire avec Octavianne va également trop vite. Certes, en quelques pages parfois il se passe plus de 4 mois... Mais je ne la voit pas évoluer pendant un moment. Iva (Octavianne a lâché son nom princier en route et c'est plus court à écrire) garde des réactions enfantines même si parfois elle est très lucide sur ce qu'elle observe. De même qu'Iva et Adalgis ont le même âge alors qu'il semble en avoir le double. Alors OK c'est un homme-lion, 30 ans semble être un âge proche de la fin pour le lion façon "année de chat" et ses 20 ans ne portent pas le même poids que les vingt années d'Iva... Mais la sauce ne prend pas, il y a un truc qui me gène... Peut-être plus le fait qu'Iva n'évolue pas alors qu'elle passe de 16 à 20 ans. Juste à la fin PAF coup de baguette magique. Ce n'est pas progressif.
Spoiler(cliquez pour révéler)
Le summum : Il suffit qu'elle boive un vin drogué et on a droit à une petite dévergondée vierge qui se jette sur un homme-lion qui lui fait peur la moitié du temps et qui doit faire deux fois sa taille. Le dit homme-lion qui culpabilise à peine 5 min en se disant que sa bête veut la baiser même si ce n'est pas morale de profiter d'elle ainsi.[/spoiler]

On se doute qu'il n'y aurait rien eu avec Maitre Gunter aux vues du 4ème de couverture mais presque j'aurais préféré à certains moment de ma lecture quand on voit le comportement d'Adalgis...
Je suis lion, je doit protéger, j'aime pas les princesses, je rugit à tout bout de champs... Le personnage se dévoile peu au début et ça n'aide pas à l'apprécier. Les passages trainent en longueur à un moment. Et ces chapitres en huit-clos "Lion-Princesse" sont longs. Alors pour une fois on n'a pas droit à de la guimauve pendant 50 pages mais les détours dans les bois sans aucune logique ce n'est pas mieux.

[spoiler]Bon je m'attendais à un duel Prima - Iva... Là aussi, on passera et on ne l'aura jamais. Choix étrange que l'auteur a fait de faire disparaitre Prima dans le fleuve sous la colère de la Lune. Au moins Iva n'aura pas à tuer sa sœur et se salir les mains. Mais on s'attendait à une confrontation. On nous présente Iva comme la Némésis de Prima. Iva grandit dans cette ombre qu'est Prima. Mais rien... Encore un "tout ça pour ça".[/spoiler]

Comme c'était à prévoir, on ne voit pas le retour d'Octavianne à Elgem... [spoiler]Juste Maurin qui la retrouve.

J'espère juste que le tome 2 aura une intrigue un peu plus développée dans sa trame et que ce ne saura pas juste centré sur un triangle amoureux.

