Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Lowrra : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
La Légende d'Iskari, Tome 1 : Asha Tueuse de Dragons La Légende d'Iskari, Tome 1 : Asha Tueuse de Dragons
Kristen Ciccarelli   
Au premier abord, à voir la couverture, je m’attendais à un livre jeunesse, très jeunesse. Mais après quelques chapitres j’ai compris que je m’étais trompée.

L’auteure dépeint un univers en apparence simple, les gentils, les méchants, une héroïne forte et intrépide mais naïve et obtuse. On comprend immédiatement qu’il y a cachalot sous gravillon.
Un départ classique et sans surprise mais s’ensuit une intrigue rondement menée, enchaînant découvertes et révélations, actions et rebondissements qui nous poussent toujours plus loin dans une histoire finalement pas si simple. Quelques points prévisibles, mais la plupart m’ont totalement surprise. Ce n’est finalement pas « jeunesse pur et dur » et comme pour la passe-miroir l’intrigue est adaptée à un publique adulte tout autant qu’ado.
Une romance qui sans être bâclée n’éclipse pas l’action, des personnages secondaires intéressants et pleins de surprises, une écriture fluide et agréable à lire complètent le tableau pour donner 430 pages de pur plaisir!

Je me suis faite berner et, comme Asha l’héroïne, j’ai appris qu’il ne fallait pas se fier aux apparences et creuser les choses pour se faire son avis.

par btizlit
De sang et de rage De sang et de rage
Tomi Adeyemi   
“We are all children of blood and bone.
All instruments of vengeance and virtue.”

J'ai tellement entendu parlé de ce roman, en bien. Les avis sont terriblement élogieux et il me tardait donc de découvrir cette histoire quand la vague serait redescendue......
Ce livre est complètement "overhyped" et J'ai été déçu par ma lecture du quelle j'attendais bien plus......

Le résumé m'a d'abord fait pensé à Throne of glass. Un univers de fantasy, un roi tyrannique et la disparition de la magie. Il faut avouer que ça y ressemble pas mal.
Children of blood and bone s'est très vite détaché de cette ressemblance. Au fil des pages, je n'y ais juste plus pensé.

L'histoire se passe dans Orïsha une contrée imaginaire qui est inspirée du Nigéria. Dans ce monde, les grandes puissances ont eu un problème avec la magie qui il me semble les a anéantis. De ce fait le roi a décidé il y a une dizaines d'années de se débarrasser de la magie et des magis qui l’exerçait; (Faisant vous pouvez l'imaginer un bain de sang.....)
Orïsha est un univers qui m'a plu. Je l'ai trouvé bien construit et très riche. Sa population de divîners au cheveux blanc anciennement dotés de pouvoir accordés par les dieux est méprisée et opprimée par la monarchie. Toute la mythologie sur laquelle l'auteur construit son histoire est complexe, fascinante et riche.
Ça aurait pu être une fantastique lecture et je m'en attendais pas moins de ce roman. Mais je dois dire que ça n'a pas vraiment fonctionné sur moi. C'est en somme un livre qui n'a rien d'extraordinaire et qui est en plus bourré de clichés......

Pour résumer en quelques lignes. Zélie, Amari et Tzain s'engagent dans une quête pour restaurer la magie à Orïsha. On suit également Inan, le frère d'Amari qui est mandaté par le roi pour les stopper par tout les moyens.

Commençons par le vrai gros problème de ce livre. Les personnages manquent clairement de construction et de profondeur..... Je n'ai pour ma part pas réussi à m'attacher à eux.
Prenons Inan. Prince d'une monarchie stricte et oppressante. C'est le gars complètement formaté par son père et surtout en terrible manque de reconnaissance et d'attention de la part de son paternel. Inan aurait pu être le meilleur personnage et surtout le plus intéressant car monsieur se voit doté de pouvoir, "infecté par le virus" comme il dit. De cette situation énormément de choses auraient pu se passer.... ET Inan passe ses chapitres à geindre et à s'autoflageler et surtout c'est une véritable girouette qui n'est jamais sûr de ses convictions. L'auteur veut nous le faire passer pour le beau guerrier très fort et très intelligent. J'ai été très agacé par son personnage.
Zélie nous est introduite au cours d'une bataille clandestine de bâton. 1ère pensé: ah cool un personnage badass et c'est vrai elle l'est. Mais Zélie est aussi terriblement déterminée, butée et stupide.
Oui stupide dans sa façon de foncer tête baissé la première vers les problèmes sans écouter personne et toujours n'en faire qu'à sa tête, laissant les autres réparer ses bêtises.....
Je suis dure, je sais mais certaines de ses actions au début m'ont agacé et sa façon de réagir également. J'imagine que ça fait partie du charme du personnage. j'aurai pu m’accommoder à elle et au fil des pages j'ai vraiment commencé à l'apprécié mais c'était sans compter sur sa façon d'être autour d'Inan. J'y reviendrai....
Amari est tout d'abord une petite fille apeurée qui je ne sais pas vraiment comment a eu le courage de voler le rouleau sous le nez de la garde royale. D'ailleurs pourquoi se truc n'était pas d'avantage surveillé? mystère.
Son évolution est admirable. d'Effacée et faible, Amari devient une figure de force et de leadership. Mais, c'est arrivé un peu tard et surtout cela n'a pas été assez exploité....

Tzain est le frère parfait. Il suit sa sœur dans toutes ses aventures et la soutient. Néanmoins, mis à part qu'il est beau et fort on ne sait pas grand chose sur lui et c'est bien dommage.

Le point qui a descendu ce roman pour moi c'est la romance. Pourquoi, tout les auteur de YA ont il la manie de mettre par pair tout se qui bougent....
La relation entre Inan et Zélie est terriblement décevante. Leur amour éclos en à peine quelques heures. Les pensées qui traversaient la tête d'Inan étaient juste invraisemblables.
Le coup de grâce ça a été Amari et Tzain......

La fin m'a surprise. Je m'attendais [spoiler]à ce que le rituel marche. Je me demande ce que Zélie a fait .....[/spoiler]
mention spéciale pour Roën qui m'a beaucoup plu et que j'espère revoir dans la suite.

Je ne pensais pas avoir autant de chose à dire. Même si ça n'en a pas l'air tant je me suis plains des personnages et de la façon dont ils évoluaient ensemble, cette histoire m'a plu. Il y a beaucoup d'actions et j'avais envie de tourner les pages (enfin la plupart du temps). Pour résumer, magnifique monde et mythologie, personnages décevants et romance insta-love qui est comme un cheveux sur la soupe.

par mimi066
D'encre, de verre et d'acier D'encre, de verre et d'acier
Gwendolyn Clare   
Une couverture incroyable qui fait penser à une aquarelle, un résumé surprenant et annonciateur d'une intrigue à couper le souffle; décidément, les éditions Lumen n'ont pas fini de me faire baver avec leurs nouvelles parutions ! Un grand merci à eux pour ce nouvel envoi qui m'a fait passer un excellent moment de lecture.

Mais alors, de quoi parle D'encre, de verre et d'acier (#letitrelongetcompliquéquejoublietoutletemps)?
La scriptologie est une science qui permet d'inventer de nouveaux univers à l'aide d'un papier et d'une encre spéciale. Elsa, qui est notre héroine n'est pas née sur Terre. Elle est le pur produit de l'invention d'un scriptologue, ce qui n'enlève en rien à la légitimité de son existence. Un jour, sa mère se fait kidnapper avec le livre-monde de leur univers. Elsa part sur Terre pour retrouver sa mère et son périple va la conduire droit sur un orphelinat italien dans lequel on encourage les sciences telles que l'alchimie, la mécanique et la scriptologie.

C'est vrai qu'objectivement, il faut un peu s'accrocher au début de l'histoire pour apprendre comment fonctionne la scriptologie et ce ne sont pas forcément les premières dizaines de pages qui sont les plus intéressantes pour le développement de l'intrigue. Mais en ce qui me concerne, ces dizaines de pages m'ont semblé tout à fait digestes parce que j'ai adoré découvrir en quoi consiste cette science qui m'a semblé être rien de moins qu'une mise en abyme du travail d'écrivain, de quoi donner le vertige et me tenir en haleine !

Après un début assez introductif qui pose les bases d'un univers complexe mais solide, l'intrigue qui va conduire Elsa à se rendre dans de multiples endroits va pouvoir pleinement démarrer. J'ai été émerveillée par l'orphelinat dans lequel notre héroïne va résider et rencontrer ses nouveaux compagnons qui vont l'épauler tout au long de sa quête. La bâtisse est en effet étonnante puisqu'elle est dotée d'une intelligence propre. Elle répond au nom de Casa et, un brin facétieuse mais protectrice, elle rend service aux uns et aux autres de ses occupants en répondant à leurs multiples sollicitations.

Elsa pour sa part, ne m'a pas tant plu que ça. Sa manie d'appeler sa mère par son prénom m'a un peu perturbé mais ce n'est qu'un détail. Ce qui m'a davantage chagrinée, c'est sa retenue constante et sa difficulté à baisser ses barrières afin de laisser les autres l'approcher et l'aider. Ce comportement peut se comprendre à cause de son vécu, mais elle m'a parut un peu froide et distante la plupart du temps et lorsqu'elle se montrait davantage chaleureuse, j'avais un peu de mal à y croire. J'ai également regretté que tout lui tombe tout cuit dans le bec c'est à dire que sa quête semblait au premier abord très difficile mais des évènements extérieurs venaient sans cesse lui faciliter les choses. J'ai en revanche énormément apprécié les trois amis qu'elle s'est fait à l'orphelinat. Léo, Porzia et Faraz ne se ressemblent absolument pas, ils apprécient chacun une science différente mais sont amis depuis des années et petit à petit, Elsa va intégrer leur trio qui va devenir un sacré quatuor.

En résumé, D'encre, de verre et d'acier est un livre atypique. Le début pourra paraître rébarbatif aux plus impatients d'entre nous mais personnellement, l'univers steampunk et l'existence de la scriptologie m'ont passionné. L'intrigue est surprenante, intéressante et dynamique et même si l'héroïne à laquelle je ne me suis pas attachée et la facilité de la quête m'ont fait revoir ma note à la baisse en cours de lecture, je lirai la suite avec grand plaisir.

par elyza
De brume, de métal et de cendres De brume, de métal et de cendres
Gwendolyn Clare   
Chronique de Diana :

https://followthereader2016.wordpress.com/2019/01/17/de-brume-de-metal-et-de-cendre-gwendolyn-clare

Attention, si vous n’avez pas lu le premier tome vous risquez d’être spoilé.

Il est rare que je dise ça mais j’espère qu’il va y avoir un tome trois, tout simplement parce que je sors de ce récit avec encore plus de questions .

Mais remettons un peu en premier lieu le contexte de cette histoire.

C’est un univers unique, je n’ai jamais rien vu ailleurs et ça permet des milliers de possibilité, l’imagination n’a plus aucune limite. A la fin du premier livre « D’encre, de Verre et d’Acier », je savais que je devais lire la suite, qu’il me fallait comprendre pourquoi Leo trahissait Elsa et ses amis pour une famille qui l’a rejeté et abandonné.

Une fois de plus j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, je ne sais pas si ça vient du rythme ou tout simplement de la multitude de possibilités qui s’offrent à nous lors de notre lecture. Je me suis retrouvée un peu comme nos héros à chercher pourquoi Leo avait bien pu agir de la sorte. J’étais fâchée comme Porsia, incrédule comme Faraz me disant qu’il n’avait pu faire ça que sous la contrainte (car rappelons le Leo a volé le livre), et j’ai essayé de comprendre au final comme Elsa qui n’a qu’une idée : trouver une piste et rattraper le jeune homme. Mais à nouveau la magie opère et je me laisse complètement attirer dans le récit.

Donc le schéma est assez similaire dans la construction avec le premier opus, il faut un moment avant que les choses se déclenchent mais ensuite les événements et les rebondissements s’enchainent pour ne plus vous laisser un instant de répit.

