Livres
467 081
Membres
431 901

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Marlene2303 2019-07-21T11:09:38+02:00

— Où est ta voiture ? Redescente sur terre brutale. Cœurs, licornes, paillettes et papillons…

— Euh… Je suis venue avec la Coccinelle de ma grand-mère.

Marcus se retourne vers moi, l’air hagard. C’est-à-dire que la couleur de la voiture peut peut-être lui faire peur… Il fixe à nouveau des yeux la seule Coccinelle de la rue.

— Que… Quoi ? Je souris. — Ma grand-mère m’a légué sa voiture. Je n’avais pas le cœur de la revendre. Je l’ai fait retaper de fond en comble, et de temps en temps, je la sors.

— Je vois… Tu oublies de préciser que tu l’as aussi fait repeindre. Je me mords les lèvres.

— Je ne monte pas là-dedans, me dit-il en fulminant. Hors de question. J’ouvre la portière et lâche :

— Très bien, tu n’as qu’à courir derrière. Il lève les yeux au ciel.

— Mais elle est rose bonbon, ta Coccinelle ! Je le dévisage très sérieusement, un pied déjà dans la voiture :

— Et donc ? je demande. Marcus semble au bord de la nausée.

J’hallucine. Ce mec me rend folle. Il n’y a pas deux minutes, il m’avoue très naturellement qu’il m’aime – bon, d’accord, il ne s’en est pas rendu compte − et là, il hésite à monter dans une voiture rose ?

Est-ce que c’est moi qui suis particulièrement tatillon ou bien ?

— Eh bien, c’est-à-dire que… C’est que… Rose quoi… Marcus passe une main nerveuse dans ses cheveux. Il regarde, affolé, ma voiture, puis moi, puis à nouveau ma voiture. Je vois qu’il lutte contre lui-même. Des fois qu’il perdrait son certificat de virilité juste parce qu’il a osé grimper dans une voiture rose…

Je sais, je sais. Trop de sarcasme tue le sarcasme.

Mon téléphone sonne. Je le récupère dans ma poche et décroche en haussant un sourcil de défi à mon éditeur.

— Oui ?

— Dis-moi que tu l’as récupéré en un seul morceau que je puisse le tuer… C’est Cléo.

— Hmm… En un seul morceau, oui, mais amoché quand même.

Silence et soupir à l’autre bout du fil.

— Vous êtes où ? me demande-t-elle.

— J’attends qu’Editor Balboa se décide à grimper dans Princess Sarah.

En même temps que je prononce ces mots, je le pulvérise de mon sourire dix mille volts.

Cette fois, il suffoque sur place et articule silencieusement les mots :

— Tu as donné un nom à ta voiture ?

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode