Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Loupy24 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Apostasie Apostasie
Vincent Tassy   
'Apostasie' est un conte macabre sur lequel souffle la puissance des rêves. La frontière entre le réel et l'irréel s'estompe au profit de l'univers enchanté de la Sylve Rouge, que l'on contemple avec ivresse, dans les pas d'Anthelme. Magie, flore étrange et unique, exaltent la contemplation en une forme de symbiose entre le narrateur et cette contrée où il a décidé de vivre, l'esprit empli de lectures.

Vincent Tassy nous plonge dans un univers riche, aussi bien par son style d'écriture, par les images et les thèmes qu'il convoque, que par le panel d'émotions qu'il nous offre. Comme Anthelme, nous nous perdons dans cette existence exaltée, dans l'histoire que le fascinant Aphelion lui conte.

Les contraires s'unissent : la beauté et le macabre, la mort et la vie,... Les passions, parfois insatisfaites, se déchirent, les tragédies font écho au théâtre de l'existence humaine. L'immortalité lasse, la mort étant devenue une amante inaccessible.

Ce fascinant premier roman de Vincent Tassy nous délecte également par ses vampires, ces êtres splendides issus d'innombrables fantasmes et fantasmagories. Ils sont à la fois forts et fragiles, passionnée mais fatigués ; leur condition d'immortalité les a, au fil du temps qui passe, rendu malades, leur esprit cédant lentement à la folie.

Un personnage en particulier continue de me hanter, il s'agit d'Aphelion, ce maître des songes qui se nourrit du raffiné mais puissant nectar des rêveurs. Malgré cette impression de se fondre dans sa tristesse, dans sa triste mélancolie, j'éprouve la nécessité que soit également contée son histoire (Vincent Tassy laisse clairement une ouverture la-dessus !)

Les émotions que nous ressentons s'opposent, entre la beauté et l'effroi, les sourires et les larmes,... Comme les lectures d'Anthelme, on ne sort pas indemne de ce voyage auprès d'Anthelme et des Vermines (le noms que se sont donné les vampires) !

Certaines lectures nous marquent, font écho en nous d'une manière que nous ne pouvons pas vraiment expliquer. 'Apostasie' fait indéniablement partie de ces livres pour moi. Sans voir le temps passer, j'ai été ensorcelée par l'univers et la plume de Vincent Tassy, par ses personnages et les thèmes abordés qui me parlent tant.
Sépulcre Sépulcre
Kate Mosse   
Il faut quelques pages pour rentrer dedans... mais après... c'est le bonheur de lecture jusqu'au mot fin...
C'est le deuxième livre que je lis de cette auteure... j'aime, tout simplement !
Journal d'un Vampire Journal d'un Vampire
Comte Dracula   
Bof, j'ai préféré le journal du Diable écrit dans la même veine... (Oh mon dieu! La même veine... Dire que je n'ais même pas cherchez à fais de jeux de mots --' )
Ma vie de geisha Ma vie de geisha
Mineko Iwasaki   
Mineko Iwasaki est la Geisha que mr Golden a interviewée pour écrire son livre "Geisha". Cependant mr Golden a écrit une version très romanesque déformant parfois la vérité et baffouant les accords établis entre Golden et Iwasakin par exemple il n'a pas gardé l'anonyma d'Iwasaki, ou bien encore il a parler de son dépucelage comme un viole ce qui sera faux d'après l'ancienne geisha. Elle lui aurait d'ailleurs intenté un procès qu'elle aurait gagné. "Ma vie de geisha" est donc une autobiographie pour rétablir la vérité vis à vis de l'oeuvre de Golden-qui est un très beau roman avec ce que les lecteurs aiment lire et que j'ai donc bien aimé. Du coup "ma vie de geisha" peut paraitre plus fade (il est sans conteste moins romanesque) mais au moins il est authentique. C'est ce qui m'a plus et a pesé dans la balance pour moi. M'intéressant au japon pour ses coutumes, son histoire et ses moeurs (et non pas parce que c'est la nouvelle mode) ce livre m'a émue et instruite sur un art aujourd'hui quasiment disparu et qu'on confond encore avec la prostitution, chose qui n'a pourtant rien à voir. A conseillé donc pour ceux qui recherche la vérité mais pas pour ceux qui veulent de l'épique et du romanesque.

Autre atout : les photos d'Iwasaki au milieu du livre qui sont magnifiques

par lihiel
Aeternia, Tome 1 : La Marche du Prophète Aeternia, Tome 1 : La Marche du Prophète
Gabriel Katz   
Je n’avais jamais lu de roman de fantasy ayant au cœur de son intrigue un thème comme la religion, mais je me suis rendu assez rapidement compte que je n’avais pas à m’inquiéter : Gabriel Katz sait mener une histoire sur ce sujet sans le rendre ennuyant, grâce notamment à un style d’écriture plutôt simple et fluide, qui permet une lecture assez rapide.

Même si l’intrigue peut paraître relativement simple au premier abord, on se rend compte au fur et à mesure que tout est finalement plus complexe qu’on ne pourrait le croire : en effet, Gabriel Katz a l'art de disséminer des rebondissements pour certains assez inattendus, ce qui a permis d'entretenir mon intérêt pour l'histoire.

De même, l’univers inventé par l’auteur n’est pas foncièrement original ni même vraiment fouillé à fond, mais il est bien maîtrisé et ne m’a pas donné une impression de faux. Quant aux personnages, ils ne sont peut-être pas des plus remarquables mais demeurent dans l’ensemble assez attachants -j'ai surtout apprécié Desmeon quoi qu’en puisse dire Leth Marek, et leur relation plus ou moins amicale…

Bref, un roman de fantasy qui, je pense, est accessible à tous et qui présente de bonnes idées -par exemple, la fin avec une double révélation, pour l’une logique mais surprenante, et l’autre tout simplement surprenante… Mais je n’en dis pas plus, si ce n’est qu’il me semble difficile de ne pas vouloir se jeter sur le deuxième tome avec un dénouement pareil…

par Isallya
La Dernière Fée de Bourbon La Dernière Fée de Bourbon
Ophélie Bruneau   
C'est amusant comme cette île Bourbon m'a semblé à la fois si familière et si exotique. Je suis réunionnaise, et les lieux évoqués m'ont bien sûr parlé : Saint Gilles les Hauts, Villèle, Saint Paul, Saint Louis... J'ai pu les reconnaître, même transposés et magnifiés dans cette uchronie fantastique du XIXe siècle. J'ai donc beaucoup aimé l'univers enrichi de la magie des Diwa. J'imagine bien les salamandres sortant du piton de la Fournaise !

L'auteure a fait un beau travail de recherches pour rendre son univers crédible, que ce soit pour le colonialisme, la condition de la femme et plein de petits détails qui rendent son île Intense vivante. L'aspect fantastique se mêle bien à l'aspect historique, et le récit exploite au mieux cette fusion des genres.

Bref, ça aurait dû être pour moi une excellente lecture. Mais il y a un 'mais'.
Deux 'mais' en fait.

Déjà, je n'ai pas accroché du tout à l'écriture. Je lui ai trouvé quelque chose d'un peu plat, elle n'arrivait pas à m'embarquer, à m'intéresser aux événements et au ressenti des personnages.

Personnages que j'ai trouvé fades à souhait, l'héroïne Lisha en tête. Si on comprend bien qu'au début elle est prise dans les carcans de la société qui la poussent à obéir sans se poser de questions, sa rébellion ensuite est bien convenue, et ne lui fait gagner ni substance ni caractère. Quant au vague triangle amoureux dont elle fait l'objet, il est plus ridicule et inutile qu'autre chose.

Malgré son univers intéressant et une intrigue travaillée, cette lecture a été mitigée et je me suis souvent ennuyée, essayant même de la finir au plus vite.