En conclusion : du bon et du moins bon pour ce premier tome. Mis à part mon petit problème de personnages et de longueurs, il y a un bon potentiel peut-être pas assez exploité dans ce tome. J'ai apprécié la carte qui nous aide à mieux les royaumes cités par l'auteur.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Une date en VO est-elle connue ?
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Trois ans ont passé depuis la malédiction, et Lachlan cherche toujours à se venger. Un jour quand il crois retrouver Raonaid la sorcière, il tombe sur une ravissante amnésique dénommée Catherine. La jeune femme ne se souviens d'aucun des événements que lui compte l'Highlander qui veut sa mort. De même que le jeune homme est persuadé que c'est encore une supercherie de la sorcière que de feindre l'oubli.
Il en vient à amener la jeune femme à Angus pour qu'elle retrouve la mémoire auprès de l'homme qu'elle a connu...
On devine rapidement certains détails, mais pour le reste l'histoire ne connait pas trop de longueurs. Comparé au tome 2, on peut voir que les événements s'enchainent pour nous mener quelques part.
La fin est de nouveau un peu courte.
Spoiler(cliquez pour révéler)
Spoil ~ J'avais raison, il y a bien une histoire de jumelles là dessous. ~
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
On retrouve Angus deux ans après les évènement du Tome 1.
L'histoire entre rapidement dans l'action avec la conquête du château du père d'Angus où vit actuellement Gwendolen et son clan.
Angus, qui ne veux que la paix, propose un marché où Gwendolen devra devenir sa femme. Sauf que la jeune femme aux cheveux noirs et aux yeux bruns ne compte pas céder si facilement à son ennemi.
Excusez-moi l'expression, mais une fois marié, ils b**** très facilement. Ils passent leur temps à ça, pire que des lapins... Les sentiments viennent par la suite...
La sorcière Raonaid tient aussi une place important lorsque qu'elle apparait...
Petit bémol, on a l'impression qu'il n'y a pas de fil conducteur. On suit les péripéties de deux jeunes gens, mais il n'y a pas d'action. Le rythme est lent sans avoir de longueurs. Ils se cherchent comme le chat et la souris.
La fin est par contre un peu plus travaillée que le Tome 1. Et on a hâte de lire le tome 3 !
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
Le livre débute bien, même si le thème de l'enlèvement a déjà été vu pas mal de fois (avec Le diable s'habille en tartan de Teresa Medeiros, par exemple).
Ici, la jeune femme est une Anglaise ce qui pose un petit problème à notre rebelle Écossais. Les deux nations ne s'aimant pas, cela pose quelques problèmes. Comment pourrait-il aimer la fiancé d'un homme qui fait couler le sang des siens, et surtout violé et tué sa propre fiancé ?
La jeune femme, refuse de croire les horreurs que les rebelles Écossais lui disent sur son futur époux, un soldat anglais gradé. De même qu'une autre part d'elle se met à fantasmer sur son kidnappeur, Duncan. Une voix grave, des cheveux sombres, tout en muscle....
La jeune femme essaye en vain de se persuader qu'il est son ennemi et surtout le Boucher qui tue tout ce qui est anglais avec sa hache sans une once de remord.
Dommage que le 4ème de couverture spoil un peu certains détails...
La fin est un petit peu décevante et trop courte. Beaucoup de choses s'enchainent très vite, en trop peu de temps. Après s'être plus ou moins déchiré durant tout le livre, ils tombent tous les deux dans les bras l'un de l'autre une page avant la fin...
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
On entre dans ce tome 2 ans après les évènements du tome 4 et on y découvre Prudence, bébé tout sauf calme. J'aime beaucoup Prudence et les misères qu'elle fait à ses parents. Dama est adorable avec sa petite Choupette, qui est une mini Alexia en puissance! Curieuse comme tout, elle observe tout. Elle y découvre aussi les ballons et dirigeables (d'où son amour pour eux dans la suite Protocole de la Crème Anglaise sans doute xd). Je suis curieuse de voir les 6 tomes la concernant !

L'histoire avec l'Égypte est bien pensée. Ce tome fait assez écho au tome 2 : avec l'Égypte, les momies paranaturelles et le Fléau des Dieux ! Mais aussi avec les évènements de la meute Kingair et les révélations du tome 4. On y apprend aussi d'autres effets de l'éther et leurs conséquences.
L'intrigue se passe en parallèle entre l'Angleterre avec Biffy, Lyall, Floote et Lady Kingair et L'Égypte avec Alexia, Conall, Prudence et tous les autres qui les ont suivi. L'échange d'informations entre les deux pays via des étherographes faisant avancer l'histoire.
Les liens avec Matakara la reine de la ruche d'Alexandrie se font au fur et à mesure. Mais la petite Pru avait déjà tout compris.
Spoiler(cliquez pour révéler)
Je trouve que la fin est plutôt bien tournée. Lady Kingair fait valoir son droit à la justice pour sa meute. Lord Maccon trouve une relève pour sa future retraite.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +3
Le tome 4 met un peu de temps à démarrer mais une fois avancé, on retrouve l'humour d'Alexia qui est grosse comme un ballon, très grosse. Dès le départ on se doute que l'accouchement va arriver à la fin du tome et l'attente est un peu longue. Surtout qu'à chaque page on nous rappelle à quelle point elle est énorme et je l'imagine énorme au delà de ce que peut-être une femme enceinte quand je lis la description de l'auteur. C'est drôle les premières fois, mais un peu lourd avec le temps.
On apprend pas mal de choses en lien avec les tomes passés et qui seront important pour la suite. Cette fois notre Alexia ne voyage et reste à Londres, car il y a suffisamment à y faire !

