Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Loul_ : Je n'ai pas apprécié

retour à l'index de la bibliothèque
Dualed, Tome 1 : Dualed Dualed, Tome 1 : Dualed
Elsie Chapman   
Dualed est un premier tome très prometteur. La couverture et le synopsis sont très intriguant et attirant. Et par chance, une amie le possédait. Alors que dire de ce tome 1 ? L'histoire est originale et rempli d'actions, mais malheureusement cela n'a pas été un coup de coeur.
Dés les premières je me sentais plongée dans ce livre. L'écriture de l'auteur est fluide et donc très facile à lire. Nous en apprenons sur cette société, sur les districts ainsi que le "pourquoi" de la création des doubles, qui pour moi, n'est pas très crédible... Je trouve aussi qu'il manque terriblement de description au niveau de lieux. Ce qui est très dommage vu que les genres dystopies/sociétés future ont pour but de nous offrir un décor propre du monde de l'auteur.
Comme tous dystopies, l'auteur à bien sûr placé une histoire d'amour ! Ce qui est généralement très bien. Le couple West et Chord est vraiment très mignon. Mais un peu confus. Je pense qu'Elsie Chapman n'a pas bien su exploiter cette romance... Néanmoins, les sentiments se font ressentir et on s'attache vite aux personnages. West est une fille très courageuse et qui n'en fait qu'a sa tête dans les moments les plus critiques. Mais bon. J'aime ce genre de caractère un peu maladroit. Chord, au contraire, réfléchit, est très tactique et est vraiment très très très protecteur envers West.

Malgré les défauts, je pense que Dualed est un livre à lire surtout si vous aimez les dystopies. Ce n'est pas un coup de coeur mais une lecture très agréable pour ma part.
Dualed, Tome 2 : Divided Dualed, Tome 2 : Divided
Elsie Chapman   
http://lesrebelles.net/livre/228.html#78

Un deuxième tome qui surpasse le premier!

J'étais curieuse et impatiente de lire ce second tome. West étant enfin accomplie, on se demande bien ce qui va pouvoir lui arriver par la suite, elle qui normalement devrait pouvoir enfin vivre une vie normale : travailler, commencer sérieusement ses études et surtout ne plus vivre dans la peur du jour de son activation et de l'affrontement avec son Alt.
Pourtant, une chose va venir bouleverser son quotidien, un soir où elle s'apprête à aller dîner tranquillement en compagnie de Chord : un représentant du Conseil lui ordonne de la suivre jusqu'au siège où elle devra rencontrer l'un de ses plus puissants membres, un opérateur de niveau un...

Elle qui s'était jurée de laisser son activité de chasseuse derrière elle, va se voir proposer un contrat bien difficile à refuser, même si cela implique de renouer avec de vieilles habitudes qui la hantent encore, même si elle s'était jurée de ne plus jamais tuer...
J'ai vraiment adoré ce livre ! Il y a sans cesse de l'action, des rebondissements inattendus, tout cela le rend passionnant et addictif ! Je l'ai dévoré en deux soirs, incapable de le reposer tant j'étais prise dans l'histoire aux côtés de West.

J'ai aimé le côté dystopique, bien plus présent selon moi que lors du premier tome. Certains aspects m'ont même fait penser à « Divergente » – la ville de Kersh étant également séparée du monde extérieur par une clôture et donc totalement isolée du reste du monde. On ne peut s'empêcher de se demander si cet extérieur, si horrible et dévasté par la guerre, est bien tel que le Conseil le décrit. Quelques pistes nous permettent d'avoir un début d'idée et j'attends le tome suivant avec impatience pour avoir quelques réponses à mes questions.

Il n'y a pas un seul point que je n'ai pas aimé dans l'histoire. Le style est juste parfait, rythmé par l'action. L'écriture, fluide et agréable, nous permet de nous immerger totalement dans le récit, de faire défiler les pages sans être dérangés par la moindre lourdeur ou incompréhension.

Les personnages enfin : J'ai adoré retrouver West, plus mature et accomplie. Pourtant, elle est toujours hantée par ses souvenirs. Peut-être pressentait-elle qu'il allait lui arriver encore autre chose, que ce qu'elle redoutait le plus allait se produire de nouveau ? Elle est vraiment touchante et il en va de même pour Chord. J'ai apprécié voir leur relation évoluer, leur attitude l'un par rapport à l'autre et leur manière de se protéger mutuellement de toutes leurs forces.
J'ai été ravie de revoir Baer et Dyre et de les côtoyer plus longtemps dans ce tome. J'ai pu ainsi découvrir d'autres facettes de leur personnalité et en apprendre plus sur leur passé.
En résumé, ce roman est un véritable coup de coeur ! Je n'ai qu'une hâte : que la suite sorte rapidement pour pouvoir me plonger une fois de plus dans cet univers palpitant !
À tous ceux qui ont lu le tome un, je ne peux que vous encourager à le lire rapidement, vous ne serez pas déçus !



par Ice-Queen
De brume, de métal et de cendres De brume, de métal et de cendres
Gwendolyn Clare   
Chronique de Diana :

https://followthereader2016.wordpress.com/2019/01/17/de-brume-de-metal-et-de-cendre-gwendolyn-clare

Attention, si vous n’avez pas lu le premier tome vous risquez d’être spoilé.

Il est rare que je dise ça mais j’espère qu’il va y avoir un tome trois, tout simplement parce que je sors de ce récit avec encore plus de questions .

Mais remettons un peu en premier lieu le contexte de cette histoire.

C’est un univers unique, je n’ai jamais rien vu ailleurs et ça permet des milliers de possibilité, l’imagination n’a plus aucune limite. A la fin du premier livre « D’encre, de Verre et d’Acier », je savais que je devais lire la suite, qu’il me fallait comprendre pourquoi Leo trahissait Elsa et ses amis pour une famille qui l’a rejeté et abandonné.

Une fois de plus j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, je ne sais pas si ça vient du rythme ou tout simplement de la multitude de possibilités qui s’offrent à nous lors de notre lecture. Je me suis retrouvée un peu comme nos héros à chercher pourquoi Leo avait bien pu agir de la sorte. J’étais fâchée comme Porsia, incrédule comme Faraz me disant qu’il n’avait pu faire ça que sous la contrainte (car rappelons le Leo a volé le livre), et j’ai essayé de comprendre au final comme Elsa qui n’a qu’une idée : trouver une piste et rattraper le jeune homme. Mais à nouveau la magie opère et je me laisse complètement attirer dans le récit.

Donc le schéma est assez similaire dans la construction avec le premier opus, il faut un moment avant que les choses se déclenchent mais ensuite les événements et les rebondissements s’enchainent pour ne plus vous laisser un instant de répit.

Une chose qui est très appréciable avec un récit aussi complexe, c’est l’alternance des points de vue, ça nous permet de nous situer et de ne pas perdre pied dans l’avancement du roman. D’ailleurs je vais préciser que l’enchainement entre ces points de vue est parfait, car ils sont vraiment amenés dans un ordre qui donne une visibilité alors que dans certains cas, on ne sait plus quoi croire ou comprendre.

Je ne trouve pas d’aspects réellement négatifs. Oui, on peut râler avec le rythme lent du début ou parce qu’on trouve que la fin est trop ouverte. Cependant, les personnages sont des génies et leur particularité en action est juste addictive. Le travail en équipe, le fait de grandir et de prendre en maturité nous permet de les voir évoluer. L’auteure n’omet rien, mais elle apporte des détails aux lecteurs en temps voulu.

Je reste donc un peu dans le flou en terminant ce récit, tant de choses restent hors de notre portée mais je me dis que Gwendolyn Clare veut juste que notre imagination prenne le relais.

C’est une duologie jeunesse que j’ai appréciée, si je ne devais trouver qu’un petit bémol c’est que la romance n’est pas utile. L’auteure a une très belle plume et elle sait créer des personnages et des lieux forts.

Une très belle découverte et des romans de toute beauté autant à l’intérieur qu’à l’extérieur.
D'encre, de verre et d'acier D'encre, de verre et d'acier
Gwendolyn Clare   
J'étais très intriguée par ce roman. J'ai été très déçue par ma lecture. je me suis forcée à finir, car j'avais toujours espoir que cela s'améliore. Mais ça n'a pas marché pour moi.
Déjà, les personnages. Je les ai trouvé sans fond, sans réelle personnalité. Leurs comportements ne me semblaient pas vraiment naturels, comme s'ils étaient des robots. J'ai aussi eu du mal à déterminer leur âge. Je pense que les personnages principaux sont des adolescents, entre 16 et 18 ans je dirais. Pourtant, j'avais l'impression d'avoir à faire à des gamins de 12 ans, car les réactions étaient très immatures à mes yeux, tout comme leur façon de parler. Ce qui n'aidait donc pas non plus à prendre l'histoire au sérieux ! Les relations entre les personnages aussi me donnaient cette sensation de très jeune âge, et elles ne me semblaient pas naturelles, plutôt forcées, que ce soit les relations amoureuses, amicales, ou familiales.
Ensuite, j'ai trouvé l'intrigue plutôt ennuyeuse. Il n'y a pas tant de choses qui se passent je trouve, et au final les quelques challenges se résolvent très, voir trop, facilement. Il y a quelques petites surprises mais qui au final peuvent être prévues si l'on prend le temps d'y réfléchir. J'ai bien aimé être dans l'Europe de la fin du 19ème siècle, mais j'ai trouvé que les façons de parler et les objets et comportements n'étaient pas appropriés à cette époque-ci.
Je n'ai pas vraiment accroché à l'écriture. Je ne suis pas rentrée dans l'univers. Elle ne m'a pas fait ressentir quoi que ce soit. Et j'ai trouvé que certaines phrases ne faisaient pas sens, qu'il y avait des erreurs !
En bref, je n'ai pas spécialement apprécié ma lecture, que j'ai trouvé sans profondeur et molle. Je n'ai pas hais ma lecture non plus, mais je ne lirais pas la suite.

par Prilla
The Book of Ivy, Tome 1 : The Book of Ivy The Book of Ivy, Tome 1 : The Book of Ivy
Amy Engel   
Mon avis sur…
L’histoire
Autant vous prévenir, cette chronique risque de partir dans toutes les sens, un peu comme mon cœur qui s’est fait bourlinguer à gauche et à droite pendant ma lecture. Ce que je peux vous assurer, c’est que c’est un livre aussi génial que frustrant (et comme là je suis, vraiment, très frustrée, c’est vous dire à quel point il est magique !).
On s’immerge dès les toutes premières pages dans le monde post-apocalyptique créé par Amy Engel. Après une guerre nucléaire. On en apprend plus sur les nouvelles règles mises en place : le conflit entre les deux familles, les mariages forcés… Et qu’est-ce qu’on peut détester, tout comme Ivy, les Latimer, familles ennemies depuis des générations ! Puis, on découvre que tout n’est pas noir ou blanc, mais que cet univers est teinté de nuances, tout comme Ivy va finalement le réaliser.
Ivy est une jeune femme qui, au départ, souhaiterait être aussi forte que sa grande sœur Callie, celle qui, initialement, devait s’occuper des Latimer et en particulier du fils, Bishop. Puis, au fil du roman, elle va ouvrir les yeux, non seulement sur lui et son père, mais également sur sa propre famille. Je l’ai trouvée courageuse, sensible, timide et prête à tous les sacrifices pour ceux qu’elle aime. C’était une déchirure que de l’abandonner à la fin de ce livre.
Bon… sinon y a Bishop. Non. Sinon y a BISHOP ! Le Bishop charmant ! Le meilleur Book Boyfriend au monde ! Non, je n’exagère pas ! Damn, il est tellement parfait : beau, sexy, téméraire, humain, honnête, droit… Le genre qui ferait fondre même un bloc de glace en plein pôle Sud (contrairement à ce qu’on croit, c’est là qu’il fait le plus froid). Bref… Vous avez compris : je l’ai adoré. Et pour le coup, l’abandonner fut une réelle torture. Surtout de la sorte ! Amy Engel est une sadique… une vraie, une pure, une dure !
Dans les personnages secondaires, nous avons le père d’Ivy, un homme froid, distant, prêt à tout pour accéder au pouvoir et même à sacrifier sa propre fille. Plus on avance dans le livre et plus on le déteste, à mesure qu’on découvre qui il est réellement.
Puis, il y a Callie. Alors là, je n’aurais qu’une phrase pour elle : Callie, JE TE HAIS !!!
Voilà, c’est dit. Y a pas à dire : on se sent mieux après.
Parlons un peu histoire et action : autant vous le dire tout de suite, on ne s’ennuie pas une seconde dans ce roman. Et on est tellement pris que la fin arrive bien trop vite ! On suit Ivy dans la découverte de sa nouvelle vie de femme mariée, où elle doit mettre en place le plan établi depuis longtemps par son père. La tension augmente à chaque page du livre, pour finir en apothéose à sa toute fin… et QUELLE FIN ! Le genre qui vous donne envie de traverser les océans pour aller trouver l’auteur et mettre tout en œuvre pour lui soutirer les informations sur le tome 2 ! Sérieusement, c’est presque de la torture ! Surtout quand on apprend que cette suite sort en VO en novembre 2015 ! *PAN ! *
Bref, vous l’aurez compris : « The Book of Ivy » est une lecture totalement addictive, palpitante et haletante. Je l’ai refermé à la limite de pleurer toutes les larmes de mon corps, mais surtout avec la furieuse envie de tout casser chez moi.
C’est un roman que vous ne pourrez tout simplement pas lâcher dès l’instant où vous l’aurez ouvert. Un gros coup de cœur chez Lumen qui réussit là l’exploit que, sur quatre livres lus chez eux en ce début d’année, c’est le troisième Coup de cœur/Coup-de-poing/Coup de foudre !

