Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Love-Sophie : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Sherlock, Lupin & moi, Tome 1 : Le Mystère de la dame en noir Sherlock, Lupin & moi, Tome 1 : Le Mystère de la dame en noir
Irene Adler   
Un roman qui m'a plu visuellement dès le départ. En ce qui concerne sont contenu j'ai été un peu moins séduite. Je ne me suis pas particulièrement attachée aux personnages et je n'ai pas trouvé l'histoire palpitante bien que le suspens reste entier jusqu'à la fin ce qui est très bien car une histoire policière dont on devine le(s) coupable(s) dès le début perd de son intérêt. En somme, un roman qui sans être mauvais, n'a rien d'extraordinaire. Peut-être faudrait-il lire la suite pour apprécier un peu plus cette série.
Sherlock, Lupin & moi, Tome 2 : Dernier acte à l'Opéra Sherlock, Lupin & moi, Tome 2 : Dernier acte à l'Opéra
Irene Adler   
J'ai fait une petite relecture de ce 2e tome de cette saga jeunesse que j'adore !!!
J'aime toujours autant les personnages, et j'ai adoré leur retrouvaille, même si elle n'était pas forcément des plus joyeuses.
J'ai eu la légère impression que l'enquête prenait plus de temps pour commencer que dans le tome 1. Mais je crois que j'ai préféré l'enquête de ce tome 2. Ce meurtre ne consiste plus qu'à un mystère à résoudre pour nos jeunes détectives, mais aussi d'un moyen de ''blanchir'' le père de Lupin !
Plus d'enjeux, plus de rebondissements, et plus de dangers dans ce deuxième tome !!!! Meilleur que le 1er !!!

par Noamia
Sherlock, Lupin & moi, Tome 3 : L'Énigme de la rose écarlate Sherlock, Lupin & moi, Tome 3 : L'Énigme de la rose écarlate
Irene Adler   
https://leslecturesdecyrlight.home.blog/2019/08/16/sherlock-lupin-moi-t-3-lenigme-de-la-rose-ecarlate-irene-adler/

Dans ce troisième tome de Sherlock, Lupin & moi, L’énigme de la rose écarlate, le trio se réunit une fois de plus pour mener l’enquête, intrigués cette fois-ci par un mystérieux problème d’échecs qui sera résolu par Sherlock Holmes, entraînant ses amis Arsène Lupin et Irene Adler sur la piste d’un meurtrier et d’une affaire vieille de plusieurs décennies.

Déjà conquise par les deux premiers romans, celui-ci ne m’a absolument pas déçue. Les enquêtes se suivent mais ne se ressemblent pas, car nous n’avons absolument pas l’impression d’assister à un schéma préconçu et répété de tome en tome. Qui plus est, l’intrigue générale semble se resserrer elle aussi, celle qui tourne autour des origines d’Irene, comme le laisse penser les dernières pages. Les réponses ne sont sûrement plus très loin.

Les personnages sont toujours aussi agréables, qu’il s’agisse du trio principal ou de M. Nelson, le majordome dévoué d’Irene. Un nouveau venu fait également son apparition dans L’énigme de la rose écarlate, le détective Field, dont le jeune collaborateur ne peut qu’intriguer. Même s’il est seulement nommé en toute fin de livre, on ne peut qu’espérer qu’il se manifeste un jour « en chair et en os » dans une prochaine histoire.

Il n’y a que deux points qui m’ont laissé une sensation légèrement négative, c’est l’arrivée presque miraculeuse de Lupin (parce qu’après tout, le titre n’aurait pas lieu d’être sans lui) et la réaction offusquée d’Irene quand il raconte le mauvais tour qu’il a joué et qui lui a valu de gagner assez d’argent pour fuguer jusqu’en Angleterre. Après toutes les frasques qu’ils ont déjà commises ensemble, la façon dont Irene est choquée paraît quelque peu exagérée.

