Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de lost411 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Le meurtre et autres nouvelles Le meurtre et autres nouvelles
John Steinbeck   
Après avoir lu "Des souris et des hommes", il y a déjà quelques années, j'étais curieuse de connaitre davantage cet auteur.
Et bien je n'ai pas été déçue avec ce petit recueil de nouvelles qui expose l'histoire de 4 femmes bien différentes: Jolie et secrète, maigre et mystérieuse, autoritaire, ou encore frêle et maladive; tels sont les qualificatifs qui les désignent.
Mais au-dela de ces disparités, toutes gardent une grande part de mystère, nous laissant à la fin de ce livre un peu "penaud" et interrogatifs; une part de mystère que j'ai bien aimé.
De plus les personnages et intrigues qui entourent ces femmes sont interessants et les descriptions particulièrement bien écrites.
Conclusion j'aime les bonnes nouvelles écrites par un peu auteur ! Pas les compilations trop diverses !

par Toral
Le Meurtre de Roger Ackroyd Le Meurtre de Roger Ackroyd
Agatha Christie   
Je viens de le terminer. Ce livre m'avait été fortement conseillé par mon père qui l'avait lu, il y a de nombreuses années.
Je n'ai pas été déçue ! Tout au long de l'histoire, on nous met sur des pistes que le lecteur trouve plus ou moins cohérentes, logiques. Mais il faudrait être Hercule Poirot pour résoudre l'énigme dès le début !

L'écriture d'Agatha Christie est très simple, facile à lire, ce qui est plutôt rare dans les romans policiers qui, souvent, regorgent de termes pas toujours évidents à comprendre.

Les deux ou trois derniers chapitres sont palpitants, contrairement au reste du roman qui est assez tranquille, même si on est toujours sur la piste du tueur. Ces dernières pages ont fait accélérer les battements de mon cœur, mettant de la tension. Et puis le dénouement... Que dire ? À part que Poirot est un génie !

Je conseille ce roman à tous ceux qui aiment être stressés et tendus à la lecture d'un policier !

par Charlie18
La Maison des Secrets, Tome 1 La Maison des Secrets, Tome 1
Chris Columbus    Ned Vizzini   
J'ai beaucoup aimé le début du livre assez prometteur, puis il se transforme lentement en un désordre. Tout s'enchaîne avec beaucoup trop de péripéties, d'aventures, qui ne laisse pas le temps vraiment de découvrir les personnages.
Je trouve également certaines scènes pas adaptées pour les enfants.

Le récit commence avec la famille Walker qui vont visiter une vieille maison à San Francisco, située au pied d'une falaise, vendue à un prix défiant toute concurrence.
Suite à la perte d'emploi du père la famille a désespérément besoin d'une nouvelle habitation. Eh bien, pas de surprise, ils finissent par emménager et, presque immédiatement, des choses étranges commencent à se produire et l'intrigue se durcit.
Les parents disparaissent et les trois enfants Walker, à l'intérieur de la maison, se rendent dans des contrées étranges avec des libellules géantes, où les barbares à l'épée combattent les pilotes de la Première Guerre mondiale et les dinosaures les menacent tous, jusqu'à ce que la maison s'envole pour être poursuivie par des pirates ....

Bien que l'histoire soit attrayante, elle ne m'a jamais époustouflée.
On ne sait pas trop ou l'auteur veut en venir en ajoutant par-ci par-là des scènes qui n'ont pas de suites logiques et partent dans tous les sens.
L'univers fantastique part sur une bonne base cependant pour quelque chose plus adapté pour un film au vue du déroulement.
J'ai apprécié le personnage rempli d'humour de Brendan qui est dans son petit monde de mec mais les autres filles sont banales.
On retrouve un mélange de Jumanji, Narnia mais en gros bordel.

A voir comment se déroule le tome 2!
Lune indienne Lune indienne
Antje Babendererde   
J'ai tout simplement adoré! l'écriture est fluide mais très incisive,l'auteur pointe de sa plume les inégalités, les injustices flagrante entre le peuple amérindiens et les américains, le racisme ambiant, mais aussi la solidarité, l'amour et l'amitié qui peut naître de deux cultures complètement différentes!
C'est sublime, les personnages sont attachants, charismatiques, j'ai beaucoup aimé plongé dans ce livre, Oliver voit ce peuple avec un regard lucide et neuf, et s'adapte à sa nouvelle vie et à son nouvel environnement malgré les difficultés.
A lire.
Les Naufragés de l'autocar Les Naufragés de l'autocar
John Steinbeck   
Dans ce roman, il est question d'un bus qui tombe en panne, les voyageurs se retrouvent donc à passer la nuit dans un restaurant, où ils commencent à faire un peu connaissance.
La panne résolu, ils se retrouvent de nouveau piègés près d'une montagne.
Les personnages se dévoilent, caractères, rêves, fantasmes etc. On a un portrait étonnant pour chacun d'eux.
J'ai bien aimé mais John Steinbeck fait à mon goût beaucoup trop de descriptions inutiles.
Dommage.

par Audreyy
Une braise sous la cendre, Tome 3 : Le Prix du sang Une braise sous la cendre, Tome 3 : Le Prix du sang
Sabaa Tahir   
Ma note: 5/5
Chronique disponible sur mon blog: https://callmeeluh.wordpress.com/2018/08/04/an-ember-in-the-ashes-tome-3-a-reaper-at-the-gates-de-sabaa-tahir/

“Hope is stronger than fear. It is stronger than hate.”

Première pensée en terminant A Reaper at the Gates: j’ai fini A Reaper at the Gates !

Deuxième pensée en terminant A Reaper at the Gates: J’AI FINI A REAPER AT THE GATES PUNAISE, QU’EST CE QUE JE VAIS FAIRE DE MA VIE ??

Après plus d’un an et demi d’attente, j’ai enfin lu A Reaper at the Gates. C’était l’un des livres que j’attendais le plus cette année, et même si je m’étais préparée psychologiquement à être détruite par ma lecture (notamment en voyant les avis de ceux qui ont reçu un ARC du livre), rien n’aurait pu réellement me préparer à ça.
J’ai l’impression que Sabaa m’a arraché le cœur de ma poitrine, l’a écrasé à mains nues, l’a piétiné pour faire bonne mesure, et ma laissé ramasser les morceaux.

Quelques mois se sont passés depuis les événements se passant dans A Torch Against the Night. Elias est encore en plein apprentissage pour devenir Soul Catcher, Laia continu du mieux qu’elle peut à sauver son peuple des Martiaux tout en cherchant un moyen d’arrêter le Nightbringer, et Helene quant à elle doit faire face à ses responsabilités de Blood Shrike tout en protégeant sa sœur et en faisant face au Commandant qui cherche toujours à la décrédibiliser. En tout cas une chose est sûre lorsqu’on ouvre ce tome: nos personnages ne sont pas au bout de leurs souffrances, et on va devoir s’accrocher tout au long de notre lecture.
Et ça n’a pas loupé: Elias, Laia comme Helene vont énormément souffrir, et vont se retrouver face à des choix quasi impossible à faire, choix qui auront un impact important sur ce qu’il vont devenir dans le futur.

Tout comme c’était le cas dans A Torch Against the Night, c’est Elias qui en bave le plus dans ce tome. Tout ce que je voulais durant ma lecture c’est que ça cesse et que mon bébé soit sain et sauf et heureux surtout !

Son histoire avec Laia m’a brisée du début à la fin du tome. Ils sont fait l’un pour l’autre, ils s’aiment, mais la vie en a décidé autrement et continue de les faire souffrir et de les séparer. Plus qu’à espérer qu’ils auront leur happy ending dans le dernier tome de la saga, parce que je pense pas pouvoir supporter plus de cœurs brisés (le mien est déjà en miettes en plus…).

“Love. I sigh. Love is joy coupled with misery, elation bound to despair. It is a fire that beckons me gently and then burns when I get too close. I hate love. I yearn for it. And it drives me mad.”

Il y a d’ailleurs un chapitre en particulier du point de vue de Elias qui m’a complètement brisée (ceux qui l’ont lu savent duquel je parle), et honnêtement je me demande si je vais survivre à la fin de cette série, d’autant plus qu’elle teste vraiment mes limites.

Ce tome était juste… incroyable. J’ai pas vraiment les mots pour dire à quel point j’ai aimé ma lecture. Sabaa a réellement une plume magnifique, et c’était très difficile pour moi de m’arrêter parce que chaque fin de chapitre donne envie de lire la suite.
Certes, l’action n’est pas omni-présente dans A Reaper at the Gates, et il y a beaucoup de moments plus ‘longs’, mais je ne me suis jamais ennuyée pour autant. Durant ces passages on sent la tension monter toujours plus, même quand on pense qu’elle ne peut pas monter plus.

On a peur pour nos personnages tout au long du livre, et même si on se doute de ce qu’il va se passer par la suite, on n’a aucun moyen de savoir quand ni comment, et c’est ce que j’ai particulièrement aimé: certains détails ont beau être prévisibles, au final on est malgré tout pris par surprise par la tournure des événements.

Maintenant que je l’ai fini, je ne sais vraiment pas comment je vais faire pour attendre le prochain (et dernier…) tome. J’ai tellement besoin de savoir comment tout ça va se terminer, et surtout j’ai besoin de voir mes bébés heureux. EMBER4 est normalement (accent sur ‘normalement’ parce qu’on a bien vu ce qu’il s’est passé pour A Reaper at the Gates) pour l’année prochaine, et je sais que l’attente va être très longue.

Lorsque j’ai commencé An Ember in the Ashes en octobre 2016, je n’aurai jamais imaginé à quel point je tomberai amoureuse de cette saga et de ces personnages. Aujourd’hui elle fait partie de mes séries préférées de tous les temps (elle est même dans mon top 5!), et même si elle me fait souffrir comme peu d’autres séries, je ne lui en veut pas.
En tout cas ce tome ne fait que confirmer une chose: Sabaa Tahir est l’une de mes auteures préférées.

“Curse this world for what it does to the mothers, for what it does to the daughters. Curse it for making us strong through loss and pain, our hearts torn from our chests again and again. Curse it for forcing us to endure.”

Allez lire cette série. Sérieusement. Elle en vaut vraiment la peine. Et comme elle est traduite, vous n’avez aucune raison de vous défiler !

par Callmeluh
L'Attrape-cœurs L'Attrape-cœurs
J. D. Salinger   
Un très bel ouvrage traitant de l'adolescence dans son état « brut », son fonctionnement et les sentiments qu'il en découle. Car, c'est certainement la compréhension de la vie et du monde qui entoure le narrateur et l'amène à être si déçu.
Le spontané Holden est très attachant. Il décrit (avec un langage argotique) l'absurdité de la société de perdition et ses valeurs perverties par le sexe et l'argent.
On passe du sarcasme méprisant du début à la bonne âme tourmentée au fil du texte. Mais, on ne lâche jamais la souffrance et l'humanité de cette adolescence. Le désenchantement de sortir de l'enfance pure.
Alors, ne serait-ce pas l'intelligence de l'adolescence qui refuse simplement cette adaptation à la société trouble ? Et finalement se jette dans le désespoir de cette noirceur, cet avenir d'adulte méprisable, perverti que tout être doit devenir.
Seules les âmes sensibles auraient une adolescence difficile ?
Cela amène de belles réflexions et en tant que parent, je trouve que le contenu de cet ouvrage est philosophiquement intéressant... Je comprends tout à fait qu'il soit qualifié comme tel !
Reflection - A Twisted Tale Reflection - A Twisted Tale
Disney Storybook Art Team (Illustrations)    Elizabeth Lim   
What if Mulan had to travel to the Underworld?

When Captain Shang is mortally wounded by Shan Yu in battle, Mulan must travel to the Underworld, Diyu, in order to save him from certain death. But King Yama, the ruler of Diyu, is not willing to give Shang up easily. With the help of Shang's great lion guardian ShiShi, Mulan must traverse Diyu to find Shang's spirit, face harrowing obstacles, and leave by sunrise--or become King Yama's prisoner forever. Moreover, Mulan is still disguised as the soldier called Ping, wrestling with the decision to reveal her true identity to her closest friend. Will Mulan be able to save Shang before it's too late? Will he ever be able to trust her again? Or will she lose him--and be lost in the Underworld--forever?

par fred9
Danse avec les loups Danse avec les loups
Michael Blake   
oh la la je l'ai lu il y a un moment et j'en garde un tendre souvenir l'histoire est très belle et je dois dire que le film n'est pas mal non plus pour ceux qui préférent regarder plutot que lire!

par electra
Enterre mon coeur à Wounded Knee Enterre mon coeur à Wounded Knee
Dee Brown   
Etant férue de culture amérindienne, lorsque j'ai pu me proccurer ce livre, je n'ai pas hésité. De plus, les excellentes critiques que j'ai pu en lire ont grandement influencé ma décision. Et pour que je lise un livre si peu de temps après me l'être proccuré, c'est que vraiment, il me faisait envie.

Ce texte historique retrace l'histoire des amérindiens et des guerres qui les ont opposés aux Blancs entre 1860 et 1890, durant ce que l'on appelle "La Conquête de l'Ouest". Basé sur des rapports et des archives militaires, des traîtés et des témoignages qu'ils soient de soldats, d'Indiens hommes femme ou enfants, ce livre blindé d'émotions relate la souffrance des différents peuples Indiens, des Navajos aux Cheyennes, en passant par les Sioux, les Arapahos, les Kiowas ou encore les Commanches. De plus, le fait que ce livre soit entièrement narré du point de vue des Indiens, nous offre une vision de ce qui s'est réellement passé avec une sincérité et une véracité exceptionnelle, sans accommodement ni détournement de la vérité comme trop souvent constaté dans le cas contraire.

De par un énorme travail de recherche et de documentation, l'auteur nous soumet un livre d'une grande précision que ce soit historique ou chronologique. Et le fait que le livre soit parsemé de témoignages ajoute à la qualité et à l'intensité du livre.

C'est avec impuissance et avouons-le, non sans honte que l'on suit le déroulement de l'histoire au fur et à mesure que l'on tourne les pages. Ce livre, en plus de me bouleverser au point de m'en faire pleurer, m'a complètement révoltée ! A plusieurs reprises, l'injustice chronique dont ont été victimes les Indiens, la fourberie et la cupidité de l'homme blanc m'ont ammené les larmes aux yeux au point de m'en faire bouillonner de colère et de honte. Honte des hommes et de leur avidité qui, pour de l'or, n'ont pas hésité un seul instant avant d'exterminer la quasi totalité de la population Indienne. De la déportation des Indiens dans les réserves en leur faisant traverser des pays entiers pour les parquer comme du bétail dans des réserves sans eau potable, sans nourriture avec pour seules possession les vêtements qu'ils avaient sur le dos. De la violation des traîtés par les blancs qui convoitaient l'or et les minerai qui se trouvaient être sur les terres indiennes, de la menace de faire exclure les Indiens de leurs terres s'ils n'autorisaient pas les blancs à venir y chercher l'or, de trahisons en trahison, de massacres en boucheries tous plus sanglants les uns que les autres...

