Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de louisbla : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Cat's Eye - Édition Deluxe, Tome 3 Cat's Eye - Édition Deluxe, Tome 3
Tsukasa Hōjō   
Encore une fois un excellent tome. Celui-ci montre une évolution dans la relation entre Hitomi voleuse et son fiancé étant inspecteur de police. On pourrait croire qu'il est en train d'en tomber amoureux. De plus, ce tome est intéressant car plusieurs fois, Cat's eye aide ou sauve ou les 2 la police.
De plus, ce tome est hilarant car Toshio squatte temporairement chez les soeurs et donc, il y a plusieurs situations caucases.
Pour conclure, un gros coup de coeur pour la série, j'ai hâte de la poursuivre.
Cat's Eye - Édition Deluxe, Tome 2 Cat's Eye - Édition Deluxe, Tome 2
Tsukasa Hōjō   
Un excellent tome où la difficulté des vols monte d'un cran. En effet, les filles ne risquent pas que de se faire attraper par la police mais elles risquent de mourir. On retrouve au fil des chapitres un personnage récurrent qui va tout faire pour tuer les filles. J'adore le dessin mais je trouve l'intrigue encore mieux car on comprend les intentions des filles de voler des oeuvres particulières. De plus, on découvre un voir 2 nouveaux personnages récurrents de la série.
Pour conclure, un excellent tome qui donne envie de poursuivre.
Discours à l'académie Française Discours à l'académie Française
Marcel Pagnol   
("Discours à l'académie Française" a été réédité dans le même ouvrage que "Notes sur le rires" du même auteur. Incluant aussi, "Critique des critiques".)

Inclus dans cet ouvrage :
- Discours de Marcel Pagnol en réponse à la réception de Marcel Achards (03/12/1959)
- Discours de réception de Marcel Pagnol (27/03/1947)

par louisbla
Critique des critiques Critique des critiques
Marcel Pagnol   
("Critique des critiques" a été réédité dans le même ouvrage que "Notes sur le rires" du même auteur. Incluant aussi, "Discours à l'académie Française".)

Marcel Pagnol dédie ce texte à son ami : Roger-Ferdinand, en souvenir de leurs luttes communes contre l'ignorance, l'injustice, le snobisme et l'envie. L'écrivain exprime un grief acerbe à l'égard des critiques : il leur reproche d'être jaloux du succès des autres. Il a justement raison sur ce point.

Il fustige les auteurs-critiques qui ont besoin de donner leur avis sur les ouvrages de leurs confrères, et les critiques-auteurs dont les pièces n'ont jamais été jouées ou parfois, dans de petits théâtres, sans grand succès, ce qui les rend aigris, prêts à se venger de l'art dramatique en lui nuisant avec tout leur talent.

Il prétend également qu'ils n'aiment pas l'art dramatique ni sur scène ni à l'écran. Enfin, Pagnol pense que le critique assis dans son fauteuil, un soir de générale, est là pour composer son œuvre et non pour juger l'œuvre d'un autre...
Le résultat de ces critiques est parfois déplorable :
"Un certain nombre d'auteurs semblent avoir été dévoyés par le dénigrement de leurs meilleures qualités et l'éloge unanime de leurs erreurs."

par louisbla
La gloire de mon père (Bd) La gloire de mon père (Bd)
Serge Scotto   
Quel surprise de découvrir ce chef-d’œuvre de Marcel Pagnol en bande dessiné ! Cette surprise fut bonne puisqu'elle est superbe. Les dessins sont excellents et le scénario respecte parfaitement les mots de l'auteur.
Donc je le conseille à ceux qui aime les histoires de cigale de la garrigues.
Topaze Topaze
Marcel Pagnol   
Une pièce agréable et drôle de Pagnol !

On y suit les mésaventures de Topaze, instituteur qui va se retrouver embarqué dans le monde des affaires qui n'est pourtant a priori pas fait pour lui.

Une satyre sur l'attrait de l'argent , et la perte des illusions qu'elle va entraîner.

