Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de luciie27 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Charly 9 Charly 9
Jean Teulé   
Pauvre Charles 9 ! Il nous fait pitié et en même temps, il est difficile de croire qu'un tel personnage fut roi. On sent les dégâts que la consanguinité a fait à l'époque dans la lignée des Rois de France.

On trouve dans ce livre la patte de Teulé qui j'avais déjà énormément appréciée dans le Montespan. L'Histoire est mêlée à l'imagination de l'auteur et les dialogues sont bourrés de trouvailles (Mention spéciale aux premières pages nous entraînant d'un petit règlement de compte à un massacre de grande envergure au fil des répliques).

Avec le Montespan, mon livre préféré de Teulé (et en plus, je l'ai dédicacé !)

par Kirlan
La Jeune Fille à la perle La Jeune Fille à la perle
Tracy Chevalier   
Il ne faut surtout pas se laisser arrêter par le fait que l'histoire se passe au XVIIème siècle. (je dis ça pour ceux qui n'aiment pas les romans historiques, ça ressemble plus à une histoire "romantique" !)
C'est avant tout l'histoire de Griet, une jeune fille obligée de devenir servante pour subvenir aux besoins de ses parents et de sa soeur. Comment sa vie va être bouleversée, aussi, par sa rencontre avec son maître, le peintre Vermeer.
C'est écrit simplement, d'une écriture fluide qui vous emporte. Un petit roman dur à lâcher avant la fin !

par Nath56
Madame Bâ Madame Bâ
Erik Orsenna   
Un livre époustouflant. Le plus incroyable, c'est de se demander : mais comment un homme peut-il comprendre une femme comme ça, au point d'en créer une de toute pièces et de manière aussi touchante??
On m'avait déconseillé ce livre, sous prétexte qu'il était ennuyeux et remuait des sujets stériles de toute réponse. Seulement, le résumé m'attirait et j'ai fini par l'ouvrir pour ne plus m'arrêter !
J'ai suivi Marguerite Bâ née Dyumasi de sa petite enfance jusqu'à son avancée vieillesse affin de comprendre la profondeur magique de l'Afrique toute entière.
L'auteur remue avec virtuose de grandes questions comme la condition de femme en Afrique, la migration vers les pays du nord et l’incompréhension des autres : pourquoi quitter ce pays qu'ils aiment et vénèrent tant? Mais aussi des questions que l'on ne se poserait pas sur l'Afrique au premier coup d’œil : quelle est l'étendue de l'attachement des Maliens aux fleuves Niger et Sénégal? De quelle manière est régi le pouvoir?
Je vous invite à faire comme moi et à ouvrir ce livre pour quelques purs instants de bonheur.
Ay.

par Aylytha
Des fleurs pour Algernon Des fleurs pour Algernon
Daniel Keyes   
Wahou, voilà le mot qui est sorti une fois que j'ai refermé ce roman.
Voilà que j'adhère de plus en plus à la science fiction et je m'étonne moi-même.
Des fleurs pour Algernon c'est l'histoire invraisemblable de Charlie un simple d'esprit qui a été rejeté par sa famille et qui travaille dans une boulangerie, comme homme de ménage. Un jour on lui propose de faire partie d'une expérience qui le rendra très intelligent. Charlie est quelqu'un de très gentil et au vue de sa capacité très restreinte à comprendre les choses, il ignore ce que les gens pensent réellement de lui. Charlie ne demande qu'une chose : que les gens l'aiment.
Au début du roman sa façon d'écrire est un exactement le reflet de sa personnalité. Il fait beaucoup de fautes d'orthographe et de syntaxe mais il est fier de lui car il a réussi à apprendre à lire et à écrire malgré son peu d'intelligence. On ne peut qu'adorer le personnage, nous ressentons bien vite énormément de compassion à son égard. Au fur et à mesure, l'expérience va réellement faire de lui un génie. Il découvrira les sciences, la musique, de nouvelles langues et surtout, il commencera à comprendre la nature humaine. Et j'avoue avoir eu bien souvent les larmes aux yeux quand il découvrait à quel point les gens se moquaient de lui et de son problème psychologique. Si au début Charlie est un être sans défense et doux, il deviendra très vite arrogant et mesquin, peut-être pour se venger de tout ce qu'on lui a fait endurer alors qu'il était bête.
J'aime beaucoup l'évolution de sa relation avec Alice qui devient davantage qu'une relation prof-élève car une fois qu'il est intelligent, il découvre à quel point il apprécie la jeune femme. Leur relation sera pourtant tortueuse et pleine de larmes et j'aurais voulu la voir finir d'une autre manière, mais cela n'aurait pas été cohérent avec la fin.
Parce que la fin du roman m'a complètement bouleversée. C'est triste et beau, c'est un juste retour aux choses normales, une sorte de correction de la véritable nature du personnage.
J'ai également aimé les flash back du personnage sur son enfance, même si chaque fois ils sont vraiment triste.
En bref ce roman est pour moi un véritable coup de coeur!