L’écriture :
La plume d’Amy Engel est fluide tout en étant délicate. Elle parvient à nous toucher en plein cœur et on s’attache si facilement à ses héros au fil du livre, qu’on ne veut plus les abandonner. Elle décrit parfaitement les sentiments qui évoluent au fil des pages, en même temps que la réalité de la société se dévoile. Et des personnages qu’on adore au début, on en vient à la haïr à la fin, et inversement. Sa plume est tout simplement parfaite… et elle vous chamboulera à coup sûr !

Et si vous doutez encore de l’acheter, voici 15 raisons qui vous feront courir jusqu’à vote libraire :
Pourquoi faut-il avoir Ivy dans sa bibliothèque ?
1. Bishop.
2. Il y a un max d’action.
3. Bishop.
4. L’héroïne est vraiment touchante.
5. Bishop.
6. La société créée par Amy Engel est particulièrement saisissante de réalisme.
7. Bishop.
8. Les pages se tournent toutes seules tant on est happé par l’histoire.
9. Bishop.
10. On en ressort totalement chamboulé.
11. Bishop.
12. La couverture est juste sublime.
13. Bishop.

The Book of Ivy, Tome 2 : The Revolution of Ivy The Book of Ivy, Tome 2 : The Revolution of Ivy
Amy Engel   
Tiré de l'article → http://alizeabooks.blogspot.fr/2015/11/the-book-of-ivy-tome-2-revolution-of.html
Tiré du blog → http://alizeabooks.blogspot.com

Je ne sais pas vous mais moi je suis complètement accro de ce livre ! Le premier tome avait été un gros coup de cœur pour moi et celui-ci l'est également. Certes, il y a eu quelques points négatifs mais ceux-ci n'étaient pas assez nombreux et importants pour que je juge le livre bien alors qu'il était génial.

Je savais d'avance que l'univers du livre serait complètement différent – la fin du premier tome nous mettait la puce à l'oreille – mais je ne pensais pas autant apprécier ce nouvel environnement ! Il y avait beaucoup plus d'action par rapport au premier tome ce qui nous stimulait davantage pour le lire. C'était un des plus gros points positifs du roman !

L'intrigue était également très présente : je ne savais jamais à quoi m'attendre et s'en était déroutant ! J'avais toujours peur qu'il se produise quelque chose d'horrible qui changerait alors toute l'histoire et qui nous laisserait sur notre faim. Bien heureusement ce moment n'est jamais arrivé et j'en suis bien contente !

Amy Engel a toujours une belle et délicate plume. Lorsqu'elle décrit des paysages, nous avons l'impression d'y être tellement les détails sont précis. J'ai énormément voyagé durant ma lecture !
Les moments émouvants étaient eux aussi très bien écrits. J'avoue avoir eu la larme à l'oeil plus d'une fois, ce qui ne m'était par arrivée pour le premier tome. Le fait qu'il y ait de l'émotion m'a vraiment plu... le livre paraissait encore plus vivant qu'il ne l'était déjà !

