Livres
450 612
Membres
395 495

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par clary-bouquineuse 2014-05-04T16:04:19+02:00

– Tu sais, Drew, il y a trois sortes de mâles dans ce monde : les garçons, les mecs et les hommes. Les garçons – comme Billy – ne grandissent jamais, ils ne deviennent jamais sérieux. Ils ne se préoccupent que d’eux-mêmes, de leur musique, de leur voiture. Les mecs, comme toi, aiment la variété. Comme sur une chaîne de montage, c’est un coup d’un soir l’un après l’autre. Et puis il y a les hommes, comme Matthew. Ils ne sont pas parfaits mais ils apprécient les femmes pour plus de choses que leur flexibilité et leur capacité à sucer.

Elle n’a pas tort. Vous devriez l’écouter. La seule chose qu’elle n’a pas saisie, c’est que parfois, un mec ne peut pas devenir un homme tant qu’il n’a pas rencontré la femme qui lui convient.

Afficher en entier
Extrait ajouté par clary-bouquineuse 2014-05-04T13:34:48+02:00

– Tu es une maman qui reste à la maison. Ce qui est très louable, ne te méprends pas. Mais elle devrait aussi rencontrer des femmes qui mènent une carrière. Et pour l’amour de Dieu, ne la laisse pas regarder Cendrillon. Quel exemple ! Une fille stupide qui ne se souvient même pas où elle a laissé sa putain de chaussure et qui doit attendre qu’un connard en collants vienne la lui rapporter ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par clary-bouquineuse 2014-05-04T13:02:38+02:00

Combien de femmes ont dit à leur mari « Je vais bien » alors qu’elles voulaient dire « Je veux découper tes couilles avec un couteau de boucher » ? Combien d’hommes ont dit à leur petite amie « Tu as l’air superbe », alors qu’en réalité ils pensent « Tu as besoin de refaire du sport et de t’entraîner, beaucoup ».

Afficher en entier
Extrait ajouté par Adèle 2014-05-11T08:59:56+02:00

Alors que mes yeux continuent de la scanner des pieds à la tête, un problème, dirons-nous, se soulève. Bien que mon cerveau reconnait que Kate Brooks est maintenant ma concurrente, apparemment mon pénis n'a pas eu le message.

Et il, à en juger par sa réaction, veut toujours faire ami-ami.

source site "dans ma petite bulle"

Afficher en entier
Extrait ajouté par toutoun 2014-05-02T18:21:36+02:00

Elle y est presque. Nous y sommes presque. Mais je ne veux pas que cela s’arrête. Pas encore. Je la fais rouler sous moi, berçant l’arrière de sa tête dans mes mains pour la protéger du parquet et je m’allonge sur elle. Les cuisses accueillantes de Kate sont grandes écartées et je pousse encore plus profondément en elle.

– Oh mon Dieu… oh mon Dieu…

Le son de nos corps qui claquent et sa voix haletante remplissent la pièce comme une symphonie érotique. Le New York Philharmonic n’a qu’à bien se tenir.

– Mon Dieu, oh mon Dieu !

Je souris tout en accélérant le rythme.

– Ce n’est pas Dieu qui te baise, là, bébé.

Oui, je suis amoureux mais c’est toujours bien moi, ici.

– Drew… Drew… oui… Drew !

Beaucoup mieux.

Vous ne pensiez pas que j’allais commencer à cracher des phrases écœurantes de douceur, des phrases de trou du cul, si ? Désolé de vous décevoir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par fraisiC 2014-05-03T01:53:59+02:00

Je me penche et j’appuie mon front contre le sien. Elle ferme les yeux. Je frotte mon nez contre le sien et je prends une inspiration, j’ai besoin que tout s’arrange. Elle sent encore meilleur que dans mes souvenirs. Comme des gâteaux chauds dans le jardin de ce putain d’Éden.

Et puis je murmure :

– Je suis désolé de t’avoir blessée. Je n’en avais pas du tout l’intention. Pas la moindre. S’il te plaît, crois-moi.Kate ouvre les yeux. Ses beaux yeux marron reflètent la surprise. Et la peur, comme le daim qui vient de sentir l’odeur du chasseur. Parce qu’elle veut me croire. Et elle sait que je le sais.

