Livres
450 846
Membres
395 721

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Le Dr Mernich s'éclaircit la voix.

-Isis, vous êtes...

-Un jour, j'arrêterai de penser à voix haute et ce jour sera vraiment triste pour l'humanité. Et plus calme, aussi

Afficher en entier

Le principal Evans est ravi de me voir. Il faut les cent pas autour de son bureau tout en suçant un cachet d'aspirine comme un bonbon. Je tends les bras vers lui.

- Evans ! je crie. Ça fait longtemps qu'on ne s'est pas vis, mon vieux !

- Isis, s'il te plaît... J'ai mal au crâne.

- COMMENT VONT VOTRE FEMME ET VOS ENFANTS ?

Il grogne.

- Tu aimes vraiment me torturer.

- J'aime tout ce qui est divertissant, fais-je en me laissant tomber dans le fauteuil en face de son bureau. Alors ? Que me vaut l'honneur de cette convocation ?

Il retire lentement ses mains plaquées sur ses oreilles pour farfouiller dans un tiroir et en sortir une enveloppe avec le logo d'un immeuble.

- Est-ce que c'est vraiment ce que je pense ? je lui demande.

- C'est Stanford, me répond M. Evans d'un ton calme. Tu devrais recevoir le même courrier chez toi.

- Et vous avez assez travaillé votre maîtrise de vous-même pour ne pas l'ouvrir. Bravo ! Non, vraiment. Vous avez mûri. Vous n'êtes plus ce petit garçon qui a collé des photos de moi obèse dans tout le bahut.

Il tressaille.

- Et si tu l'ouvrais ?

-Et si je remplaçais votre jus de pomme par de la pisse ?

Afficher en entier

Tu es un être humain unique avec un cerveau unique et une vie unique, avec des yeux et un point de vue unique. Tout le monde croit être le personnage principal de sa propre histoire. C'est justement ça, être vivant.

Afficher en entier

James sort un pistolet Nerf de sous son oreiller et se met à viser Jack.

Afficher en entier

La vérité fait battre mon cœur. Tout palpite en moi, rebondit contre mon squelette et ma peau. Je suis nue. Je suis nue et il y a un garçon à trois mètres de moi. Je suis paniquée, mais je ne laisse rien paraître. Pas dans ma voix ni dans les mots que je choisis parce que paniquer est normal, pour moi. Je paniquerai toujours quand je me retrouverai nue et qu’un garçon traînera dans le coin. J’ouvre la porte en tremblant une fois sûre qu’il est parti, balance mes fringues par terre et verrouille derrière moi.

Ma culotte est ridicule : rose avec un panda dessus. Il va penser que je suis une gamine complètement immature.

Afficher en entier

- Tu t'es coupée ? me demande-t-il/

Je suis du regard son doigt, qui pointe mon jean. Un long accroc révèle une vilaine entaille écarlate cernée de tissu ensanglanté le long de ma cuisse.

- Putain, mec ! C'était mon jean préféré. n a été à mon premier concert ensemble !

- Cette plaie ouverte m'inquiète un peu plus, grommelle-t-il.

- C'est que tu as un problème. Personnellement, le sang ne me fait rien. J'en vois tous les mois. Et tu devrais vraiment arrêter de hausser les yeux au ciel. J'ai lu quelque part que c'est super mauvais pour la vue. Tu serais beaucoup moins distant et énigmatique si tu rentrais dans les murs, tu ne crois pas ?

Afficher en entier

- C'est à cause d'une fille, n'est-ce pas ? me demande le militaire.

Je ne prends pas la peine de répondre.

- Elle est jolie ?

Je fais tourner les restes de glace dans mon verre en silence.

- Donc elle est laide. Elle doit même être hideuse.

- Non, j'assène. Non pas que a compte, mais non, elle n'est pas laide.

Afficher en entier

"Oh rien. Je trouve juste ça triste, c'est tout. Je suis triste pour lui. Il était tellement heureux. Non. C'était plus que ça. C'était comme si ce feu était revenu dans son regard, qu'il était de nouveau vivant."

Sophia à Isis

Afficher en entier

Je tends lentement la main et la pose sur son dos. Ses muscles se tendent sous mes doigts. Alors qu'il ne dit rien et ne bouge pas, je me presse contre lui. Il est chaud. Mille fois plus qu'une couverture. Il finit par parler.

- Tu es la fille la plus déroutante que j'aie jamais rencontrée.

- Ouais. Et j'en suis fière.

- Tant mieux.

Afficher en entier

C'est un rêve, il ressemble cependant à ma vie. Pas la vraie : les couleurs sont trop lumineuses et les visages tremblotent. Mais les évènements sont les mêmes.

Je me réveille dans ma chambre d'hôpital au blanc immaculé, pour me rendre compte que j'ai fui comme une lâche.

Je n'ai pas changé. Pas du tout.

Je suis saine et sauve. Mon compteur est sauf. Trois ans, vingt-cinq semaines, six jours plus tard, je suis toujours en sécurité.

Mais je n'ai changé en rien.

Isis Blake de Northplains, Ohio, est la même fille de quatorze ans lâchement roulée en boule sous la douche. Elle est juste un peu plus âgée, un peu plus maigre, et un peu plus crétine.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode