Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de LucyYy : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Les Âmes vagabondes Les Âmes vagabondes
Stephenie Meyer   
Je n'ai pas été convaincu par ce livre. J'ai trouvé le scénario super original et super bien imaginé: le fait que les âmes ont prises la place des humains, qu'elles sont entrées dans leurs têtes et leurs corps et dirigent le monde. Il ne reste que peu d'humains qui doivent tout faire pour survivre. L'histoire commence, c'est Vagabonde(Gaby),une âme, qui est dans la tête et le corps de Mélanie. Cette dernière est morte mais reste présente dans la conscience de Gaby. Je suis plutôt fan des romans de science-fiction, ce livre aurait du me plaire. Sauf que je n'ai pas aimé du tout les personnages, ce qui est un problème étant donné que j'aime m'imaginer être à leur place et m'attacher à eux. Gaby fait trop gentille, ne se défend jamais quand elle se fait taper, et dit qu'elle mérite tout ce qui lui arrive sauf que ce n'est pas de sa faute si elle est entrée dans la tête de Mélanie. Je n'ai pas compris pourquoi Mélanie et Jared sont tombés amoureux aussi rapidement et pratiquement sans se connaître en plus, ils disent que c'est parce qu'ils pensent être les derniers humains sur terre, mais si Mélanie s'était retrouvée avec un homme beaucoup plus âgé, elle n'en serait pas tombé amoureuse. Donc pour moi le personnage principal et l'histoire d'amour sonnait faux. La relation qu'entretient Mélanie puis Gaby avec son frère est mignonne car ils sont tous les deux très attachés. Et pour finir, il n'y avait pas assez d'action pour 650 pages, j'ai donc trouvé un peu trop long ce roman.

par LucyYy
La balade de Pell Ridley La balade de Pell Ridley
Meg Rosoff   
Un roman sans trop d'intérêts pour les personnes qui aiment les livres qui se passent au Moyen-âge. Les personnages principaux par contre sont attachants.

par LucyYy
Enfernité, Tome 1 Enfernité, Tome 1
Brodi Ashton   
Quand j'ai lue le résumé, je me suis dit, je vais préféré Cole à Jack. Premièrement car c'est le "méchant", deuxièmement car j'adore le prénom Cole. Mais après avoir lu le livre, même après avoir eu un passage du livre avec Jack, mon coeur à déchanté, je suis pas du genre à aimé le gentil garçon mais on ne peut pas résister à Jack, ce personnage est vraiment parfait. Même si j'aime bien Cole, car il n'est pas foncièrement mauvais, c'est impossible d'aimer ce personnage comme Jack. Nikki alias Nik ou Becks est un personnage formidable, elle est mature et à conscience de son sort, de ses choix et leurs conséquence, elle réfléchie la plus part du temps avant d'agir et avoir une héroïne comme elle, sa fait du bien ! Passons à l'histoire, on aurait pu s'attendre à un triangle amoureux, mais ce n'est pas exactement sa, du moins pour le moment, mais mon petit doigt me dit que ce côté ci va s'approfondir dans le tome 2 et 3 et que je ne vais plus savoir si je suis du côté de Cole ou du côté de Jack. Bon pour le moment c'est Jack. Bref, l'histoire à de la mythologie, ce que j'adore beaucoup, ensuite elle est sombre, haletante et à la fois tendre, on est tout de suite emporter dans l'univers du livre. La suite me tarde.

par Megane84
Enfernité, Tome 2 Enfernité, Tome 2
Brodi Ashton   
Cette saga sera une trilogie avec en plus une courte nouvelle avec le point de vue de Cole. Le troisième volet ne possède pas encore de titre.
Super auteure dont c'est la première trilogie !

par selhe
Tugdual, Tome 3 : La Terre des origines Tugdual, Tome 3 : La Terre des origines
Anne Plichota    Cendrine Wolf   
J'ai énormément de mal à me dire que c'est la fin. Cette trilogie s'achève déjà et cela me fend le cœur. Elle rendait la fin de la saga Oksa Pollock presque supportable. Maintenant, tout est bel et bien terminé. Je redoutais ce moment où je fermerais ce dernier tome, je ne savais que trop bien qu'il serait difficile à supporter. Néanmoins, la fin est magnifique. Une fois de plus, Anne Plichota et Cendrine Wolf ont usé de leur talent indéniable pour nous époustoufler jusqu'au dernier mot, jusqu'à la dernière petite lettre. C'est le cœur gros que j'ai dit au revoir aux personnages de cette saga que j'aime tant. Pour la dernière fois, du moins jusqu'à ce que je décide de relire cette saga, je les ai suivi dans des aventures plus dangereuses et palpitantes les unes que les autres.

Le trio Mortimer/Tugdual/Zoé m'avait terriblement manqué. Ce fut un réel bonheur de les retrouver. Leurs moments de complicité, malheureusement tintés du malheur qui les accable plus que jamais, sont inestimables et touchants. Un lien si fort les unit, ils surmontent les épreuves ensemble, se soutiennent mutuellement lorsque la vie de l'un d'entre eux s'assombrit, se serrent les coudes coûte que coûte.
Retrouver Victoria et Josh, les âmes sœurs de Tugdual et Mortimer m'a également réchauffé le cœur, puisque, malgré les obstacles qui leur barrent constamment la route, une chose, peut être la plus importante de toutes demeure: l'amour. Le lien puissant entre Tugdual et Victoria semble plus indestructible que jamais. Rien ne semble pouvoir séparer ces deux amoureux que nous affectionnons tant. Dans ce tome, Josh et Mortimer partagent moins de moments ensemble, à mon plus grand regret, mais l'affection qu'ils se portent n'en est pas moins sincère. Elle est palpable dans chaque regard qu'ils se lancent, dans chaque sourire qu'ils s'adressent. Ils semblent prêts à tout, l'un pour l'autre, quitte à mettre leur vie en danger. Cela semble parfois irresponsable, incroyablement insensé, mais l'amour ne leur permet pas d'agir de façon raisonnable. Et c'est cette spontanéité que j'aime énormément, malgré les risques qu'ils courent en agissant ainsi.
Zoé, dans ce dernier tome, est plus tourmentée que jamais. Elle pense au sentiment amoureux qu'elle ne pourra jamais ressentir à nouveau, à cause de son sacrifice. Elle veut être aimée, et aimer en retour. Cela la torture, l'épuise et la rend terriblement malheureuse. Sa peine et sa douleur sont transférées sur le lecteur qui aimerait plonger dans ce roman et la prendre dans ses bras. Puisque cela nous est physiquement impossible, nous pouvons compter sur ses adorables frangins qui prennent plus soin d'elle que d'eux même. Barbara n'est également jamais très loin pour réconforter son unique fille, bien qu'elle se sente à de nombreuses reprises impuissante, à tord, puisque l'amour d'une mère est extrêmement puissant. Cette dernière, prête à tout pour protéger ses enfants, qui veulent la protéger en retour, se retrouve au cœur de mensonges, de dilemmes, de pièges et de tourmentes. Au fur et à mesure des pages, le lecteur ne sait plus qui croire, qui est du côté des héros de cette histoire, et qui veut leur porter préjudice. Les personnages deviennent de potentiels suspects, nous nous méfions de la moindre parole qui pourrait dissimuler un tout autre sens, de la moindre situation ambiguë, de tout. Et comme les personnages, on est surpris, horrifié, choqué lorsque l'heure des révélations arrive. Et chaque nouvelle révélation est un peu plus dure à encaisser que la précédente, l'incompréhension se mêle à l'appréhension. Que va-t-il se passer ensuite? Les événements s'enchaînent et nous coupent le souffle, nous arrachent une cascade de rire ou un flot de larmes, nous percutent de plein fouet ou nous attendrissent.

[spoiler]Le retour d'Oksa a apporté un sentiment d'espoir indescriptible. J'étais tellement heureuse de la revoir. Elle a grandi mais demeure aussi attachante que la première fois que nous, lecteurs, l'avons rencontré dans le premier tome de sa saga éponyme. Grâce à son retour sur Terre, les deux histoires se mêlent. Une petite part d'Edéfia s’immisce dans notre Monde, et avec elle, un souffle de magie, une petite dose d'espoir, et la Foi qu'il nous manque, parfois. [/spoiler]

Ce troisième et dernier tome est époustouflant, une pure merveille, une splendeur à la hauteur du talent des deux auteures qui lui ont permis de voir le jour. L'univers qu'elles ont créé est tout simplement fantastique et suscite mon émerveillement à chaque tome, qu'il s'agisse de la saga Oksa Pollock ou de Tugdual. Le lecteur est invité à suivre ces héros qu'il aime sincèrement au sein de leur tumultueuse histoire, à vivre leurs plus beaux moments, mais également à supporter les pires. Il n'est pas chose aisée que d'achever un roman qui conclue une saga. Je dirais même que dans le cas présent, c'était terriblement déchirant. Néanmoins, je garde dans mon esprit et dans mon cœur une multitude d'aventures vécues grâce à ces romans et c'est avec un sourire triste que je me promets de relire cette saga afin de redécouvrir la splendeur des histoires que contiennent chacun de ses tomes.
Tugdual, Tome 2 : Les Serviteurs de l'Ordre Tugdual, Tome 2 : Les Serviteurs de l'Ordre
Cendrine Wolf    Anne Plichota   
J'ai été très déçue par le 1er tome. Tout au long de la série d'Oksa Pollock on découvre et apprend à aimer les personnages, on ne s'y attache pas toujours mais ces derniers restent quand même important pour nous. Et dans le premier tome, je ne reconnais plus personne. Zoé peut-être, mais encore. C'est comme si c'étaient des personnages complètement différents mais pourtant bien eux. Je dirai que c'est parce qu'on entre plus profondément dans leur vie que je suis "déçue". Déçue de constater qu'ils n'ont absolument rien de spécial, seuls leur situation, leurs pouvoirs magiques,[spoiler] et leur tendance à vouloir jouer les justiciers[/spoiler] leur donne un aspect "original". Je trouve que les personnages principaux en eux-mêmes n'ont plus rien d'intéressant, ou mystérieux comme dans Oksa Pollock. Je garde quand même espoir, je me dis que le deuxième tome sera sûrement meilleur...


...BAM!, le peu d'espoir qui me restait s'évanouit dans les profondeurs de mon âme. Le DEUXIEME TOME est pire que le premier, et d'ailleurs, bravo, il m'a tellement déplu que je ne lirai pas la fin de la trilogie, malgré [spoiler]l'arrivée d'Oksa comme j'ai pu lire dans les spoilers[/spoiler].
[spoiler]L'arrivée des extraterrestres, SÉRIEUSEMENT? Moi qui avait une admiration pour les auteurs après Oksa Pollock, je suis plus que déçue, choquée, presque. Vous ne croyez pas qu'on a déjà des centaines de milliers d'histoires sur les extraterrestres? Ce n'est pas assez? Je pense que dans mon estime pour elles, les auteurs sont tombées au plus bas rang.

Si je devais résumer l'histoire en quelques mots, de mon point de vue :
Des personnes venant d'un monde "parallèle", "magique" (Édéfia) ont, pour faire court, des superpouvoirs hérités, se font injecter une "maladie" par leur père biologique qui est fou et cruel, qui les condamne à se nourrir, littéralement, de l'amour des autres en les tuant, et exercent malgré eux une attraction irrésistible. Ils se font miraculeusement soigner pour le jour seulement par une organisation secrète douteuse, sont "obligés" à tuer, et finalement leur morve noir qui coule du nez lorsqu'ils tuent sert à transformer des aliens en humain. Et l'organisation sait TOUT sur eux mais, comme on nous le répète dans Oksa Pollock, Édéfia reste inconnue de tous.
VRAIMENT?
Continuons : Victoria, la petite amie de Tugdual, s'est déjà fait plusieurs fois enlevée par des E.T., tout comme son père, grand-père et arrière-grand-père. De plus son père est la cause d'une guerre qui risque d'éclater entre deux peuples ennemis d'aliens, on découvre un monde souterrain sous un aéroport, qui dissimule les E.T.

C'est devenu un mélange d'éléments qui ne vont pas ensemble. Pour moi, c'est trop, je ne peux pas entrer dans l'histoire avec tout ce bazar.[/spoiler]

Personnellement, je dirais que reprendre ce thème [spoiler](les extraterrestres)[/spoiler] est lâche. Qu'y a-t-il d’original dans ça?
En tout cas je n'achèterai pas le prochain tome, pour moi c'est gaspiller de l'argent sur des bêtises.

Je m'excuse auprès des adorateurs de la trilogie, c'est vrai que ce que j'ai écrit peut déplaire à certains, mais ce n'est pas mon but, c'est juste que je ne trouve pas les mots pour exprimer mon mécontentement. Oui, j'ai beaucoup râlé et 'ragé' en lisant le livre. La raison? Parce que j'étais totalement fan d'Oksa Pollock, et je ne supporte pas de voir certains personnages enlevés à cette série pour être dans d'autres rôles. Pour moi ça ne colle pas, et c'est peut-être parce que je m'attendais à quelque chose de génial que je suis déçue. Les auteurs ont-elles fixé la barre trop haute avec Oksa Pollock et ne peuvent plus faire aussi bien, voire mieux?


par Innaj
Tugdual, Tome 1 : Les Cœurs noirs Tugdual, Tome 1 : Les Cœurs noirs
Cendrine Wolf    Anne Plichota   
Ce premier tome n'est autre qu'une pure merveille ! Je l'attendais depuis des mois... J'étais tellement impatiente qu'il sorte, j'avais envie de le lire, j'avais besoin de le lire. J'ai dévoré la saga Oksa Pollock qui est de loin la meilleure saga qu'il m'ait été donné de lire, je me suis attachée comme cela n'était pas permis aux personnages créés par Anne Plichota et Cendrine Wolf, et en retrouver une partie dans ce premier tome de leur nouvelle saga, cela m'a procuré un bonheur incommensurable! Je dois tellement à ces deux auteures, je les trouve absolument incroyables et extrêmement talentueuses. Je ne saurais leur exprimer toute ma gratitude, tout ce que leurs écrits m'ont apporté. Les personnages qu'elles ont créés me semblent à présent tellement réels, je me suis attachée à eux, comme à leurs aventures, à leurs vies qui ont bouleversées la mienne. La plume de ces deux auteures est exceptionnelle, belle et touchante. Ce fut un régal de les lire à nouveau, cela m'avait beaucoup trop manqué pour être supportable.

Dés les premières pages de ce roman, j'ai été transportée aux côtés de Tugdual, Mortimer, Zoé, Barbara et Abakoum. J'étais tellement heureuse d'évoluer à leurs côtés à nouveau, et ce pour un tome complet. J'aime toujours autant le personnage de Tugdual, il est réellement captivant et son mystère et sa personnalité le rendent terriblement attachant. Il m'avait séduite dans la saga d'Oksa Pollock et ce fut avec une joie immense que j'ai suivi son évolution dans ce nouvelle saga qui lui est dédiée. Zoé est une jeune fille que j'apprécie énormément également. Elle est adorable, gentille et totalement indispensable à ses deux frères qui ont besoin d'elle pour les ramener à la raison lorsque les choses tournent mal. Mortimer est peut être celui qui a le plus changé au cours de six tomes de la saga où nous avons fait sa connaissance. Dans ce tome, c'est un autre jeune homme que nous découvrons, plus attachant qu'auparavant. Ce trio maudit est très uni, et leurs liens si forts m'ont beaucoup touchée. L'un sans l'autre, ils ne sont rien. Zoé a besoin de ses deux frères qu'elle aime profondément comme ils ont besoin de leur P'tite Madone, comme dirait Tugdual. Ce surnom affectueux m'a rappelé la façon dont il surnommait Oksa: P'tite Gracieuse. J'étais tombée amoureuse de la façon dont il l'appelait, il y avait tant d'affection dans ce simple surnom. Cela m'avait beaucoup plu, comme cela a à nouveau été le cas dans ce premier tome. Ils sont inséparables, malgré les disputes, malgré les tensions. Ils sont forts, ils se doivent de l'être pour supporter le mal qui les ronge. Ils n'y parviendraient peut-être pas sans la sagesse et l'amour d'Abakoum, leur grand-père, et l'amour maternel et l'affection de Barbara, la mère de Mortimer devenue la mère adoptive de Zoé et Tugdual. Abakoum est, sans le moindre doute, l'un des personnages que j'ai le plus aimé lors de ma lecture de la première saga écrite pas ces fabuleuses auteures. Je me suis énormément attachée à lui, et mon bonheur fut à son comble lorsque j'ai vu son nom écrit sur les pages de ce nouveau roman. Barbara est une femme attentionnée et son cœur déborde d'amour pour ses trois enfants. De l'amour, ils en réclament, ils en ont besoin. L'amour de leur famille, c'est tout ce à quoi ils peuvent se raccrocher à cause du terrible poison qui coule dans leurs veines.

Ce poison, cette malédiction, leur vient d'Orthon, le père de Tugdual et Mortimer, un être maléfique dépourvu de tout sentiment, dépourvu d'humanité et heureusement pour eux et le monde entier, mort. Les personnes qui les entourent sont irrémédiablement attirées par eux, les désirent, les aiment, mais un seul baiser de l'un des trois adolescents peut les tuer. Une attraction mortelle, un fardeau on ne peut plus lourd à porter. Mais l'amour, comme on peut s'en douter, fait son apparition dans leur vie et bouleverse tout. Les sentiments qu'ils peuvent éprouver sont forts et vrais, mais malheureusement mortels pour les personnes concernées. Ils sont d'autant plus dangereux si cet amour est réciproque. Il est injuste que ces adolescents si attachants n'aient pas droit à une histoire d'amour digne de ce nom! Ils le méritent tellement... On fait la rencontre de personnages secondaires qui ont toute leur importance, tel que Josh, que j'ai énormément apprécié. Mortimer et lui forment un duo qui m'a immédiatement plu et que je veux impérativement revoir dans le second tome! Victoria, une jeune fille singulière et mystérieuse qui envoûte notre sombre Tugdual. Connor, un garçon au sens de l'humour aussi développé que sa culture générale, qui amuse Zoé et reste à ses côtés coûte que coûte. Et les fameux OMG, qu'on ne connait pas très bien, finalement... Ce groupe aux allures bienveillantes va aider notre trio préféré, mais les raisons de leurs actes demeurent obscures et à la fin de ce roman, nous nous posons toujours de nombreuses questions à ce sujet. Réponses qui, je n'en doute pas, vont nous être données dans le prochain tome que j'ai plus qu'envie de lire, car il ne fait aucun doute qu'il sera fabuleux. La fin de ce tome m'a beaucoup ému, et je dois avouer avoir versé quelques larmes. Le décès d'un des personnages est brutal, inattendu, et terriblement triste. Je n'étais pas prête pour cela. J'ai été pratiquement aussi bouleversée que les héros de ce roman.

Un des points forts (Mais, il n'y a que des points forts!) de ce roman est qu'il est très musical. En effet, deux membres du trio que je chéris tant fondent un groupe nommé les No-body. Je vous invite plus que grandement à écouter leur chanson principale "Black Hearts" qui est absolument sublime, leurs voix sont magnifiques, et la mélodie et les paroles sont splendides.
Tous les éléments sont là pour que cette saga soit une pure merveille: Cendrine Wolf et Anne Plichota, deux auteures à l'imagination incroyable et débordante, une histoire passionnante, des personnages terriblement attachants, de l'action, de l'amour, une couverture splendide et mystérieuse... Un bouquet explosif et délicieux dont je ne me lasserai probablement jamais.
La Passe-miroir, Livre 2 : Les Disparus du Clairdelune La Passe-miroir, Livre 2 : Les Disparus du Clairdelune
Christelle Dabos   
Les livres de Christelle Dabos méritent plus que le Diamant.
Que dire de ce livre à part que je regrette de l'avoir refermer aussi vite, que j'attend la suite avec impatience et que je vais très certainement me relire ces deux tomes de nombreuses fois d'ici la sortit du prochain, comment ne pas parcourir cet univers incroyable encore et encore et dire qu'on va avoir le droit à deux autres perles de ce genre (peut être plus).
Il se passe tellement de chose pour notre chère Ophélie dans ce tome, impossible d'en faire un résumé ou de dire ce que j'ai préféré (en même temps j'ai tout aimé donc...).
Gros coup de cœur pour Thorn.

Le troisième est en cours de rédaction et même si je suis impatiente, Christelle peut et doit prendre son temps, mais son imagination est tellement magique qu'on ne risque pas d'être déçu.
La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver La Passe-miroir, Livre 1 : Les Fiancés de l'hiver
Christelle Dabos   
Une lecture enthousiasmante !!

J'ai mis du temps pour lire ce livre, pour différentes raisons, et je ne regrette pas de ne l'avoir découvert que maintenant, alors que je profite enfin de vacances, après de longs mois de travail : j'ai pu le lire à mon aise, presque d'une traite, et en profiter sans être dérangée.

Christelle Dabos a l'âme d'une romancière, une vraie, de celles (et de ceux) qui sont si rares. Elle maîtrise absolument tout : l'écriture (même les ornements de son style - dérives que je ne goûte guère d'habitude, subissant ce genre d'excès en grinçant des dents - sont en totale harmonie avec la magie du monde et les paradoxes de son héroïne, enfin... anti-héroïne, quel défi si brillamment relevé !) l'intrigue, ses personnages, le monde décalé.

J'adore l'écharpe !!!
(désolée, il fallait que ça sorte, alors j'ai cédé ^_^)

Je suis admirative de la manière dont l'auteur a réussi à créer une ambiance si personnelle, si envoûtante qu'il est impossible d'y retrouver des références. De nombreux auteurs (parfois très distrayants et maîtrisant parfaitement leur exercice) ne font que surfer à l'envi sur les thèmes porteurs. Les résultats sont bons, parfois même excellents, mais il n'y a jamais cette magie, cette possible immersion, où le sens critique part au placard (avec l'écharpe, par exemple <3). Mais par bonheur, quelque fois, la magie de l'écriture est là : l'auteur semble s'être si bien approprié les thèmes qu'il a choisi d'exploiter que l'on oublie qu'ils aient jamais été traités avant...

J'ai donc lu ce livre d'une traite ou presque, captivée par cette facilité de lecture - celle qui cache toujours un travail colossal. Aucun effort n'est demandé au lecteur, il peut se laisser bercer, sachant que tout viendra à point : les surprises, les justifications, les révélations.

