Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par louelo44

Extraits de livres par louelo44

Commentaires de livres appréciés par louelo44

Extraits de livres appréciés par louelo44

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 24-09-2016
La portière de la voiture s’ouvre et de vives lumières blanches m’éclatent au visage, m’éblouissant durant quelques longues secondes. Flash! Flash! Flash! Comme si un feu d’artifice crépitait à proximité. J’attends dans la voiture pendant qu’elle fait sa grande entrée. Sortir d’une limousine aux vitres teintées vêtue d’une magnifique robe scintillante assortie à des talons vertigineux n’est pas une tâche facile, même pour une pro expérimentée. Joindre les genoux, faire pivoter les hanches, poser les pieds par terre, pousser discrètement, se lever gracieusement, ajuster sa robe et SOURIRE! Un concert d’acclamations retentit quand elle apparaît – tadam! – une déesse hollywoodienne en chair et en os.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 23-09-2016
La mélodie s’est fait à nouveau entendre et j’ai laissé pendre mes bras le long de mon corps, ma frayeur et mes inquiétudes s’effritant à mesure que les sons s’insinuaient dans mon esprit. Tout à coup, rien ne m’a paru plus agréable que d’être enlacée par les vagues plutôt que fouettée par la pluie.
C’était délicieux, à vrai dire. Cette eau, il fallait que je la boive. Que j’en remplisse mon estomac, mon cœur, mes poumons.

Dévorée par cette envie impérieuse, je me suis approchée du garde­-fou et l’ai enjambé. Puis la chute, comme dans un rêve.

J’ai compris que je courais un danger mortel à la seconde où la main glacée de l’océan sur mon visage m’a ramenée à la réalité.

J’allais me noyer.

Non ! ai­-je hurlé en mon for intérieur. Je ne suis pas prête ! Je veux vivre ! Dix-­neuf ans, c’est trop jeune pour mourir. J’ai encore trop d’expériences à vivre, de plats à goûter et de lieux à découvrir.
J’avais l’espoir de me marier, de fonder une famille. C’est trop injuste de tirer un trait sur ses rêves.

« Tu en es certaine ? »

Je n’ai pas eu le temps de me demander si cette voix était un produit de mon imagination.

« Que serais-­tu prête à sacrifier pour rester en vie ?

— Absolument tout ! »
Avez vous apprécié cet extrait ? +9
date : 12-08-2016
Au détour d’un virage, Romain freine brutalement. Un tracteur bloque la route et deux hommes s’empoignent vigoureusement. Romain saute de son véhicule et se précipite :
— À quoi vous jouez ? crie-t-il en essayant de les séparer.
Surpris par son arrivée, les deux lutteurs ont relâché leur prise et Romain réussit à s’interposer. Et tout en les maintenant vigoureusement, il tente de comprendre leurs vociférations. Il décode à gauche :
— De toute façon, dans ta famille, vous n’avez toujours été que des pourritures !
La réponse de droite ne se fait pas attendre :
— Et vous ! Des cons, qui se prennent pour des héros ! Ce n’est pas parce que tes grands-parents faisaient partie du réseau Shelburn que le courage est héréditaire.
— Ne parle pas de ce que tu ne connais pas. Vous, vous étiez des collabos.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 12-08-2016
Justine a de plus en plus de mal à aborder avec le recul nécessaire les souffrances physiques et morales que sa pratique l’oblige à côtoyer au jour le jour. À son arrivée au Budawi, sa froideur naturelle n’a pas plu aux autochtones. Puis, petit à petit, ces femmes ont appris à la connaître. Elles ont découvert dans l’intimité de son cabinet de consultation, sa douceur, sa profonde humanité et sa grande compassion.

Malgré cette affection que lui portaient les autochtones, Justine se réjouissait d’avoir bientôt terminé sa mission. Le peu de poids de son travail assidu dans l’étendue des souffrances que vivait la population de ce pays l’avait usé. Dans trois mois, elle reprendrait le cours de son internat dans un hôpital lyonnais et quitterait définitivement la pression exercée par Damien Giraud.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Alice HURLE... MARCO !... MARCO !... C'est pas drôle, au secours, sort moi de là...
 
Une porte se déverrouille, la lumière éclaire la pièce, un homme entre, il porte une cagoule, il est vêtu de cuir, une cravache est passée dans sa ceinture...
Alice le regarde éberluée, regarde autour d'elle, elle doit être dans une cave, dans une maison ancienne, le plafond est en voûte anglaise... Dans un coin : une table, une chaise, des toilettes et une cabine de douche.
 
– MARCO... Tu fais chier ! Ce genre de fantasme je ne l'ai pas ! Ce que j'aime c'est faire l'amour avec un beau mec... Détache-moi et nous n'en parlerons plus !
 
L'homme la regarde, et soudain, violemment lui cingle le corps avec la cravache. Alice HURLE... Arrête espèce de taré !... Malade !... Pauvre type !... Mais qui êtes-vous ? Vous n'êtes pas Marco?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0