J'aime aussi le passage avec sa sœur dans la ruche ! Qui aurait cru qu'elle espérait devenir un drone? et qu'elle ne s'intéresse pas du tout au vote des femmes en fin de compte. Par contre, on peut plaindre Biffy qui voulait devenir vampire et non se couvrir de poils à la pleine lune.
Ça bouge et surprise pour la fin ! Sa fille n'est pas une paranaturelle, ni même une surnaturelle mais une voleuse de peau.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
J'adore toujours autant l'humour qu'il y a dans cette série. Autant l'histoire reste simple et un peu prévisible dans sa trame, mais le contexte et les réflexions d'Alexia sont toujours aussi drôles...
Dans ce tome, elle décide de partir en Italie à la recherche d'information... Que se soit sur sa grossesse ou sur les surnaturels. Bien sur qui dit Italie, dit Panetone. On en apprend un peu plus sur le père de notre héroïne et les Templiers.
J'adore l'explication sur la confection du pesto : Ail contre les vampires et le basilic contre les loups-garous.
Le tome se lit tout seul et n'est pas en manque de retournements de situations.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 25-07-2018
Je ne supporte pas Hayase (comme tout le monde je présume ^^). Encore pas mal de bouleversements dans ce tome et de questions sans réponses.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 25-07-2018
Nous suivons toujours l'évolution de Imm et je commence à trouver le temps un peu long. L'épisode sur l'île donne un petit boost mais on a toujours l'impression de pas trop savoir où cette histoire va nous mener. J'étais tout de même contente qu'Imm puisse récupérer ces formes perdues.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +2
Pour leur examen, les élèves de l'Academie vont devoir proteger un vampire. Bien sur Rose veut protéger Lissa... On se doute rapidement que ça ne se passera pas ainsi et que Rose va devoir surveiller Christian et non Lissa : tout serait trop beau sinon.
Par contre, le fantôme de Mason, la met dans des situations gênantes à chaque fois. Je n'ai pas forcément aimé son retour. Mais il apporte certaines choses.

On voit un peut plus Lissa dans ce tome et je suis contente. Certe l'héroïne est Rose mais je pensais vraiment que la force du livre était leur binôme, leur amitié et qu'on verrait les deux personnages à part égale.

Rose et Lissa se retrouvent à la Cour, pour assister au procès de Victor. Et comme on l'espère, il est condamné. Mais le tome reste très centré sur Rose et les conséquences du baiser de l'ombre. La fin nous donne envie de lire la suite. L'auteur doit être sadique pour infliger "ça" à Rose, mais doit également nous préparer une grosse surprise.
Avez vous apprécié ce commentaire ? 0
date : 24-07-2018
C'est avec joie que je me suis plongée dans ce dernier roman de Pierre Bottero. Comme toutes ses histoires les Âmes Croisées est un voyage. Un voyage vers l'âge adulte, vers son propre chemin, vers l'émancipation.
La plume est toujours légère, tel un conte dans lequel on se fait embarquer. Au départ, l'héroïne, Nawel est une jeune fille gâtée à qui on donne un chemin de vie tout tracé dans la lignée familiale où ses choix se confondent avec ceux de ses parents. Elle est agaçante, égoïste et ne se rend pas compte des privilèges qui l'entourent.
Mais à cause, ou plutôt, grâce à un évènement dont elle se rend coupable tout bascule. L'univers de la jeune fille éclate. Elle remet tout en question. Et si depuis le départ ses choix n'étaient pas siens ? Et si le futur qu'on lui promet n'était pas celui dont elle rêve ? Et que beaucoup de mensonges venaient entourés son enfance idyllique.
A partir du Choix, sa vocation pour sa vie à venir, elle grandit, évolue, déploie ses ailes, devient une personne meilleure, autonome et plus entravée par les chaines familiales.
On peut trouver un côté assez actuel à travers son histoire, transposable à différentes époques et dans notre monde.