Une chose qui est très appréciable avec un récit aussi complexe, c’est l’alternance des points de vue, ça nous permet de nous situer et de ne pas perdre pied dans l’avancement du roman. D’ailleurs je vais préciser que l’enchainement entre ces points de vue est parfait, car ils sont vraiment amenés dans un ordre qui donne une visibilité alors que dans certains cas, on ne sait plus quoi croire ou comprendre.

Je ne trouve pas d’aspects réellement négatifs. Oui, on peut râler avec le rythme lent du début ou parce qu’on trouve que la fin est trop ouverte. Cependant, les personnages sont des génies et leur particularité en action est juste addictive. Le travail en équipe, le fait de grandir et de prendre en maturité nous permet de les voir évoluer. L’auteure n’omet rien, mais elle apporte des détails aux lecteurs en temps voulu.

Je reste donc un peu dans le flou en terminant ce récit, tant de choses restent hors de notre portée mais je me dis que Gwendolyn Clare veut juste que notre imagination prenne le relais.

C’est une duologie jeunesse que j’ai appréciée, si je ne devais trouver qu’un petit bémol c’est que la romance n’est pas utile. L’auteure a une très belle plume et elle sait créer des personnages et des lieux forts.

Une très belle découverte et des romans de toute beauté autant à l’intérieur qu’à l’extérieur.
Nevermoor, Tome 1 : Les Défis de Morrigane Crow Nevermoor, Tome 1 : Les Défis de Morrigane Crow
Jessica Townsend   
Nevermoor c'est d'abord un univers magique complexe, farfelu extraordinaire qui nous immerge complètement. Un hôtel merveilleux, une salle de fumoir à l'odeur de chocolat, des sauts en parapluie, un dresseur de dragons, une reine des neiges, des épreuves à dos de chats... tout est magique, fantastique et mystérieux. Cela n'est pas sans rappeler Harry Potter bien évidemment. Le monde de Nevermoor qui rappelle Poudlard, les épreuves, le tournoi des sorciers, les amitiés et rivalités au sein d'une école, et Jupiter Nord, le mécène de Morrigane est à rapprocher de Dumbledore sans conteste. Et puis, il y a cette petite fille maudite qui se retrouve dans un monde où elle ne connait pas les codes. Elle a un don, il parait, mais ne sais pas lequel, ne sait pas à qui faire confiance.. bref, les parallèles sont nombreux.



Pourtant, moi qui suis une grande fan d'Harry, je trouve que Nevermoor a quelque chose de très frais et d'audacieux. C'est une grande aventure qui se lit avec délectation. Remplie d'humour, d'originalité, de trouvailles, ce roman trouvera sûrement son public. Je n'en dirais pas plus sur l'histoire, je pense qu'elle se découvre au fur et à mesure de la lecture. Nevermoor c'est un mélange d'aventure, de magie, de découvertes, dans un univers décalé, sombre parfois mais terriblement familier, qu'on a tous envie de visiter. Les personnages sont affectueux, attachants et intrigants.

Un très bon premier tome qui fait plus que poser un décor et une intrigue, mais nous révèle un véritable monde qui tient debout, avec une héroïne charmante.
Engrenages et sortilèges Engrenages et sortilèges
Adrien Tomas   
Un coup de cœur ! Après avoir eu un gros faible pour la voix des ombres de Frances Hardinge, je ne savais pas trop quoi lire. J’ai donc cédé spontanément à l’appel de cette sublime couverture (si si avec des dorures d’engrenage et un vernis sélectif en relief) et j’ai lu le résumé. Un très bon roman, de l’aventure, de la magie et une enquête. C’était parti !
Comme souvent, après la lecture d’un livre que j’ai beaucoup aimé, il « ma fallut quelques jours pour entamer une nouvelle lecture… et ce n’est pas plus mal, car engrenages et sortilège a été commencé le matin, et fini dans l’après-midi. Je l’ai de-vo-ré !

L’intrigue parfaitement résumée au dos (à savoir, qui en dit assez long pour m’interpeller, sans me spoiler le roman) est respectueuse du contenu. La jeune mécanicienne Grise et l’étudiant en occulte Cyrus sont l’opposé l’un de l’autre. Comme tous les magiques et les mécaniques, ils ne s’aiment pas. Après tout, les magiques sont très estimé par l’empire et ont une place de choix dans ce monde, normal, alors que les mécaniciens ne sont là que pour batifoler dans le cambouis et réparer leurs stupides machines qui ne font rien de mieux que ce que peut faire la magie. Les mécaniciens eux trouvent que les magiques sont de petits prétentieux qui ne savent rien faire de leurs mains et seraient bien embêtés sans leurs inventions. C’est dans ce climat de bienveillance et de tolérance que nous faisons la connaissance de nos deux étudiants. Cyrus est aussi hautain que son statut le lui demande, c’est un magicien puissant, fils d’une haute dignitaire de l’armée de son pays. Il est toujours tiré à 4 épingles, a la répartie cinglante et une haute estime de lui-même. Grise quant à elle, est fille de réfugié, son père étant un grand mécanicien au sein de l’empire, elle a pu avoir accès à la prestigieuse académie des sciences occultes et mécaniques de Celumbre. Cette jeune fille noire aux yeux sombres ne passe pas inaperçue. Férue de connaissances en mécaniques et d’une soif d’apprendre toujours plus grande, la jeune fille n’est pas dépourvue de caractère et s’emporte même très facilement.

Mais un soir, tout vacille. Grise surprend un groupe d’individus patibulaires venus manifestement l’enlever elle et un autre élève. Prenant son courage à deux mains elle arrive à mettre en déroute deux des assaillants, avant de recevoir l’aide de l’autre élève qui s’avère être Cyrus. Une fois tirés de ce guêpier, ils se retrouvent à fuir ensemble pour sauver leur peau. Après une période agitée, leurs déboires les conduisent à se réfugier au pire endroit imaginable… les Rets, les bas-fonds de la ville. Ils n’ont pas le choix, et doivent œuvrer ensemble pour s’en sortir. Heureusement ils peuvent compter sur l’air de Cog, le petit robot de Grise et de Quint, le familier de Cyrus, un joli chat roux doué de parole.

Nous suivons ces deux adolescents, issue de milieux très différents faire des choix difficiles tant pour leurs égos que pour la vision qu’ils ont du bien et du mal. On découvre avec eux l’envers de la ville, au-delà de la magnifique Académie ou du confort de leur domicile respectif. À travers de nouvelles rencontres et des épreuves inattendues, les deux adolescents cherchent à s’en sortir au mieux. Pour survire et trouver les réponses à leurs questions, notre petit magicien orgueilleux et notre tête brulée de mécanicienne vont devoir s’acclimater l’un a l’autre malgré leurs différences. Mais jusqu’où iront-ils pour découvrir la vérité ? Et que feront-ils ensuite de leurs découvertes… ? C’est à vous de l’apprendre.

Ce livre nous plonge dans un délicieux mélange d’enquêtes, de fantastique, de réflexions sociétales, d’aventures trépidantes, et de choix douloureux. Dressant des portraits de personnage superbement campés, aussi complets que complexes et des situations plus embrouillées et compliquées qu’il n’y parait. Entre magie et science, entre enquête et action, entre illusions et réalité que choisirez-vous ? Je ne peux que vous inviter à suivre notre duo avec Quint et Cog pour percer les mystères de Celumbre, qui sont bien plus profonds et sombres qu’il n’y parait...