Le style est incroyablement évocateur. Je suis en générale très hermétique aux descriptions : mon esprit décroche, je ne suis plus, mon regard décolle, il peut m'arriver de mollir, de reposer le livre / mon kindle...
Les descriptions de ce livre, nombreuses et courtes, sont remarquables de poésie et d'efficacité : en quelques mots choisis l'auteur fait jaillir une scène, des images, de la lumière, beaucoup de jeux d'ombres et de lumière, des visages... On s'y croirait ! C'est un grand talent de pouvoir ainsi permettre au lecteur de s'évader sans peine dans un monde imaginaire, comme s'il passait la tête à travers sa page ou son écran, un peu comme à travers un miroir...
(n'oubliez pas votre écharpe, on peut s'enrhumer facilement en plongeant le nez comme ça n'importe où)

Une des faiblesses récurrentes du roman "fantastique" (je mets tout l'imaginaire décalé dans cette rubrique : fantasy, urban-fantasy, steam punk, dystopie, uchronie, conte, SF, fantastique, surnaturel) est d'apporter avec une certaine lourdeur, ou du moins un manque d'élégance, les aspects décalés du monde - ces éléments qui vont permettre au lecteur d'apprécier le décalage entre le monde de l'auteur et le nôtre, et de profiter ainsi pleinement du récit. Parfois il y en a trop d'un coup (le fameux "info-dump" !) ou pas assez (on n'y comprend rien) ou trop tard (on n'est déjà plus là ou alors franchement énervé :( ). Ou alors, le roman s'appuie sur d'autre récits du même genre, alors c'est très clair ; si clair d'ailleurs que ça a de fortes chances d'être assez ennuyeux, parce que déjà vu mille fois (pas toujours cependant, grâce au miracle de la grâce de l'écriture... :) ).

Bon, tout ça pour dire que Christelle Dabos est une championne !! Je suis épatée par sa maîtrise, sa manière d’amener sur la pointe des pieds et avec une discrétion impalpable (l'écharpe peut aller se rhabiller, on parle d'un voile impalpable, là !) les informations nous permettant de nous immerger peu à peu dans son monde : c'est tout simplement du grand art !
Oui, parce que c'est difficile. Très difficile. Difficile du genre presque impossible.
Et que le résultat permet une lecture exquise, avec juste ce qu'il faut de questionnements ("c'est qui celle-là ? " "ça sert à quoi ça ?" "et comment ça se fait que ?") pour apprécier l'explication qui vient sans heurts, juste à temps, ni trop tôt ni trop tard.

De même les capacités "magiques" des personnes dotées de magie ne sont-elles pas exhibées comme des trophées, mais seulement vaguement exposées avant d'être mises en scène aux moment opportuns, jusqu'à l'apothéose finale...

Les personnages (mon grand point de sévérité) sont à l'image du reste : excellents.
Presque stéréotypés au départ pour beaucoup (ce n'est pas une critique, ce procédé me semble au contraire à privilégier dès lors que l'on sait faire évoluer ses personnages) certains nous étonnent alors que le roman se poursuit : Ophélie bien sûr, qui ne révèle bien plus héroïque que son départ chancelant, enrhumé, nauséeux, récalcitrant, ne l'aurait laisser croire. Et l'incroyable tante de Thorn ! Et le petit chevalier que l'on ne cerne toujours pas, mais qui fait froid dans le dos, les personnages secondaires, tout droit sortis de contes de fées pour certains (les vrais, ceux qui font peur)...

Il est rare de voir réunies tant de qualités littéraires chez un même écrivain : l'art d'écrire (je ne parle pas seulement du style, qui semble tant signifier pour un certain type de lecteurs français, mais de l'amenée des choses), l'imagination, la clarté, la faculté à évoquer des images terriblement vivantes et des personnages vrais, plausibles, complexes, humains tout simplement.
Et quand on a la chance de trouver cette harmonie, on le lâche pas !
Je suis sur les starting-blocks pour le tome 2, Christelle, c'est quand vous voulez ! XD


par milabette
Sept messages pour mes 15 ans Sept messages pour mes 15 ans
Stewart Lewis   
Le résumé m'a donné envie de le lire mais finalement je ne l'ai pas plus aimé que ça.
Le scénario était bien pensé mais je n'arrivais pas à me mettre dans la peau des personnages car on ne voyait pas leurs sentiments.
L'histoire d'amour n'est pas autant présente que le résumé veut nous faire entendre.
Une petite déception pour moi.


par LucyYy