Une très bonne pièce de théatre , plaisante et drôle !

par Ertiammot
Pirouettes Pirouettes
Marcel Pagnol   
Ces mémoires sont des mémoires véritables : toutes les pages en furent dictées le soir, au coin de mon feu, tandis que, les yeux clos, je regardais passer mes souvenirs. J'ai tenté de faire revivre la figure de Louis-Irénée Peluque, mon condisciple et mon ami ; j'ai conté simplement les actions auxquelles il se trouva mêlé. Ces actions, que je n'ai point inventées, sont naturellement banales et décousues, comme la vie. Quelques jeunes femmes surgiront au cours de ce récit ; je les présenterai en temps et lieu, on rencontrera aussi plusieurs jeunes hommes, qui m'ont paru beaucoup plus dignes de considération. Parmi ceux-ci, je citerai Félix-Antoine Grasset, poète pessimiste, et votre serviteur Jacques Panier, ce mot de serviteur n'étant d'ailleurs qu'une formule vaine. Je ferai tout à l'heure un portrait du premier, pour ce qui est de moi, la modestie me commande de n'en point parler en des termes flatteurs ; d'autre part, ma petite idée de mon mérite personnel m'interdit de me dénigrer systématiquement à seule fin de paraître véridique. Je laisse donc au lecteur le soin de deviner mon visage au son de ma voix.

par Bilbo07
Notes sur le rire Notes sur le rire
Marcel Pagnol   
Voici notre définition du rire:
1. Le rire est un chant de triomphe: c'est l'expression d'une supériorité momentanée, mais brusquement découverte du rieur sur le moqué.
2.Il y a deux sortes de rires, aussi éloignées l'une de l'autre, mais aussi parfaitement solidaires que les deux pôles de notre planète.
3. Le premier, c'est le vrai rire, le rire sain, tonique, reposant:
Je ris parce que je me sens supérieur à toi (ou à lui, ou au monde entier, ou à moi-même).
Nous l'appelons rire positif.
4. Le second est dur, presque triste:
Je ris parce que tu es inférieur à moi. Je ne ris pas de ma supériorité, je ris de ton infériorité.
C'est le rire négatif, le rire du mépris, le rire de la vengeance, de la vendetta, ou, tout au moins, de la revanche.
5. Entre ces deux sortes de rires, nous rencontrons toutes sortes de nuances.
Et, sur l'équateur, à égale distance, de ces deux pôles, nous trouvons le rire complet, constitué par l'association des deux rires.

par Noone
Marius Marius
Marcel Pagnol   
Premier épisode d’une trilogie bien plus connu pour ses adaptations cinématographique, avec notamment Raimu (dans le rôle de César), Pierre Fresnay (Marius) et Orane Demazis (Fanny), la pièce de Marius nous fait découvrir un Marseille sous le soleil, avec la mer en toile de font (Je sentais presque le romarin et j’entendais presque le bruit des cigales. On y découvre également des marseillais pleine de gouaille, railleurs, bagarreurs.
La lecture de cette pièce de théâtre est très divertissante et plaisante. J’ai souvent rie. J’ai souvent été ému par ses amitiés viriles. Il en ressort beaucoup de poésie à la lecture de ses répliques pleines de tendresse. L’amitié, l’amour et les épreuves de la vie exacerbent le verves des personnages que se soit au sein des couples, entre parents et enfants ou entre amoureux.
A lire et relire, je vous le conseille pour ses scènes d’anthologie bien sur comme la fameuse partie de manille, mais aussi pour la leçon de cocktail, la comparaison entre Paris et Marseille, les disputes entre César, Panisse et Escartefigue ; mais aussi pour certaines expressions des plus savoureuses les 4 tiers d'un verre, la tourifèle (la tour Eiffel), l'opion (l'opium), le ferry-boîte (le ferry-boat)...

par RMarMat
Les marchands de gloire Les marchands de gloire
Marcel Pagnol   
La Grande Guerre a coûté la vie à plusieurs millions de jeunes français. Elle a été aussi l’occasion de quelques grandes fortunes et elle a marqué le début de quelques grandes carrières.
Satire mordante de la vie politique, Les marchands de gloire n’ont rien perdu de leur actualité. Un honnête homme y découvre que la réussite est au bout du cynisme. Le futur auteur de Topaze fourbit ses armes : le rire, l’émotion et la réplique qui fait mouche.
La première pièce de Marcel Pagnol, écrite en collaboration avec Paul Nivoix, fut créée au Théâtre de la Madeleine le 15 avril 1925, avec Constant Rémy, Pierre Renoir et Suzy Prim. Le succès n’était pas au rendez-vous : on dut la retirer après treize représentations, mais le nom de Pagnol avait été à l’affiche pour la première fois et il n’allait pas tarder à y revenir.
« Henri - j’ai été assez étonné en lisant les journaux. On dirait qu’ils sont écrits par des canailles pour tromper des imbéciles ;
Bachelet – Si tu parles de politique, évidemment. Mais sur ce chapitre, je ne sais pas si les gens d’autrefois étaient tellement plus honnêtes… »


par anonyme
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4