par kuri
Le Parfum de la trahison Le Parfum de la trahison
Erin Beaty   
Vu que j'avais eu un vrai coup de coeur pour le tome 1 j’appréhendais un peu ce tome 2, je craignais qu'il ne soit pas à la hauteur du 1 et tâche le souvenir que j'avais du premier tome. Je me suis bien trompée!! Si vous avez aimé le premier tome courez acheter le deuxième!!
On retrouve une Sage pas si sage que ça, elle apprend le maniement de l'épée tout en étant préceptrice auprès des princesses. Elle est lasse d'Alex qu'elle n'a pas vu depuis de long mois et compte les jours avant leur possible union. Mais les événements du tome 1 ont eu des répercussions et c'est à partir de là que tout commence. Sage va plus que jamais être une espionne, son érudition et son intelligence son sa meilleure arme (même si elle se débrouille en combat). Elle joue donc l'espionne de la reine tout en étant auprès de son fiancé. Evidemment le double jeu des 2 protagonistes pèse sur leu relation qui se détériore de jour en jour. C'est assez frappant de voir que c'est le manque de communication et de partage d'information qui font que les 2 amoureux se mettent dans des positions inconfortables. Pourtant le premier tome leur avait déjà appris qu'ils ne sont doués qu'à 2! Là c'est Sage qui cache des informations à Alex et Alex qui réagit en fonction d’éléments extérieurs.
C'est impressionnant de voir une Sage si érudit et vraiment curieuse (il faut le dire) elle s'infiltre là où elle devrait pas, mais elle veut savoir à tout prix.
A la fin du livre on découvre une autre facette des personnages: une Sage revancharde [spoiler]quand elle veut faire assassiner sans autre forme de procès celui qu'elle prend pour l'assassin d'Alex juste par esprit de vengeance sans même chercher à entendre une justification, notamment si c’est lui qui l'a tué. Elle nous avait habitué à des actes plus réfléchit[/spoiler] mais aussi plus faible que jamais [spoiler]brulée et sous drogues... on va voir dans le troisième tome comment elle va faire pour se réapproprier son corps[/spoiler]. On découvre un Alex plus amoureux que jamais, près à mourir pour celle qu'il l'aime mais aussi près à accepter beaucoup de chose pour elle.
On découvre un autre peuple, la fin de ce tome 2 présage de nouvelles aventures pour Sage et Alex mais cette fois peut-être plus ensemble vu qu'Alex a prit en grade et en responsabilité et pareil pour Sage... Si avant ils avaient du mal à se voir là ça risque de devenir coton...

Un troisième tome qui s’annonce haut en couleur!! Il me tarde tellement de le lire! Dès qu'il sort je me jette dessus!! Je veux voir comment va évoluer la relation entre Sage et Alex, mais aussi Sage dans ses nouvelles fonctions ainsi qu'Alex, comment vont-ils réussir à faire tenir leur histoire et surtout l'amitié entre Sage va-t-elle réussir à accepter son corps!

par ninon64
Lady Helen, Tome 2 : Le Pacte des mauvais jours Lady Helen, Tome 2 : Le Pacte des mauvais jours
Alison Goodman   
À la fin du premier tome, j’avais vraiment hâte de lire le deuxième tome. En cherchant, un extrait des premiers chapitres sur iTunes, j’ai réalisé que le livre numérique était disponible, en anglais, pour environ un dollar, quand le livre papier n’était même pas sorti au Québec. Je n’ai pas été capable de résister à la tentation d’acheter le livre. Il faut dire que j’avais déjà beaucoup aimé le premier tome, mais là le deuxième tome est encore meilleur. Il y a plus d’action que dans le premier livre et j’ai vraiment aimé le fait qu’Helen sort encore plus de sa coquille qu’elle l’était déjà et elle prend plus de caractère qu’avant, mais elle ne m’a aucunement énervé. Et la fin... me laisse sans mot! Je n’arrive pas à croire que l’auteure nous laisse sur un aussi gros suspens! Je veux le troisième tome! Je sais que j’ai l’air d’une gamine de trois dans cette phrase-là... Mais bref, il faut le lire, et j’ai vraiment hâte à la suite!

par Jo1o
Le Gang des prodiges Le Gang des prodiges
Marissa Meyer   
O.M.G !!! Respire....
Je viens juste de sortir de ma lecture, et j'en reste déboussolé!
" La gang des prodiges " est vraiment une pépite ! Pendent ma lecture, je ressentais tellement d'émotions en même temps ( surtout celle de l'angoisse et de l'adrénaline !)
Je voulais finir ce livre coût que coût, mais je ne voulais pas que l'histoire s'achève en l'attente du tome 2 ! Alors que le tome 1 est sortie en VF il y a seulement quelques jours !