Puis elle cligne des yeux. Et ils deviennent durs. Difficile de dire si elle est plus furieuse contre moi ou contre elle-même. Probablement contre moi.

Elle me repousse et je tombe sur ma chaise.

– Va te faire enculer !

Elle refait le tour de mon bureau pour gagner la porte.

– Ici ? Maintenant ?

Je lève la tête comme si j’étais en train de réfléchir à l’idée.

– Bon… d’accord. Mais sois gentille, mon canapé est vierge.

Je desserre ma cravate et je commence à défaire les boutons de ma chemise. Elle bégaie. Puis elle pointe son doigt vers moi et se met presque à grogner. Ouais, c’est torride.

– Ouhhh…

Puis elle sort de mon bureau. Elle s’arrête devant le trio des musiciens qui attendait dehors.

– Et ne me suivez pas !

Comme elle disparaît dans le couloir, le chanteur me regarde. Je hoche la tête.

Afficher en entier
Extrait ajouté par TESSA974 2014-05-01T20:00:04+02:00

Bref, je regarde La Belle et la Bête, qui fait partie du devoir que Erin m’a donné à faire. J’aime Belle. Elle est passionnée. Bon… pour un dessin animé, en tout cas. Elle me fait penser à Kate. Elle est pleine de ressources. Intelligente. Et elle se débrouille toute seule sans la Bête ou ce connard aux bras trop grands. Je fixe la télévision tandis que Belle se penche pour donner à manger à un oiseau. Alors je me penche en avant en espérant me rincer l’œil…Ça craint, non ? Je ne peux pas m’en empêcher. Je suis désespéré. Frustré. Fou.

Afficher en entier

Quand j’avais huit ans, mon grand-père a eu une crise cardiaque. Une fois que mes parents sont partis à l’hôpital, Alexandra m’avait promis que tout allait bien se passer. C’était faux.

– Est-ce que Kate te l’a dit ?

Elle hoche la tête.

– Pas avec ces mots-là.

– Alors comment tu sais ?

Elle hausse une nouvelle fois les épaules.

– C’est l’œstrogène. Cela nous donne une perception extrasensorielle, si tu avais un vagin, tu le saurais aussi.

Mackenzie lève fièrement la main.

– J’ai un bagin.

Je souris en coin.

– Oui, mon cœur. Et un jour, cela va t’aider à gouverner le monde.

– Johnny Fitzgerald a un pénis. Il dit que son pénis est mieux que mon bagin.

– Johnny Fitzgerald est un idiot. Les vagins gagnent toujours contre les pénis. Ils sont comme en kryptonite. Les pénis sont sans défense face à eux.

Ma sœur met un terme à notre discussion.

– Ok, cette jolie conversation a assez duré. Mais je suis sûre que l’enseignante en maternelle de Mackenzie appréciera beaucoup d’entendre tout ça. Juste avant d’appeler les services de protection de l’enfance.

http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/

Afficher en entier

– Je suis amoureux de toi, Kate.

Spoiler(cliquez pour révéler)Elle reste silencieuse. Elle ne répond rien.

Et ma poitrine se serre parce que je sais pourquoi.

– Tu ne me crois pas, c’est ça ?

– Je pense que tu es un excellent menteur lorsque tu veux l’être, Drew.

 

Ouille. C’est ce que l’on ressent lorsqu’on récolte ce qu’on a semé ? Ça craint.

 

Mais ma voix est ferme. Déterminée et sans la moindre hésitation.

– Je ne te mens pas, Kate. Mais c’est bon, fais ce que tu dois faire. Maudis-moi, gifle-moi, mets le paquet. Je peux le supporter. Parce que plus te me repousses, plus je lutterai pour te prouver que tout cela est bien réel. Que je ne vais nulle part et que ce que je ressens pour toi ne va pas changer. Et puis un jour, peut-être pas tout de suite mais un jour prochain, je vais te dire que toi, Kate Brooks, tu es l’amour de ma vie et tu ne douteras pas que ce soit vrai. http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/

Afficher en entier
Extrait ajouté par clary-bouquineuse 2014-05-04T15:18:02+02:00

Sans même essayer. Il ne m’arrive pas à la cheville. Je suis une putain de Porsche, il est une foutue camionnette qui ne peut même pas passer contrôle technique.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode