Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de lou-du-76 : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
Six of Crows, Tome 2 : La Cité corrompue Six of Crows, Tome 2 : La Cité corrompue
Leigh Bardugo   
«Crows remember human faces. They remember the people who feed them, who are kind to them. And the people who wrong them too.»

Je ne sais pas par quoi commencer sauf par avouer que je pleure comme un bébé. J'aurais jamais cru que ça serait aussi difficile de dire au-revoir à une bande criminels.

Aussi pathétique que ça soit, je bénis le jour où Leigh Bardugo a commencé à écrire cette histoire. Et je bénis le fait qu'elle n'ait pas abandonné son aventure à la première panne de mots.

Par tous les saints, j'adore les fins et en même temps je ne peux pas m'empêcher de les détester. C'est dans ce genre de moments que la phrase toute faite la plus stupide mais la plus vraie du monde me revient en pleine figure comme une gifle : "toutes les bonnes choses ont une fin."

Crooked Kingdom a été un second et dernier tome fabuleux, à la hauteur de Six of Crows. En Novembre dernier, quand je me suis lancée dans Six of Crows, jamais j'aurais pensé que je serais là aujourd'hui, presque un an plus tard, encore folle amoureuse de cette histoire. Et plus même.

C'est un genre de coup de cœur violent. Comme si après avoir marché dans le noir pendant trop longtemps la lumière vous aveuglait soudainement.

Leigh Bardugo a écrit une histoire épique, ingénieuse et badass avec une plume qui vous pousse à toujours aller plus loin comme si vous aussi vous apparteniez à l'histoire. Comme si vous étiez le fantôme qui suit Kaz et son équipe.
C'est le genre de sentiment, d'impression que j'aime ressentir quand je lis un livre. Parce que c'est à ce moment-là que je me dis que j'aurais sérieusement raté quelque chose si je ne m'étais pas lancée.
Je remercie le jour où j'ai décidé de lire comme si c'était le seul air que je pouvais respirer et que chaque nouveau livre lu était un nouveau souffle.
La meilleure idée de ma vie.

Je devrais parler des personnages. Et je vais parler d'eux. Je voudrais parler d'eux pour l'éternité à venir et encore, une éternité toute entière ne sera jamais assez longue pour tout ce que je voudrais dire!
Je me suis attachée aux personnages, ça il n'y a pas de doutes. Ils sont tous uniques et je n'ai pas pu leur résister. Pour être honnête, je n'ai même pas cherché à essayer de leur résister.
On ne résiste pas à Kaz Brekker. On ne résiste pas plus à Inej Ghafa, à Jesper Fahey, Wylan Van Eck et Nina Zenik. On ne résiste pas non plus à Matthias Helvar.
Ce n'est pas humainement possible. C'est un fait scientifique. Demandez à Wylan, il vous dira que j'ai raison. ^^

Ils vont me manquer. D'un point de vue extérieur au monde de la lecture et du fangirlisme (si je vous dis que ce mot existe!) le fait d'être attachée à des personnages comme ça peut sembler très pathétique. Et c'est limite si on ne va pas me forcer à aller me faire soigner.
Mais c'est comme ça. Je les aime et ils vont me manquer même si je sais que j'ai juste à recommencer l'histoire du début pour qu'ils soient de retour.

Et mine de rien, je serais toujours totalement amoureuse des relations que Leigh Bardugo a mis en place entre les personnages. Que ça soit une relation amicale ou amoureuse, je suis fan.
Je m'incline.

Crooked Kingdom a été une conclusion totalement dingue où les évènements se sont enchaînés à la perfection. La suite/la fin des aventures de mon crew préféré m'a souvent laissée à bout de souffle, émerveillée. J'ai eu les larmes aux yeux et un énorme sourire accroché aux lèvres.
Et j'en passe.
Ça vaut clairement le détour.

Quant à la fin. Je ne trouve pas de mots. Ils sont tous si petits par rapport à la grandeur de ce que Leigh Bardugo nous a offert.
[spoiler]Wylan et Jesper s'installent dans la maison du père de Wylan avec sa mère qui n'est en fait pas morte. Nina s'en va mais elle reviendra un jour. Matthias... il va me manquer. J'ai pleuré quand il est mort. Et j'ai espéré jusqu'au dernier mot que n'importe quoi se passe et qu'il soit à nouveau bel et bien vivant.
Quant à Kaz, il reste Kaz avec son royaume qu'est Ketterdam. Et Inej n'en a pas fini avec Ketterdam. Avec Kaz. Elle a un navire pour mener à bien ses projets et grâce à Brekker elle a retrouvé ses parents.
Si c'est pas beau ça?
Même si je regrette la mort de Matthias parce que je l'adorais, c'est une excellente fin.[/spoiler]

Alors, je dois m'arrêter là? C'est comme officialiser la fin pour moi. C'est horrible et en même temps c'est super! Et clairement horrible.
Mais je recommande cette duologie de tout mon cœur. Par tous les saints, je recommence à pleurer. Merde.
Je suis sûre que Leigh Bardugo continuera de nous offrir de superbes histoires. Mais Six of Crows aura toujours une place bien grande et bien spéciale dans mon cœur de lectrice.

«He doesn't say goodbye. He just lets go.»

par Sheo
La Maison de la Nuit, Tome 3 : Choisie La Maison de la Nuit, Tome 3 : Choisie
P.C. Cast    Kristin Cast   
Un troisième tome juste EXCEPTIONNEL !!!
Il en est presque le meilleur de ce début de série.

Dans cette suite, Zoey va cumuler les secrets. Entre Lucie qu'elle croyait morte de retour, ses trois petits-copains et l'horrible Neferet que tout le monde croit fabuleuse, elle ne sait plus où donner de la tête.
Malheureusement, accumuler tous ces mensonges auprès de ses amis n'est pas le bon choix, tout comme les exposer à la menace de Neferet.
Durant ce tome, Zoey subit beaucoup d'événements qui la changent et va devoir avancer seule, sans personne sur qui compter.
Elle va devoir faire un choix entre Loren Blake, Heath, et Erik, tout en sachant qu'ils auront tous des répercussions.

J'ai pleuré sur cette suite. Zoey m'a énormément émue, j'étais elle, je vivais dans la peur, j'aimais ses amis, je ressentais de la haine pour Neferet... En bref, P.C. et Kristin Cast m'ont fait voyager grâce à leur merveilleuse écriture.
Je l'ai lu en une journée, tellement heureuse de relire ce superbe tome pour la deuxième fois.
Je suis tombée encore plus amoureuse de La Maison de la Nuit que la première fois que je les ai lus. Ce livre est juste incroyable.

Les autres personnages m'ont révoltée à certains moments, et émue à d'autres.
J'aime par-dessus tout Aphrodite, qui n'est pas la "sorcière haineuse" que tout le monde décrit. Elle est en fait sensible et on découvre une part d'elle qui est vulnérable à cause de Neferet, c'est pourquoi elle s'allie à Zoey.
Ca m'a fait du bien de retrouver Lucie, même si elle a beaucoup changé, étant donné qu'elle s'est transformée en une autre race de vampire.
Erik m'a révoltée à la fin du livre. Je ne m'attendais pas à ce qu'il agisse de la sorte.

La fin m'a laissée bouche bée, complètement vide et épuisée. J'ai besoin de lire la suite à tout prix !
C'est l'une des premières fois que je vis de la sorte la lecture d'un livre. J'étais incapable de lâcher ce chef-d'oeuvre, et tous ceux qui me dérangeaient dans ma lecture en ont subi les conséquences !

A lire absolument !!

Bonne lecture !
Lou

par lou-du-76
La face cachée de nos assiettes La face cachée de nos assiettes
L214   
Le tout premier livre de L214, l'association qui dénonce depuis des années la souffrance animale dans des vidéos retentissantes.

C'est l'histoire improbable d'un groupe de citoyens engagés, partis à l'assaut d'une inquiétante forteresse, l'industrie de la viande, avec son cortège de souffrances insensées imposées chaque année à des millions d'animaux. Leurs armes : des caméras, pour dévoiler ce qui se passe vraiment dans les élevages, les abattoirs et les transports. Leur objectif : changer le sort des animaux en montrant la réalité des pratiques.
Les souffrances infligées aux animaux ne se résument pas à celles endurées lors de leur mise à mort. Elles sont le produit d'un système absurde, qui traite des êtres sensibles et conscients comme une matière première. Du gavage des canards au quotidien sordide des abattoirs – poussins hachés menu, cochons mutilés, vaches maltraitées... –, en passant par le travail de sape des lobbies, nos infiltrés dévoilent l'influence des multinationales et l'inertie des pouvoirs publics, et nous alertent sur cette " malbouffe " qui se retrouve... dans nos assiettes.

par lou-du-76