Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Lucia156 : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
La Sirène La Sirène
Kiera Cass   
Avis complet : http://vibrationlitteraire.com/2016/03/17/the-siren-kiera-cass/

J’étais vraiment très emballée par ce nouveau roman de Kiera Cass après avoir beaucoup aimé la série La Sélection. Ce livre est un one shot, c’est-à-dire qu’il n’y aura pas d’autre tome. Il ne constitue pas une série. Kiera Cass explique que ce récit avait été repoussé à l’époque par les maisons d’édition qui lui ont proposé un contrat uniquement après leur avoir présenté La Sélection. (je me demande bien pourquoi !)

Ce roman m’a tout de suite donné envie de par son résumé promettant une histoire originale avec la plume de Kiera Cass mais aussi de par sa couverture absolument magnifique et j’avoue ne pas avoir pu attendre novembre 2016 pour me jeter dessus.

Pour ceux qui hésiteraient à se le procurer en anglais, sachez que sa lecture est fluide et relativement facile. Je n’ai eu aucun difficulté à suivre l’histoire dans les moindres détails.

Nous suivons donc Kahlen, jeune fille transformée dès les premières pages en sirène. Avec ses sœurs sirènes Elizabeth et Miaka, elles ont une seule et horrible mission : nourrir l’Océan pour lui permettre de continuer à exister, sauvant alors le Monde entier.

Kahlen est une jeune fille très obéissante, prudente, j’irais même jusqu’à dire résignée au début du récit. Un tantinet rêveuse, ça n’est pas parce qu’elle se plie aux règles de l’Océan qu’elle n’ose pas rêver sa vie d’après ses cent ans au service de celle-ci. (l’Océan est ici présentée comme étant une entité féminine)
Alors qu’elle endure le rôle de sirène depuis environ 80 ans, elle rencontre Akinli, un jeune homme intelligent et attachant. J’ai beaucoup aimé Akinli qui est une personne très réfléchie et aux nombreuses facettes. (un genre de prince charmant ultra compréhensif)
Elizabeth et Miaka sont les soeurs sirènes de Kahlen. La première est la rebelle du groupe alors que la deuxième a une âme d’artiste extraordinaire. J’ai globalement apprécié ces deux personnages qui se montrent très solidaires avec Kahlen. Toutes les 3 sont attentionnées, compréhensives et attentives. Je trouve que le mot « sororité » est parfaitement adapté au groupe des sirènes qui se comportent effectivement comme de véritables sœurs entre elles.

De plus, fait important à souligner, Kahlen aime les livres !

Kiera Cass réinvente totalement le mythe des sirènes. Ne vous attendez pas à des queues de poissons ou des désirs de sortir de l’Océan comme dans le dessin animé La petite sirène. Ici, les sirènes vivent parmi les humains, marchant sur leurs deux jambes. Cependant, leur voix étant mortelle pour ceux-ci, elles se doivent de rester muettes pour garder le secret de leur existence. Pour communiquer avec les autres, elles sont donc parfois amenées à devoir écrire et j’ai trouvé cela très bien que ces passages écrits par Kahlen dans l’histoire soient également d’une police autre, simulant une écriture manuscrite, dans le livre.
J’ai aussi beaucoup aimé la personnification de l’Océan qui est désignée par » She » (« Elle ») et donc comme entité féminine et qui est décrite comme ayant une relation très intime, surtout avec Kahlen, comme s’il s’agissait de sa propre mère. D’ailleurs, l’Océan prend toujours une majuscule dans le récit tout comme les prénoms « La » désignant. J’ai trouvé que ça marquait le respect éprouvé devant cette entité décrite comme soutenant le monde à bout de bras.

Le résumé met beaucoup l’accent sur une certaine romance entre Kahlen et Akinli et pourtant, celle-ci est très loin d’être au premier plan. Vous ne tomberez pas dans la niaiserie avec The Siren. J’ai trouvé la romance bien amenée, pas trop rapide et surtout pas irréaliste. Kiera Cass met surtout l’accent sur le monde des sirènes, sur le fonctionnement de celles-ci et de l’Océan; et non pas sur la romance en elle-même qui passe totalement au second plan.