Un cercle vicieux qui se répète ainsi tribue après tribue, des Navajos aux Sioux, des Apaches aux Nez-Percés. Des milliers d'Indiens dépouillés de leurs biens, humiliés, trahis pour le seul bon plaisir des blancs qui, toujours plus cupides et avides de richesses n'ont de cesse de les persécuter.
Injustice, egoïsme, cruauté et oppression sont les maîtres mots de de livre !

Du massacre de Sand Creek où, les Tuniques Bleues, sous le commandement de Custer ont tués sans distinction hommes, femmes, enfants et vieillards avant de les mutiler de la plus cruelle des manières, à Little Big Horn, la plus grande défaites des blancs face aux Indiens (et là, j'ai envie de dire "enfin !") et pour finir à Wounded Knee, où plus de 300 Cheyennes, hommes, femmes et enfants confondus ont été assassinés, a ce stade, on ne parle plus de persécution, mais bel et bien de génocide et de crime contre l'humanité.
Des peuples entiers exterminés pour la seule raison que leur souhait était de vivre en paix sur leurs terres. Mais cela ne convenaient pas aux blancs qui ont décrétés qu'ils ne pouvaient vivre en cohabitation avec les Indiens et ont donc décidés que s'ils voulaient la paix, ils l'obtiendraient à certaines conditions. C'est ainsi que les Indiens se sont vu contraint voir de céder leurs terres sous menace de se voir privés de rations de nourriture et laissé mourir de faim par l'armée américaine s'ils n'accédaient pas aux conditions des blancs.
Si certains, ont capitulés, fatigués de se battre, d'autres ont résistés et sont entrés dans la légende, des grands chefs de guerre, comme Sitting Bull, Géronimo, Spotted Tail, Red Cloud, Crazy Horse, Cochise et bien d'autres encore...

Des Indiens dont leur seule faute était de vivre en paix sur leurs terres, condamnés à la peine capitale car ils refusaient de céder leurs terres aux blancs. Des violentes représailles contre les guerriers indiens, qui, pour venger leurs frères assassinés s'en prennent aux soldats et aux colons, attaque les lignes de diligences pour se proccurer des armes et des munitions que les blancs leurs retirent et sans lesquelles ils ne peuvent plus aller chasser. Abusés et trahis, les Indiens sont poussés à de tels actes, mues par la colère et la haine qu'ils éprouvent pour les blancs.
Et pour cela, ils sont condamnés.
Voir un soldat massacrer un Indien est tout ce qui a de plus normal, mais lorsqu'un Indien tue un blanc pour protéger sa famille, la justice n'existe plus et il est coupable de meurtre sans même être jugé ! Quand des Indiens portant le drapeau blanc de la paix sont fusillés avant même d'avoir prononcé le moindre mot, on ose encore parler de justice ?

Et l'ironie de l'histoire veut que les blancs se disent civilisés alors que "le seul bon Indien est un Indien mort". Et les soit disant "sauvages" sont les seuls qui ont vraiment oeuvrés pour apporter une paix durable et constante entre les Indiens et les blancs et qui ont toujours tenus les promesses faites aux blancs. Qui sont mort pour une paix que les blancs leur ont toujours refusée sous n'importe quel prétexte.

Je terminerais cette chronique par un extrait du livre :

"[...]Les quatre captifs, tous des enfants, n'avaient apparament pas été maltraités. De fait, lorsqu'un soldat demanda au petit Ambrose Archer comment les Indiens l'avaient traîté, le garçon de huit ans répondit qu'il aurait "mieux aimé rester avec les Indiens que les quitter".[...]"

Je crois qu'il n'y a rien à ajouter à cela...

Pour conclure, je dirais que malgré le fait qu'il m'ait retourné les trippes, ce livre est vraiment à lire. Un livre qui ouvre les yeux sur la façon dont s'est réellement dérouler "la Conquète de l'Ouest". Ce n'est vraiment pas une lecture facile, dans le sens où il m'a franchement miné le moral, mais je ne regrette vraiment pas de l'avoir lu. !


par Fantasyae