Cela mis à part, ce tome est, à l’instar des deux précédents, absolument excellent. J’ai particulièrement apprécié la touche de réalisme lorsque le trio se présente à Scotland Yard et qui nous rappelle que, en dépit de leur intelligence, ils n’en sont pas moins des enfants, et que les enfants sont rarement pris au sérieux, même par des gens qui auraient mieux fait de les écouter.

Un bilan plus que positif, donc, pour L’énigme de la rose écarlate, mais surtout pour la saga en elle-même. Je n’ai qu’une hâte, avoir le quatrième tome entre les mains pour poursuivre les aventures de Sherlock, Lupin et Irene Adler.

par Cyrlight
Sherlock, Lupin & moi, Tome 4 : La Cathédrale de la peur Sherlock, Lupin & moi, Tome 4 : La Cathédrale de la peur
Irene Adler   
https://leslecturesdecyrlight.home.blog/2019/08/16/sherlock-lupin-moi-t-4-la-cathedrale-de-la-peur-irene-adler/

Les trois apprentis enquêteurs reprennent du service dans le quatrième tome de Sherlock, Lupin & moi : La cathédrale de la peur. De retour en France, Irene s’installe à Évreux avec son père et sa mère souffrante quand elle est contactée par une mystérieuse femme, qui semble bien connaître sa génitrice.

Pour être tout à fait franche, et en dépit de la grande affection que je porte à cette saga depuis le début, j’ai été un peu déçue par ce tome. L’intrigue était pourtant prometteuse : une enquête en lien avec les origines d’Irene, un fragment de carte, une relique aux vertus légendaires, une société secrète, des souterrains...

Et rien. C’est là où le bat blesse, justement. Plus l’enquête avance et moins elle est à la hauteur de ce que l’on pouvait espérer. Peut-être me suis-je laissée abuser par le fait que le scénario m’évoquait beaucoup le film Arsène Lupin (2004), avec les cathédrales, la constellation, le trésor caché au bout de l’énigme... Je m’attendais donc à quelque chose de beaucoup plus sombre, or l’antagoniste se révèle dépourvu du moindre charisme, et le dénouement de ce mystère est finalement bien trop simple.

Autre source de déception : les origines d’Irene. Elle n’a jamais caché, dans sa narration, que ses parents n’étaient pas ses parents, et cela fait donc quatre tomes que l’on guettait l’instant où l’on en saurait plus à ce sujet. Or, là encore, on se heurte à un gros rien. Enfin, pas rien du tout, puisque Irene fait enfin la connaissance de sa mère biologique, mais cela ne va pas plus loin. On n’assiste à aucun dialogue, aucune explication... Ce sera sans doute pour les tomes suivants, étant donné qu’il y en a beaucoup de prévus, mais cela nous laisse tout de même sur notre faim.

Il y a tout de même des points positifs à retirer de cette histoire. Le triangle formé par Irene, Sherlock et Lupin s’approfondit, sans pour autant empiéter démesurément sur l’intrigue, la mère d’Arsène fait une apparition plutôt bienvenue, et Horatio se révèle de plus en plus sympathique. J’ai beaucoup aimé ses manigances avec les deux garçons, ainsi que les subtils sous-entendus qu’il ne manque jamais de faire à Irene (ou les livres qu’il lui fournit en cachette).

Autre fait appréciable, les difficultés auxquelles sont confrontés les trois protagonistes, qui nous rappellent à juste titre qu’en dépit de leur intelligence et de leur ingéniosité, ils n’en restent pas moins des enfants. Leur génie est impuissant face à des armes à feu, et la fuite s’avère souvent la meilleure solution.

Enfin, j’ai adoré les clins d’œil à une autre œuvre de Pierdomenico Baccalario, La ville du vent, troisième tome de la saga Century. Au début, j’aurais pu songer à une simple coïncidence avec l’auberge de L’Alchimiste, mais lorsque l’antagoniste se présente sous le nom d’Ermete, je n’ai pu m’empêcher d’esquisser un large sourire.