J’ai trouvé l’évolution de Kahlen au fil du récit vraiment très intéressante. Je la sentais plutôt éteinte au début du roman, comme en pilote automatique, comme si elle ne vivait pas réellement et ne faisait que suivre les règles. Sa rencontre avec Akinli la fait devenir une entité singulière, fait émerger une personnalité qui lui est propre et la fait vivre à nouveau. J’ai eu l’impression qu’elle se réveillait d’un long sommeil, qu’elle s’était mise en veille pendant 80 ans. Elle évolue cependant par la suite plutôt brutalement, comme si elle se rendait enfin compte du cauchemar que constitue sa situation actuelle. Son caractère change beaucoup.

Plusieurs formes d’amour sont développées dans ce roman. On a au premier plan l’amour fraternel, entre les soeurs sirènes mais aussi l’amour filial, entre l’Océan et les sirènes. La romance est vraiment au dernier plan.
L’attachement de Kahlen à sa famille formée par ses sœurs sirènes et sa mère Océan est très fort.

Comme je l’ai dit précédemment, l’intrigue se déroule vraiment en dehors de la romance, au sein même du mythe revisité des sirènes. J’ai adoré m’immiscer dans cet univers et mieux comprendre le fonctionnement et la vie de ces créatures. The Siren met en avant le thème de la différence et de l’envie de vivre comme les humains, tout comme on pouvait déjà le voir dans La petite sirène de Disney.
D’abord présentées comme extraordinaires et sans réelle faille, j’ai apprécié en découvrir finalement certaines avec Kahlen.

J’ai été personnellement très émue par le dénouement et la fin du livre, quitte à verser ma petite larme. J’ai trouvé que c’était une très belle fin et que les réflexions et actes de chaque protagoniste étaient très touchants.
Il y a un bon suspense, je n’avais pas tout deviné avant la fin.

En conclusion, The Siren est évidemment un livre que je vous conseille car malgré le fait qu’il était en anglais, je n’ai clairement pas pu le lâcher et l’ai dévoré en quelques jours. J’ai vraiment eu l’impression de lire un conte de fées très atypique qui m’a tenu en haleine et m’a beaucoup touché. J’ai aimé le fait que la romance ne soit pas au premier plan et que les différents types d’amour soient tous bien mis en avant avec des liens très forts entre les personnages.
J’ai clairement adoré et j’en redemande ! Il s’agit là d’un vrai coup de coeur pour moi !
Je vais vraiment continuer à suivre Kiera Cass de très près !

par Mayumi
La Sélection, Tome 5 : La Couronne La Sélection, Tome 5 : La Couronne
Kiera Cass   
Voilà, c'est la fin d'une de mes sagas préférées... Je sais pas trop comment je dois réagir enfaite. Pleurer ou Sourire ?
En tout cas, la seule chose que je retiens, c'est MERCI Kiera Cass pour tout ce travail que vous partagez avec nous...

MAIS comment dire au revoir à Maxon et America une nouvelle fois ? Et comment dire au revoir à notre merveilleuse Eadlyn ?

Tout ce que je peux dire, c'est que je suis tombée amoureuse de "La Sélection" en 7 minutes.

Alors Merci Kiera Cass.
Dead Dead Demon's Dededededestruction, Tome 4 Dead Dead Demon's Dededededestruction, Tome 4
Inio Asano   
Dead dead demon's donne dans le trash dans ce quatrième tome, avec le massacre des envahisseurs. L'auteur ne prend pas de gants avec nous : à l'ordre du jour, gerbes de sang et critiques sur l'attitude des politiciens vis-à-vis de ces envahisseurs dont ils n'ont aucune connaissance, mais aussi des diverses branches de la population, qu'ils s'agissent de ceux qui soutiennent le gouvernement ou de ceux qui défendent bec et ongles les envahisseurs en clamant leurs droits.
Et pendant ce temps, Ôran, Kadode et compagnie entament leur nouvelle vie d'étudiantes, sans se soucier, en apparence du moins, de ce qu'il se passe autour d'elles.