La couverture du roman est vraiment très jolie : on y retrouve quelques éléments du premier tome notamment le poignard que tient Ivy ainsi que sa robe de mariée désormais en mauvais état. J'ai trouvé qu'ils étaient vraiment – et je pèse mes mots – primordiaux. Simplement avec la posture d'Ivy nous pouvons comprendre qu'il y a un énorme changement vis-à-vis du premier tome.

Ivy m'a bien plu mis à part pendant quelques chapitres où je la trouvais assez agaçante ! Vous comprendrez pourquoi en lisant le livre.
Elle est beaucoup plus courageuse qu'avant et son caractère bien trempé est toujours présent. C'est ce que j'avais bien aimé chez elle, son caractère. Je suis bien heureuse qu'il n'ait pas changé !
Au risque de vous spoiler sur l'histoire, je ne vais pas vous parler des autres personnages mais sachez que, comme dans tout bon livre, il y a des gentils et des méchants (vraiment méchants ! XD) mais je suppose que quand vous lirez le livre, car vous le lirez, vous saurez de qui je veux parler.

Je dois vous avouer que cela m'attriste beaucoup que la saga soit terminée... J'ai vécu tellement d'aventures avec Ivy et Bishop, devoir les quitter est vraiment dur. Mais je sais que l'histoire restera à jamais gravée dans ma mémoire. Et puis si j'en ai envie, qu'est-ce qui m'empêche de relire les bouquins ?

S'il y a quelque chose que j'aimerais par dessus-tout, c'est qu'un hors-série sur Bishop voit le jour. Savoir ses pensées et ses émotions me plairaient énormément ! Qui sait... un jour peut-être... ^^

Conclusion : un superbe volume qui conclut très bien la saga. Je n'en attendais pas moins d'Amy Engel ! Je vous le conseille vivement !

Warcross, Tome 1 : Warcross Warcross, Tome 1 : Warcross
Marie Lu   
Lire la revue complète sur:
https://latentationdulivreenanglais.com/warcross-marie-lu/

Ma notation: 3.5/5

Woa, Marie Lu m’a emportée dans un monde époustouflant de vivacité et de fantaisie. Warcross est une réalité virtuelle vibrante et sensationnelle qui nous fait tant rêver par ses paysages allant de New York à Tokyo que par sa capacité à permettre un modelage du quotidien! Et si nous pouvions adopter un dragon? Voler? Faire disparaître un handicap? Voilà des possibilités qui nous sont offertes avec le NeuroLink – ponctuer sa vie de rêves et d’opportunités saisissantes. J’avais l’impression d’y être!

Néanmoins, malgré ce concept fascinant, l’auteure pose la question de l’éthique. Warcross est un immense spectacle synonyme de gloire, d’argent et de privilèges, et certains individus ne vivent que pour cette fausse réalité. A partir du moment où l’on peut se créer une vie idéale, à quoi bon revenir à la réalité vraie? Même si le jeu peut être un bon divertissement, au bout d’un moment, cela doit rendre la vraie vie plus difficile à supporter, non?

Warcross étant une tendance mondiale, c’est avec plaisir qu’on note la diversité des personnages! D’abord Emika avec ses cheveux colorés, son tatouage atypique, son côté skateuse, hackeuse et chasseuse de primes! J’ai adoré suivre son histoire, elle se montre intelligente, compatissante et même aventureuse. Ensuite, on a Hideo qui a créé son premier prototype du NeuroLink alors qu’il n’avait que onze ans. Son passé douloureux l’a rendu intéressant. Mais je dois dire que j’ai davantage aimé les personnages secondaires notamment Asher, Roshan et Hemmie, ils forment une formidable équipe et j’aimerais en apprendre plus sur eux.

Mais le plus intéressant, c’est quand même Zero, cet inconnu malveillant qui n’arrête pas de modifier les codes du jeu. Si Warcross représente le côté fantaisiste de la réalité virtuelle, il s’en est cependant crée un univers alternatif – le Dark World. Là-bas, tout est permis: paries, assassinats, hacking, réseaux de délinquance… Bref, on y trouve les personnes les plus dangereuses. Et vous savez quoi? J’ai préféré la partie où l’auteure nous présente ce Dark World, je l’ai trouvé mystérieux et captivant!

A part ça, j’ai été déçue par le reste. D’une part, le développement de la romance a pris trop de place dans le roman alors qu’elle n’avait pas son importance dans l’histoire (bon, au moins, elle n’est pas niaise, c’est déjà ça). J’aurais préféré qu’Emika se rapproche davantage de ses coéquipiers de jeu qui, eux, étaient vraiment géniaux. J’ai juste l’impression qu’il y a eu une opportunité d’amitié qui n’a pas été saisie. Je veux de la camaraderie, bon sang!

D’autre part, les scènes de jeu décrites par l’auteure étaient trop brèves et manquaient de piment – Emika se sortait du pétrin un peu trop facilement! Pourtant, le Championnat était ce qu’il y avait de plus important en termes d’action… Grosse déception donc, surtout que l’auteure avait de très bonnes idées concernant les affrontements! Du coup, j’ai trouvé le rythme global du livre assez lent…

Au final, le plus gros problème, c’est le manque de surprise. Tout était prévisible! Et pourtant, je vous promets que je suis une tâche quand il s’agit de deviner une fin, c’est pour dire!

Je ressors donc mitigée de cette lecture. On ne mentionnera pas le fameux « she released a breath she didn’t know she was holding » qui a fait deux fois son apparition et qui m’a juste fait marrer. Ahem x)

Note: il semblerait que Warcross prenne place 80 ans avant les événements de Legend (la première trilogie de l’auteure).
Warcross, Tome 2 : La revanche Warcross, Tome 2 : La revanche
Marie Lu   
Une suite que j’ai pris plaisir à découvrir et qui m’a fait passer un très bon moment. Il n’aura pas fait long feu, tant grâce à son intrigue captivante que par ses personnages attachants. J’étais loin d’imaginer que l’aventure prendrait cette direction et malgré quelques défauts, j’ai apprécié l’action qui en découle.

Emika Chen n’a pas choisi la direction qu’à prise sa vie depuis sa rencontre avec Hideo Tanaka, mais depuis les révélations du projet de ce brillant créateur, elle est déterminée à l’empêcher de poursuivre sa propagation. Elle qui n’a toujours pu compter que sur sa seule personne, va pouvoir se reposer sur les Phoenix Riders, qui ont gagné sa confiance et son amitié. Lorsqu’elle découvre que sa tête a été mise à prix, Emika réalise qu’elle n’est plus en sécurité et sa survie dépend du mystérieux Zéro. Dans un climat de tension, elle va devoir choisir son camp et la confiance est difficile à accorder quand on apprécie celui qu’on combat.

Dans ce dernier opus, il se passe beaucoup d’événements et l’action est omniprésente, pour mon plus grand plaisir. Grâce aux descriptions on plonge la tête la première dans l’intrigue et l’imagination travaille à cent à l’heure. J’ai trouvé original que l’intrigue se déroule dans une ville au Japon, habitué à lire des romans avec pour cadre les États-Unis c’est monnaie courante, donc on apprécie ce décor inédit. Et bien évidemment, le côté virtuel vient consolider l’originalité du récit avec un univers très bien exploité qui comme je le disais plus haut, ne cesse de faire marcher l’imagination du lecteur, tant l’intrigue est complexe et le suspense n’est pas en reste.

J’ai juste quelques regrets concernant l’évolution d’Emika qui a toujours été une battante et bien qu’elle se batte pour ses convictions, j’ai trouvé qu’elle avait trop souvent le rôle d’un pion dans l’histoire, même si j’admets que les personnages sont plus travaillés et on voit une profondeur qui n’était pas autant présente dans le premier tome et on aborde des thèmes qui mettent en avant leur diversité, il y a une réelle volonté d’offrir des personnages plus étoffés. Warcross est une duologie que j’ai apprécié découvrir et qui se démarque par son originalité.

Ma chronique : https://wp.me/p4u7Dl-4n1

par Luxnbooks
The Memory Book The Memory Book
Lara Avery   
Ce roman sur la lutte contre la maladie et la perte de mémoire me faisait bien envie. J'avais très envie de découvrir Sammie, cette adolescente qui refuse de s'avouer vaincue.
Malheureusement, j'avais beau avancer de chapitre en chapitre mais je ne m'attachais pas à elle. Le côté journal intime qu'elle s'écrit à elle même pour pouvoir se rappeler qui elle était ne m'a pas fait accrocher: j'ai vraiment trouvé qu'il y avait des longueurs et que l'écriture était un peu trop simpliste. Alors oui, la fin est touchante mais ça n'a pas suffit à me faire oublier que je me suis ennuyée une bonne partie de cette lecture.
Everything, Everything Everything, Everything
Nicola Yoon   
C'est une claque majestrale que je viens de me prendre après avoir refermé ce livre.

Outre le fait qu'il soit magnifique, il est merveilleux à l'intérieur. L'histoire est puissante, pleine de beauté, et plein de bon sens.
Je ne m'attendais à rien en particulier en commençant ce livre, d'ailleurs, je ne savais même pas de quoi cela parlait, Préférant me plonger dans un univers inconnu.

C'est l'histoire de Madeline. Cette dernière a quasiment passé sa vie enfermer chez elle, protéger par des appareils de changement d'air, dans une pièce sans poussière, sans personne extérieur, sans maladie. Madeline a une maladie rare, elle est allergique au monde. Sa vie est monotone, mais elle l'aime puisqu'elle n'a connu que ça. Elle passe ses journées à lire, à étudier, et à passer du temps avec sa maman et son infirmière (meilleure amie) Carla.
Jusqu'au jour ou de nouveaux habitants emménagent dans la maison d'en face, et Oliver (plus souvent surnommé Olly), fait son apparition et va bousculer la vie de Madeline.

Ce livre m'a fait aller de découverte en découverte. Premièrement, j'ai beaucoup appris de la maladie de Madeline, la maladie de DICS. Cette dernière est expliquée de manière simple et ludique, ce n'est pas un cours, mais cela est très intéressant.
On retrouve aussi les premiers sentiments d'amour, ce que cela provoque, surtout pour une adolescente de 17 ans qui n'a encore jamais connu ça. J'ai trouvé ça magique et très mignon. On se laisse pousser des ailes, on croit vivre d'amour et d'eau fraîche... bref, j'ai toujours trouvé ce sentiment merveilleux et j'ai pris plaisir à le redécouvrir par le biais de Madeline.
On retrouve aussi les premières Aventures, avec un grand A, quand on se dit que la vie vaut la peine d'être vécu que lorsque l'on fait quelques choses d'incroyable, qui, même si cela risque de nous tuer, est merveilleux sur le coup.
On redécouvre la trahison... je dis redécouvrir car dans ce roman, on a l'impression d'être au tout début de la vie, c'est un sentiment étrange à expliquer, mais, même pour le lecteur, on a la sensation que nous aussi on découvre l'univers, au même titre que le personnage principal.

Les personnages sont tous uniques et tous magiques en même temps. Madeline, malgré sa vie plutôt morne, est un éclat de vie à elle seule, elle fourmille de joie, de bonne humeur, d'espoir, de partage...
Olly est un garçon qui n'a pas la vie facile, il est toujours en noir, signe de deuil, mais n'y prêtait pas attention, c'est un garçon charmant, attentionné et très joli, à ce que j'ai pu lire.
La mère de Madeline est étrange, et je le savais dès le début, mais c'est une mère qui aime sa fille et qui ferait tout pour elle.
Enfin Carla est une amie extraordinaire, je n'arrive pas à exprimer de mot à son encontre et préfère vous laisser la découvrir, et l'aimais autant que moi.

Le style m'a tout de suite plu de par sa simplicité, sa fluidité. Le texte est ponctué de dessin, d'illustration, de citation de Madeline, et même de mail, qui est toujours agréable à voir lors d'une lecture. Cela permet aussi de faire défiler les pages à une vitesse incroyable. J'ai beaucoup aimé cet aspect.
J'ai tout de même un petit regret. Ce livre aurait été un véritable coup de cœur si on avait eu une alternance de point de vue. Je m'explique ; j'aurais aimé savoir ce que pensait vraiment la maman de Madeline, et Olly, cela aurait donné de la profondeur à l'histoire et aurait fourni toutes les ficelles nécessaires pour le lecteur. Après tout, un lecteur est curieux et veut toujours en savoir plus.
Mis à part cela, c'est un excellent roman que je conseillerais à tout le monde, au plus jeune comme au moins jeune, aux fans de n'importe quel genre.

Ce roman est un peu un livre doudou pour moi, il me rappelle ce qui est important, il me rappelle ma jeunesse (bien que je n'ai que 20 ans!) et me fait me sentir bien.


par newmoon
  • aller en page :
  • 1
  • 2