Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Luciole40 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Bad, Tome 2 : Amour dangereux Bad, Tome 2 : Amour dangereux
Jay Crownover   
Une bonne suite.
Même si le couple Race/Brysen est différent de Bax et Dovie, j'ai trouvé cette suite addictive.
Une bonne lecture.

par Adèle
Orgueil et préjugés Orgueil et préjugés
Jane Austen   
Depuis plusieurs mois je me suis découvert une adoration pour la lecture fantastique, mais je me suis promit de lire d’autre style pour ne pas passer a côté d’un bon roman, car mes goûts son assez variés dans presque tout.
Orgueil et préjugés, un livre de 622 pages, si je n’aime pas ça va être long… Mais non je me suis fais avoir ! Malgré d’être loin de mon style de lecture j’ai craqué. (Mais je dois avouer que j’ai du parcourir la moitié du livre pour me sentir aisé, me laisser bercer et enivré par l’histoire).
Le personnage d’Élisabeth m’a charmé. Ici loin d’être une histoire de coup de foudre, mais bien une évolution de sentiments renversés.
Je sais que ce livre est un coup de cœur de beaucoup de personne et qu’il a reçu beaucoup d’éloge, c’est pourquoi je voulais le lire, le mettre au défit de voir si il pouvait me séduire. Il a réussit avec un franc succès.


par vallery73
La Princesse de Clèves La Princesse de Clèves
Madame De la Fayette   
La langue peut être un freint à la lecture de ce livre, mais il serait dommage d'y renoncer pour cette raison. La plupart des éditions comportent des notes qui "traduisent" ce français classique en un français plus moderne.

Le style est très agréable, fluide, mélodieux. Bien sûr la langue classique, désuette, galante, apporte du cachet à la lecture. Mais le charme de cette histoire réside dans la subtilité de son scénario : la fille de Mme de Chartes, Mme de Clèves, l'objet du désir de M. de Nemours, devient au fil des pages un je*qui va jusqu'à s'émanciper (ou non) de/pour sa passion amoureuse.

Ce roman n'est pas une histoire d'amour, mais une histoire d'amours. Le prince, Nemours, l'historiette, les intrigues de la cour, et, évidemment, la princesse de Clèves, tous ont une façon d'aimer, une histoire amoureuse qui leur est propre, qui résonne de manière plus ou moins forte dans le roman en se faisant écho les unes aux autres.

Mme de Lafayette nous livre une oeuvre à la compostion intelligente, sensible et poétique et semble, depuis la fin du 17e, nous poser cette question fondamentale (je l'espère pour vous aussi) : qu'est ce donc qu'aimer ?

par MintThea
Le Lion Le Lion
Joseph Kessel   
C'est une histoire incroyablement belle, vraiment immensément réaliste, mais surtout très touchante et avec une fin très triste.
J'ai adoré.

par Hogwarts
Cœur d'encre, Tome 2 : Sang d'encre Cœur d'encre, Tome 2 : Sang d'encre
Cornelia Funke   
J'ai encore plus aimé que le premier, je pense ! Le monde d'Encre est plus exotique que le nôtre, on découvre tout un nouveau mode de vie, de nouvelles villes, de nouveaux personnages, tout en gardant nos favoris qui vivent de dangereuses aventures pleines de rebondissements. La fin laisse présager un tome 3 fascinant, et j'ai hâte de le lire !
L'Élégance du hérisson L'Élégance du hérisson
Muriel Barbery   
Je l'ai trouvé trèèès long à démarrer, comme certaines personnes l'ont fait remarquer, on a parfois l'impression de ramer entre les moments où il se passe quelque chose. Mais au bout d'un moment, j'ai pris davantage de plaisir à la lecture et je me suis même beaucoup amusée à certains passages (notamment celui où Renée se dit qu'elle aurait pu répondre "Mon chat ne sait pas lire")

J'ai assez apprécié la portée philosophique du livre, même si comme le dit zouck, ça vire parfois légèrement au snobisme. D'ailleurs j'ai eu beaucoup de mal à supporter Paloma, snober les snobs ça reste quand même le comble de la prétention ! Donc je ne pouvais qu'approuver le passage vers la fin où elle reconnait d'être comportée comme une petite fille qui veut faire son intéressante (en plus "je souffrais mais sans douleur", j'ai trouvé ça très pertinent, je crois qu'on ressent souvent ça).

*************************************

En ce qui concerne l'écriture, je ne fais pas du tout confiance à mon jugement, mais j'ai été assez agacée par la manie de l'auteur de terminer les chapitres sur des phrases censées être philosophiques. Attendez j'ouvre des fins de chapitres au hasard :

"La contemplation de l'éternité dans le mouvement de la vie."

"Car l'Art, c'est l'émotion sans le désir."

"L'éternité, cet invisible que nous regardons."

"Parce qu'un camélia peut changer le destin."

C'est peut-être vrai et très intelligent, mais finir ses chapitres sur de telles phrases, je trouve ça résolument snob. :P

************************************

Oh et puis j'en veux TERRIBLEMENT à Muriel Barbery pour cette phrase :

"Mais le gloutof de Manuela est aussi un nectar. Tout ce que l'Alsace comporte de lourd et de desséché se transmute entre ses mains en chef d'œuvre parfumé."

Pardon ? Bon, lourd, je veux bien le lui concéder, mais desséché ??? Blasphème, blasphèèème !!! A supposer que "gloutof" désigne le kouglof, il n'y a rien de moins desséché, c'est même aussi moelleux que la brioche, mais en moins gras ! Cela dit cette réclamation n'engage que moi. ^^
Par contre, Renée fait précéder ladite phrase d'un "Le gloutof est un gâteau alsacien un peu vorace." qui selon moi ne veut pas dire grand-chose. Je n'ai pas souvent croisé de gâteau "vorace". Enfin je dis ça je dis rien... Enfin la même Renée a beau être une farouche défenseuse de la grammaire française, elle n'en emploie pas moins un anglicisme tel que "réaliser" dans le sens de "prendre conscience".

Malgré tout c'était une lecture très agréable, qui incite à réfléchir et donne envie de profiter de la vie en lisant de la littérature.
Dreamcatcher Dreamcatcher
Stephen King   
Stephen King a du talent, c'est indéniable, mais il semblerait qu'il ne l'ait pas bien exploité pour écrire ce livre, de mon point de vue du moins. Au début, on se laisse emporter, on peut même rester choqués devant les descriptions absolument horribles de ce qui arrive aux pauvres personnages, torturés de l'intérieur, mais très vite, c'est lassant. Des répétitions, voilà ce à quoi se résume ce livre, qui n'avance pas.

par LetoBronn
Pour une fois Pour une fois
David Nicholls   
un livre sans intérêt, l'histoire est absolument inintéressante, les personnages sont fades.
Aquoi bon lire un livre dans lequel il ne se passe rien ?
Très déçue et je ne suis pas prête de relire du David Nicholls alors même que j'avais adoré Un jour !

par santa
Geisha Geisha
Arthur Golden   
Le film m'ayant plus j'ai voulu lire le livre dont avait été tiré le film. Les décors, les coutumes, tout un univers de femme à la fois magique et complexe. Magnifique livre ...

par Ella
Magonia, Tome 1 Magonia, Tome 1
Maria Dahvana Headley   
Mon avis sur ce roman est un peu mitigé... Petite précision avant tout : j'ai été attirée par ce roman grâce à sa couverture et à son histoire peu commune.

Premièrement, l'écriture de l'écrivain est juste magnifique, ce qui n'a pas facilité la lecture pour quelqu'un de langue maternelle française, mais je tiens à saluer le travail de l'auteur, notamment les descriptions.

Deuxièmement, j'ai beaucoup apprécié le fait que ce soit un livre totalement original. L'auteur nous emmène dans un monde à part, avec des gens à part, pour une histoire complètement à part. Ça l'a peut-être trop été (à part)...
En effet, je me suis un peu perdue dans toutes ces informations, entre ces deux mondes et ces personnages très différents les uns des autres. Je n'ai pas pu m'attacher malheureusement au protagoniste, Aza (trop égocentrique et naïve), et j'ai préféré Jason, le second personnage principal.
Heureusement qu'il y avait ce deuxième point de vue car je n'aurais sûrement pas pu continuer la lecture. J'ai en plus été tentée plus d'une fois le lâcher le bouquin mais je n'avais pas envie car cet univers m'a beaucoup intriguée et je voulais tout de même savoir ce qui allait arriver par la suite en profitant de la plume de l'auteur.

Précédemment dans mon commentaire, j'ai spécifié Aza comme étant naïve. Je m'explique. Pour faire court, Aza est une jeune fille atteinte d'une maladie dont personne ne connaît l'existence et c'est pourquoi elle porte son propre nom (voilà pourquoi je la trouve égocentrique, mais pas seulement). Elle se retrouve alors appelée par un monde dans les cieux, où elle apprend que sa vraie vie est là-haut. La naïveté vient ici. Je trouve qu'elle a trop pris à cœur directement cette annonce, oubliant sans soucis son ancienne famille et son ancienne vie, en précisant qu'elle a 15 ans. Cela fait alors 15 ans qu'elle vit avec sa famille et son ami, et pof! tout à coup elle les oublie sous prétexte que c'était une fausse vie...

Peut-être que j'ai tort, mais chacun se forge son avis selon ses intérêts. Sûrement que ce livre m'a moyennement plu et il plaira à quelqu'un d'autre.

Je vous conseille donc d'aller regarder des feed-back de ce livre car ils décrivent en général les éléments qu'on ressent tout au long du livre.
Voici deux avis en vidéo (anglais) qui divergent pour ceux ou celles que ça intéresse :

- Avis positif : https://www.youtube.com/watch?v=ag90Wbym0GM

- Avis négatif (j'adhère à la majorité des critiques) : https://www.youtube.com/watch?v=jrogd0IvDFw