Le compte à rebours est lancé : qui de l'humanité ou des envahisseurs survivra à cette guerre aussi inutile que sordide ?

par Calypso-x
La symphonie des abysses, Livre 1 La symphonie des abysses, Livre 1
Carina Rozenfeld   
4,5/5

http://wandering-world.skyrock.com/3208615637-LA-SYMPHONIE-DES-ABYSSES-T-1-LA-PARTITION-D-ABRIELLE.html

OH. MY. GOD. LA SYMPHONIE DES ABYSSES est un roman magnifique et éblouissant. Tout, absolument tout, m’a plu dans cette histoire. Qu’il s’agisse des héros, de l’écriture, de l’univers ou de l’intrigue en elle-même, j’ai été conquis de la première à la dernière page par ce somptueux récit. Carina Rozenfeld nous livre à travers son histoire de sublimes messages d’espoir et d’amour et nous permet de ressentir des dizaines d’émotions différentes. LA SYMPHONIE DES ABYSSES est un livre qui m’a fait vibrer, tout simplement. Il y a quelque chose de très brut, de très pur et de très percutant dans ce roman. Si vous hésitiez à vous le procurer ou à le sortir de votre PAL, arrêtez immédiatement de vous poser des questions et foncez.
Ce qui fait la grande force de LA SYMPHONIE DES ABYSSES, c’est très certainement les héros que l’auteure a décidé d’y intégrer. Abrielle, Cahill and Sand m’ont véritablement ébloui et époustouflé. La première partie du livre se concentre sur l’histoire – la partition – d’Abrielle. Dès les premières lignes, je me suis senti littéralement envoûté par ce personnage et par son caractère. Abrielle est douce, intelligente, forte et fragile à la fois, pleine de surprises et de maturité. Autant d’éléments qui font d’elle une héroïne à laquelle on ne peut que se lier et ne plus vouloir quitter avant d’y être vraiment forcés. Si, avec Abrielle, Carina Rozenfeld était déjà parvenue à répondre à mes attentes et à m’en faire voir de toutes les couleurs, rien n’aurait pu me préparer à ce que ma rencontre avec Ca et Sa m’a fait éprouver. Haaaa, Cahill et Sand… Ils m’ont tellement, TELLEMENT, touché. J’ai tout simplement eu le souffle coupé par ces deux protagonistes. Leur relation, leur tendresse, leur attachement, leur manière de penser et de considérer nos vies, je me suis laissé envoûter par absolument tout ce qui faisait d’eux des personnes extraordinaires et fascinantes. L’auteure nous dépeint ici des héros profondément humains et irrémédiablement attirants. Et ça, vous le savez, ça me fait craquer. Abrielle, Cahill et Sand, vous n’imaginez même pas à quel point j’ai hâte de vous retrouver ♥
Autre particularité du livre : son univers. HAAAAAAAAAAA !!! LA SYMPHONIE DES ABYSSES possède une mythologie juste brillante. Vraiment. Le niveau d’imagination, de créativité et d’intelligence de Carina Rozenfeld est tellement élevé qu’on ne peut que le qualifier avec l’adjectif « brillant ». J’ai été ébahi et totalement charmé par l’Histoire qu’a créée l’auteure. Vous le savez peut-être, j’adore avoir des précisions et des explications sur l’univers dans lequel je mets les pieds en entamant un roman. Là, j’ai été conquis. Absolument et complètement conquis. Carina Rozenfeld nous raconte véritablement une histoire, une nouvelle histoire, une histoire totalement différente de la nôtre, une histoire fictive mais qui nous apparaît pourtant comme terriblement réelle. Quand je lisais, j’y étais, tout simplement.
Bien évidemment, tout cela n’est possible que grâce à une chose : l’écriture de l’auteure. OH MY. J’ai redécouvert avec plaisir la plume de Carina, et ce fut une expérience sensationnelle. Sensationnelle et intense et dingue et brûlante et passionnante. Chaque mot, chaque phrase, chaque page m’a déboussolé. J’ai vraiment beaucoup de mal à retranscrire toutes mes émotions, là, tout de suite. L’auteure maîtrise son histoire et ses mots à la perfection. J’ai été obsédé, captivé, déchiré et profondément renversé par l’écriture de Carina Rozenfeld. LA SYMPHONIE DES ABYSSES nous apparaît alors comme ultra rafraîchissant et extrêmement perturbant. C’est un récit qui pourrait sembler simple mais qui, grâce à la force de la plume de son auteur, nous transcende et nous bouleverse. En effet, grâce à son histoire et ses mots, l’auteure dénonce un certain nombre de travers de notre société et nous livre d’importants messages. Des messages d’espoir, d’amour, de compassion, de compréhension et d’ouverture. Des messages qui nous font vibrer et qui nous font frissonner. Des messages à recevoir comme de véritables cadeaux. Puis Carina nous dépeint aussi, entre les lignes, l’image d’une société autoritaire et fermée, qui ressemble étonnamment à la nôtre. J’ai adoré cette idée, vraiment. C’est juste brillant. Merci Carina d’avoir lié littérature et réflexion, d’avoir entremêlé beauté des mots et remise en question, d’avoir été capable de nous gifler avec votre roman et de tenter de changer le monde et notre vision de celui-ci. Merci.
Côté action, il n’y a pas grand-chose à ajouter. Même si LA SYMPHONIE DES ABYSSES ne possède pas vraiment d’énormes révélations ou de coups de théâtre inoubliables, c’est très, trèèèès loin d’être gênant. On se laisse tellement envahir et engloutir par le merveilleux chant de ce roman qu’on se fiche pas mal des retournements de situation. Mieux vaut se laisser emporter par les mots, les personnages et la mythologie du récit. C’est assez. Et c’est amplement suffisant. La conclusion du livre m’a, par contre, énormément plu et totalement pris au dépourvu. Tellement que je suis malade d’avance en pensant que je ne pourrai me procurer le tome 2 qu’à la fin de l’année. Cette attente va me tuer, vraiment. Je veux la suite !
En résumé, LA SYMPHONIE DES ABYSSES est un petit chef-d’œuvre, qui résonne comme une mélodie obsédante et palpitante à la fois dans notre tête et dans nos petits cœurs de lecteurs. Une fois lancés dans ce fabuleux voyage aux côtés d’Abrielle, Sand et Cahill, il nous est impossible de revenir en arrière et d’oublier ces merveilleux personnages. La plume à couper le souffle de l’auteure, son imagination, ses messages et ses réflexions font de cette histoire un récit pur et brut, enivrant et exaltant, intelligent et brillant, inoubliable et extraordinaire. LA SYMPHONIE DES ABYSSES est un bijou, une jolie chanson qui nous trouble et qui nous touche, que je vous recommande très fortement.

par Jordan
#Bleue #Bleue
Florence Hinckel   
Un roman futuriste très intéressant.
Que ferions-nous si on nous enlevait justement la tristesse, la douleur, le chagrin, pourrions-nous vivre que de bonheur et tout oublier ?
Pour ma part je pense que non, la douleur est nécessaire pour pouvoir apprécier à sa juste valeur les petits bonheurs du quotidien et l'amour!
Un petit roman qui fait vraiment réfléchir !
A découvrir...

Le Fil du destin, Tome 1 Le Fil du destin, Tome 1
Kaho Miyasaka   
J'ai découvert Rino en tant que personnage secondaire de " le fil rouge" , ici c'est elle l’héroïne a la fois drôle et touchante avec ces sautes d'humeur , avec Kiritani il se cherche dans se premier tome . Celui ci prend beaucoup de plaisir a taquiné la jeune fille et leurs histoire prend forme tout doucement même si a travers les monologue de Kiritani on ne peut que craindre le pire pour Rino.

par harumina
Titeuf, tome 15 : Le roman du film Titeuf, tome 15 : Le roman du film
Zep   
c est lecture très facile
Mireille l'abeille Mireille l'abeille
Antoon Krings   
J'avais toute la collection, étant petite. J'aimais beaucoup. C'est peu être d'ailleurs les tous premiers livres que j'ai lu.

par Gemin
Maya l'abeille Maya l'abeille
Waldemar Bonsels   
c'est un livre pour les petits mais les grands peuvent toujours le lire.
Pocahontas Pocahontas
Walt Disney   
Magnifique histoire mais rahh c'est quoi cette fin ?? OO'

[spoiler]Je crois que c'est la toute première fois que l'héroine ne finit pas avec le héros. Non mais ils ne sont pas ensemble !! Disney ça va pas ça il est ou le ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants?[/spoiler]

par Vidia
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3