par Miney
Le Faiseur de rêves Le Faiseur de rêves
Laini Taylor   
Moins de trois jours, voilà ce qu'il m'a fallu pour terminer ce livre...ET QUEL LIVRE !!!!!
Je suis tombée amoureuse rien qu'au résumé mais je n'étais certainement pas préparé à son contenu, un contenu d'une pureté et né d'une imagination splendide !
J'ai tellement de chose à dire sur ces 664 pages d'un rêve fou que je ne sais par où commencer.
Quand j'ai commencé ma lecture j'étais totalement perdu, je ne m'attendais pas du tout à ça. Je penses que la lecture du résumé je m'étais faites une idée qui au final étais erronée. Le début m'a quelque peu perdu, on est de suite plongé dans le récit sans contexte. Mais au fond, c'est ce qui rend l'oeuvre dotant plus fascinante. Tout au long des quatre parties dont le livre est constitué, j'ai ressenti multitude d'émotions. L'auteure sait tenir le lecteur en haleine. Pour ma part tout du moins, je n'ai pu m'empêcher de m'interroger sans cesse sur les mystères entourant la fameuse "Cité Oubliée" et tout les futurs événements en général. L'écriture était sublime, je ne sais pas ce qu'il en est de la version original mais si la traduction est aussi exceptionnelle c'est certainement dû au talent de Laini Taylor qui signe ici un ouvrage fantastique, dans tout les sens du terme. Du plus, on évoque plusieurs sujets bouleversant au court du récit qui captive, horrifie et donne lieu à la réflexion. Ce qui rend, combinée au style de l'auteure, une profondeur deux fois plus intense au roman.
Les personnages, parce qu'il faut bien en parler, sont à l'instar de l'intrigue : fabuleux !
Bien que j'ai mon lot de personnages étiquetés "non appréciable",il ne s'agit là que d'une minorité. Le personnage principal, ce cher Lazlo Lestrange m'évoque un nuage de pureté, d'émerveillement et de rêve. On s'attache tout de suite à lui et à son "rêve impossible". La fameuse "déesse à la peau bleu" dont parle la quatrième de couverture [spoiler]non je ne spolierai pas, découvre par toi même ;) [/spoiler] fait également partie des personnages pour qui j'éprouve une forte affection. Et ils sont nombreux à être dans le même cas, forcé de supporté l'amour d'une lectrice :D .
J'ai encore temps à dire mais pas de mots ou d'expressions adéquats à coucher sur ce papier numérique pour vous décrire ce chef d'oeuvre... Aussi pour finir je dirais qu'il s'agit d'un ouvrage vraiment bien travaillé tant dans son histoire, ses personnages, les sujets dont elles traitent, et surtout son écriture. Bref pour moi ça a été un vrai coup de coeur. Un grand bravo et merci à Laini Taylor d'être une aussi grandiose rêveuse et surtout de nous laissez vivre ce rêve...

PS: pour ceux qui aiment lire en musique, je me permet de vous recommander les OST de "Made in Abyss" qui m'on paru bien s'intégrer avec l'atmosphère du roman
voici le lien : https://www.youtube.com/watch?v=fRpbRhKpIF8 . Libre à vous d'écouter ou pas.
En souhaitant une belle lecture au prochains rêveurs qui passeront par ce bijou qu'est "Le faiseur de rêve"
Geisha Geisha
Arthur Golden   
Le film m'ayant plus j'ai voulu lire le livre dont avait été tiré le film. Les décors, les coutumes, tout un univers de femme à la fois magique et complexe. Magnifique livre ...

par Ella
Aeternia, tome 2 : L'envers du monde Aeternia, tome 2 : L'envers du monde
Gabriel Katz   
Suite à ma lecture du premier tome, qui m’avait énormément plu malgré cette fin horriblement frustrante, je n’ai pas hésité une seule seconde avant de sortir le second et dernier opus de ma pile à lire. Je vous conseille d’ailleurs de ne surtout pas vous lancer dans la lecture du premier si vous n’avez pas le deuxième sous la main : vous risqueriez de devenir fou d’impatience dans le cas contraire ! Car monsieur Katz sait jouer avec nos nerfs : la fin du premier tome ouvre un univers d’interrogations, et la tension est insoutenable.

L’envers du monde est marqué par un changement capital : le point de vue. Souvenez-vous : dans le premier tome, nous suivions l’histoire à travers le personnage de Leth Marek, un ancien gladiateur qui, suite à un terrible drame, se retrouve à escorter et protéger les fidèles d’un culte nouveau, le culte d’Ochin. Dans le second tome, c’est Desmeon qui porte l’histoire, et j’en suis ravie : outre le fait qu’il s’agit de mon personnage-chouchou, je trouve cela terriblement intéressant d’avoir un autre point de vue sur les événements. Car Desmeon est très différent de Leth Marek : là où le gladiateur était violent et impulsif, le jeune combattant est ironique et nonchalant, et cette différence se ressent dans la narration.

L’histoire est donc la suite directe du premier tome : on retrouve les personnages là où on les avait quittés. Mais les événements s’accélèrent : la confrontation entre le culte de la Déesse et celui d’Ochin est imminente, la tension monte et la violence se fait de plus en plus présente. On ne s’ennuie pas une seule seconde au cours de ce roman, car l’action se fait omniprésente : il ne se passe pas une seule page sans rebondissements. L’ambiance se fait également bien plus sombre que dans le premier opus : outre les nombreux combats qui rythment l’histoire, c’est surtout la noirceur de l’âme humaine qui est mise en évidence au cours de ce livre. On en apprend plus sur les coulisses des deux religions antagonistes, et il n’y a pas à dire : elles se ressemblent bien plus qu’elles ne veulent bien l’admettre. Complots, machinations et manipulations sont le lot quotidien des deux camps.

En ce qui concerne les personnages, je vais redire ce que j’ai déjà dit dans ma chronique du premier tome : ils sont terriblement bien construits, réalistes et profonds. Je pense que cela est dû au fait qu’ils ne sont pas caricaturaux : il n’y a pas d’un côté les super-gentils et de l’autre les super-méchants. Chaque personnage a sa part de clarté et de noirceur, ils sont humains et s’intéressent donc surtout à eux-mêmes, et ce au détriment des autres si besoin. Ce tome met d’ailleurs en évidence cette ambivalence propre à chaque être humain : certains personnages qui m’apparaissaient comme corrects et sympathiques au cours du premier opus se révèlent finalement être aussi fourbes que les autres. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce roman ne dresse pas un portrait bien élogieux de la nature humaine …

Au cours de ce livre, toutes les certitudes des personnages et du lecteur se voient réduites à néant, brisées par les nombreuses révélations qui ponctuent le cours de l’histoire. Une fois encore, l’auteur parvient à surprendre toujours plus ses lecteurs : j’avais beau m’attendre à des coups de théâtre et à des retournements de situation, je me suis laissée avoir à chaque fois car ce qui arrivait réellement n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais. J’adore être surprise quand je lis un roman, j’aime quand l’auteur arrive à nous mener par le bout du nez pour ensuite nous mettre devant le fait accompli sans prévenir. Et sur ce point, je suis servie, un grand merci à l’auteur !

Mais, parce qu’il y a un mais … c’est quoi cette fin ? Depuis que j’ai tourné la dernière page, je ne cesse de répéter ces quelques mots, cette interrogation vitale, expression de la frustration qui m’a envahi lorsque le dernier paragraphe s’est achevé. Ce n’est pas possible ! Ce n’est pas une fin, cela, c’est un instrument de torture ! L’auteur cherche vraisemblablement à faire buguer le cerveau de ses lecteurs … dans mon cas, il a réussi, je suis resté bloquée sur ce final si inattendu et si énigmatique. J’ai beau l’avoir terminé hier soir, je suis encore sous le choc et je n’arrive toujours pas à m’en remettre. C’est quoi cette fin, nom d’un petit bonhomme en mousse ?! Ne vous y méprenez pas, je ne voudrais pas d’une autre fin car, en tentant d’oublier mon effarement, je suis bien forcée d’admettre que ce final clôt magnifiquement le dyptique. Mais il n’en reste pas moins que cette fin est terriblement frustrante, en particulier pour ceux qui, comme moi, aiment que les choses soient claires et nettes. Bref, une fin inoubliable !

Il est désormais temps de conclure. Il m’est toujours très difficile d’abandonner des personnages que j’apprécie, et c’est surement pour cette raison que je préfère habituellement les longues sagas qui me permettent de rester plus longtemps en compagnie des personnages. Mais dans le cas d’Aeternia, je n’ai pas tant de regrets : je ne veux pas d’une suite, j’ai trop peur de ce qu’on pourrait y trouver ! Je ne sais pas s’il est nécessaire de le redire encore une fois : ce dyptique est un vrai coup de cœur, le genre de sagas que je relirais avec beaucoup de plaisir dans quelques mois, que je redécouvrirais avec joie même si je connais désormais les grands dénouements de l’histoire.
C’est une saga que je recommande aux amoureux de la fantasy, bien évidemment, mais également à tous ceux qui aiment se faire surprendre, qui adorent les intrigues où se mêlent complots et trahisons, manipulations et révélations. Je conseille également ces deux romans à ceux qui ont envie de réfléchir sur la nature humaine, sur la religion, sur le bien-fondé d’un conflit … Je pense qu’il y a matière à réflexion dans cette saga ! Plus généralement, je conseille ce dyptique à tout le monde, car il ne faut pas passer à côté de cette petite merveille …

http://lesmotsetaientlivres.blogspot.fr/2016/06/aeternia-lenvers-du-monde-gabriel-katz_22.html

par Aryia
Interfeel Interfeel
Antonin Atger   
Un roman que j'ai eu l'occassion de lire grâce à la #MasseCritique de Babelio, merci à eux et à Pocket Jeunesse pour l'envoi. Et franchement, le résumé donne envie, mais le roman est encore plus surprenant à la lecture...

L'histoire est celle de Nathan et de ses amis, qui sont connectés grâce à Interfeel, un réseau social du futur permettant de partager ses émotions. Chaque habitant partage ses émotions avec tous les autres, au même titre que l'on se téléphone actuellement ou que l'on partage des choses sur Facebook, Twitter ou autres.. Mais un événements va se produire et bouleverser Nathan. Et cela va l'amener à faire la rencontre d'une personne "sans-réseaux", qui vit en marge de la société. Nathan et ses amis vont alors vouloir en connaitre plus sur l'univers qui les entoure...

Alors je te le dis tout de suite, je ne pensais pas autant apprécier cette lecture. Mais en plus de l'univers, totalement créé par l'auteur, avec Interfeel, les relations entre les personnes, les gens dans ce monde, je trouve qu'il y a une réelle réfléxion sur les réseaux sociaux de nos jours. Et j'ai apprécié cela, car en plus des aventures qui s'enchaînent pour Nathan et ses amis, il y a vraiment des éléments qui nous font réfléchir à ce que nous apporte nos réseaux sociaux ou pas d'ailleurs. Donc, je peux dire que j'ai trouvé beaucoup plus qu'une histoire dans ce roman, mais plutôt quelque chose d'instructif, qui amène à la réfléxion autour d'un univers créé de toutes pièces, mais qui pourrait être notre futur. Je peux que te le recommander pour toutes ces raisons là.

La fin est surprenante, mais on n'était pas à cela prêt vu que j'ai déjà été surprise à de nombreuses reprises durant ma lecture. A chaque page, quelque chose de nouveau s'imbrique dans l'univers, dans l'histoire. C'est cela qui m'a vraiment emporté.

Nathan est un jeune homme qui se trouve entouré de ses amis au lycée, mais aussi de sa famille chez lui, tous accro au réseau social Interfeel. Je dois dire que je le trouve d'une très grande maturité pour son âge, mais cela m'a plu, car j'ai pu plus facilement m'attacher à lui et à son histoire. Le caractère principal de Nathan, qui a retenu mon attention, c'est qu'il est curieux. Mais pour cela, il est aussi courageux et déterminé, ce que j'aime dans les personnages des romans que je lis. Du coup, j'ai apprécié le suivre dans ses aventures et je trouve qu'en sa compagnie, nous n'avons pas le temps de s'ennuyer pour mon plus grand plaisir. En effet, il cherche toujours à avancer et revient que très rarement en arrière. Bref, c'est le personnage qui a fait que j'ai énormément apprécié cette lecture.

Le style de l'auteur est recherché, posé. Cela m'a beaucoup plu, car j'ai facilement accroché à son univers, qui est bien expliqué et détaillé pour nous permettre de nous projeter dedans. Un vrai plaisir de le lire et surtout de la découvrir.

En général, une histoire autant surprenante qu'intéressante autour d'un réseau social révolution : Interfeel. Je recommande vivement cette lecture entre détente et réfléxion.

>>http://www.fifty-shades-darker.fr/2018/06/interfeel-dantonin-atger.html