par louve
Les Piliers de la terre Les Piliers de la terre
Ken Follett   
J'ai beaucoup aimé ce roman, 1000 pages qui passent trop vite. Histoire passionnante, de nombreux rebondissements, personnages qu'on suit avec plaisir.
Les années-sandwiches Les années-sandwiches
Serge Lentz   
Une suite d'incidents qui fait qu'ils deviennent inséparables. Des incidents qui les sépares, et des surprises qui les fait se rencontrer.
Plutôt simple à lire, leurs aventures sont joviales et enfantines, mais il y a une vraie philosophie derrière. Qui porte à réflexion. Ce n'est pas forcément un bon roman, mais il est fort intéressant à analyser les jeunes gens, qui pourtant, tout les sépare.

par FlW-Lucas
Le Rapport de Brodeck Le Rapport de Brodeck
Philippe Claudel   
Dès le début de la lecture, déjà le charme opère. Une technique d'écrivain éprouvée par Philippe Claudel consiste en définir l'objectif théorique de l'histoire mais sans en décrire le contexte, le "Sitz im Leben" dirait un analyste de texte. Par touches successives, on apprend que les circonstances sont légèrement postérieures à la seconde guerre mondiale, que l'on se trouve aux marches de la germanité, que le narrateur est un survivant juif rescapé d'un camp, que le personnage dont on décrit le sort est un riche étranger qui s'est établi dans le village. Le reste est pure imagination mais cet écrivain s'y connaît pour la susciter.

Présenté en courts chapitres, le style se développe ample, voluptueux et sensuel. Pour illustrer la somptuosité de son style, voici un extrait des pages 199/200 "Les sentiers sont comme les hommes, ils meurent aussi. Peu à peu ils s'encombrent, se comblent, se morcellent, se laissent manger par les herbes, puis disparaissent. Et il ne faut que peu d'années pour qu'on n'en distingue plus guère que l'échine et que la plupart des êtres finissent par les oublier."

En d'autres moment, le style devient rapide, mordant comme à la page 239 "J'ai relu tantôt mon récit depuis le début. Je ne parle pas du rapport officiel, je parle de toute cette confession. Cela manque d'ordre. Je pars dans tous les sens. Mais je n'ai pas à me justifier. Les mots viennent dans mon cerveau comme de la limaille de fer sur l'aimant, et je les verse sur la page, sans plus me soucier de quoi que ce soit. Si mon récit ressemble à un corps monstrueux, c'est parce qu'il est l'image de ma vie, que je n'ai pu contenir et qui va à vau-l'eau."

En alternant phases apaisées et périodes trépidantes, présent et passé, l'écrivain parvient à développer un suspense oppressant. Et enfin tout se défait, les différents faits génèrent leur conséquences inéluctables. Mais on reste malgré tout estomaqué par ce final en réalisme magique.

Un magnifique roman sur une shoah imaginée de l'extérieur, un complément indispensable à la lecture de Aharon Appelfeld et de Primo Levi.

Comme pour son autre opus "Les Âmes Grises", ce n'est pas un livre qui se dévore. C'est un livre dont l'ingestion est lente, où la lecture doit être entrecoupée de périodes de réflexion. Le découpage en chapitres courts est particulièrement propice à ce rythme. Un énorme plaisir de lecture, mais une lecture qui secoue. Merci à mon amie Maggy qui m'a conseillé et prêté ce livre!


par Biquet
La Peau sur les Os La Peau sur les Os
Stephen King   
Avocat dans le Connecticut, Billy Halleck est un homme en surpoids, hanté par cette injonction murmurée presque sournoisement par ce vieux Tsigane alors que Billy sort tout juste du tribunal où il a été innocenté du meurtre accidentel d'une vieille Gitane surgie brusquement d'entre deux voitures. Bien que la victime n'ait pas pris la peine de regarder en traversant, le vieux Tsigane ne le voit pas de cet oeil et prononce un seul mot à l'intention de l'avocat : "maigris !".
Perdre huit kilos en une semaine, sans suivre aucun régime, s'avère inquiétant et conduit Billy à se poser cette question : "Et si le vieil homme m'avait jeté un sort ?".

C'est mon premier Stephen King, une rencontre à la fois percutante et marquante, celle d'une lectrice qui découvre un grand auteur, un géant doué pour créer une ambiance très particulière, à la fois inquiétante et angoissante, morbide parfois. C'est une atmosphère qu'il installe progressivement dans son récit, mais de façon croissante, rendant son lecteur accroc, au point qu'il en tourne les pages avec frénésie, pour ne pas en perdre une miette et savoir ce qu'il va advenir de Billy.
Cette angoisse est aussi celle de son personnage, Billy Halleck, une frayeur qui le ronge et qui le ramène sans cesse à ce fameux jour, à sa sortie du tribunal. Stephen King arrive à nous communiquer la détresse et l'incompréhension d'un homme qui, au fil des chapitres, maigrit considérablement et pour lequel l'acte de se peser est devenu une véritable torture, une sorte de rituel qu'il redoute, se retrouvant comme un animal craintif, complètement démuni face à une balance hostile.

Si cette lecture maintient un suspense permanent, une sorte de course contre la montre où chaque minute est comptée, elle nous donne également l'occasion de nous familiariser avec un peuple qui fait peur, un peuple nomade aux moeurs et coutumes différentes, où les femmes et les hommes disent la bonne aventure, vendent des potions et des philtres magiques, vivent dans des roulottes, organisent des combats d'animaux...
Ce qui m'a frappée c'est ce contraste insolent entre la pâleur du visage de Billy et les robes colorées des Gitanes, de même que son humeur en berne, incapable de rivaliser avec le sourire provocateur qu'elles affichent.
Stephen King (Richard Bachman) a le don d'écrire des scènes vivantes que l'on n'a aucun mal à visualiser, la bonne idée d'inclure des réflexions personnelles de la part de son protagoniste, réflexions qui apportent un plus dans la narration et qui rapprochent le lecteur davantage de ses personnages dont on ne sait s'ils sont simples personnages de fiction ou carrément acteurs de cinéma. Et quelle imagination dans le choix des sortilèges, car Billy ne sera pas le seul à en faire les frais.

J'ai beaucoup aimé ce livre qui m'a été chaudement recommandé par Sandrine, cet auteur que Pascal appelle, à juste titre, le "Maître". J'ai pris énormément de plaisir à me plonger dans cette histoire imaginée avec force et talent.
La fin m'a un peu déroutée mais qu'importe, le livre tient en haleine jusqu'au dernier chapitre et je suis certaine qu'il est possible que nous l'interprétions tous de façon bien différente ce dénouement. En tout cas, c'est une lecture que je ne suis pas près d'oublier et un auteur auquel je vais sans doute m'intéresser de plus près et mieux découvrir à travers d'autres de ses écrits.

par SuperNova
La rose pourpre et le lys La rose pourpre et le lys
Michel Faber   
Attention: c'est une très grosse brique mais néanmoins on va jusqu'au bout. C'est l'histoire d'une prostituée à laquelle on ne peut pas ne pas s'attacher, et un excellent compte-rendu des moeurs de l'époque: Londres 1875.Bien que le sujet puisse paraître "choquant", l'histoire est racontée avec beaucoup de "précautions" mais surtout avec beaucoup d'émotion.

par Mietje
Profil – Choderlos de Laclos et Stephen Frears : Les Liaisons dangereuses Profil – Choderlos de Laclos et Stephen Frears : Les Liaisons dangereuses
Jean-Luc Faivre   
Un résumé et des informations pour la lecture de l'oeuvre, des repères sur l'auteur, le contexte historique et culturel, l'étude de problématiques essentielles.

par codis
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4