Un peu déçue par ce tome, donc, mais ne vous méprenez pas : Sherlock, Lupin & moi n’en demeure pas moins une excellente saga, et il me tarde déjà de poursuivre l’aventure en compagnie de ces trois adolescents, afin d’en découvrir (enfin) davantage sur la vraie famille d’Irene.

par Cyrlight
Les Roses de Trianon, tome 1 : Roselys, justicière de l'ombre Les Roses de Trianon, tome 1 : Roselys, justicière de l'ombre
Annie Jay   
Il est génial, ce livre, c'est une amie qui me l'a conseillé et elle avait raison, j'ai adoré.
L'Atelier des sorciers, Tome 1 L'Atelier des sorciers, Tome 1
Kamome Shirahama   
J'ai acheté ce premier tome dans le cadre des 48H de la BD qui, pour l'occasion, proposait une toute nouvelle couverture que je trouvais bien plus jolie que celle originale. Ni une ni deux, avec une aussi jolie couverture et pour seulement 2 euros, il fallait que j'achète ce manga. Laissez-moi vous dire que je ressors avec un gros coup de coeur !

Je ne m'attendais pas moi-même à aimer autant, n'étant pas forcément adeptes des histoires de sorciers. Pourtant, dès que j'ai ouvert ce manga j'ai été happée par cet univers grâce aux dessins d'une rare beauté. Je pense que parmi tous les mangas que j'ai pu découvrir jusqu'à présent, celui-ci est vraiment le plus beau visuellement parlant. Je repense d'ailleurs au lac enchanté où se trouve Coco au début de l'histoire ou encore au portail que lui montre maître Kieffrey mais aussi les monts surréalistes. Je n'étais plus dans ma chambre, j'étais aux côtés de Coco (qui soit dit en passant est beaucoup trop mignonne).

J'ai également rigolé à de nombreux passages, la faute au ver-pinceau et à Agathe mais aussi à Coco qui fait quelques bourdes lorsqu'elle commence à pratiquer la magie.

C'est un tome introductif à l'univers, qui pose les bases notamment de la magie et ce premier tome m'a rappelé "Harry Potter à l'école des sorciers", à ceci près qu'il manque quand même des garçons dans l'atelier de Kieffrey. Ce fut d'ailleurs ma seule interrogation lorsque j'ai terminé ce premier tome : pourquoi n'y a-t-il pas de garçons ?

Lorsque j'ai terminé ce premier tome, j'étais vraiment peinée de ne pas avoir la suite sous la main si bien que j'ai commandé le tome 2 et le tome 3 directement. Un manga à ne rater sous aucun prétexte ! Vous allez en prendre plein les yeux et vous passerez à coup sûr un moment merveilleux !
L'Atelier des sorciers, Tome 2 L'Atelier des sorciers, Tome 2
Kamome Shirahama   
Vous pouvez retrouver ma chronique complète sur mon blog :

https://lemondeenchantedesespritsdulivre.wordpress.com/2019/06/17/latelier-des-sorciers-tome-2-de-kamome-shirahama/

Ce fut à nouveau un coup de cœur. Cette série fait désormais partie de mes mangas préférés.

La Fantasy est à nouveau le genre prédominant de ce seinen (manga destiné aux jeunes adultes à partir de 17 ans). Nous retrouvons les thèmes de l’espérance, de l’amitié et de l’aventure. Un nouvel attrait apparaît plus en profondeur : l’apprentissage. Un savoureux mélange caractérisant l’Atelier des sorciers.

En ce qui concerne la couverture de ce deuxième opus, je vous ai photographié celle visible durant mon achat. Il faut savoir que la jaquette du tome 2 est réversible. Si pour le volumes 1, 3 et 4, il existe une version collector limité, celle-ci n’en possède pas. Sur cette dernière, nous découvrons Agathe, jeune apprentie. Appris par le biais d’une lectrice, l’apparition du personnage sur la couverture n’est pas le fruit du hasard. En fonction du protagoniste présent, l’histoire se centrera un peu plus sur lui ou elle, nous permettant d’en savoir plus. Effectivement, cela s’avère vraie puisque le récit nous a permis de connaître un peu mieux Agathe. Mon coup de cœur pour la couverture du tome 1 s’est réitéré avec le volume 2. Ce mélange de magie et de Moyen-Âge représente à merveille le monde de Kamome Shirahama. Le choix des couleurs et du décor s’harmonisent parfaitement. À son regard, nous sommes déjà transportés, avide de le lire au plus vite.

Résumé :

Par l’intervention d’un mystérieux sorcier encapuchonné, Coco et les trois autres apprentis de Kieffrey sont toujours piégés dans un monde parallèle en compagnie d’un dragon. Comment se sont-elles retrouvés ici ? Pourront-elles retourner à Carn ? D’autant plus que le lieu est un labyrinthe magique les conduisant inlassablement au même endroit... Si elles espèrent sortir, il leur faudra alors unir leur force et faire preuve de courage et de réflexion pour sortir indemne de cette impasse... Échapperont-elles aux plans machiavéliques de la Confrérie des Capuchons ? Les trois apprentis réussiront-elles à intégrer Coco ? Mystères, rebondissements, apprentissage... l’aventure de Coco ne fait que commencer...

Points positifs de l’histoire :

Nous retrouvons les ingrédients du premier volume : suspense, rebondissement et moral. À nouveau, nous nous laissons happer rapidement dans l’histoire. Au bout des deux premières pages, nous oublions notre environnement et nous nous retrouvons emportés aux cotés de nos héroïnes. Nous ne le lisons pas, nous le dévorons. L’apprentissage est une des grandes trames de la série. Il est d’autant plus présent dans cette suite. Il apporte ainsi connaissances et réflexion à travers la fiction. Ne pas brûler les étapes, vouloir apprendre trop vite, savoir joindre l’utile à l’agréable... Il est toujours intéressant d’évoluer dans cet univers de sorcier. La manière de pratiquer la magie nous est de plus en plus familier. Kamome Shirahama ne s’est pas seulement contentée des explications et indications contenues dans le précédent volume, elle continue à nous le faire découvrir, en nous partageant de nouveaux endroits, de nouveaux accessoires de magie, de nouveaux personnages... Nous continuons à explorer ce monde tout en avançant dans le récit. La mangaka ne précipite pas les événements, elle ne passe pas d’une scène à l’autre sans l’avoir au préalable bien amenée et conclue. Elle prend le temps de poser chaque détail, sans pour autant oublier de rendre l’univers mystérieux et additif. Les questionnements concernant la Confrérie du Capuchon sont toujours un mystère. Il me tarde d’en savoir davantage.

Points négatifs de l’histoire :

Aucun point négatif ne m’a paru visible. Cet univers est parfaitement ficelé et maîtrisé, sans incohérence.

Les personnages principaux :

Coco : elle n’a pas changé par rapport au tome 1. Elle est toujours attachante, cherchant à faire les choses le mieux possible et d’une grande sincérité.

Kieffrey : ce personnage se dévoile petit à petit. Il est un excellent professeur, patient et soucieux de ses élèves.
Agathe, Tetia et Trice : Si Trice reste toujours une énigme pour le lecteur, nous découvrons un peu plus Tetia mais surtout Agathe. Tetia est une sorcière soucieuse de rendre les gens heureux grâce à sa magie. Quant à Agathe, son tempérament cache des souffrances enfouies au plus profond d’elle même.

Olugio : nouveau personnage, il est très mystérieux. Cependant, derrière son caractère acariâtre cacherait-il ses véritables sentiments ?

Points positifs des personnages :

Les personnages sont le point fort de cette série. Avec douceur et mystère, ils nous apparaissent avec plus de clarté. Kamome Shirahma sait parfaitement doser les découvertes. Elle n’en dévoile pas trop mais assez pour ne pas nous sentir frustré. Elle continue d’entretenir les questionnements avec finesse. Kieffrey est un protagoniste intéressant. Dans cette suite, une certaine gentillesse et délicatesse se ressent à travers ses comportements. Il apprend à ses élèves avec patience et bienveillance. Malgré son apparence, la sagesse et la maturité émanent de lui. Cependant, à travers cette tendresse, une âme de guerrier se cache. Le caractère d’Agathe fut plaisant à déceler. Dans cette suite, elle n’est plus du tout le stéréotype de la peste. La mangaka lui apporte de la profondeur. Derrière son armure, son agressivité, sa quête de la perfection, son envie de sauter les étapes, elle cache une jeune fille en recherche d’amour. Coco est un toujours un coup de cœur et agréable à suivre. Il sera vraiment captivant d’en savoir plus sur les autres protagonistes.

Points négatifs des personnages :

Je n’en ai détecté aucun.

Conclusion :

Une excellente suite à la hauteur et dans la continuité du précédent. L’univers de l’auteure évolue avec douceur et sans précipitation, nous permettant de savourer avec plaisir les aventures de Coco. Les amoureux du volume 1 ne pourront qu’être à nouveau comblé par ce monde original. Nous retrouvons tous les caractéristiques du tome 1, faisant ainsi de cette série un succès.

par Rosabella
Sky Fall, Tome 1 : Let the Sky Fall Sky Fall, Tome 1 : Let the Sky Fall
Shannon Messenger   
Originalement posté sur : http://sous-ma-couverture.blogspot.fr/2013/08/let-sky-fall-de-shannon-messenger.html

Les débuts de Let The Sky Fall étaient... plutôt... difficiles. Non pas que j'aimais pas. Non, c'est juste que le contexte m'étaient tellement inconnu. Le vocabulaire, le champ lexical, m'était étranger. Au point d'avoir trouvé 3 façons différentes de dire "rafale" en anglais. Et les explications du contexte ne viennent pas tout de suite, en plus. Donc j'étais un peu paumée, j'ai galéré, et j'ai avancé dans ma lecture à l'aveuglette. Puis j'ai compris! ET C'ÉTAIT UN DÉLICE!

Un délice par bien des points:

Un délicieux environnement

Le "décor" mais surtout l'environnement sont des éléments importants de l'intrigue: le genre d'environnement que l'on ressent par tous nos sens. Et C'ÉTAIT FABULEUX! Croyez-moi, leur description est tout simplement fabuleuse. Les effets de l'environnement sur les sens des protagonistes sont très envoutants, et j'ai beaucoup aimé me laisser porter par les mots de Shannon Messenger.
Là, j'avais très envie de dire "vous me prenez sûrement pour une folle" mais je suis sûre que c'est déjà le cas. Peu importe.

La narration

Let The Sky est narré à la première personne, et les chapitres alternent les points de vue des deux protagonistes: Audra et Vane. ET C'ÉTAIT EXCELLENT. Vane et Audra sont deux personnages très opposés. Et l'écriture de l'auteur varie énormément en fonction de ses personnages. Elle a su adapter son écriture à ses personnages, à leur personnalité, sans jamais défaillir, et j'admire ça, franchement.

Deux protagonistes opposés

Vane est un garçon borné, carrément fénéant. J'ai d'ailleurs pu me reconnaitre en lui. Mais tellement TELLEMENT génial! J'ai adoré ses pensées, son involontaire humour, sur l'instant présent. Je l'ai préféré à Audra, même si je l'ai beaucoup aimé elle aussi.

Audra est un personnage qui agit plus sous l'influence de ces promesses que par sa personnalité, qu'elle nous laisse entrevoir quelque fois. Malgré tout, c'est un personnage que j'ai trouvé bien plus humain que les autres héroïnes, étant donné sa facilité à mentir pour se protéger, et la peur de mourir. Parce que attends, quand je vois des héroïnes prêtes à mourir, je me dis MAIS COMMENT C'EST POSSIBLE?
Audra est aussi un personnage attristé par son passé et ses erreurs, qui lui rappelle chaque jour comment elle doit vivre sa vie. Mais cette tristesse est loin de la pleurnicherie. Elle n'est pas lourde. Au contraire, je l'ai trouvée poétique, harmonique. Audra contraste énormément avec Vane, et pourtant... les opposés s'attirent

La romance entre Vane et Audra est, sans surprise, parfaite, electrique, enflammée. ET C'ÉTAIT MAGIQUE. Leur attirance et leur alchimie est juste magique, c'est une tempête d'émotion et de frustration.

L'intrigue en général

L'intrigue, racontée par les deux personnages donc, est tout aussi douce que les descriptions, malgré quelques moments qui traînent en longueur, où je me suis un poil ennuyé. Mais pas trop hein, après ça passe.
Malgré un aspect très enchanteur d'une mythologie que j'ai eu le plaisir de découvrir à travers ce roman, on ressent la menace, le danger d'un combat pour un langage et pour le pouvoir. Et là, j'ai bien peur de vous avoir perdu, parce que je ne peux pas aller plus loin sans spoiler - PARDON. Mais lisez, lisez pour comprendre, ne vous gênez pas.
Ce tome 1 se termine sur un cliffhanger difficilement acceptable. J'ai cru que j'allais franchement pleurer en voyant la date de sortie du second tome - à savoir le 4 mars 2014 - et-c'est-trop-loin-et-je-sais-pas-comment-je-peux-survivre-à-autant-d'impatience.
L'éveil, Stade 1 L'éveil, Stade 1
Jean-Baptiste De Panafieu   
Je ne sais pas trop quoi penser de ce livre...
L'idée est sympathique : Suite à un virus créé en laboratoire, les animaux se réveillent ; ils deviennent intelligents.
Quelles conséquences pour les humains ? Quelles conséquences pour l'agriculture ? Pour la planète ?

Il ne s'agit toutefois, à priori, pas d'un livre Jeunesse. Il est donc impensable que les seuls à sentir concernés ou du moins à tenter de faire quelque chose (le problème étant planétaire) soit simplement une bande d'adolescents et leurs copains, les animaux parlant couramment en français. De plus, une scientifique qui cache une bévue et qui ne rend pas de comptes ? C'est rocambolesque.
J'ai beaucoup aimé la question par rapport à l'agriculture. Pourrait-on manger et élever du bétail intelligent ? La question est perturbante, bien que je ne mange de la viande que très rarement. Malheureusement, la question n'a pas été assez approfondie pour moi.

Ne vous méprenez pas, malgré toutes ces critiques, le livre n'est pas mauvais. Je l'ai lu très rapidement et j'ai passé un bon moment. Je pense qu'en littérature Jeunesse, il trouverait bien mieux sa place qu'en littérature française. Les personnages et la façon de mener l'intrigue s'y prête mieux.
Enfin, on m'a parlé d'un livre de James Patterson : Zoo, qui a l'air de partir de la même trame mais d'être plus abouti au niveau réel puisque contrairement à ce roman-ci, si les animaux deviennent intelligents, ils ne cherchent toutefois pas à discuter avec les humains.

En conclusion, si on le place en Jeunesse, je pense que c'est un bon roman. Si on le place en adulte, il y a du boulot pour le rendre crédible.

À savoir : il s'agit d'une série. Vous n'aurez donc pas le fin mot de l'histoire dans ce tome.

Édition : Ce livre est en réalité classé Jeunesse...

par dadotiste
Les cousins Karlsson, Tome 1 : Espions et fantômes Les cousins Karlsson, Tome 1 : Espions et fantômes
Katarina Mazetti   
Un livre, somme toute original mais où l'intrigue et les personnages présentent une envie un peu fade. Une lecture ponctué de découvertes intéressantes et j'ai adoré Alex, celui qui arrive à parler suédois et français mais aussi cette affaire avec leur tante, qui est un peu bizarre soit dit en passant.
Rien de plus, lecture rapide.