Comme vous pouvez le constater ( la plupart d'entre vous je penses ) l'auteur du livre Marissa Meyer est connu pour avoir écrit les Chroniques Lunaire ( que j'ai adoré soit disant passant)
Les personnages sont vraiment très attachant, surtout Nova et Adrian.
L'histoire elle même est tellement captivante, j'ai l'impression d'être dans un After happy&end ( après que les super héros on vaincu les Anarchistes) vous voyez le genre non ?
On apprend beaucoup de chose au fil des pages, des secrets se construisent, des révélations éclatent !
Et la fin !!! Oh mon Dieu ! La fin elle était tout simplement ÉPOUSTOUFLANTE !!

Jackaby Jackaby
William Ritter   
En lisant le résumé et en voyant les commentaires comparant ce livre à Sherlock et à Doctor Who, j'ai été tout de suite emballée, sentiment qui n'a pas manqué à la lecture. JACKABY nous fait suivre Abigail Rook, une jeune femme anglaise ayant quitté sa famille il y a quelques mois en quête d'aventure, qui se retrouve un peu par hasard en Nouvelle Angleterre, le tout en 1892. En cherchant un emploi, elle fait la rencontre de Jackaby, détective aussi mystérieux qu'étrange.

Pour commencer j'ai adoré le contexte historique du roman. Je lis peu de roman se passant dans le passé, mais ça n’empêche pas mon amour pour ces derniers. Les descriptions associées à ce contexte m'ont vraiment transportées dans l’univers du livre et j'ai vraiment eu envie de voir les lieux nommés, notamment la maison/bureau de Jackaby qui à l'air à la fois magnifique et étrange.

L'histoire m'a également beaucoup plu, on suit une enquête pendant tout le roman, mais de nombreux événements viennent apporter des indices tout du long. A un moment j'ai même cru avoir deviné le coupable, mais l'auteur m'a surprise avec le véritable meurtrier! J'ai également adoré les moments où l'enquête n'avait pas lieu, comme les conversations entre Jenny et Abigail.

L'aspect fantastique est présent mais sans être l'élément principal de l'enquête. En effet, la plupart des personnages sont très sceptiques quant à l'existence de créatures fantasques tel que les loups-garous, les fées et autres. J'ai beaucoup aimé cet aspect, car il empêche le fantastique d'avoir une trop grande importance, mais en étant tout de même développé pour ces personnages n'y croyant pas. Je pense par exemple aux banshee que je connaissais, mais qui ici ont vraiment leur histoire approfondie.

Les personnages sont d'un côté très intéressant, et de l'autre banal. En effet, Jackaby m'a beaucoup fait penser à Sherlock de la série BBC, mais il avait quand même des caractéristiques différentes comme une ouverture aux gens, un caractère plus agréable et fantasque. Abigail est très banal en soit, mais elle veut prouver à ses parents qu'elle peut faire autre chose que trouver un mari pour l'entretenir, et elle apparaît comme féministe d'après moi. A chaque remarque sexiste elle répondait avec une bonne répartie tout en contredisant son interlocuteur, ce que j'ai vraiment apprécié. De plus, j'ai trouvé qu'elle se remettait en question à de nombreuses reprises, ce qui est très mature et bien souvent absent chez les personnages. Pour finir, j'avoue que j'ai un petit coup de cœur pour Charlie Cane, ce jeune détective gentil et attentif dont on ne sait pas beaucoup finalement. Évidemment sous le regard d'Abigail Rook, Charlie apparait très charmant, et j'ai vraiment hâte d'en savoir plus sur lui. Enfin, mention spéciale à Jenny et Douglas, qui j'espère seront plus développés par la suite, car j'ai vraiment adoré Jenny, peut être même plus qu'Abigail.

Clairement j'ai adoré ce roman. JACKABY est drôle, intriguant, addictif et agréable à lire, on le compare beaucoup à Sherlock mais finalement c'est différent sur de nombreux points. La lecture se fait comme sur un nuage, en suivant calmement l'enquête depuis chez nous, au chaud. J'aurais quand même aimé plus de diversité dans ce roman, même si l'époque s'y prête peut-être moins que la notre (en raison des mentalités d'époque plutôt raciste/homophobe/transphobe et autres). Je sort de cette lecture heureuse et avide d'en découvrir plus sur la superbe série de William Ritter!