J'ai vu assez rapidement les liens avec les autres séries Ewilan et Ellana. Par contre, n'ayant pas encore lu l'Autre, je ne sais pas ce qui fait écho à cette trilogie dans les Ames Croisées.
Car si nous auront jamais la suite de ce texte, il avait vocation de réunir toutes les sagas de l'auteur.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Chaque chapitre est une "crise". Et notre héroïne a maintenant 16/17 ans.
Pour le début, plus de Felix, Sophronia est vraiment déçue de son attitude durant les évènements du tome 3. Plus de Savon non plus. Mais lui me manque moins, même s'il amenait de la joie de vivre. Il se rapprochait trop de Sophronia.
Le tome se dévore un peu moins. Toujours cette histoire de valves et de vinaigriers. On commence à revoir les mêmes choses... Sophronia qui sort de nuit, qui escalade les dirigeable. Les profs qui la chouchoutent d'un côté et de l'autre qui ne la croient pas pour les Vinaigriers...
Sidheah n'est plus là ! gros point noir car je l'aimais bien. On laisse un peu plus de place à Agatha, ce n'est pas plus mal car c'est une fille sympathique et elle était un peu effacée jusque là. Même si le tome 3, on voit qu'elle se mêle un peu plus au groupe, les aventures étaient toujours entre Dimity, Sidheag et notre Sophronia.
Petit passage officiel chez Akeldama : on l'avait pas encore vraiment vu officiellement. Et toujours : Monique. Monique plus forte que les cafards. On la jette d'un train, on l'envoie dans une ruche servir de drone, elle loupe son examen ! mais elle est toujours là.
Petite surprise de fin : Félix est un drone ! Mais bon, dès le départ on nous dit qu'il est pas d'accord avec son père. Il ne pouvait pas approuver ses choix.
Je suis contente que Sophronia finisse avec Savon, il comprend mieux la jeune fille que Félix. Et il est moins geignard.
Spoiler(cliquez pour révéler)
Sophronia a été la nounou d'Alexia ! même si c'est dit entre les lignes. Tout comme Pétunia (sœur de Sophronia) est la mère d'Ivy.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
On se retrouve pour un départ en Écosse avec les évènements de la meute de Kingair. Et Sidheag qui veut aller sauver tous ses tontons. Chaque chapitre est une "session".
Félix et Savon sont toujours là pour se disputer. Le pseudo triangle amoureux n'est pas trop gênant. Sophronia voit Savon comme un ami même si elle a des sentiments. Félix lui plait, mais le côté Vinaigrier familial la gêne. Et les deux garçon sont d'accords pour dire que l'autre ne lui convient pas.
Monique est toujours de la partie. Moi qui pensait qu'on s'en était débarrassée avant ! (Mais nooooooon : c'est l'opposé de Sophronia, sa Némésis, son "méchant" personnel...).
L'histoire des valves cristallines prend de l'ampleur., la ligne conductrice des 4 tomes en plus de suivre les péripéties de Sophronia.
Je suis contente que Savon ne soit pas mort, je n'accroche pas à son personnage mais je ne voulais pas le mort pour autant. Qu'il puisse devenir un loup-garou comme il le désirait est un bon point. Par contre, je suis triste de ne plus revoir Sidheag avec les autres filles pour la suite. J'aimais bien l'écossaise.
J'aurais aussi aimé qu'on arrive à Kingair mais non, on s'arrête en train en pleine campagne.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
Chaque chapitre est un "test" cette fois. Un tome tout aussi captivant que le premier. Les personnages s'étoffent.
J'aime bien le personnage de Felix Mersey. Et j'ai bien ri devant le fait qu'il s'accroche à notre Sophronia alors qu'elle essaye à tout prix de le décourager. Et surtout, il refuse les avances de Monique ! Je ne la supporte pas !
Dimity est marrante comme fille. Fille de grand méchant, elle pense à œuvrer dans le caritatif et s'évanouit à la vue de la moindre goutte de sang. Son frère Pillover, même s'il est décrit comme collant, reste sympathique lors de ses apparitions. Il s'avère utile de temps à autre.
On continue dans notre lancée des personnages du Protectorat : Lord Akeldama présent à Londres ! évidemment. J'aime beaucoup sa rencontre avec Sophronia. Son nom n'est pas cité évidemment, mais pour ceux qui vu dans le protectorat de l'ombrelle, c'est évident.
Bon même si on voit venir assez facilement les évènements la lecture est agréable.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
On découvre ici, une nouvelle série Steampunk de Gail Carriger, un peu plus orientée jeunesse mais qui se lit tout aussi facilement que le Protectorat de l'Ombrelle. D'ailleurs, cette historie-ci se situe dans le même univers mais environ 30/40 ans plus tôt.
L'héroïne, Sophronia, est une adolescente de 14/15 ans qui préfère démonter le monte-charge familial qu'apprendre les bonnes manières. Exaspérée sa mère l'envoie dans un pensionnat en pensant qu'elle y apprendra les bonnes manières. Mais elle n'y apprends pas que ça... Chaque chapitre est une "leçon"
On y retrouve les codes de l'auteur comme Niall qui ne possède pas de chaussures, évidement, c'est sans surprise, que quelques pages plus tard on apprends qu'il est loup-garou de son état... Il y a un tas de petits clin d'œil du même genre. Par contre, il est tout a fait possible de lire indépendamment les deux séries. Les fans retrouveront juste des futurs héros du Protectorat de l'Ombrelle.
On revoit (Gene)Vieve Lefoux, Béatrice Lefoux, Sidheag (La future louve Alpha, déjà Lady Kingair, est tout a fait particulière. Élevée par une meute, elle n'a absolument pas le comportement d'une lady, est un peu brute de décoffrage, avec un tempérament écossais.) Mais aussi le futur Ordre de la Pieuvre de Cuivre...
Sophronia est tout aussi marrante qu'Alexia même si plus jeune. L'univers est aussi fou que le protectorat de l'ombrelle.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1
date : 24-07-2018
Un second tome qui s'est fait attendre mais qui est à la hauteur. On en apprend plus sur le passé d'Idan mais sur celui de Saë également. L'histoire de Samantha Bailly est toujours très bien illustré par Miya. Hâte de connaître la suite et fin.
Avez vous apprécié ce commentaire ? +1